Avertir le modérateur

08/02/2010

« Ne nous emmerde pas avec tes syndicats ! »

Cette phrase, dite à haute et intelligible voix (c’était à propos de la retraite à 62 ans), sans que cela ne déclenche la moindre réplique  – sinon la mienne – je l'ai entendue il y a quelque jours à la dernière réunion de mon comité. Jamais elle n'aurait pu être prononcée à la LCR. Elle est aujourd’hui récurrente dans le « nouveau » parti. Elle sert de leitmotiv de ce qui serait la marque identitaire du NPA. Et que l’on ne vienne pas me dire que c’est une question de formation. Si l’on recrute sur ces bases viscéralement antisyndicales, si la question est laissée à la discrétion du militant, si ce travail n’est plus le fait que des « anciens », c’est qu’il y a une raison profonde à ce comportement.

Quand en outre un membre du CPN donne le ton et incite les jeunes à ne pas se syndiquer au prétexte que le syndicalisme c’est la trahison des luttes ; quand le ou la même explique que l’unité ne sert à rien ou qu’y travailler est une perte de temps, et que le parti suffit à tout, et que ceux qui ne pensent pas ainsi ne le construisent pas, ce n’est plus une affaire de jeunesse, de « maladie infantile », mais une ligne politique bien affirmée, et pas seulement celle de cette « fraction » venue de Lutte ouvrière. Cette orientation est aujourd'hui le plus grand dénominateur commun à l’actuelle direction du NPA.

Quand on en vient à justifier un repli religio-identitaire au nom d’une prétendue « ligne de construction du parti par les quartiers » – comme si ces jeunes femmes qui arborent ce voile étaient représentatives de leur génération –, on peut dire la même chose du syndicalisme. C’est le « vieux qui tarde à mourir contre le nouveau qui tarde à naître », aurait dit Bensaïd reprenant Gramsci. Ce qui revient à nous faire prendre des vessies pour des lanternes. Le voile comme repli identitaire n’a rien de neuf. L’anti-syndicalisme ? Cela sent bon feu la Gauche prolétarienne ou, pis, les Brigades rouges qui s’en prenaient aux « bonzes » syndicaux. Du « tu nous emmerdes avec ton syndicat » à l’apologie de « sainte Ilham Moussaïd » (est-ce la prochaine porte-parole du NPA ?), la boucle et bouclée.

Ce matin, je suis passé à mon syndicat. Aussi sec, on m’a interpelé sur le voile. Autrefois, l’ouvrier algérien qui voulait se battre adhérait à un syndicat. Sa fille aujourd’hui porte le voile et lui est retourné à la mosquée. Le plus comique dans cette histoire, c’est qu’elle n’aurait pas lieu d’être aux Etats-Unis ou en Angleterre, c’est-à-dire au pays du libéralisme roi, où l’on jure sur la bible dans les tribunaux. Il paraît même que là-bas toutes les opinions sont admissibles, même les pires qui soient. Oui, mais là-bas, le mouvement ouvrier n'est plus qu'un souvenir.

Commentaires

Gilles nous raconte comme d'habitude un NPA fantasmé ou la fraction LO (ultra-minoritaire) serait en fait le vraie direction.

D'ailleurs, Gilles devrait être content, la fraction n'est pas loin de le suivre dans ses délires sur l'Islam. Tout comme ils sont l'un comme l'autre tout aussi réfractaires aux questions écologiques, etc.

Sauf que tout ça n'est que du délire fantasmé. Bien heureusement!

Écrit par : toto | 08/02/2010

ça devrait te faire plaisir toto :

http://www.causeur.fr/hidjab-au-npa-les-imbeciles-malheureux,3727

Écrit par : des pas perdus | 08/02/2010

J'ai lu cet article. Sur le côté attrape-tout démago du NPA il y a du vrai. Quant à, l'avenir est au Front de gauche, manifestement, l'auteur est à cours d'infos. Le dit Front est aussi problématique que son concurent le NPA. Quand le PG ne s'est pas couché devant le PC, il a fait scission. Rarement il a su tenir tête. Pour la GU, c'est une vrai débandade, n'en déplaise à Michel. Mais peut-être allons nous nous retrouver ailleurs quand nous en aurons fini avec tous ces partis sans avenir.

Écrit par : Gilles | 08/02/2010

@toto

"Gilles nous raconte comme d'habitude un NPA fantasmé". C'est cela. Depuis un an j'ai du rêver ; ces paroles là je les ai imaginées certainement. J'ai même du inventer cet épisode où des syndiqués ayant des reponsabiités s'interdisent de parler de ce qu'ils font dans leur syndicat. "Il ne faut pas tout mélanger", expliquent-ils. Désolé, moi j'aime les mélanges.

Écrit par : Gilles | 08/02/2010

@des pas perdus : j'ai vu ce torchon oui, ainsi que la réponse toute en finesse de CSP : http://comite-de-salut-public.blogspot.com/2010/02/jerome-leroy-ou-le-mensonge-pathetique.html
(de toute façon faut pas s'attendre à lire des trucs corrects sur le site ultralibéral-réac de Causeur)

@Gilles : sur LO c'est clairement fantasmagorique oui. A la limite, la GR a plus d'influence que la fraction. Quant à ton blabla sur le rapport aux syndicats, ça reste du blabla local que personne ne peut prouver dans un sens ou dans l'autre. Sans intérêt.

Écrit par : toto | 08/02/2010

sur LO, c'est tout à la fois GR, la Fraction, des qui ont passé trente ans dans cette secte et n'en sont jamais sortis, plus des nouveaux qui avalent tout cru le programme "minimum" d'un NPA simplifié à l'extrême, qui se permettent d'insulter un vieux militant syndical (plus de trente ans à la CFDT puis à Sud-PTT qu’il a contribué à créer), défenseur inlassable de salariés devant les tribunaux parce qu'ils ont collé dix affiches dans le mois, etc., plus un autre groupe infra-politique qui tente aujourd’hui de monter une liste concurrente dans un département, qui éructe et se repend dans la presse (4 articles à ce jour) dénonçant l’accord unitaire et nominalement nos candidats… C’est ça ton parti toto, ceux que tu nous opposes. CSP est en quelque sorte leur porte-parole et toi, leur théoricien.

Écrit par : Gilles | 08/02/2010

La GR n'a qu'une influence très faible et très locale. La fraction est restée en dehors du processus depuis le début et n'a à peu près aucune influence dans le NPA. Tu vis dans tes fantasmes.

Ensuite, que la jeune génération ne suive pas la conscientisation politique selon les vieux dogmes en passant par le syndicalisme et le réformisme, c'est effectivement quelque chose qu'il serait temps que tu saisisses, si tu ne veux plus être dans un combat d'arrière-garde, mais prendre la mesure des enjeux politiques de la période.

Quant à CSP, si tu avais pris la peine de le lire, tu saurais qu'il est sur la position A et vomit la position B encore plus que la C.

En résumé, tu mélanges et amalgames dans un beau bordel tout ce qui n'est pas TOI, et que tu ne t'es jamais donné la peine d'essayer de comprendre (un peu comme si je disais que CSP et Gilles Suze c'est pareil et que de Christine Poupin à Yan Cochin, c'est tout la même ligne).
Tu crois toujours avoir raison seul contre tous, tes positions politiques sont purement IDÉOLOGIQUES et étrangères au matérialisme dialectique le plus élémentaire.

Écrit par : toto | 08/02/2010

J'ai dans mon comité deux anciens de LO. Autour d'eux 4 à 5 personnes avec quelques relais dans d'autres comités. Pour des raisons qui sont aujourd'hui assez difficiles à expliquer, ce petit groupe, dont une membre du CPN, a fait illusion quelque temps, mais il en reste toujours quelque chose. Ils se sont isolés ces derniers temps, et ne participent pas à la campagne. Jamais, sans le NPA national, ils n'auraient dû avoir le pouvoir dont ils ont disposé pendant un an, s'auto-assimilant les nouveaux adhérents, s'auto-instituant le NPA officiel. Maintenant il va nous falloir désintoxiquer le NPA local de toutes les bêtises qui ont été dites par eux et que certains ont pris pour argent comptant.

PS : je me fiche des A, B et C. C'est de l'histoire ancienne, une étape nécessaire mais dépassée. A surtout qui ici n'existe plus en tant que telle.

Écrit par : Gilles | 08/02/2010

Les échanges entre Gilles et toto sont toujours très savoureux... On a l'impression que chacun parle de son sujet, mais que les deux sujets sont tellement différents l'un de l'autre, qu'à aucun moment les arguments réussissent à se croiser...

Ce que racontes Gilles sur le syndicalisme n'est ni du fantasme, ni du délire... Je l'ai vécu, moi aussi, avec des jeunes militants qui ne voyaient pas du tout l'intérêt d'être dans les syndicats. Les choses ne se sont pas du tout arrangées depuis la création du NPA et l'adhésion de la fraction LO qui, chez nous, représente 50 % du NPA en nombre, mais 90 % en influence.

Mettre dans une même organisation un Gilles et un toto, équivaudrait à mettre dans le même panier la JCR le PCF la Gauche Prolétarienne, et les anarchistes (il y a 40 ans). C'est aberrant. Pourtant, n'en déplaise à Gilles, dans le Front de Gauche il y a plus de cohérence entre les militants des 3 organisations fondatrices et certains NPA, qu'entre les membres de ce nouveau parti révolutionnaire.

Gilles a au moins raison sur ce point : le NPA n'ira pas loin !... Reste à trouver la bonne formule pour rassembler tous ceux qui ont des choses à faire ensemble. Le Front de Gauche, malgré ses imperfections, a au moins le mérite d'exister et de tenter de faire ses preuves. Nous referons le bilan après les régionales, comme nous l'avons fait après les européennes.

Écrit par : Michel | 09/02/2010

Dans mon département, la fraction étincelle a refusé de s'impliquer dans la campagne des régionales: motif profession de foi et programme trop flous, ne faisant pas assez de place aux mesures d'urgence. Il semble que c'est une position nationale de cette fraction, dont le responsable local m'avait déclaré récemment que tant qu'OB était sollicité par les boites en luttes pour les rencontrér, le NPA gardait un intérêt pour eux. Et aprés...

Écrit par : guillot | 09/02/2010

Le feuilleton des régionales continue en Aquitaine. La liste NPA est publique depuis hier mais plusieurs résp départementaux du PG nous ont contacté pour nous informer que JL Mélenchon leur aurait donné le feu vert pour faire une liste commune sans le PCF avec nous, la GU et la FASE.
Comme Boulanger, la tête de liste FDG et proche du PG n'est plusà un revirement prêt, nous restons prudent.

Et pour continuer sur un autre feuilleton, qui aura beaucoup de mal à le voile celui-là, 2 infos:

1) médiapart a rappelé les campagnes électorales de DSK à Sarcelles avec une Kippa sur la tête (et aussi des élues PC et PS voilées dans 2 mairies actuelles)

2) Extrait d’une tribune libre d’Alain Badiou dans le Monde du 22 février 2004 ( "Derrière la loi foulardière, la peur »)


« 9. La laïcité. Un principe inoxydable ! Le lycée d’il y a trois ou quatre décennies : interdiction de mélanger les sexes dans la même classe, pantalon décommandé aux filles, catéchisme, aumôniers. La communion solennelle, avec les gars en brassard blanc et les mignonnes sous le voile de tulle. Un vrai voile, pas un foulard. Et vous voudriez que je tienne pour criminel ce foulard ? Ce signe d’un décalage, d’un remuement, d’un enchevêtrement temporel ? Qu’il faille exclure ces demoiselles qui mêlent agréablement hier et aujourd’hui ? Allez, laissez faire la broyeuse capitaliste. Quels que soient les allers et retours, les repentirs, les venues ouvrières du lointain, elle saura substituer aux dieux morts des religions le gras Moloch de la marchandise ».

En matière d’oppression des femmes, l’école laïque avait déjà donné !

Écrit par : guillot | 09/02/2010

@Michel
Je comprends que tu t'accroche à ton Front (sans lui la GU est perdue), mais il suit la même trajectoire que le NPA. Bâti sur un même tissu d'illusions - comme si le PC allait vous servir la soupe - il craque de toutes parts. Ici ce ne sont plus que les "cadres", la "masse" ne suit plus. Nous allons travailler avec eux. Quand je dis "nous", je ne parle pas du NPA, évidemment.
En plus comme nous allons tous faire des scores modestes, personne ne pourrait dire : c'est moi qui avait raison. Il est tout aussi nécessaire de "casser" le Front que faire descendre le NPA de sa tour d'ivoire.

Écrit par : Gilles | 09/02/2010

@ Gilles
"Mais peut-être allons nous nous retrouver ailleurs quand nous en aurons fini avec tous ces partis sans avenir."
Je n'arrive pas à comprendre.... à te comprendre...
1. Depuis que je connais le LCR (cad 1973 : date autement symbolique), la question syndicale est une question politique majeure. Que je sache, il y a plus d'anciens militants de la LCR au NPA que d'anciens militants e LO, dont il serait caricatural de prétendre qu'ils sont antisyndicaux. Certains opposent travail syndical et politique mais ça se discute) De ce point de vue tu as donc le soutien de la majorité des militants du NPA....
2. Il semble que dans la majo des régions, après débat, les A, B, C se sont battus ensemble sur la question de l'unité... On peut confronter la carte des positions abc avec la carte des unités pour voir que chacun a bougé et n'est pas resté figé. Les choses ont donc bougé, la démocratie s'est exprimée...
3. Contrairement à toi, je pense que le NPA n'est pas fini, qu'il lui reste beaucoup à apprendre et que le congrès de la Toussaint ne doit pas être escamoté. Il va donner lieu à de multiples débats et on va trancher...
Après ce congrès, je te propose de faire évoluer ton blog vers... Il y aura... Un CPN du NPA... de l'interieur... plutôt que Un Nouveau parti de Gauche de l'interieur... pas forcément intéressant.

Écrit par : JR | 09/02/2010

Mais le congrès de Toussaint n'intéresse pas Gilles, car il s'agira de faire de la politique sur le fond. D'avancer et clarifier un projet politique avec lequel il est en désaccord frontal.
Je pense personnellement que ce sera autrement plus intéressant que la bouillie électoraliste dont on nous abreuve depuis plus de six mois.

Ensuite, Gilles ou Michel semblent découvrir que la radicalisation politique aujourd'hui ne se fait pas par le schéma linéaire dogmatique qu'ils ont toujours cru. Avant il fallait convaincre les syndicalistes de devenir révolutionnaires. Aujourd'hui il faut convaincre les révoltés/révolutionnaires de devenir syndicalistes.
Le monde à l'envers pour les vieux de la vieille, qui n'ont jamais mis leur logiciel à jour...

Écrit par : toto | 09/02/2010

@ Gilles :
La GU n'est pas un parti de masse, personne ne te contredira là-dessus. Ce n'est qu'un regroupements de cadres dont la seule légitimité est la construction du Front de Gauche. Si le Front de Gauche éclate, nous nous atomisons avec lui, tout le monde en est conscient jusqu'au sommet. Je rejette encore une fois toutes les allégations totoistes de parti croupion du PC ou du PG. Nous avons notre identité et ligne politique propre, et ne collons aux basques de personne. Nous nous opposons au PC lorsqu'il s'allie au PS dès le premier tour. Nous nous opposons au PG dans ses manoeuvres avec le NPA pour casser le FDG.
@ toto :
Un monde à l'envers, tu ne crois pas si bien dire... Toi qui veut mener des luttes, il faudra que tu m'expliques comment tu comptes faire sans passer par le travail dans les syndicats. Si pour toi mener des luttes c'est déployer des drapeaux et des badges dans les manifs, alors là, oui, c'est effectivement une conception qui nous dépasse....

Écrit par : Michel | 09/02/2010

"Mais le congrès de Toussaint n'intéresse pas Gilles"

Oh que si, je serai même candidat au CPN et à la CE ! Mais je ne mènerai pas la "bataille" politique uniquement à l'intérieur du NPA mais également à l'extérieur sur ma ligne de construction d'un rassemblement large allant des communistes (pas le PC) aux militants du NPA (même son ultra-gauche) en passante par les militants du PG, des Alters, de la FASE, des sans-parti, etc.

Écrit par : Gilles | 09/02/2010

Pour réconcilier tous le monde, Je me rappelle des paroles de Daniel Bensaïd dites en 2008 lors d'une réunion publique parisienne au moment du processus NPA: "le NPA n'est qu'une étape dans la construction d'un parti anticapitaliste à vocation de masse". Mais j'espère que Gilles n'oublie pas les 3 piliers de cette construction:

-indépendance par rapport au PS,

-indépendance par rapport aux institutions

- la défense d'un programme anticapitaliste qui reste identique aussi bien en dehors que dans les institutions.

En tout cas, tu n'auras pas beaucoup de Dartigollle dans ce parti là !

Et les pas de danse du PG entre le PCF et nous observés en Bretagne, en Franche Comté, en Poitou Charentes, et aujourd'hui en Aquitaine en dit long sur sa réélle autonomie (la GU, je n'ose plus rien dire). Un parti électoraliste avant tout.

Les rares camarades de C&A présents en Aquitaine sont restés aussi impuissants que le PG et la GU face à l'appareil du PCF . La tête de liste apparentée PG a voulu montrer son autonomie par rapport au PCF en lui imposant une camarade unitaire du NPA en N° 2 en Gironde lors d'une conférence de presse . Il a montré surtout son manque de respect d'un partenaire possible comme le NPA. Et aujourd'hui , il nous sollicite à nouveau... Politicien de bas étage.

Écrit par : guillot | 09/02/2010

Je ne parles pas des "appareils", même s'il peut s'y trouver des éléments intéressants, pas plus je ne crois au "basisme" qui a eu son heure de gloire au NPA, je penses plutôt qu'il faut s'appuyer sur ces "cadres intermédiaires" les plus conscients qui pensent que l'avenir n'est ni dans les cartels d'appareil, ni dans la victoire d'un projet contre un autre à grand renfort de médiatisation autour d'un homme providentiel (Besancenot, Mélenchon, etc.). C'était l'idée initiée par David Rousset après la guerre et d'un certain nombre d'intellectuels de gauche (Sartre, Breton, etc.) avec le RDS - le rassemblement - qui a fait long feu. Comment à l'époque s'opposer au PC et à la SFIO.

Écrit par : Gilles | 09/02/2010

Pas RDS mais RDR : Rassemblement démocratique révolutionnaire

Écrit par : Gilles | 09/02/2010

@Michel : il n'y a de pire sourd que celui qui ne veut pas entendre. Je suis moi-même syndicaliste actif.
Par contre, je suis venu au syndicalisme par la politique et non l'inverse.

Écrit par : toto | 09/02/2010

Le syndicalisme de LO c'est du parastisme ; on vient y chercher des militants pour le parti. Ce n'est pas mon orientation. Je suis au syndicat pour le construire, large, de masse.

Écrit par : Gilles | 09/02/2010

Mais que vient faire le syndicalisme de LO ici?

Écrit par : toto | 09/02/2010

@ Gilles
"Oh que si, je serai même candidat au CPN et à la CE ! Mais je ne mènerai pas la "bataille" politique uniquement à l'intérieur du NPA mais également à l'extérieur sur ma ligne de construction d'un rassemblement large allant des communistes (pas le PC) aux militants du NPA (même son ultra-gauche) en passante par les militants du PG, des Alters, de la FASE, des sans-parti, etc".
C'est intéressant tout çà mais vu de Charente Poitou çà ne semble pas évident. En même temps, il faudrait que tu arrêtes de désespérer tes amis (Le NPA y compris toto) pour convaincre tes rivaux (du FdeG)...
Si tu prétends que le NPA ne sont pas tes (monstrueux) amis alors tu n'as d'autre ami que Michel et le bilan de la Gu, autant dire pas grand chose...

Écrit par : JR | 09/02/2010

L'amitié c'est quand même autre chose qu'un accord programmatique. Ne mélangeons pas tout. En plus, Gilles ne cite pas la GU dans son catalogue....

Écrit par : Michel | 09/02/2010

Nos "monstres", nous les poussons vers la sortie. Le NPA n'est qu'un outil. Tant qu'il peut servir, il peut être utile. Mais mes vrais amis ne viendront pas au NPA, il n'y a que des gens comme nous qui peuvent y voir un intérêt momentané ; et puis je me vois mal ailleurs. C'est le débat qui s'ouvre : ni NPA, ni Front de gauche. Deux ans pour trouver.

Écrit par : Gilles | 09/02/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu