Avertir le modérateur

22/01/2010

Maître PC et son valet PG

Lettre ouverte aux militants du PG et du PG, transmise à toutes les composantes de feu l’union de la « gauche de gauche » en Poitou-Charentes.

 

Dois-je dire encore chères et chers camarades ?

D’un ou d’une camarade, la première chose que l’on attend c’est de la loyauté en toute circonstance. Pour le moins c’est un mot qui ne semble pas appartenir au vocabulaire de certains de dirigeants du PG et du PC. De quoi s’agit-il. D’un article de presse paru ce jour dans Sud-Ouest sous la plume de Patrick Guilloton. Je cite intégralement :

« Ressortir le vieux slogan voulant que « l'union soit un combat » est un peu réchauffé mais il est difficile de trouver mieux pour qualifier l'ambiance au sein de la gauche de la gauche. C'est bien simple, tout a failli capoter dans la nuit de mercredi à jeudi avant qu'une lueur jaillisse à l'heure où blanchit la campagne... électorale. Hier, Gisèle Jean, la tête de liste régionale, indiquait lancer sa campagne dès ce week-end lors d'une émission sur France 3, samedi en fin de matinée. En attendant de savoir quelles seront exactement les composantes des listes. Une chose est certaine, le Front de gauche - Parti de gauche de Mélenchon et Parti communiste - est préservé.

La Fase et les Alternatifs devraient probablement partir avec eux. Quant au NPA, il fera connaître sa position en fin de semaine après avoir consulté ses adhérents. « Il y a chez eux des gens de bonne volonté », souligne Christine Antoine, responsable du PG 79 ; « s'ils ne veulent pas suivre, ils prendront leurs responsabilités ». En fait, ce qui a été décidé hier, c'est que, dans l'optique du second tour, au matin du 15 mars, une réunion rassemble toutes les parties prenantes, qui décideront collectivement de la marche à suivre.

« D'accord, nous démarrons notre campagne tardivement, mais ce ne devrait pas être un obstacle insurmontable tant nos listes répondent à une forte aspiration, surtout en fonction de l'ouverture à des gens de droite pratiquée par Mme Royal », explique Mme Antoine, estimant que les difficultés vécues depuis des mois illustrent bien tout le travail qu'il convient de faire pour la recomposition de la gauche... de la gauche. »

 

Evidemment, tout ce qui est dit dans l’article, pour ce qui nous concerne mais également pour la FASE et les Alternatifs, est faux. Si nous avons bien été avertis, par téléphone par Christine Antoine hier vers 11 h 30, puis par Jean-Yves Angst par e-mail en début d’après-midi d’une énième et ultime proposition du PG au PC, on ne nous a jamais prévenus qu’un accord allait être signé en fin de journée entre ces deux partis, et eux seuls, sans nous en prévenir.

 

Je ne jugerai pas de l’utilité ou non pour le PG de maintenir la fiction de ce « Front de gauche » qui apparait bien pour ce qu’il est au fond, une simple opération politicienne pour préserver les intérêts de « boutique » de l’un des deux « partenaires » : garder coûte que coûte ses élus. Tout le reste est, comme le disait Simone Fayaud il y a quelques jours à propos d’un amendement de Christine Antoine, « hypocrite et langue de bois ». Le PG a donc choisi, lui qui ne s’est jamais présenté seul aux élections (que pèse le PG ?), de se ranger sous l’aile de son protecteur, le PC.  Ce qui me désole en outre c’est cette phrase pour le moins condescendante de la principale responsable de ce coup bas, Christine Antoine : « Il y a chez eux des gens de bonne volonté », dit-elle à propos du NPA. Elle confond « bonne volonté » et courage politique,  volonté de rassembler le plus largement possible sans « esprit de parti ».

 

Pour ce qui me concerne, mais je ne suis pas seul, le NPA n’est pas mon objectif. Il n’est pour moi qu’un outil pour rassembler et non exclure. Laurent Lucaud du PC de la Vienne, après le 15 janvier, lorsqu’il apparaissait que le Front de gauche avait éclaté, m’envoyait un e-mail : « Joli coup, camarade ! » Il n’avait rien compris. Nous ne faisons pas des « coups », nous laissons ça aux politiciens professionnels, surtout aux plus corrompus d’entre eux. En l’occurrence, cet accord PC-PG est un « coup », mais de Jarnac. A l’inverse, parce qu’au NPA nous partageons d’autres valeurs, nous essayons tant bien que mal, malgré l’adversité, jusque dans nos propres rangs, de faire en sorte que le mouvement social relève la tête. C’est bien pourquoi  nous sommes des militants acharnés de l’unité. Le PC et le PG en se comportant ainsi à notre égard trahissent ces valeurs. Les électeurs de gauche en seront informés. N’oubliez pas, qu’en 2009, le NPA est arrivé en tête aux européennes dans la région devant le Front de gauche. Je mènerai campagne avec mes camarades pour qu’il en soit de nouveau ainsi en mars, et après nous ferons les comptes.

 

Gilles Suze, le 22 janvier 2010.

PS. : J’ai eu ce matin des explications de Christine Antoine qui ne m’ont pas convaincues.

 

Annexe :

Suite à la proposition du PG (en noir), j’ai ajouté (en rouge), à titre strictement personnel, toute une série « d’amendements » qui, s’ils étaient entendus, pourraient permettre, éventuellement, de se revoir une dernière fois avec le PC et le PG. (Gilles)

_______________________________________________________________________________

Après à la proposition publique faite au cours du mois de décembre par Ségolène Royal d’accueillir sur sa liste des « personnalités » du Modem, proposition qui s’est concrétisée samedi 16 janvier par le ralliement de plusieurs personnalités de Charente-Maritime de cette formation du centre à la liste ROYAL, le front de gauche (PCF, PG, GU, R&S) conviennent :

 

·         La situation créée par Ségolène Royal pose de façon accrue et pratique la question des alliances avec le MODEM ou avec des personnalités qui en sont issues. La campagne Poitou-Charentes va donc prendre un tour différent et sera de portée nationale. Nous rappelons en effet que l'accord qui lie les partenaires du Front de gauche (texte du 28 octobre) exclut toute fusion au 2ème tour avec une liste qui inclurait la présence du MODEM ou de toute personnalité de droite. C’est sur cette même base que se sont déterminés  à plus de 58% les adhérents communistes du Poitou-Charentes.

·         Plus qu'ailleurs encore, nous devrons donc dire au 1er tour le danger que représente pour la gauche une telle alliance et expliquer aux électeurs qu'ils auront la possibilité de bousculer le rapport de force pour imposer à Ségolène Royal une alliance avec la gauche plutôt qu'avec la droite. Pour le deuxième tour, le positionnement politique sera déterminé au soir du premier tour par toutes les composantes de la liste unitaire selon la représentation suivante : 1 représentant par département et organisations soit : 4 pour le PC ; Gisèle JEAN ; 4 pour le PG ; 4 pour le NPA ; 3 pour la FASE ; 1 [?] pour les Alternatifs. Ce positionnement prendra en compte la situation politique au soir du premier tour et s'intègrera dans les accords du 28 octobre et du 17 décembre. [?]

·         C'est sur cette base que se forment les listes « Ensemble pour un Poitou-Charentes à gauche, solidaire, écologique et citoyen », qui rassembleront dans chaque département les partis et organisations qui le souhaitent : composantes du Front de Gauche (PCF, PG, GU), de l'accord national (R&S, FASE-Alternatifs) et le NPA.

 

Garanties : pour que la discussion s’ouvre une dernière fois, il est en outre nécessaire qu’il y ait entente sur les points suivants :

 

  • Accord sur les têtes de listes et la répartition. Exemple (d’autres répartitions sont possibles) : pour la tête de liste : 2 pour le PC (86 et 16) ; 1 pour le PG (79) ; 1 pour le NPA (17), c’est-à-dire 3 pour le FdG et 1 pour le NPA. Pour la 2e place : 1 Gisèle JEAN (86) ; 1 PG (16) ; 1 FASE (79) ; 1 PC (17). Pour la 3e place : 1 Alter (86) ; 1 NPA (16) ; 1 NPA (79) ; 1 FASE (17)
  • Le PC Charente-Maritime devra accepter cet accord. S’il ne l’accepte pas et met en place sa propre liste elle n’aura pas l’aval de la direction régional du PC. Dans ce cas il y aura une liste « Ensemble » concurrente avec présence de candidats du PC en plein accord avec leur direction régionale
  • Engagement écrit de toutes les têtes de liste qu’elles refuseront de donner leur accord, dans le cas où sa liste obtiendra entre 5 % ou plus et moins de 10 %, à ce que des candidats aillent rejoindre les listes de Royal et d’Europe-Ecologie.
  • Cet accord global devra être signé par : Simone Fayaud (PC) pour la Charente, Jean-Jacques Guérin (PC) et Laurent Lucaud (PC) pour la Vienne ; Jean-Pierre Gelot (PC) pour les Deux-Sèvres.

 

Nous n’avons à cette heure reçu aucune réponse de la part du PG.

 

 

Commentaires

Complétement d'accord avec toi camarade.

L'union n'est pas une fin en soi, c'est un moyen d'atteindre des objectifs. Si c'est pour accepter l'inacceptable ( pactiser avec une partie de la droite) ce n'est pas la peine. Et encore sur les répartitions de tête de liste que tu proposes , je te trouve bien gentil, car le NPA vaut électoralement en Poitou charente plus que le FDG.

Écrit par : rafikow | 22/01/2010

En matière de coup de jarnac le PG du Poitou Charentes n'est pas le seul. Son voisin aquitain n'en est pas en reste, avec le feuilleton des éligibles:

Il faut rappeler que la proposition du NPA est identique à celle du LR ou du Limousin(et appliquée) : 40/60 pour les têtes de liste et les éligibles, ce qui donne 2 têtes de liste + 2 éligibles pour l'Aquitaine.

- 3 janvier : Le PG envoie une"adresse au NPA et PCF Aquitain" où il propose 3 élus pour le NPA dont 1 tête de liste, sur 10 attendus.

- 8 janvier: lettre de Gérard Boulanger, tête de liste (PG) au NPA : 2 éligibles, sans plus sur.....11 attendus ! ("Je pense qu’il s’agit là de l’offre la plus juste qui doit pouvoir permettre de réaliser l’unité que nous appelons tous de nos vœux...")

- 13 janvier: lettre du FDG signés par les représentants des 3 composantes, reprenant le proposition du PG pour le NPA Aquitain , dans son offre publique

Interrogé par un camarade girondin du NPA, le resp girondin du PG lui répond être désolé , mais l'accord national entre le PCF et le PG prévaut et nous sommes solidaires de cette offre.

Mais aussi celui des signatures:

- jeudi 14, un courrier adressé à la FASE et au NPA, annulant leur présence une heure avant à une réunion unitaire à 4 (sans le PC) et confirmant l'offre publique du FDG (et rejetée par les 2 intéressés) citée plus haut, recueille la signature des 5 resp départementaux du PG

- samedi 16,un autre courrier du PG au nom de sa coordination régionale adressée cette fois-ci au PCF et dénonçant ses entorses au processus unitaire (ex. Dartigolles qui se présente dans la presse tête de liste dans le 64 et constitue sa liste, ou présente 4 têtes de liste dept homme sur 5 !), n'est signé, lui que par 2 resp départementaux.


Mercredi, le NPA Girondin (50% des effectifs Aquitains) a écrit une lettre aux 3 autres (GU-qui a fait connaître sa position de quitter le FDG,la FASE et le PG) renouvelant sa proposition du jeudi 14 : un cadre unitaire à 4, sans le PCF.

Si pas aucune réponse, samedi la coordination aquitaine en prendra acte et démarrera la campagne du NPA en Aquitaine. Il faut bien partir un jour.

Écrit par : guillot | 22/01/2010

@rafikow

"je te trouve bien gentil, car le NPA vaut électoralement en Poitou charente plus que le FDG."

Pas gentil, réaliste. Mais il n'en veulent pas non plus.

Écrit par : Gilles | 22/01/2010

Donc en gros:

Pas d'unité en Aquitaine , mais on s'y attendait.

Et très peu de chance pour l'unité en poitou Charente.... et ça je m'y attendais un peu moins.

Écrit par : rafikow | 22/01/2010

J'ai pas l'habitude de m'intéresser à la lutte des places, mais quand-même :
3 tête de listes départementales pour le FDG
1 seule(!) pour le NPA

... alors que le NPA était devant le FDG aux européennes!

On croirait une mauvaise blague du PCF, mais là, on dirait que c'est carrément la proposition de Gilles!!?? (au nom du NPA? sur quel mandat?)

Pour le reste, après les accords au contenu politique catastrophique en C-A et en L-R (sans oublier les PdL), espérons qu'il n'y en aura pas trop d'autres quand-même...

Écrit par : toto | 22/01/2010

On n'attire pas les mouches avec du vinaigre et puis les conditions que nous y mettons sont telles que le PCF n'en veut pas. Je ne raisonne pas en terme de poste, moi, je laisse la soupe aux autres.

Écrit par : Gilles | 22/01/2010

@rafikow

A court terme c'est évidemment exact mais nous avons marqué des points : un PC et un PG autant divisés que nous le sommes. et l'affirmation - pas assez connu - que nous c'est le long terme qui nous intéresse, que l'unité s'est une course de fond.

Écrit par : Gilles | 22/01/2010

Tu ne raisonnes pas en terme de postes, tu raisonnes uniquement en "foutre le bordel dans les autres partis" (et accessoirement dans le tien).

C'est bien ce que je reproche à tous ceux qui trempent dans toutes ces diverses combines politiciennes : croire que le monde se restreint aux seuls militants politiques, et que tout se joue dans les "vieux partis" du "vieux" mouvement ouvrier.

Certains se prennent la tête pour savoir s'il faut faire avant tout campagne CONTRE la droite (=> gouvernement), CONTRE le PS ou CONTRE le FDG (=> gouvernance des régions).
Il ne leur vient même pas à l'idée qu'y en a rien à battre de tous ces politicards pourris, qu'on doit faire campagne POUR un projet radicalement anticapitaliste et révolutionnaire, pour donner une perspective politique de rupture avec le système, EN POSITIF.

Le reste, c'est franchement du pipo et cie. La masse des abstentionnistes se fout complètement des accords trucmuche-machinchose, elle attend de voir la traduction concrète de la "politique autrement", promise lors de notre fondation...

Écrit par : toto | 22/01/2010

Aprés ce vaudeville politique peut être serait il bon de conclure que la Direction du NPA n'est peut être pas un ramassis d'incapables.

Et que nous avons à faire avec le FDg à des politiciens sans scrupule , soucieux avant tout de leur carrière politique, aussi minable soit elle( car Gilles sait bien que ce qui a fait rupture c'est que "ces gens là" préparent leur ralliement à Ségolène...et c'est pas le Modem ou pire qui le gênera!).

Quand je lis les déclarations d'une dirigeante de Convergence ( Leila) donc proche de gilles ( je crois ?), flingant sans honte la candidature de Besancenot, je me demande bien quel bilan il faut pour que ceux qui ne veulent ni entendre, ni voir...balaient devant leurs ... illusions.

Je respecte l'énorme travail qu'a fait Gilles, mais au Final il est plus corrosif- ( tout comme lafont en Auvergne) sur le FDG que n'ose l'être le plus gauchiste des dirigeants nationaux du NPA.

Peut être donc que ce n'est pas le NPA qui est une monstruosité ( personnellement j'étais contre l'abandon de la LCR et d'accord sur la critique du basisme que fait Gilles).

La monstruosité politique c'est le discours radical au premier tour et les compromissions politiques les plus viles pour quelques places au second: on appelle cela, les verts , le PCF, le PG... et le NPA n'y changera rien.....sauf si demain il fait plus de 10%, mais pour cela il faudrait peut être arrêter de se tirer des balles dans le pied au prétexte qu'on n'arrive pas à faire l'unité avec des politiciens de la" gauche de la gauche".

Écrit par : vériane | 22/01/2010

Même si je suis très très unitaire, proposer 3 têtes de listes au FdG contre 1 au NPA est une capitulation et un affront à la logique électorale.
Il faut exiger la parité, 2 à 2, sinon on manque de dignité!

Écrit par : stack | 22/01/2010

Accepter d'abandonner la tête de liste régionale et ne revendiquers'un tête de liste départementale sur 4 alors que le NPA était devant le FDG lors des récentes élections européennes, c'est laisser croire que le NPA n'a rien à défendre en terme d'indépendance politique vis à vis du PS et faire confiance au FDG pour défendre dans les institution les exigences populaires !

C'est pour moi d'une naîveté ! Réduire ainsi nos capacités politiques pour mener toute cette bataille contre les capitulations qui nous attend en Poitou Charentes ! Accepter de la mener en position mineure ! Mais quelle erreur politique ! Vous allez apparaître comme la caution anticapitaliste du FDG, leur faire la courte échelle pour fusionner avec Royal !

Écrit par : Guillot | 22/01/2010

@vériane

Leila, connais pas, elle n'est pas à Convergences dont je suis l'un des piliers. Le PG ne prépare pas son ralliement à Royal, mais ils ne veulent pas se séparer du Front de gauche qui est leur seule raison d'être : combien pèse le PG électoralement ? S'ils rompaient, ils n'étaient plus rien. Ils ne sont pas dupes et acceptent des conditions à minima du PC en sachant très bien que des éléments du PC vont profter de cette alliance pour rejoindre Royal au second tour. Mais ils tentent le coup. Pauvres adhérents du PG entraînés dans cette gallère. Enfin à ma connaissance cet accord n'est encore que virtuel mais le PC fait comme si. Lundi nous déballons tout ce linge salle dans une conférence de presse et appellons à des listes unitaires avec les Alter et la FASE.

Écrit par : Gilles | 23/01/2010

@stack

Tu n'as rien compris. Notre tête de liste en Charente-Maritime c'est une provocation de ma part.

Écrit par : Gilles | 23/01/2010

A tous, je rentre d'une pénible réunion régionale NPA. 4 heures pour faire admettre à nos camarades de la B de faire une conf de presse lundi et une réunion unitaire avec la FASE et les Alter le lendemain pour constituer des listes. 4 heures d'affrontement ligne contre ligne. Epuisant surtout face à des camarades qui n'ont rien fait pendant deux mois. Heureusement les FASE/Alter m'ont invité demain à manger avec eux.

Écrit par : Gilles | 23/01/2010

@guillot
Où as-tu vu que nous acceptions quelque chose ? Le PG proposait quelque chose d’inacceptable que j'ai amendé assez vigoureusement en disant, sur ces bases là nous pouvons débattre. Il n'y a jamais eu de réponse. Ça fait dix jours que je leur ai dit où était le problème et ils le savent, c’est la Charente-Maritime où je leur demandais la tête de liste. Seule solution pour faire sortir le PC du bois et aller directement chez Royal. Ils n’on pas ce courage et le voyou qui tient la fédération leur a répliqué : pas d’accord, même si celui-ci est déjà pourri.
« Le P.C.F régional, n'a jamais donné son accord sur le texte du P.G. Il n'ya pas d'accord sur le fait de régler la question du deuxième tour, le soir du 1er. Nous attendons toujours le résultat de la consultation du P.G pour savoir si le Front de Gauche est mort. Ce que dit le journal Sud Ouest, n'engage que ceux qui ont parlé au journaliste...(pas nous) » Brahim (secrétaire de la Fédération de Charente-Maritime)

Écrit par : Gilles | 23/01/2010

Dans ce cas, je suis rassuré d'apprendre que vous n'accepterez pas.

Nous non plus, la tête de liste PG vient de nous envoyer une 2° lettre confirmant une offre de 2 places éligibles (sans aucune des 5 têtes de liste), croyant toujours que nous aurions dit oui à cette condition, et "le temps presse désormas", tout en présentant les 4 têtes de liste PCF à la presse toute la semaine ! (la 5° , celledu 24, étant PG et toutes des hommes !)

Écrit par : Guillot | 23/01/2010

J'ai bien peur que tous ces braves gens nous ballades dans l'espoir de torpiller une candidature autonome du NPA, mais je ne doute pas que vous (Charente, Aquitaine...) ayez un plan B ?

Écrit par : Vériane | 23/01/2010

Rafikow, c'est vrai c'est mieux en Video: Gisèle sur l'unité avec commme référence ....l'Union de la gauche ( donc autour de Mitterand) cela décoiffe même le chauve que je suis!

Unité que de crimes en ton nom.

Écrit par : veriane | 23/01/2010

A mon humble avis et tout en étant défenseur de l'unité , je crois que d'après vos récits et ce que j'ai lu, il faut arrêter là pour l'aquitaine et le poitou charente, construisons si possible des listes avec la FASE et les alternatifs ou d'autres orgas qui sont d'accord avec le minimum syndical de notre programme et notre tactique au 2nd tour et au 3eme tour.
Si aucun accord , on lance notre campagne NPA!
En ce qui concerne le FDG faut laisser tomber, il paraitrait que suite à la déclaration de candidature d'Olivier Besancenot en IDF, les états majors du PC et du PG ont donné des consignes de ne plus signer aucun accord unitaire! ( source interne d'un de ces deux partis là et certainement sur le départ pour rejoindre le NPA)

Écrit par : rafikow | 23/01/2010

Et pour confirmer ma dernière phrase, regardez le retournement de situation en franche comté:

Le Parti de Gauche (Mélenchon) pourrait finalement faire alliance avec le PCF (Buffet), tandis que le NPA (Besancenot) serait finalement absent du fameux Front de Gauche reconstitué pour les régionales dans la foulée des européennes.
C’est compliqué et ce n’est peut-être pas fini. A l’occasion d’une conférence de presse vendredi soir, le Parti de Gauche a annoncé le refus du NPA de s’associer à lui pour les régionales dans le cadre du Front de Gauche.

Comme le PCF avait refusé de s’allier au Front de Gauche sous prétexte que le NPA y était associé, ça change forcément la donne. Et, comme la Parti de gauche ne revendique pas la tête de liste, il y a de fortes chances que Parti de gauche et le PCF face route commune. « Rien n’est fait, il n’y a pas de finalisation », précise toutefois Emmanuel Girod du Parti de Gauche.

Sauf nouveau rebondissement, ce serait Evelyne Ternant du PCF qui mènerait donc cette liste du Front de Gauche quelque peu dégarni.

Écrit par : rafikow | 23/01/2010

"En ce qui concerne le FDG faut laisser tomber, il paraitrait que suite à la déclaration de candidature d'Olivier Besancenot en IDF, les états majors du PC et du PG ont donné des consignes de ne plus signer aucun accord unitaire!"

Intéressant...

Écrit par : toto | 23/01/2010

COMMUNIQUE DE PRESSE de la LUAER "VraimenT A Gauche" lance sa campagne en BRETAGNE / REGIONALES 2010- 22 JANVIER 2010

La liste VraimenT A Gauche ! (Liste Unitaire, Anticapitaliste et pour une Écologie
Radicale) qui rassemble le NPA, le PG, les Objecteurs de Croissance et des militants
associatifs et syndicaux, s’est réunie le vendredi 22 janvier. Elle débute sa campagne
immédiatement. Déterminée à battre la droite ultra-libérale représentée en
Bretagne par B Malgorn bien connue pour sa hargne contre la jeunesse et les
mouvements sociaux, elle développera des propositions véritablement
anticapitalistes et pour une écologie radicale. Sa tête de liste Laurence de BOUARD,
cadre infirmière à l’hôpital de Carhaix fera campagne en Bretagne pour défendre
notre programme. La liste VraimenT A Gauche ! regrette vivement qu’une unité plus
large n’ait pas pu se réaliser malgré les dernières propositions unitaires que nous
avons faites. Nous menons maintenant notre campagne pour une vraie gauche
anticapitaliste, unitaire, pour l’écologie radicale et indépendante des sociaux
libéraux.

Le lancement officiel de la campagne est calé pour le 30 janvier : au cours du meeting de la fête de Carhaix du NPA, interviendront Jean-Marie Robert (MOC), Xavier Courtay (PG) et Laurence de Bouard (Tête de liste, NPA). Myriam Martin interviendra au nom du NPA.
un meeting régional a Lorient le 2 mars avec Olivier Besancenot

Écrit par : YA BASTA22 | 23/01/2010

Lu dans Sud Ouest " le NPA( en Charente) n'a qu'à suivre" dixit je ne sait quel chefaillon du FDG.

Et dire qu'on se bouffe le foie entre nous pour discuter des vertus de l'UNITE avec "ces gens là".

Comme dirait cet enfoiré de Mao "il faut compter sur nos propres forces"!

Écrit par : vériane | 23/01/2010

Salut à toi Gilles. Je voudrais aussi donner mon avis sur ce qui se passe en Aquitaine. Il n'y a pas d'un côté les bons et de l'autres les méchants. Il y a ici comme ailleurs des partis et donc des "responsables" qui ne raisonnent qu'en terme d'élus. Je pense notamment au PCF qui a conclu un accord avec le Parti de gauche essentiellement pour pouvoir se refaire dans des élections afin de revenir sur le devant de la scéne. L'alliance baptisée Front de Gauche n'est pas autre chose que la volonté et du PCF pour éviter de disparaitre et celle de Mélenchon qui essaie de se servir de l'appareil de ce même PCF car le Parti de GAUCHE n'est pour le moment qu'un groupuscule parmi d'autres groupuscules. Il ne faut pas parler de la Gauche Unitaire qui a moins de 20 adhérents en Aquitaine.

Mais ces trois organisations existent, le NPA doit compter avec elles car ce même NPA ne peut changer quelque chose tout seul. Le NPA se devrait donc de mener une politique unitaire digne de ce nom en sachant que ses partenaires ne lui feront aucun cadeau.

Nous sommes dans une situation politique où il y a peu de luttes ou les directions des syndicats sont intégrees au systéme et aux abonnés absents ,ou la combativité des travailleurs est au plus bas.

Le NPA depuis sa création a prêché "la gréve générale" et surestimé la combativité chez les salariés. Nous nous sommes plantés. Nous avons aussi fait le parti du "cavalier seul" pour les européennes et nous avons échoué sur une élection ou pourtant l'unité avec le F de G ne "mangeait pas pain" !! Nous avons choisi de jouer la pureté au lieu de l'unité au nom d'une prétendue "clarté politique". Grosse erreur. Le PCF vieux parti stalinien a rebondi, pas beaucoup d'accord, mais a rebondi quand même.

Pour les régionales le NPA a remis le couvert au nom de la "non participation aux exécutifs" exigée aussi des autres. Pain béni pour le PCF qui ne voulait pas d'accord depuis le début et qui voulait isoler le NPA.

La direction nationale du NPA s'est plantée sur toute la ligne et nous a mis dans une situation de faiblesse dans les régions ou nous négocions localement avec des partis qui essaient de toutes forces de nous réduire à la fonction de "colleurs d'affiches".

Les "négociateurs régionaux" du NPA sont partis en fanfare sur des bases "triomphantes" au début des discussions mais ont du en rabattre sur leurs prétentions. De refus de listes communes si participation aux exécutifs de nos partenaires (position du CPN au début) nous sommes arrivés à essayer d'arracher des listes unitaires ou nous pourrions avoir quelques élus face à 3 partis qui essayent de nous attribuer la portion congrue et qui sont en position de force pour le faire.

Je disais au début qu'il n'y a pas d'un côté les "bons" et de l'autre les "méchants". Le NPA a sa part de responsabilité dans la situation actuelle et où il a donné le baton pour se faire battre. En Aquitaine nous payons plusieurs choses.

La premiére s'est évidemment comme au national, l'orientation divergente de beaucoup de nos adhérents et celà depuis la création du NPA. Il y a une division profonde dans l'organisation depuis les européennes sur la politique à suivre dans le NPA sur la nature du parti et son but.

La deuxiéme c'est l'absence de directions politiques élues sur des bases politiques. La direction de la Gironde l'a été sur tout mais sûrement pas sur des bases politiques l'année derniére. Sa légitimité n'est pas en cause mais c'est un constat que peu de camarades étaient préparés pour affronter une situation aussi complexe avec des gens comme les dirigeants du PCF.

La troisiéme et surtout la plus importante est la non compréhension de l'importance de ces élections qui ne sont pas des élections secondaires.

Les régions ont un rôle important dans ce pays maintenant. Avoir des élus n'est pas seulement avoir des porte voix comme nous le racontent les camarades de la majorité de l'organisation ou plutôt ceux qui les représentent. Nous ne sommes pas des délégués du personnel d'un super syndicat. Avoir des élus pour nous est une façon de mettre en pratique sur le terrain des thémes que nous défendons depuis des années. En clair nous devons passer à un autre cran que la "politique incantatoire ou le rôle de la mouche du coche" !!

Et pour celà il nous faut des partenaires. Malgré leurs limites et leurs magouilles politiciennes les partis du Front de gauche sont les seuls avec qui nous pouvons avoir des accords et pour les élections et dans les luttes et celà contrairement à des années en arriére où nous étions seuls avec comme seul et unique partenaire Lutte Ouvriére.

Faire l'unité électorale sur un programme minimum n'a jamais voulu dire pour le NPA rendre les armes ou pratiquer l'union sans principe. C'est une façon d'éviter que la social démocratie et leurs alliés Europe Ecologie ne reviennent en force sur le devant de la scéne et que la gauche dite de gauche ne passe sous la table électoralement.

C'est une façon d'encourager le développement d'un début de commencement de force, qui mêne une politique anti libérale à défaut d'être anticapitaliste, ce qui n'engage nullement le NPA à limiter son programme et son but qui est est de se développer afin de devenir une véritable organisdation de masse anti capitaliste.

Mais de tout cela point. Les directions du NPA (s'appuyant sur une majorité des adhérents il faut le reconnaitre) ont eu tout faux depuis le début dans la plupart des régions. Ces directions et aussi en Aquitaine portent la responsabilité de la situation et ne sauraient en aucun cas attribuer aux autres leur incapacité et leur incompréhension de la situation politique.

En Gironde comme ailleurs nous nous sommes plantés et la direction Girondine et notamment ceux qui y font la "pluie et le beau temps" a conduit l'organisation dans une impasse. Les alliances contre nature avec des camarades qui ont des positions politiques "gauchistes" (ils se reconnaitront) ne mêne à rien sinon à l'échec.

Les seuls qui sont contents de cette situation ce sont les bureaucrates du PCF qui voient dans le NPA un bateau sans direction, bateau à la dérive.

Il est temps de redresserla barre d'essayer de sortir de ces régionales sans trop de casse et de faire le comptes dans nos prochain congrés qui doivent mettre en place une vraie politique ou nous aurons "les pieds sur terre" avec des directions dignes de ce nom qui ont un rôle véritable de direction basé sur des structures fonctionnelles et surtout viables et celà dans le cadre d'une politique nationale ou nous sortont enfin du réve pour revenir aux réalités politiques qui elles sont têtues et ne supportent ni le vide ni l'amateurisme !!

Serge

Écrit par : Serge | 24/01/2010

Et pendant que notre ami Serge fait cette brillante analyse le gentil FDG annonce ses listes et condescent à nous réserver quelques places.... de colleurs d'affiches de monsieur Boulanger( ce qui en clair veut dire contribuer à construire le PG).

Mais bien entendu tout cela est de la faute de la Directin du NPA.

C'est plus facile que de s'interroger sur l'échec des stratégies unitaires( Charente, Auvergne, Aquitaine....c'est tout de même pas la faute du NPA national si vos partenaires vous ont dupé!)

Comme dirait le Général plutôt que de sauter sur sa chaise comme un cabris en criant : unité unité.....il serait plus judicieux de regarder la réalité en face: le FDG est plus proche du PS que de nous. Faut il se mettre à genou pour se faire pardonner de ne pas vouloir voter des subventions aux patrons ?
Faut il considérer au Final que la question des retraites est secondaire et que l'on peut gérer avec ceux qui annonent déjà leur accord pour passer à 61 ou 62 ans.....sous prétexte démographique quant il y a 5 millions d' ACTIFS privés d'emplois!!!!

Écrit par : veriane | 24/01/2010

Réponse à "Vériane".

La "brillante analyse" a le mérite d'exister et de se poser la question comment en sommes nous arrivés là ?

Or la réponse de "Vériane" n'en est pas une car le ou la camarade ne répond à rien sinon les éternelles "accusations" du style "faut il se mettre a genou de ne pas voter les subventions aux patrons" !!! Que c'est brillant !! Malheureusement ce n'est et cela n'a jamais été la question. La question a toujours été pouvons nous nous passer d'une unité dans les urnes et dans la rue ? Or, la réponse est non. Personne n'empêche le NPA de mener sa campagne aussi de façon autonome.

La politique du solo ne mène à rien. Lutte Ouvrière nous en fait depuis des décennies la démonstration. Tout le monde (les militants un peu politiques) sait que pour faire l'unité il faut être plusieurs , mais surtout que cette unité ne se fera pas sur le programme du NPA qui n'est pour le moment qu'un groupuscule un peu plus gros que d'autres, mais pas le parti de masse implanté dans la classe ouvrière que nous souhaiterions et pour lequel certains d'entre nous se battent depuis les années 70.

En attendant le "grand soir" avançons et pour avancer les élections sont un élément qui faute de lutte de masses permettent de faire avancer nos idées. L'un n'est pas incompatible avec l'autre les deux se rejoignent.

Je persiste à penser que la responsabilité en ce qui nous concerne est du fait de la direction nationale du NPA surtout de la CE (appuyée par la chambre d'enregistrement pléthorique appelée CPN) qui a fait le jeu de nos "ex futurs alliés/concurrents" en menant une politique irresponsable nous mettant dans les régions dans une situation difficile.
Que le F de G soit plus prés du PS que de nous là aussi ce n'est pas le sujet On fait de la politique et la politique c'est affirmer ces idées les défendre et faire des compromis avec les forces telles qu'elles sont et non comme on rêve qu'elles soient dans la mesure ou ces forces prétendent se réclamer d'une politique anti libérale (et non révolutionnaire)

Et la politique conséquente c'est aussi d'envoyer à des négociations des camarades qui ont envie qu'elles aboutissent et non des camarades qui pensent dans le fond qu'il n'y aura pas d'accord et dont la seule préoccupation c'est d'éviter que le chapeau de la rupture soit porté par le Npa (comme aux européennes)

Actuellement les accords n'auront pas lieu évidemment car le PCF n'en veut pas mais aussi parce qu'une bonne partie de l'organisation n'en veut pas non plus et a tout fait pour qu'elles capotent. La partie de ping pong entre la direction du PC et nos majoritaires a porté ses fruits. Les fruits amers de la division et évidemment d'un échec annoncé qui sera n'en doutons pas un élément "mobilisateur" pour nos camarades "grands stratèges" de la pureté incarnée. Non seulement nous ne ferons pas "un coup électoral" (ni les uns ni les autres) mais en même temps nous rendons un grand service aux socialos et aux amis de C.Bendit.
Merci pour tout camarades !!

Serge

Écrit par : Serge | 24/01/2010

Quelle brillante démonstration !.. Tout y est expliqué sans aucune agressivité et avec beaucoup de talent. Bien que n'étant plus au NPA je m'y reconnais tout-à-fait, et si vos dirigeants avaient appréhendé la situations sous cet angle, je crois qu'on ne serait pas actuellement dans la situation que tout le monde déplore.

J'ajouterai que le PCF a voté à près de 80 % la stratégie du Front de Gauche. Ce qui veut dire qu'il y a 20 % du PC qui y est opposé, et que ce sont précisément ceux-là qui tiennent les manettes, et qui "négocient" avec vous... Faut-il alors s'étonner qu'il y ait des "bavures" ?....

Comme le dit si bien le camarade, vous avez une échéance électorale de retard. L'unité c'est aux européennes qu'il fallait la faire. Tout y aurait été plus simple. Et la confiance se serait peut-être installée entre les partenaires. Alors que là, tout a commencé sur un état de suspiscion générale, et après il faut ramer pour remonter le courant. Mais trop tard.

Autre considération : le PCF est "en bout de course" (Gilles), le PG est un groupuscule, et la GU est inexistante. L'addition de ces 3 composantes négligeables donnent une coalition capable de rivaliser et de dépasser le NPA. Où est l'erreur ?... Je crois que si on avait pratiqué la même ouverture d'alliances dès le départ et sans chipoter sur des questions que vous semblez accepter maintenant, le résultat serait sans commune mesure avec l'addition arithmétique des forces.

Écrit par : Michel | 24/01/2010

Serge, Michel arrêtez de faire semblant de ne pas comprendre: faut il gérer sous la houlette du PS ? OUI ou NON ?

Assez de pipeau sur l'unité, voulez vous oui ou non allonger l'âge du départ à la retraite comme l'a signé Jospin( à Barcelone) avec l'aval de Buffet et Mélenchon alors sous ministres du gouvernement PS( leur façon de peser de l'intérieur sans doute, d'être un parti de gouvernement).

Voulez vous financer les patrons dans les régions ? Financer l'école privée ?

Mais répondez donc au lieu d'ergoter sans cesse sur une unité abstraite et sans contenu.

C'est quoi votre ambition politique ? Etre un sous élu régional d'une majorité PS ?

Écrit par : vériane | 24/01/2010

Michel, "80% du Pc qui veulent l'unité et les méchants 20% qui négocient et qui n'en veulent pas ", désolé mon camarade mais c'est un conte de fée!

Écrit par : vériane | 24/01/2010

@ MIchel
20 % de méchants, qui tiennent les mannettes... Et 100 % de GU ... qui ne peuvent rien faire... La GU a pris le bon train aux européennes so-disant...
"Et la confiance se serait peut-être installée entre les partenaires".
Qu'aurait pu faire le NPA avec cette bureaucratie, qui en interne fait ses coup bas. Braouézec est au PC, que je sache. La tête de liste, préssentie en Midi Pyrénée était proche de Braouézec et ainsi de suite. Et pour te dire en BN, il me semble que soutiens les maoeuvres de Alain Boquet (beau buro).
Au bout du compte, il s'est passé quoi ? Qu'a fait la Gu, prendre la pôle en Midi-Pyrénnées et entrer dans le jeu de ceux qui tiennent les manettes... SI ton objectif est de soutenir les "80 %", ça s'apelle un paradoxe.
Alors la GU, elle sert à quoi ? Je suis désolé de te le dire... à rien.
Alors maintenant, je crois que le NPA doit mettre la pâtée au FdeG, pour que l'unité soit évidente pour les prochaine échéance.... locales.

Écrit par : JR | 24/01/2010

Elections régionales Poitou Charentes : la position de la FASE et des Alternatifs par redac-npa86

Les différents comités FASE (Fédération pour une Alternative Social et Ecologique) du Poitou-Charentes se sont réunis aujourd’hui 20 janvier 2010 pour examiner, après deux mois de débats, les perspectives d’aboutissement des négociations entre les organisations qui ont déclaré vouloir présenter une liste « Ensemble pour un Poitou-Charentes à gauche, …. » à l’élection régionale de mars 2010.

A l’issue de cette réunion ils ont adopté à l’unanimité la position suivante :

1. La FASE et les Alternatifs estiment que la situation de blocage actuelle est le fait exclusif de l’intransigeance d’une partie des militants communistes. Ils espèrent toutefois que la raison va enfin l’emporter et que le PCF saura très rapidement, tant sur l’accord politique global que sur la composition des listes, faire des propositions conformes à l’avis très majoritaire et respectueuses des nécessaires équilibres entre toutes les composantes de la liste. En rassemblant les partis du Front de Gauche, le NPA, la FASE, les Alternatifs, R&S (et le M’PEP ?) et en menant une campagne dynamique, la liste « Ensemble pour …. » obtiendra -c’est l’objectif réaliste qu’elle se fixe- un score supérieur à 10%.

2. Après l’annonce de Ségolène Royal de la participation à sa liste -dès le premier tour- de personnalités de droite, le problème de la fusion au 2ème tour avec la liste du PS est désormais exclu. La FASE et les Alternatifs estiment inimaginable l’absence de la gauche au second tour de l’élection régionale ; ils sont donc favorables au maintien de la liste « Ensemble pour …. » au 2ème tour, seul moyen au demeurant pour elle d’avoir des élus.

3. - Dans l’hypothèse où un accord global ne serait pas rapidement conclu, la FASE et les Alternatifs sont favorables à la constitution d’une liste unitaire sans le PCF et y participeront si elle rassemble au moins le NPA et le PG. - Dans le cas où le Parti de Gauche rejetterait cette union, les différents comités FASE ainsi que les Alternatifs seront, après consultation de leurs adhérents, libres de leur choix de participer ou non à une liste à l’initiative du seul NPA.

A Niort le 20 janvier 2010

Écrit par : rafikow | 24/01/2010

@rafikow

ça c'était le 20 janvier et aujourd'hui 24 janvier la situation est totalement différente. Je ne peux en dire plus mais il va y avoir des surprises.

Écrit par : Gilles | 24/01/2010

Des surprises?

Humm curieux de savoir... Mais je comprends ta discrétion.

Écrit par : rafikow | 24/01/2010

Je voudrais répondre à Serge (que j'ai croisé) sur le FDG en Aquitaine.

Dès le 6 janvier, Serge le sait, Dartigolles annonçait sa canditature comme tête de liste dans le 64. C'est la 1° réponse du PCF à notre lettre envoyée le 26/12, à leur demande.Cette lettre mettait sur papier tout ce que nous avions proposé le 23/12 en terme d'intitulé de liste, de programme unitaire et de constitution de liste.

Intéressant à rappeler: en tant qu'adjoint au maire de Pau, Tartignolles venait de voter la cession à tittre gratuit d'un terrain d'une valeur de 350000 € pour la construction d'une école d'ingénieur privée.

Le 4 janvier s'est tenue une réunion du FDG, déjà annoncée à la rencontre unitaire du 23/12.

A cette occasion, le FDG devait examiner nos propositions et apporter une réponse. Le 5 , le NPA découvre qu'une réunion "unitaire",("un peu sauvage", admet un camarade position C de la Dordogne), s'était tenue la veille, sans que la coord aquitaine en était informée officiellement (en tout cas, le 23/12 , aucune date sur ce type de rencontre n'avait été fixée).

Des camarades position "C" y ont participé et nous ont fait un compte rendu dans lequel, l'essentiel de nos propositions aurait été reprise, dixit ca camarade.


Le CR de ce camarade unitaire mentionnait la tenue d' une commission de travail du FDG élargie sur les "éligibles mardi 5 janvier au local du PCF Bordelais.

Le 8 janvier, la tête de liste (PG )en Aquitaine écrit une lettre au NPA affirmant reprendre les propositions du PG sur le nombre de places proposées au NPA: 2 (et aucune tête de liste), et qui correspondrait selon lui à notre "attente exprimée lors de notre 1° réunion"!!! (dans une adresse au NPA et au PG envoyée le 3 janvier, le PG propsait autre chose: 3 éligibles/10 dont une tête de liste dans le 24)

Comme ni les fédés 24 ,33 et 64 n'avaient jamais exprimé ce genre de proposition le 23/12 (ni dans sa lettre envoyée le 26/12), et que la tête de liste n'avait pas encore participé aux 3 premières rencontres unitaire en décembre, je conclue qu'un camarade "unitaire" de la Gironde a commis cette "faute politique" en faisant cette proposition, sans dire que c'était à titre personnel !(ce qu'admet en parlant de "faute politique" à ce sujet le camarade position "C" du 24 dans un mel envoyé sur la liste Aquitaine; la fédé 24, où la position "C" est très majoritaire, était mandatée, elle sur la même clé de répartition que la Gironde: 40/60 et 2 têtes de liste dept sur 5,comme en LR)

Conséquences : depuis le 5 janvier, le FDG, le PG et la tête de liste(proposée par le PG) encore vendredi 22, reprennent ce qui est inacceptable pour 99% du NPA et la FASE: 2 strapontins sur 12 éligibles, et aucune rencontre proposée sur le programme unitaire tant que cette "offre publique" n'est pas acceptée comme "cadre unitaire" .

Et pendant ce temps, le FDG annonce publiquement dans le 64 et le 47 la composition de leur liste (avec la GU sur le 47) depuis mardi 19

Je pense que les initiatives de ce camarade "unitaire" girondin n'a pas facilité la démarché unitaire en faisant naître un malentendu. Qu'une partie du NPA n'a jamais été chaude pour l'unité, c'est exact, mais à qui la faute ? Qui sont les naïfs en Aquitaine ? Faire croire qu'un NPA majoritaire position "C" comme en Auvergne aurait pu changer le cours des choses ? Alors que Dartigolles , porte parole du PCF est sur une position "huiste", comme le secrétaire fédéral du PCF 47 ?

Selon la FASE, dès le 4 janvier, Marie George Buffet(l'appareil) avait décidé d'appliquer l'accord national FDG en Aquitaine: 70% d'éligibles PC et 4 têtes de listes dépt PCF sur 5, la 5° revenant au PG)

Dans notre AG du 47 samedi matin, avec le camarade Ignace (CPN), nous avions montré note indignation de voir des camarades du 47 mettre sur le même plan le PCF et le NPA dans l'échec du processus unitaire en Aquitaine (et nationalement), ces mêmes camarades dénonçant aussi l'absence de démocratie dans les 2.

Si des camarades ne font pas de différence entre le PCF et le NPA, je comprends leur démarche aille jusqu'à proposer 2 strapontins dans une commission de travail pour faciliter l'unité de la gauche de la gauche. Et certains dans le 47 (ou ailleurs) refusent de figurer sur une liste qui ne soit pas unitaire, renvoyant ainsi dos à dos les responsabilités.

Malheureusement, pour une grande majorité de camarades du NPA aquitain (y compris en Dordogne), le PCF et le NPA, ce n'est pas la même chose, le programme non plus (voir Dartigolles à Pau) .

Si ces élections servent à quelques choses , c'est au moins à clarifier la question unitaire

Écrit par : guillot | 25/01/2010

Réponse au camarade Guillot.

J'ai donné un avis sur le déroulement de la situation par rapport à ces régionales et sur (toujours à mon avis) les raisons pour lesquelles nous en sommes là.

Il est bien évident que ce dit Guillot est vrai. Il n'a jamais été question pour moi de confondre PC et NPA ni sur les revendications ni sur la loyauté dans le cadre des discussions. Je dis simplement que si nous en sommes là c'est qu'il y a le "péché" originel qui nous a mis sur la défensive et perméables à la politique du PCF. Et ce péché originel ce sont les européennes qui ont été une erreur politique du CE du NPA avalé par la majorité des congresssites au premier congrés du NPA.

Les régionales qui auraient dû normalement voir un CE en tirer les leçons n'ont rien changé sur la politique de la majo du NPA et de ceux qui les ont suivi. Les négociateurs ont débuté ces discussions avec des positions complétement irréalistes pour ceux qui connaissent un tant soit peu le PCF sa politique et ses magouilles.
Nous nous sommes nous mêmes mis dans une position de faiblesse et je maintiens que nous avons fait le jeu de la bureaucratie du PCF.

Les régions vers lesquelles le CPN et la direction nous ont renvoyé, ne peuvent régler les problémes car le FDG a conclu un deal national ou le PCF a mis son poids dans la balance et ce parti veut casser le NPA.

Je maintiens que la direction du NPA lui a ouvert la porte. Et je maintiens aussi qu'en Gironde la Direction départementale n'a rien "négocié" car elle en est incapable de par sa composition et surtout du fait d'une "tendance" de l'organisation locale qui n'a jamais eu l'intention de faire des listes unitaires étant plus proches de la politique du "cavalier seul" de LO que d'autre chose et qui "parasite" toute tentative de discussion se renvoyant la balle avec les stals.

Les causes de l'échec sont à mon avis partagées car tactiquement nous avons été en dessous de tout.

Ceci dit les régionales ne sont qu'une péripétie et montrent que le triomphalisme de la direction du NPA n'est plus de mise.

La politique a horreur du vide mais aussi de l'amateurisme. Et ceux qui étaient des militants(es) de l'ancienne Ligue le savent bien.

On peut toujours se rassurer en se disant ce n'est pas notre faute c'est le PCF. Quelle rigolade. Les camarades ne se doutaient ils pas que ce parti voulait nous casser les reins ?

Le plus grave dans tout celà ce n'est même pas le résultat que nous allons tous avoir et le FDG et nous, mais surtout ce que nous expliquons dans le mouvement social. Car c'est là que nous devons avoir une image unitaire et une politique compréhensible. Or depuis les européennes ce n'est plus le cas et celà contrairement à la LCR qui malgré ses défauts savait tirer un bilan. En est il de même du NPA ? J'en doute !!

La suite ? nous en ferons tous le bilan dans l'organisation au prochain congrés et national et localement.
Il va falloir une fois pour toutes faire le point sur quel parti ,quelle politique , que l'ensemble des camarades se positionnent et que chacun prenne ses responsabilités.

Je finirai pour Guillot en lui disant que je ne suis en aucune façon membre du courant "C et A" avec lequel j'ai des désaccords sur beaucoup de choses tout en ayant défendu et voté pour la position C.

P.S sur la phrase de Guillot "si les élections servent à quelque chose c'est au moins de clarifier la question unitaire" !!
Je ne suis en aucune façon d'accord avec celà, car les élections servent à bien d'autres choses et la question unitaire n'est en rien clarifiée pour ces élections.

Qu'avons nous appris que nous ne sachions déjà ?

Pardon si ! nous avons appris une chose ; l'arrogance et la politique de la grenouille gonflée ne mênent qu'à l'échec. Il faut vite revenir sur terre et à sa juste place..la politique de la "mouche du coche" n'a aucun intérêt...pour ceux à qui nous sommes censés nous adresser...pour qui nous luttons ... les travailleurs !!

Serge

Écrit par : Serge | 25/01/2010

Réponse au camarade Guillot.

J'ai donné un avis sur le déroulement de la situation par rapport à ces régionales et sur (toujours à mon avis) les raisons pour lesquelles nous en sommes là.

Il est bien évident que ce dit Guillot est vrai. Il n'a jamais été question pour moi de confondre PC et NPA ni sur les revendications ni sur la loyauté dans le cadre des discussions. Je dis simplement que si nous en sommes là c'est qu'il y a le "péché" originel qui nous a mis sur la défensive et perméables à la politique du PCF. Et ce péché originel ce sont les européennes qui ont été une erreur politique du CE du NPA avalé par la majorité des congresssites au premier congrés du NPA.

Les régionales qui auraient dû normalement voir un CE en tirer les leçons n'ont rien changé sur la politique de la majo du NPA et de ceux qui les ont suivi. Les négociateurs ont débuté ces discussions avec des positions complétement irréalistes pour ceux qui connaissent un tant soit peu le PCF sa politique et ses magouilles.
Nous nous sommes nous mêmes mis dans une position de faiblesse et je maintiens que nous avons fait le jeu de la bureaucratie du PCF.

Les régions vers lesquelles le CPN et la direction nous ont renvoyé, ne peuvent régler les problémes car le FDG a conclu un deal national ou le PCF a mis son poids dans la balance et ce parti veut casser le NPA.

Je maintiens que la direction du NPA lui a ouvert la porte. Et je maintiens aussi qu'en Gironde la Direction départementale n'a rien "négocié" car elle en est incapable de par sa composition et surtout du fait d'une "tendance" de l'organisation locale qui n'a jamais eu l'intention de faire des listes unitaires étant plus proches de la politique du "cavalier seul" de LO que d'autre chose et qui "parasite" toute tentative de discussion se renvoyant la balle avec les stals.

Les causes de l'échec sont à mon avis partagées car tactiquement nous avons été en dessous de tout.

Ceci dit les régionales ne sont qu'une péripétie et montrent que le triomphalisme de la direction du NPA n'est plus de mise.

La politique a horreur du vide mais aussi de l'amateurisme. Et ceux qui étaient des militants(es) de l'ancienne Ligue le savent bien.

On peut toujours se rassurer en se disant ce n'est pas notre faute c'est le PCF. Quelle rigolade. Les camarades ne se doutaient ils pas que ce parti voulait nous casser les reins ?

Le plus grave dans tout celà ce n'est même pas le résultat que nous allons tous avoir et le FDG et nous, mais surtout ce que nous expliquons dans le mouvement social. Car c'est là que nous devons avoir une image unitaire et une politique compréhensible. Or depuis les européennes ce n'est plus le cas et celà contrairement à la LCR qui malgré ses défauts savait tirer un bilan. En est il de même du NPA ? J'en doute !!

La suite ? nous en ferons tous le bilan dans l'organisation au prochain congrés et national et localement.
Il va falloir une fois pour toutes faire le point sur quel parti ,quelle politique , que l'ensemble des camarades se positionnent et que chacun prenne ses responsabilités.

Je finirai pour Guillot en lui disant que je ne suis en aucune façon membre du courant "C et A" avec lequel j'ai des désaccords sur beaucoup de choses tout en ayant défendu et voté pour la position C.

P.S sur la phrase de Guillot "si les élections servent à quelque chose c'est au moins de clarifier la question unitaire" !!
Je ne suis en aucune façon d'accord avec celà, car les élections servent à bien d'autres choses et la question unitaire n'est en rien clarifiée pour ces élections.

Qu'avons nous appris que nous ne sachions déjà ?

Pardon si ! nous avons appris une chose ; l'arrogance et la politique de la grenouille gonflée ne mênent qu'à l'échec. Il faut vite revenir sur terre et à sa juste place..la politique de la "mouche du coche" n'a aucun intérêt...pour ceux à qui nous sommes censés nous adresser...pour qui nous luttons ... les travailleurs !!

Serge

Écrit par : Serge | 25/01/2010

Il est vrai que nous nous sommes (en fait la direction du NPA) mis dans un position de faiblesse en sous estimant la volonté de la base du PCF de partir sans le PS au 1° tour des régionales. Erreur de pronostic d'une direction nationale à la vue courte (ou sans pilote), croyant que l'appareil du PCF allait imposer son choix sans réaction de sa base.

Même si on apprend aujourd'hui qu'en PACA, le NPA s'unit avec les alternatifs, ce sera au final une majorité de régions qui, comme en Aquitaine, verra le NPA partir seul.

Depuis les européennes , nous savons que le triomphalisme du NPA (faire comme si entre le PS et nous, il n'y a rien..) en a pris un sacré coup. PFG le reconnait à sa façon : ainsi un article de "Libération" décembre reprenait ses propos sur l'existence de 2 orientations à la gauche du PS.

En partant du constat de l'existence de 2 gauches à gauche du PS (cela fait donc 3 gauches), la direction devra redéfinir sa politique unitaire. Jusqu'au 28 octobre, où -contrairement à ce qu'affirme une lettre de la GU en Aquitaine, le NPA et le FDG n'ont rien signé ce jour là - le sectarisme de la direction de NPA l'a conduit à faire une erreur de pronostic en misant sur le scénario de 2004: le PCF avec le PS se retrouvant sur la même liste dès le 1° tour dans les 3/4 des régions.

Si elle ne la fait pas, le NPA court vers de sérieux ennuis. Je souhaite par conséquent que de tirer le bilan des processus unitaires en cours et ses aléas afin d'arriver à clarifier nos relations avec cette gauche antilibérale inconséquente.

En ce qui nous concerne:

-soit nous continuons comme avant, en agissant de façon sectaire comme si entre le NPA et le PS, il n'y a rien (sous entendu, le FDG n' a pas d'orientation propre et doit choisir entre le PS et nous)

-soit nous minimisons nos divergence avec le FDG, et nous agissons de façon opportuniste comme si NPA et FDG partagent la même orientation et le même programme.
Le "laboratoire" expérimental des régions montre toute la diversité des processus unitaires et leurs résultats. Pour l'Aquitaine, je pense que même'une direction régionale reconnue dès le départ n'aurait rien changée au final, au contraire, la démarche unitaire n'aurait pas été aussi loin dans le temps (l'initiative minoritaire d'un camarade de la gironde le 4 et 5 janvier n'aura fait que prolonger le dénouement, le PCF cherchant seulement à nous balader, ses 2 satellites capitulant tôt ou tard (en fait , dès le 8 janvier pour le PG, avec la lettreau NPA de la tête de liste; et dès le 13 janvier avec la GU, en signant l'offre publique du FDG au NPA et à la FASE )

Entre les 2, y- a-t-il une politique unitaire évitant ces 2 écueils ? je le crois.

Affaire à suivre.

Écrit par : guillot | 25/01/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu