Avertir le modérateur

18/01/2010

« La chèvre et le chou »

La rupture entre le PCF d’une part et le NPA, le Parti de gauche, la Fédération et les Alternatifs de Poitou-Charentes d’autre part est consommée. Provisoirement ? Nul ne le sait encore. Mais vendredi soir, autour de 22 h 30, alors que le concierge refermait les portes de la salle où les délégations s’étaient réunies, tous ceux qui espéraient encore un accord, faisaient grises mines. Il n’y avait pourtant pas de mystère, pas de formules miracles qui auraient pu marcher et que nous n’aurions pas trouvées. Tous désignaient les coupables. Pas la délégation communiste, qui, pour la plupart, espéraient encore trouver une solution mais les autres, ceux qui pratiquent depuis des mois la politique de la chaise vide –  la direction de la fédé du 17, autrement dit la Charente-Maritime – sous l’ombre tutélaire du vieux chef, Paul Fromonteil, ancien secrétaire de Marchais. Toute une école.

 

Evidemment, dans ce genre de situation, il y en a toujours qui sont prêts à se réjouir de l’échec d’un tel rassemblement. Ils étaient rentrés dans le processus à reculons, en espérant qu’il échoue ; enfin arrivés au terme, « passons aux choses sérieuses » ! pensaient-ils très certainement. Sauf que toute cette histoire ne fait que commencer. Le PC, aujourd’hui nu comme un ver, aura fort à faire pour se tirer d’affaire. Même plus de supplétifs, la Gauche unitaire ayant elle aussi tourné casaque. Reste Gisèle Jean, la tête de régionale désignée d’en haut, ex-responsable national du SNESUP, ex-PC, aujourd’hui directrice d’une UIFM à la tête de listes désormais PC pur jus, candidate « d’ouverture » alors que toutes les portes se referment. Une claque !

 

Il faut dire que le PC nous a pris au début pour des amateurs. Leur objectif : profiter des quelques 27.000 voix engrangées par le NPA aux européennes (contre 25.000 pour le Front de gauche) en détachant d’un NPA hostile par principe selon eux à l’unité, quelques « personnalités » qu’ils pensaient plus conciliantes, voire corruptibles. Et c’est ainsi qu’ils sont tombés sur des professionnels autrement plus qualifiés qu’eux pour déjouer leurs pièges. Il est vrai aussi qu’il aurait fallu être aveugle pour ne pas les saisir tellement la manœuvre devenait grossière. Le plus beau c’est qu’ils ont réussi à refaire l’unité dans nos rangs, alors que chez-eux, ce dernier coup va très certainement ouvrir une crise.

 

Il est vrai aussi que dans ce long processus (près de deux mois et demi) nous avons eu affaire à un parti qui n’était pas monolithique, loin de là. Que nous avons découvert de vrais communistes, sincèrement unitaires, ayant les mêmes objectifs que nous : pas rassembler pour une opération électoraliste sans lendemain (pour faire un « coup » comme dirait Besancenot), mais bien pour faire barrage à l’opération de centre gauche de Ségolène Royal. Avec certains d’entre eux, pas une feuille de papier à cigarette nous sépare. Des communistes comme ceux-là ou ceux du sud-Saintonge en conflit ouvert avec leur fédération, on en redemande. Sans eux nous ne serions arrivés à rien. C’est eux qui les premiers ont contré l’opération téléguidée par Fromonteil et le 17 pour aller sur les listes de Royal au premier tour. Eux qui sont allés dans les sections et qui ont fait du porte à porte pour convaincre leurs adhérents de faire des listes indépendantes ouvertes.

 

Mais entre les « communistes royalistes » et les unitaires, il y avait les hésitants, tous ceux embarqués dans l’opération de sauvetage de l’appareil : le Front de gauche. Ni franchement hostiles, ni tout à fait et sincèrement unitaires, ils ont toujours voulu ménager « la chèvre et le chou », en l’occurrence Ségolène Royal et l’électorat de gauche. A cette politique de l’entre-deux, Ségolène Royal et ses alliés du Modem ont finalement porté, dimanche dernier, le coup de grâce. Le PCF se retrouve dés lors dans une situation délicate, vis-à-vis de ses adhérents et de son électorat. Devra-t-il maintenir ses listes ou pas ? Ou attendre le second tour pour rallier la liste Royal, toute honte bue. Mais passeront-ils seulement le cap des 5 % ? Deux pistes cependant pour le PCF : voir du côté d'Europe-Ecologie que la présence du Modem sur les listes « royalistes » n'effraie pas ; et la discidence socialiste à l'opération « royaliste ». Un coup à droite, un coup à gauche. Panique à bord et toujours le même syndrôme de la chèvre et du chou.

Commentaires

C'est exactement ce qui se passe aussi en Basse-Normandie. Sauf que là, le NPA qui n'est pas du tout sur la position C (5 voix sur toute la B-N), joue un jeu assez douteux avec le PG 14 et 61 (voir la lettre de la Fase). Pour l'instant, rien n'est joué. Les militants unitaires du PCF demandent la remise en cause du vote des adhérents qui s'était établi sur une liste d'alliance allant du PS à la gauche de transformation. Sauf que le refus de ces derniers rendait caduque le vote des adhérents. Nous espérons donc que le PC (ou du moins la fraction unitaire) et le NPA revoient leur copie et se remettent à la table des négociations.

Écrit par : Michel | 18/01/2010

Déclaration du secrétariat de la FASE sur mandat de l'AG (ndlr : à propos des négociations pour une liste unitaire en Basse-Normandie)

Si les choses restent en l'état, nous ne participerons pas à la liste NPA et autres pour les régionales.

Il ne s'agit pas comme certains le répandent, d'un simple problème de tête de liste mais d'un désaccord sur la fonction politique même d'une telle liste.
Nous l'avons écrit il fallait une liste unitaire pour peser réellement sur le champ politique.

Ce n'est pas le cas.

Cette liste n'est pas unitaire c'est un cartel de 2 organisations qui se sont mis d'accord pour exclure les autres : le MPEP considéré comme quantité négligeable , le MRC qui est arrivé trop tard pour être pris en considération, la Gauche unitaire et surtout un certain nombre de militants plus ou moins proches du PCF qui étaient prêts à faire quelque chose dans un cadre unitaire large. Notre propre exclusion, sur des motifs « d'incompatibilité d'humeur » comme le dit le NPA, n'est que la conséquence d'un processus de « clarification politique » d'un autre temps: mieux vaut être moins, mieux vaut rester petits, mais avoir raison.

Depuis toujours nous avons voulu du « faire de la politique autrement » un élément central de notre démarche. Il ne s'agit pas là d'un truc de com : nous sommes persuadés -et une enquête récente le montre encore de façon éclatante- qu'il y a une crise de la représentation politique qui ne trouve pas de réponse dans un seul changement de programme. Nous avons toujours pensé qu'il faut changer les rapports du politique et du mouvement social, faire rentrer dans les institutions les exigences des mouvements sociaux. Ceci implique de changer les rapports entre acteurs sociaux et politiques. A l'occasion de ces régionales nous avions proposé une stratégie précise: un accord large de toutes les formations se réclamant de la transformation sociale pour proposer un certain nombre d'axes politiques sur les régionales, axes dont les contenus doivent être débattus avec des participants actifs des mouvements sociaux.

Nous avions même proposé de faire un ou des forums citoyens où courants politiques et acteurs des mouvement sociaux pouvaient dialoguer et prendre ensemble toutes les décisions.

La Liste NPA se contente d'appeler « l'ensemble des partisans d'une gauche unitaire, anticapitaliste, antilibérale et militant-es de l'écologie radicale à nous rejoindre dans les comités locaux, de quartiers, d'entreprises, de soutien à notre liste». Nous avions le 19/12 demandé la modification de cette rédaction qui réduit les acteurs sociaux à n'être que les soutiens des petites chapelles politiques.
Les différences qui apparaissent là nécessitaient la poursuite de discussions, de prendre un peu de temps pour voir comment nous pouvions travailler ensemble.
Alors que depuis novembre nos partenaires refusaient toute annonce publique ( « pour ne pas décevoir après »), une conférence de presse devient d'un seul coup urgente avant même toute discussion sur le contenu de la campagne, conférence de presse « approuvée largement par les adhérents du PG et du NPA », où il faut absolument annoncer les têtes de listes choisies par les organisations qui se sont accordées.

Nous nous voyons difficilement faire campagne dans un tel cadre. Les risques de voir apparaître pendant la campagne les problèmes non traités sont réels.

Écrit par : Michel | 18/01/2010

@Michel

C'est normal que tu défendes le cadre unitaire du FDG, puisque la GU en fait partie. Mais si je lis le papier que publie ce matin Libé sur "Clémentine Autain et le verrouillage du PC ", je découvre dans la bouche de C Autain qu"On reste dans une construction autour du PCF[...]. Ils choisissent leurs partenaires, distribuent les places sur les listes et mettent des véto sans aucune forme d'arguments". E C Autain souhaite "bien du courage".au PG dans ce "face à face" avec le PCF. "Surtout que tout le monde sait que cet attelage Front de gauche a toutes les chances d'exploser entre les régionales de mars et la présidentielle de 2012".

Ce qu'elle constate ici dans Libé à propos du PCF, nous en avons une belle illustration en Aquitaine. En témoigne le communiqué de l'appel unitaire régionale du Mas adressé vendredi :

"Chers camarades et citoyens de l'unité

Une triste nouvelle pour l'Aquitaine : depuis hier soir[jeudi 14], les chemins de l'unité pour les régionales semblent pour l'heure bien compromis.

- un cadre d'accord semblait possible lundi 11 janvier pour 4 organisations, mais le PCF a posé un veto et les négociations ont été interrompues par lui.

- mercredi 13, le PCF et le PG formulaient une "nouvelle offre" adressée au NPA et à la FASE, que ces 2 organisations rejettent catégoriquement.

- la Gauche unitaire a annoncé jeudi soir qu'en l'état, elle ne partirait pas en campagne dans le cadre du seul Front de gauche en Aquitaine, si les conditions imposées par le PCF n'étaient pas levées et l'accord de large rassemblement non réalisé

Force est de constater donc que nous sommes dans l'impasse. Les unitaires de tous bords vont (et doivent) tout faire dans les prochains jours pour rattraper une situation difficile. Le temps presse. Un communiqué de presse + un courrier aux délégations régionales du PG et du PCF va être rédigés dans les prochaines heures. Il vous sera immédiatement transmis dès qu'il est prêt"

Comme la GU, Les "unitaires" du PCF ( et ceux qui ont choisi le PS, ne seraient pas "unitaires" ?) souhaitaient sans doute rester dans le cadre que tu défends ici, celui du "Front de gauche élargie"(pour le PCF) ou des listes "Ensemble" pour la FASE.

EN Aquitaine, lorsque le NPA avait proposé de modifier l'intitulé de la liste, les "unitaires" du ¨PCF nous ont répondu que c'était leur demander de quitter le cadre du "FDG élargie" (ou des liste "Ensemble") et qu'ils comprenaient notre demande (c'était le 23/12). Nous leur avions expliqué qu'il fallait se rassembler dans un cadre spécifique, qui ne soit ni celui du FDG élargie, ni celui du NPA, un cadre unitaire.

En LR, à la demande du NPA, les composantes de la coalition ont accepté de se rassembler dans un cadre spécifique, qui ne soit pas celui des listes "Ensemble", afin d'accueillir le NPA (liste "A gauche, maintenant").

J'arrête là, mais écrire que la liste NPA-PG est celle d'"un cartel de 2 organisations qui se sont mis d'accord pour exclure les autres", je peux écrire la même chose vis à vis du FDG en Aquitaine et nationalement (voir les déclarations de C Autain dans Libé plus haut) Et j'émets un sérieux doute sur ce que tu avances.Un billet de Sylvia Zappi dans le Monde de mardi 12 ne disait pas autrement avec les "victimes" de l'accord national entre le PCF et le PG sur la répartition des places. La FASE en est une, ainsi que Laila Chabi du NPA, affirmait-elle.

Écrit par : Guillot | 18/01/2010

Voilà, le résultat, le PCF de Poitou-Charentes aurait été mieux inspiré d'aller avec le PS au premier tour, pour l'empêcher de s'allier au Modem.
Évidemment, ne trouvant pas d'allié à gauche, la pragmatique Royal est allé voir à droite.
Et si l'on en croit les déclarations OFFICIELLES (pas de fusion technique si le Modem est sur la liste), ça signifie zéro élu à gauche du PS. Ni PCF, ni NPA, ni PG, ni l'un des groupuscules qui gravitent autour.
On peut dire que c'est un beau viandage pour toute la fameuse "gauche de gauche".

Écrit par : toto | 18/01/2010

Bravo toto, mais je ne t'avais pas attendu pour comprendre que vous étiez les meilleurs alliés (objectifs comme on disait hier), des amis de Bob (Hue). Sacré toto !

Écrit par : Gilles | 18/01/2010

Tu peux ironiser comme tu veux, le coup de l'allié objectif de la droite, c'est très surfait. Ce qui est sûr, c'est qu'un PCF refusant l'alliance avec le PS favorise l'alliance à droite du PS, puisque celui-ci cherche à construire des majorités.

Maintenant, toute la question est de savoir si c'est un objectif stratégique ou pas, de pousser le PS dans les bras du Modem, afin d'aller vers un paysage politique tripolaire avec un bloc de "gauche antilibérale", un "bloc centriste", et un bloc "droite dure".

Car tu défends ce projet comme si c'était une évidence. Et chaque pas dans ce sens comme si c'était une victoire.
Sauf que le fond d'une telle stratégie n'a jamais été réellement discuté, ni débattu. Il est largement lié à la caractérisation qu'on peut faire des différentes forces politiques, etc.

Écrit par : toto | 18/01/2010

@ guillot
C'est vrai que le PCF nous met dans la merde avec ses stratégies à géométrie variable. Mais les premières victimes, ce sont les communistes "unitaires" sincères (et ils existent !). La Bretagne, à ce que je lis aujourd'hui est un exemple pitoyable. L'Aquitaine, certainement aussi !.... Mais nous (GU) nous nous situons dans la durée, et ne cherchons pas à faire un "coup" comme il a été dit lors des européennes. J'estime que nous marchons dans le bon sens pour ce qui est de la clarification à gauche du PS. Rejeter le PS dans les bras du Modem, c'est le démasquer définitivement, et cela ouvre la voie à la construction d'une vraie gauche. Pour peu que tous les acteurs de la gauche anticapitaliste et antilibérale jouent bien le jeu.

Lorsque tu dis que l'attelage Front de Gauche a toutes les chances d'exploser entre les régionales et les présidentielles, permets-moi de te rappeler qu'on nous avait déjà prédit le même sort après les européennes.... Or, nous constatons que non seulement nous n'explosons pas, mais qu'en plus nous nous élargissons. Et même au sein du PCF nous progressons, car il ne faut pas oublier qu'au départ, il n'était pas très chaud pour la stratégie Front de Gauche, décidée au sommet.

Je suis optimiste, même si actuellement les choses ne se passent pas partout comme il le faudrait. Il y a quand même quelques régions où l'union se fait entre toutes les composantes de la gauche de transformation. Que cela nous serve d'exemple pour l'avenir, et nous aurons accompli quelque chose d'utile.

Écrit par : Michel | 18/01/2010

@Michel
Franchement, la GU c'est une belle connerie, ça ne sert à rien et ça ne servira jamais à rien. D'ailleurs vous êtes pratiquement inexistants. Alors SVP ne parle pas de "projet à terme". Il fallait rester au NPA et se battre là. Ce que nous faisons avec un certain succès. Où sont vos succès politiques ?

Écrit par : Gilles | 18/01/2010

Vu sur bellacio

Les Alternatifs Poitou Charentes suspendent leur participation , avec le front de gauch
lundi 18 janvier 2010 (17h41)
Les Alternatifs Poitou Charentes suspendent leur participation

au rassemblement, avec le front de gauche

Vendredi soir, 15 janvier, s’est tenue à Niort une nouvelle rencontre régionale des forces de l’autre gauche. .

Toutes ? Non, car comme pour les autres rencontres, il n’y avait personne du PC 17. Cette composante n’a

jamais participé à ces réunions, se contentant d’annoncer le lendemain de chaque rencontre régionale que les décisions prises la veille sont nulles !!

Les autres fédérations PC (16, 79, 86), pour ne pas "se couper du 17", revenaient eux aussi sur le texte de la veille. Et ainsi à chaque réunion, on n’avance guère !!

Ces dernières semaines, le rassemblement intitulé « Ensemble, pour une région à gauche, solidaire, écologique, citoyenne » a –lentement- avancé sur le programme, la déclaration d’intention et les listes.

Lors de la précédente réunion régionale du 9 janvier, une « base de discussion » avait été avancée par la FASE quant aux listes : 50% de candidatEs front de gauche, 50% NPA-Alternatifs-Fase.

Pour les Alternatifs, la participation au cadre national unitaire implique : une campagne dynamique et collective, une visibilité réelle de toutes les composantes, un programme clair de rupture avec le libéralisme, des listes à l’image du rassemblement.

Vendredi dernier, le PC propose une nouvelle version de la déclaration d’intention, et une proposition de liste. Dans laquelle il y a 7 Fr de G sur les 8 premiers (dont 5 PC) ! Le dernier protocole, envoyé par le Front de gauche national aux Alternatifs le vendredi 8 janvier, prévoyait "une place éligible en Vienne ». Comme place éligible, le PC 86 avait placé l’Alternatif en ...position 7 !

Prise de parole des Alternatifs. Nous expliquons que :

nous sommes profondément attachés à la démarche unitaire, que nous avons décidé nationalement de participer à la coalition "Ensemble..", et que nous ne ménageons pas nos efforts pour que dans le P Ch le rassemblement soit "grand angle" ;

il y a beaucoup trop d’entailles au protocole : refus quasi systématique d’employer le terme "Ensemble...", conférence de presse sous l’appellation unique de front de gauche, absence des partenaires –non informés !- à la conférence de presse, aucune visibilité politique des autres composantes, ...

à compter de cette heure, les Alternatifs P Ch suspendent leur participation à cette configuration ; un comité régional examinera lundi soir les modalités sous lesquelles ils seront présents aux élections régionales.

Dans la foulée, le NPA indique que les propositions faites par le Front de gauche sont inacceptables par leurs militants et annonce qu’ils font "une offre" : un rassemblement sur des bases honnêtes, pluralistes, respectant les individus, proposé au PG, aux Alternatifs, à la FASE.

Une responsable du PG demande des clarifications sur la position de chacun sur un 2d tour, où on ferait plus de 10% et où S Royal s’allierait avec le modem (ou des personnalités de droite) . Position claire du NPA, du PG, de la Fase, des Alternatifs.

Position alambiquée du PC : notre ennemi, c’est la droite autoritaire. C’est elle qui est dangereuse. Ne pas diviser la gauche, etc, ...

Fin de réunion difficile. La suite ?

Précisons encore une fois pourquoi les Alternatifs avaient demandé à animer la campagne en Poitou Charentes. D’une part, début décembre, cette région n’était pas formellement « demandée » par le PG ni par le PC nationalement. D’autre part, le respect du pluralisme et de la diversité des composantes du rassemblement impliquait une direction de campagne, qui soit « hors Fr de gauche ». Il n’y a donc jamais eu de quelconque mégalomanie de notre part. Ou de prétention déplacée !!




De : alternatifs

Écrit par : Rafikow | 18/01/2010

Ce qui est étrange, c'est que personne ne m'a répondu sur ce fameux regroupement en Poitou-Charentes :

QUID DES FUSIONS TECHNIQUES AU SECOND TOUR? Les fusions techniques avec la liste Royal-Modem sont-elles envisagées? La liste prend-elle acte qu'elle ne fera aucune fusion technique au second tour, étant donné la présence du Modem sur la liste Royal?
Pourquoi n'est-il pas possible d'obtenir une réponse claire à cette question simple?

Écrit par : toto | 18/01/2010

@toto

C'est une plaisanterie je suppose. Si ça n emarche pas en Poitou-Charentes, c'est qu'aucun accord n'est désormais possible avec Royal, et ça ça emmerde le PC.

Écrit par : Gilles | 18/01/2010

@ Michel

C'est Clémentine Autain qui déclare dans Libé que "Surtout que tout le monde sait que cet attelage Front de gauche a toutes les chances d'exploser entre les régionales de mars et la présidentielle de 2012". Ce n'est pas moi.

Toujours dans Libé- qui fait l'exploit de noircir 2 pages sur les régionales en Poitou Charentes (grâce aux photos)sans parler une seule fois de la gauche de la gauche (si ce n'est pour dire que "les communistes partent en solo)"!.

Nous avons droit quand même dans l'article à un "Guy Eyermann, délégué CGT- et tendance NPA- de l'équipementier auto New Fabris, fermé en juillet, qui traite Raffarin [au meeting de Royal à La Rochelle] de "fieffé menteur":"hors de question que la droite prenne la région !" Il est sur la liste Royal en position éligible. Philippe Poutou, notre camarade de Ford présenti tête de liste NPA(et plus si affinités) en Aquitaine, qui le connaît bien, explique entre autres sa présence sur cette liste par sa situation précaire.

C'est le PC qui doit être ravi de voir un "tendance NPA" sur une liste qui accueille aussi des centristes

Écrit par : guillot | 18/01/2010

@ Gilles
"Franchement, la GU c'est une belle connerie, ça ne sert à rien et ça ne servira jamais à rien. D'ailleurs vous êtes pratiquement inexistants. Alors SVP ne parle pas de "projet à terme". Il fallait rester au NPA et se battre là. Ce que nous faisons avec un certain succès. Où sont vos succès politiques ?"
Je suis

Écrit par : JR | 18/01/2010

@ Toto
"Voilà, le résultat, le PCF de Poitou-Charentes aurait été mieux inspiré d'aller avec le PS au premier tour, pour l'empêcher de s'allier au Modem."
Si je te comprends la vocation du PC et de ses militants, ce n'est pas d'être avec nous mais "d'empêcher le PS de virer à droite".
Et le NPA dans tout ça, il attend le grand soir ?
Ce n'st pas la GdeG, qui s'est viandée sur ce coup là : mais toi.

Écrit par : JR | 18/01/2010

@ Gilles
"Franchement, la GU c'est une belle connerie, ça ne sert à rien et ça ne servira jamais à rien. D'ailleurs vous êtes pratiquement inexistants. Alors SVP ne parle pas de "projet à terme". Il fallait rester au NPA et se battre là. Ce que nous faisons avec un certain succès. Où sont vos succès politiques ?"
Je suis d'accord avec toi... Mais n'est-ce pas toi, qui disait que le NPA était une monstruosité ?

Écrit par : JR | 18/01/2010

@JR
Exact. Le travail que nous faisons depuis des mois, ce n'est pas avec ce NPA là. Celui-là ne cherche qu'à une chose, détruire ce que nous faisons, arrivant en "bande" dans les négociations, avec une hostilité manifeste vis à vis de nos partenaires, manoeuvrant en coulisse comme fraction, etc. Et j'en passe et de plus graves comme des violences physiques. Aucune discipline, pis des comportements limites en permanence. Je l'ai déjà dit, de minoritaire il y a deux mois, nous sommes devenus majoritaires, uniquement en faisant la preuve que ce que nous disions depuis plus d'un an devait payer. Et c'est le cas aujourd'hui : plus de Front de gauche, un PC divisé et une bagarre interne qui est partie aujourd'hui. Et pendant ce temps là le "NPA de Besancenot" que fait-il ? A part dénigrer, rien.

Écrit par : Gilles | 18/01/2010

@JR : parce que tu crois que le changement viendra des élections? D'un cartel électoral gagnant?
Si l'on veut faire mobiliser toute la gauche associative, syndicale et politique, vers un mouvement d'ensemble, il vaut mieux un PS avec le PCF qu'avec le Modem.

Je ne vois vraiment pas quel intérêt politique tu vois à pousser le PS vers le Modem. Ca ne nous mènera pas plus au pouvoir par le biais électoral, et ça diminuera d'autant plus les chances de réussir à construire un mouvement d'ensemble!

Écrit par : toto | 19/01/2010

@ toto
Depuis mai 68, le découpage était immuable : aux réformistes les élections et la légitimité technique qui va avec, aux "gauchistes", le témoignage...
Je n'ai pas de certitude comme toi, je ne sais pas. Je pense que le NPA doit se positionner sur les deux et tout faire pour les luttes et tout faire pour que ces luttes soient relayées par nos élus. En conséquence, nous devons tout faire pour avoir des élus in-dé-pen-dants.
Après tout, personnes encore n'a fait le bilan de nos élus municipaux "100% à gauche"...
Enfin je suis pour tout prendre aux buros les directions syndicales et les élus : la lutte doit être totale... pour faire émerger une vraie gauche indépendante.

Écrit par : JR | 19/01/2010

@ Gilles et JR :
"Franchement, la GU c'est une belle connerie, ça ne sert à rien et ça ne servira jamais à rien. D'ailleurs vous êtes pratiquement inexistants. Alors SVP ne parle pas de "projet à terme". Il fallait rester au NPA et se battre là. Ce que nous faisons avec un certain succès. Où sont vos succès politiques ?"

Je retiens ce paragraphe et le classe dans mes archives. Je vous le ressortirai le moment venu... Car dans ce domaine, toutes vos sentences sur le devenir du Front de Gauche, se sont magnifiquement trouvées infirmées. Là où vous n'avez rien compris, c'est que la GU en tant que telle, n'a évidemment aucun avenir politique. Elle est juste l'outil qui permet à des militants sincères de ne pas se fourvoyer dans une organisation qui est, comme tu le dis toi-même, une "monstruosité".... Le succès politique (soyons modestes, la GU n'en est qu'une part infime), c'est d'avoir construit ce Front de Gauche qui vous reste tant en travers de la gorge. A tel point que vos propres dirigeants lorgnent à présent vers lui....

Quand à "se battre de l'intérieur", tu vois toi-même ce que cela donne, lorsque :

" Le travail que nous faisons depuis des mois, ce n'est pas avec ce NPA là. Celui-là ne cherche qu'à une chose, détruire ce que nous faisons, arrivant en "bande" dans les négociations, avec une hostilité manifeste vis à vis de nos partenaires, manoeuvrant en coulisse comme fraction, etc. Et j'en passe et de plus graves comme des violences physiques. Aucune discipline, pis des comportements limites en permanence. "

Ce genre d'expérience, j'ai déjà donné, et je n'ai pas ta patience. Et je ne suis pas le seul. Si tu savais le nombre de militants qui, comme moi, sont passés par la LCR et ont été "usés" aussi bien physiquement que moralement, et qui, maintenant constituent toutes ces miriades de groupuscules avec lesquels vous tentez de vous unir. La Gu là-dedans, ce n'est qu'une de plus !.... Mais au moins, nous, on a un projet qui dépasse le nombrilisme d'une organisation "creuset" comme vous ou le PG semblez le revendiquer.

Écrit par : Michel | 19/01/2010

à Gilles
"Aucune discipline": ce blog est le témoin du manque de discipline du NPA. Aurais-tu tendance, comme beaucoup à réclamer de la discipline qand ça t'arranges et à t'en émanciper, quand çà te conviens ?
La direction du NPA a fait ce qu'elle devait faire. Au niveau national fermeté sur l'indépendance, au niveau local : poursuivre les négos et laisser faire les militants locaux. En quelques sorte le bilan est positif car les militants du FdeG ne nous regardent plus de haut (cf les avatatrs anti démocratiques en Bretagne pour le PG, le parachutage de Picquet, et Poitou-Charente pour le PC).
Cette séquence politique est comme tu le dirais toi-même, une leçon de chose, pour tous les militants et surtout les plus jeunes en politique...
Je cautione en aucun cas les intimidations physiques mais c'est tout de même le "monstre" NPA et sa démocratie, qui t'as permis de mener ce combat jusqu'au bout avec la clarification que l'on connaît aujourd'hui... dans ta région (n'en déplaise à Toto).
Ce serait une vitoire à la Pyrrhus, si le NPA n'était pas en mesure de taper encore et encore sur le même clou.

Écrit par : JR | 19/01/2010

@ Michel
J'ai bien compris le projet de la GU. C'est en soi un pari respectable...
Mais ces dernières semaines je n'ai pu que constater, qu'elle faisait uniquement le jeu du PC dans toutes les régions et cela contre le NPA, comme un grand chlem.
Pire te voilà à dénoncer pour le NPA en Basse Normandie, ce qu'ailleurs tu n'a jamais dit pour le PC...
Fais-tu tout à coup confiance au PC pour jouer le jeu de l'unité, alors qu'il n'en est rien ?
Pour jouer ton rôle de pivot de militant sincère, il aurait fallu te positionner autrement sur l'indépendance de la GdeG... Là, tu me laisses penser que ta vision est étriquée sur des majorités locales genre gauches plurielles, qui dans le passé nous ont menés dans le mur.
La Gu est paralysée aujourd'hui, c'est que le projet de la Gu est mort né (Regarde du côté de ton indépendance). Ce qui n'est pas le cas du projet du "monstrueux NPA".

Écrit par : JR | 19/01/2010

Albert(Agen)



NPA 73 au Front de gauche 73 et Rhône-Alpes

Copie à la coordination Rhône-Alpes du NPA et au Comité Exécutif du NPA

CherEs camarades,

Lors d’une conférence de presse tenue le 16 janvier à Chambéry, afin de présenter votre liste départementale aux journalistes, vous avez annoncé que vous aviez entre autres « le soutien du NPA, par l’intermédiaire d’un courant qui représente 30 % de ses militants ». Par ailleurs, nous avons constaté, sur le site du PG 73, que vous utilisiez le logo du courant « Convergence et Alternative » (avec en mention souscrite : « courant issu du NPA »), en l’insérant dans le logo du « Front de Gauche élargi ». Toutefois, comme en témoigne le démenti de Convergence et Alternative Rhône-Alpes que nous vous transférons en pièce jointe, vous ne pouvez pas vous prévaloir de ce soutien.

Nous pensons qu’il ne s’agit là que d’une erreur, consécutive à la complexité des discussions collectives récentes, et que vous n’avez pas voulu intentionnellement tromper les électeurs du NPA : étant donné que l’utilisation de ce logo et la mention de ce soutien est manifestement illégale, nous ne pouvons en effet croire que vous ayez sciemment voulu placer votre liste en situation d’insécurité juridique. Pour éviter les malentendus, nous pensons qu’il est toutefois préférable de vous mettre en garde, fraternellement mais fermement : si ces faits devaient se renouveler, le NPA ne les laisserait pas passer. Nous vous demandons donc solennellement de ne pas vous réclamer du soutien de tout ou partie de nos militants, en Savoie comme dans les autres départements de notre région, dans vos déclarations publiques comme dans l’ensemble de votre matériel de campagne.

Veuillez recevoir, cherEs camarades, nos salutations militantes.

Les militantEs du NPA 73



DEMENTI

Si le courant Convergences & Alternative a effectivement participé à des réunions unitaires avec le Front de Gauche, nous tenons à préciser qu’à ce jour aucun accord n’a pu être trouvé pour finaliser une union possible. Le Front de gauche ayant pour l’instant fait savoir qu’il n’envisageait qu’une place éligible dans la région pour l’ensemble des organisations hors FdG à savoir : FASE, ALTERNATIFS, PCOF, M PEP et Convergences & Alternative nous avons considéré que le compte n’y était pas pour donner le sens réellement unitaire que devait avoir la liste « ENSEMBLE … » en Rhône Alpes. D’ailleurs aujourd’hui ce constat a été fait par l’ensemble des organisations hors FdG (à l’exclusion des Alternatifs du Rhône et de l’Ain) si bien que pour l’instant le Front de Gauche défend une liste « SOLITAIRE… » en Rhône Alpes.

Ainsi à ce jour chaque utilisation de la dénomination : Convergences & Alternative associée à la démarche du Front de Gauche est une usurpation dont nous dénonçons la malhonnêteté.

Aussi afin de dénoncer cette tromperie nous vous invitons à nous faire parvenir (par mail ou courrier) tout document qui utiliserait notre nom pour des informations publiques laissant entendre une entente formelle entre Convergences & Alternative et le Front de Gauche afin de donner des suites à cette manipulation.

De plus, pour info, Convergences & Alternative conscient d’être un courant encore minoritaire au sein du NPA n’a à aucun moment revendiqué publiquement quelque pourcentage que ce soit en terme de représentation au sein du NPA et à plus forte raison d’un nombre de militants associés à notre démarche dans la région.

Convergences & Alternative Rhône Alpes

Là, cela a été un peu plus loin qu'en Aquitaine pour la forme prise . En Aquitaine , suite à une réu "unitaire" ("un peu sauvage" selon les propres termes d'un camarade position "C") le PCF avait envoyé sa "synthèse" sous forme d'un tract FDG "canal historique" en annexant les logo NPA et FASE comme composantes; + déclaration de Dartigolles sur une radio locale et dans un quotidien du 64 :"Nous travaillons encore à élargir le Front de Gauche, notamment avec les minoritaires du NPA ...")

Lorsque j'ai découvert hier les propos que Gilles tient ici sur le NPA, je me suis dit qu'il avait pété les plombs. Est-ce que je me trompe ?

Écrit par : GUILLOR | 19/01/2010

@Michel

"Le succès politique, c'est d'avoir construit ce Front de Gauche" !
Il n'y a plus de Front de gauche en Poitou-Charentes et je ne pense pas que tout ça va tenir nationalement jusqu'en 2012 au train où vont les choses. Le Front de gauche est déjà un échec au sens où il n'arrive même pas à "s’élargir". Ce FdG est une pure opération politicienne voulue ainsi par les amis de Buffet, mais elle est sans avenir.

@JR
La discipline ce n'est pas une question de politique - je n'ai jamais caché mes divergences et même lorsque j'ai la dent dure, c'est toujours de la politique. La discipline, c'est autre chose. C'est ne pas arriver à une quinzaine dans une réunion unitaire, applaudir (moi en l’occurrence, ce qui est le plus drôle de l’affaire) lorsque le ton monte, intervenir sans objet (heureusement que les autres, PC en tête ne se comportent pas comme « nous ») ; ce ne pas faire de même dans une coordination NPA pour remettre en cause une consultation démocratique (vote de tous) intervenue quelques jours auparavant ; ce n’est pas monter des listes dans son coin sans communiquer avec l’autre comité du département ; ce n’est pas refuser de mettre en place une direction de campagne, bref saboter en sous-main et systématiquement ce que nous avons fait en étant appuyé par plus de 60% du parti.

Écrit par : Gilles | 19/01/2010

@ JR :
Je ne parle que de ce que je connais pour l'avoir vécu moi-même. Sinon, on est dans le colportage des bruits de chiottes. Donc je ne parle que de la B-N où je dénonce quand même que le PC se soit allié au PS dès le 1er tour. Et là, il se livre une bataille interne au PC, dans laquelle nous n'avons aucun pouvoir. Bien entendu nous ne cautionnerons jamais cette alliance, et les communistes "unitaires" non plus (qui ne feront pas campagne avec leur parti). Pour le reste, il s'agit de sauver les meuble et de présenter une liste GdG, mais pas comme le fait le NPA : juste eux, et les 2/3 du PG !... Nous nous battons pour réunir tout le monde, y compris le PC fidèle au Front de Gauche.
Maintenant, avec tous les exemples qui sont donnés ici, et si j'étais dans une autre région, il n'est pas impossible que je soutienne votre position, si le PCF est vraiment retors. Il est vrai qu'il y a de véritables pourritures dans ses rangs, mais nous, dans la Manche, nous avons la chance d'avoir une nouvelle génération qui a "débarqué" toutes ces vieilles badernes. J'ai peut-être une vision un peu faussée de l'état général dans ce parti, mais l'avenir me donnera raison, car le parti est vieillissant, et la relève n'a pas connu le stalinisme. C'est pourquoi je pense sincèrement que nous devons continuer à conforter chez eux toute vélléité unitaire à gauche. C'est quand même une grande révolution dans les esprits que d'avoir réussi à les contraindre à lâcher le PS.

Écrit par : Michel | 19/01/2010

@Gilles,

Le NPA Aquitain a connu cela le 7 décembre dernier, lors de la 1° rencontre régionale unitaire en Aquitaine à Marmande (à notre intitiative).

J'en avais déjà rendu compte: les 6 camarades de GU ainsi que ceux du PC avaient applaudi à tout rompre lorsqu'un camarade du NPA 24 avait fait un chantage à la menace de rejoindre le FDG avec toute sa fédé si un accord n'aboutissait pas.

Visiblement en Poitou Charentes, votre coordination régionale a du mal à être reconnue par ses fédés. Nous avons connu le même problème aussi, mais une 2° consultation régionale début janvier a permis d'asseoir sa légitimité(avec une majorité de 51% contre 41%) et de légitimité une délégation pluraliste pour négocier avec le FDG et la FASE.

Certains camarades isolés position "C" contestent encore les résultats de cette contestation, mais ce n'est pas le cas de la fédé 24,où il sont très majoritaires ( 48/65 ;en rajoutant au 41% les 2 comités du 47 dont des camarades avaient appelé au boycott de l'AG du 47 pour la consultation, ils estiment que nous sommes à 50/50 en Aquitaine).

Ils ne veulent pas admettre que les 2 principales fédés (33 et 64) en Aquitaine, qui avait toujours mandaté leur délégations au 3 rencontres unitaires de décembre,représentaient 69% des adhérents ayant participé à la consultation sur les motion A, B et C.

Et contrairement à leurs camarades position "B" du 47 , les camarades position "C" ont affirmé qu'ils récusaient d'avance tout "discipline" majoritaire .

Écrit par : guillot | 19/01/2010

Notre première consultation a donné 60 % pour nous ; si nous en faisions une seconde (qui n'a pas lieu d'être), nous en serions à près de 70 %. Le problème n'est pas là. Nous sommes légitimes. Mais des camarades conteste cette légitimité en se comportant comme un petit groupe de pression, avec menaces (et coups) à l'appui.

Ayant à gérer mille choses à la fois, la crise interne au PC, plus le PG, la FASE et les Alter, car c'est comme ça que ça se passe, c'est invivable. Je demande depuis une semaine la mise en place d'une "direction" provisoire de campagne (pluraliste et consensuele), mais pour l'instant je n'arrive pas à l'obtenir. Moralité deux comités hostiles vont renter en dissidence si nous continuons ainsi. Ce qui va ravir nos adversaires dans le PC.

Écrit par : Gilles | 19/01/2010

@guillot
Je n'arrive pas à comprendre tout dans la situation en Aquitaine, mais nous en Poitou-Charentes nous étions minoritaires début décembre (38%). Nous avons gagné la majorité (60%) et plus encore aujourd'hui. Et nous avions prévenu que si nous étions minoritaires nous respecterions le vote sans aller plus loin. Les discussions que j’ai avec mes camarades parisiens vont toujours dans ce sens : mener la bataille en interne, pas de « dissidences », ça ne mènent à rien.

Écrit par : Gilles | 19/01/2010

Est-ce que quelqu'un peut me communiquer l'accord en Limousin ?

Écrit par : Gilles | 19/01/2010

@ Gilles
Pour ce qui est du Limousin : J'ai trouvé un reportage sur ce site :
http://www.kewego.fr/video/iLyROoafIlKP.html - 63k - Pages similaires

Écrit par : JR | 19/01/2010

@ Michel
"A tel point que vos propres dirigeants lorgnent à présent vers lui...." T'es au courant de se qui se passe au Npa et pas au PC de Basse Normandie....

"Ce genre d'expérience, j'ai déjà donné." Tu t'appuies sur ce qui s'est passé en Poitou-Charente et toi de ta Basse Normandie, tu prétends ne parler que de ce que tu connais pour ne pas répondre sur le fond.
Qui est :
Pourquoi la GU fait-elle le jeu du PC, en menant un front anti-NPA (cf bretagne, parachutage en Midi-Pyrénées, Auverge) ?
Nouvelle affaire en Rhone-Alpes ?
Attitude par rapport au executifs, c a d sur la nouvelle gauche ?

Enfin, ce n'est pas mon genre de colporter des bruits fussent-ils de chiottes. Je me base sur des infos multiples de sites extérieurs au NPA... Tu as toute lattitude de les démentir ou les nuancer... Le débat que j'ai avec toi ne saurait souffrir les entourloupes. A toi de t'informer pour confronter ta ligne politique avecles faits car en vérité, les faits sont têtus. Et surtout arrête de cacher derrière ton petit doigt.

Écrit par : JR | 19/01/2010

@JR

Merci, mais ça ne m'a pas appris grand chose sur les bases de l'accord.

Écrit par : Gilles | 19/01/2010

Depuis deux heures il y a un nouveau billet : "Régionales 2010 : Royal joue sa tête", avec de nouvelles infos dont une lettre ouverte du PG au PC.

Écrit par : Gilles | 19/01/2010

Perso, je ne faisais pas partie de ceux qui croyaient que le FdG était une aventure sans lendemain. Depuis le début je pense que le véritable obstacle pour le FdG ce sont les présidentielles même si j'ai eu un vrai doute au moment de la fête de l'huma quand j'ai assité au pas de 2 entre la direction du PCF et celle du PS. Il ne pourra en avoir qu'un aux présidentielles et malheureusement on connait l'influence démesurée que peut avoir même un score tout relatif comme les 4.2% de Besancenot sur la capacité d'une organisation à engranger des forces.
Ni Mélenchon, ni la direction du PCF ne voudront renoncer à cette élection.

Le seul élément qui pourrait permettre au FdG de passer cet obstacle sans être trop affaibli, c'est qu'il y ait une forte dynamique à partir des régionales. Et il est très probable que ce ne sera pas le cas même si le FdG fait encore pour ces élections plus que le NPA.
Mais il peut se passer beaucoups de choses d'ici là.

Par contre, certains oublient un peu vite que l'existence même du NPA en dépit de toutes les erreurs qui ont pu être faites par sa direction joue un rôle non négligeable dans la stratégie du PCF.
Il est clair que le PCF seul n'a pas les moyens de faire plus que le NPA aujourd'hui et le positionnement du NPA d'indépendance radicale par rapport au PS oblige le PCF a se garder sur sa gauche en se détachant partiellement du PS au premier tour mais pas au deuxième et au troisième tour bien sûr.

Evidemment le PCF n'aurait pas pu créer un FdG sans l'existence du PG, et l'existence de la GU, un groupuscule regroupant essentiellement des cadres qui a un afficage médiatique sans commune mesure avec son importance permet d'éviter que l'on dise que le FdG est un face-à-face PCF-PG.
La GU tient la chandelle d'une main et la main du PCF de l'autre. Si les camarades de la GU se contentent de ce rôle, ils sont tombés bien bas. Encore que ça rapporte. On obtient ainsi des permanents des élus et une tête de liste dans une région très à gauche.

Écrit par : langue-rouge | 19/01/2010

@ langue-rouge,
C'est une façon de voir.... Comme tu sembles le suggérer, la GU n'a pas seulement un affichage médiatique. Ce groupuscule de cadres, qui a une ligne politique cohérente et qui, nonobstant son nombre relativement faible, a pu infléchir le PC dans ses alliances avec le PS. Le PC a une stratégie confuse oscillant entre PS et FDG, le PG cherche à se positionner en face au PS en vue de 2012. Pour nous la ligne est claire, même si on peut ici ou là nous accuser de coller aux basques du PC, ou de nous opposer au NPA, c'est celle de réaliser l'unité la plus complète.
Avez-vous remarqué que cela fait un bon moment qu'on ne parle plus des éxécutifs qui semblait pourtant être la pierre d'achopement... La lutte des places a largement pris le dessus. Vous emblez plus préoccupés par le poste de permanent offert à C.Picquet que par la ligne politique que nous défendons dans le FDG. C'est regrettable !

@JR :
si je suis au courant de ce qui se passe au NPA, c'est bien grâce à vous et votre blog... Quant au PC bas-normand, on sait hélas ce qui s'y passe, mais on n'a pas le pouvoir d'interférer sur leurs décisions.

Écrit par : Michel | 19/01/2010

@ Michel
"C'est celle de réaliser l'unité la plus complète."
Je voudrais bien te croire mais les événement bretons, par exemple, montrent que la GU n'a pas aidé en quoi que ce soit à réaliser l'unité. Elle se retrouve, si j'ai bien compris avec les PC dissidents et... un FdeG rétréci (sans PC). J'aurais ce bilan... je me poserais des questions.
On m'a mal informé sur la Bretagne ? Bon.
Prenons l'Auvergne : il y a LAffond au NPA, qui a pris position dans le NPA pour la position C, qui doit être sans faire offense à personne, quelqu'un avec qui tu dois avoir eu certaines affinités au temps de la LCR... Là, la Gu colle au PC... J'aurais ce bilan, je me poserais des questions... J'ai mal compris ?
Bon, prenons l'Aquitaine... La Gu colle au PC, un PC qui se veut égémonique. J'ai mal compris ? Bon
Alors parlons de la région Midi Pyrénées. Là, il y a the spécialiste de l'unité, comme tête de liste du FdeG. Y a-t-il eu de sa part un travail en ce sens ? Tentative d'une approche en ce sens ? Tout de même, c'est quelqu'un, qui a un passé politique, qui en a fait son fond de commerce : l'unité. On peut encore la réaliser. Tiens ça me clouerais le bec, de voir Picquet dire bon, chacun ses positions sur les executifs mais on peut pas rester comme ça... Rien n'est encore définitif... Mais non... Là encore, il a pris la place d'une candidate PC proche de Braouézec... Qu'est-ce que Picquet ? La marionnette de l'appareil du PC...
Que la GU soit proche du PC, ce n'est pas mon problème même si je ne comprends pas tout. Mais le pire, c'est que vous faîtes le jeu des pires.
Alors il y a la Basse N. Je veux bien te croire sur paraole. Le PC a acté l'unité avec le PS... Ce sont les anciens "les mauvais"... Vous la Gu, vous êtes avec les dissidents. Il paraît qu'ils sont très bien. Je dis super. Mais alors, vous n'avez réussi à vous allier avec le NPA/PG, à cause du NPA? à cause du PG avec qui vous avez milité pendant les européennes ?
" Quant au PC bas-normand, on sait hélas ce qui s'y passe, mais on n'a pas le pouvoir d'interférer sur leurs décisions.", me dis-tu ?
Et tu peux rien faire.... J'aurais un tel bilan... en un an... triste anniversaire en vérité.
Ceux et celle, qui tout en restant au NPA se sont battu pieds à pieds pour l'unité et j'en fais partie, ne te disent pas merci et ne s'excuseront pas d'avoir créé le NPA. Mais il se peut, qu'ils aient eux-aussi été mal informés...

Écrit par : JR | 19/01/2010

@ Michel
J'aurais ce bilan, je eviendrais au NPA...

Écrit par : JR | 19/01/2010

je reviens de coord régionale:

Olivier Besancenot tête de liste en Ile de France!

Super nouvelle qu'il ait accepté!

http://www.leparisien.fr/elections-regionales/regionales-besancenot-tete-de-liste-npa-en-ile-de-france-19-01-2010-783835.php

Écrit par : rafikow | 19/01/2010

Il n'a plus qu'à battre Laurent. Mais s'il échoue ?

Écrit par : Gilles | 20/01/2010

Situation en effet rêvée pour faire un bon score vu le désordre qui règne dans le "Front de gauche élargi". Mais si la démonstration rate ou qu'elle réussisse d'un ou deux points, qu'aurons nous démontré ? Qu'Olivier est plus populaire que Laurent, cet inconnu. Rien d'autre.

Écrit par : Gilles | 20/01/2010

Il échouera. L'IDF est un "bastion" du PCF, où le NPA, et la ligue avant lui, à toujours fait des scores très faibles.
Ce n'est vraiment pas très malin de le mettre en tête de liste, les médias nationaux n'auront d'yeux que pour un truc : le score pourri du NPA en IDF.
Outre le fait qu'il ne pourra pas mener la campagne nationale du coup, ce qui affaiblira le NPA partout ailleurs.

Mais je suppose que ce choix a avant tout une vocation interne, plus qu'externe, en direction des militants d'IDF.

Écrit par : toto | 20/01/2010

Je ne suis pas d'accord avec toto ou pas à 100 %. Evidemment il ne pouvait pas reculé. Et puis Laurent est un inconnu. Face à Mélenchon serait été autre chose. Il y a donc là une possibilité de dépasser un Front de gauche déstabilisé qui n'est plus dans le même état qu'aux européennes. A cette déstabilisation nous, c'est-à-dire tous ceux qui se battent comme des chiens depuis deux mois pour éviter de se retrouver seuls, nous y avons contribué largement. Si tout le NPA s'était comporté comme la direction, le Front de gauche aurait eu autrement plus de marges de manoeuvre. Besancenot peut profiter de tout ça.

Écrit par : Gilles | 20/01/2010

Salut camarades,

D'abord , faisant partie de la coordination régionale IDF, je peux vous dire que le fait qu'OB soit tête de liste c'était sous pression des militants de tous les départements. Lui n'était pas franchement chaud. Pour rappel la consultation en IDF a donné: A: 29%, B: 34% , C: 32%, devant une telle situation , j'ai défendu la candidature d'Olivier pour 3 raisons fondamentales: 1/ le caractère national de l'IDF et l'impact que ça peut avoir sur les autres régions , 2/ L'état du parti notamment une IDF suite à la consultation nécessite un "rassembleur" et ça ne peut être autre qu'Olivier 3/ Face à un front de gauche décimé et une candidature de Laurent imposée, c'est un pari risqué certes mais un pari à prendre

En IDF il nous faut une campagne très dynamique pour éviter les scores ridicules dans la région, et cette campagne ne peut l'être sans la candidature d'Olivier.
Au fait avec ou sans OB , c'est 2 points de différence environ , et à notre echelle ce n'est pas négligeable.

je me rappellerai toujours lors d'une diff une fois:

moi: "Bonjour, Nouveau Parti Anticapitaliste , pour l'arrêt des licenciements!"
monsieur: " Tous pourris les politiques , tous!"

5 secondes après -il s'éloigne-

monsieur: " .... Sauf Olivier Besancenot, lui défend les travailleurs!"
moi: "Eh ben justement , c'est le parti d'Olivier Besancenot!"

S'engage ensuite une discussion sympa et un contact de pris.

C'est une réalité.

L'avantage aussi en IDF c'est qu'on a bossé comme des malades sur les bilans et pour un vrai programme régional à mettre en lien avec le national.


biensur que la sociologie d'IDF nous "ecrête" d'une façon ou d'une autre ( 6 fois plus de cadres qu'ailleurs), mais il ne faut pas non plus se leurrer s'il n'y avait que des prolos qui votaient NPA ça se saurait.

Je pense sincèrement que si sans OB on a fait 3.5% en IDF , on peut espérer 5 ou 6% avec.

Écrit par : rafikow | 20/01/2010

@Rafikow

5à 6% pour une liste conduite par OB, au moins nous limiterons les frais financiers du NPA ((19% du corps électoral, je crois)

Dommage qu'il ait refusé de mouiller sa chemise aux européennes : avec lui, nous aurions dépassé les 5% en IDF , permettant ainsi de l'atteindre au niveau national (4,8% avec les "colonies")
La barre psychologique (surtout pour les médias !) des 5% n'avait pas été franchie par la NPA aux européennes.

A la différence d'un Lénine (voir sa maladie infantile)il y a encore trop de camarades qui dévalorisent les élections.

Ainsi un jeune camarade trés actif (c'est grâce à lui que nous avons eu un cercle JCR puis un comité NPA jeunes de 12/15 lycéens depuis 2007) me répond que "c'est une erreur de le présenter aux régionales; il faut le garder au chaud, ne pas le griller dans ces élections".

Pour lui (et la F-LO, présente chez moi) , les élections n'ont qu'un seul intérêt: une candidature de témoignage. Seules les luttes compte. Opposer luttes et élections est une erreur: la lutte des classes existe sur tous les terrains, et peut être mené y compris au coeur des institutions, même les plus réactionnaires selon Lénine.

Écrit par : Guillot | 20/01/2010

@ JR :
La situation des organisations politiques dans ces régionales est loin d'être claire, c'est certain, et s'il y a des hiatus ici et là, je crois que nous en avons TOUS une bonne part de responsabilité. Vois-tu, JR, je n'ai pas une boutique à défendre, contrairement à ce que tu pourrais penser. Je suis même persuadé que le NPA (sous la conduite de Gilles en Poitou-Charentes, par exemple) fait un excellent boulot ici ou là. Je suis également d'accord avec vous pour dire que le PCF ne se comporte pas partout comme un partenaire idéal, de même que le PG qui essaie, lui aussi, de tirer la couverture à lui.

Ceci étant, et pour revenir à la Basse-Normandie, ce que nous essayons, nous GU, c'est d'entraîner les "dissidents" du PC (les Frontistes), à constituer une liste du type "Ensemble..." avec tous les autres acteurs de la GdG. Le NPA n'a pas ce projet, et profite de l'aubaine que leur offre le PCF pour attirer à lui les petites organisations. De toutes celles qui étaient présentes à la première réunion (Fase, alters, M'pep, PG, GU, etc...) seuls les PG 14 et 61 ont décidé de constituer une liste avec le NPA baptisée pour la circonstance "unitaire". J'ai déjà publié ici la lettre de la Fase qui dénonçait les conditions inacceptables des négociations avec le NPA. Cette liste n'a rien d'unitaire, c'est une liste NPA avec quelques ralliements de militants un peu égarés. Tu comprendras aisément que la GU ne peut pas défendre un tel projet.

Le deuxième point est que je connais parfaitement le NPA de Basse-Normandie, puisque j'ai participé avec eux aux régionales de 2004. En particulier ceux de la Manche qui sont sur une ligne que je qualifierai de "toto-iste" et qui ont conduit à ma "démission", bien avant la sortie de Picquet au meeting du Front de Gauche. Alors, j'ai peut-être le tort d'imaginer que tout le NPA est à leur image... Et cette image-là, elle est tellement détestable, qu'il n'est nul besoin de les dénigrer pour faire du NPA local un parfait repoussoir... C'est bien simple, la plus puissante organisation d'extrême-gauche dans la Manche, c'est celle des anciens de la LCR qui ont laissé tomber le combat, mais qui, faute de mieux, continuent à voter NPA, sans pour autant adhérer au projet.

Tout cela pour dire que si j'étais en Poitou-Charentes, je serais certainement au NPA.

Écrit par : Michel | 20/01/2010

Excusez-moi, mais je viens de tomber sur cette information :
" Mais les sensibilités rassemblées autour d’Alain Bocquet vont bien au-delà de ces étiquettes. On trouve ainsi un vice-président sortant de la région issu des Verts, Michel Autes, qui a décidé de rejoindre cette liste sans renier ses convictions, car « on ne peut pas résoudre la question de l’écologie si on ne résout pas en même temps celle des inégalités », mais aussi des militants anticapitalistes, comme Karel Yon, responsable national du NPA, une ancienne élue LCR, Nicole Taquet-Leroy, et des élus de toutes sensibilités de gauche, comme André Lenquette, maire (divers gauche) de Beuvrages, ou Francis Berkmans, ancien maire d’Escautpont et « socialiste de cœur », vice-président de l’agglomération de la Porte du Hainaut…

La question qui se pose, c'est évidemment la position de ce "responsable national du NPA" qui semblerait être sur une liste non soutenue par le NPA... Est-ce que je me trompe, ou y a-t-il anguille sous roche ?...

Écrit par : Michel | 20/01/2010

@Michel

"Tout cela pour dire que si j'étais en Poitou-Charentes, je serais certainement au NPA."

ben démanges! ( taquin)

Écrit par : Rafikow | 20/01/2010

voulais dire déménages!

(rire)

Écrit par : Rafikow | 20/01/2010

Aux dernières nouvelles Karel Yon a quitté le NPA en même temps que Picqeut il y a un an et j'étais persuadé qu'il était à la gauche unitaire. Mais si Michel n'en sait rien peut-être que je me trompe.

Pour Besancenot, vous êtes bien trop optimistes en particulier si Besancenot sacrifie la campagne nationale et les meetings en régions pour se concentrer sur une région où même avec lui nous ne sommes pas sûrs de faire 5%. Je ferais plutôt le pari que le FdG fera plus que nous même en crise, l'IdF étant une des rares régions où le pcf garde une implantation non négligeable qui pèse électoralement dans les élections locales.

Rappelez moi combien on a fait avec Besancenot tête de listes aux avants-dernières élections européennes pourtant alliés avec LO ?

Écrit par : langue-rouge | 20/01/2010

@ langue-rouge, je ne connais pas tous les adhérents de GU (même si nous ne sommes pas nombreux, mais.... après enquête :
Karel était à UNIR dans la LCR
Il avait choisi de rester dans le NPA
et a adhéré à Convergence et Alternative.
Puis a quité le NPA fin 2009 et a adhéré à GU.
Voilà une subtilité qui a dû échapper au journaliste.... de l'Huma !!!

Sinon, je partage ton point de vue sur la présence de Besancenot en IDF. C'est incontestablement une arme à double tranchant. Un échec de OB sera automatiquement analysé comme une défaite du NPA. Une liste Front de Gauche élargie avec le NPA, et Braouzec comme tête de liste, aurait quand même plus de gueule....

Écrit par : Michel | 20/01/2010

On s'enerve au PC de la candidature d'Olivier et entre nous ça me fait doucement rigoler...

http://eco.rue89.com/regionales-2010/2010/01/20/pcf-besancenot-enfonce-le-npa-dans-un-isolement-134682

Que pensez-vous de la candidature d'Olivier Besancenot ?

En s'engageant personnellement, il confirme malheureusement le choix qui est d'enfoncer le NPA dans une stratégie d'isolement, au lieu du rassemblement que nous lui avons proposé. Je pense que c'est une décision regrettable par rapport au besoin d'unité de la gauche de transformation sociale. (Ecouter le son intégral)




Qu'est-ce qui a empêché le PCF, le PG et le NPA de se présenter unis aux régionales ?

La question qui fait débat, c'est est-ce que nous voulons une gauche réellement transformatrice, c'est-à-dire qui porte des objectifs de rupture avec la politique de la droite très brutale aujourd'hui, mais qui considère que nous pouvons porter ces objectifs jusqu'au pouvoir, que nous pouvons les porter dans des majorités régionales. […]

Nous nous voulons justement une gauche du possible, une gauche qui rende possible la transformation sociale tout de suite. Je crois que c'est notre volonté d'engagement dans les majorités régionales qui a fait débat avec le NPA. Le NPA dit que rien n'est possible dans ces majorités. Nous ne le pensons pas. […] (Ecouter le son intégral)




Il n'y a donc pas de différences programmatiques entre Olivier Besancenot et vous ?

Je crois que ce n'est pas justement sur le programme qu'il y a le plus de différences. Il y a beaucoup de propositions qui sont communes. Nous nous retrouvons dans beaucoup de mobilisations sociales en commun. […] Je crois qu'il y aurait suffisamment de commun pour construire des choses ensemble.

Après peut-être, une des choses qui nous différencie, c'est que, nous, nous insistons beaucoup sur la question du pouvoir que doivent retrouver les salariés sur les choix financiers dans les entreprises. […] (Ecouter le son intégral)




Peut-on imaginer une alliance au second tour, si vos scores respectifs le permettent, entre le Front de gauche et le NPA en Ile-de-France ?

[…] Toute autre combinaison risquerait de conduire inévitablement à la victoire de la droite dans les régions. Et je crois qu'aucune des forces de gauche ne le souhaite. Toutes les forces de gauche seront devant l'exigence de se rassembler au second tour. (Ecouter le son intégral)




La suprématie à gauche du Parti socialiste ne peut-elle donc être contestée que par Europe Ecologie ?

Ce serait une erreur de considérer que la question qui se pose à gauche est de savoir qui du Parti socialiste ou d'Europe Ecologie sera en tête entre ces deux forces-là, parce que ce serait renoncer à faire grandir dans la gauche une réelle ambition de transformation.

La démarche qui est la nôtre avec le Front de gauche, qui est justement un rassemblement sans exclusive, est en train de progresser. Pas dans toutes les régions, […] mais c'est en train de progresser

Écrit par : Rafikow | 20/01/2010

Bon , après avoir doucement rigolé, en lisant Duflot ( EE) ,là je suis complètement hilare!

Pourquoi cet énervement soudain, un petit sondage pendant la nuit?

Tout ce que je peux vous dire, c'est que nous avons préparé une campagne des plus dynamiques pour l'Ile de France.

http://www.lepoint.fr/actualites-politique/2010-01-20/regionales-duflot-critique-besancenot/917/0/415412

Cécile Duflot (Verts), interrogée mercredi sur l'annonce par Olivier Besancenot qu'il serait tête de liste du NPA aux régionales en Ile-de-France, a jugé étonnant et "bête" son refus de vouloir "mettre en oeuvre" un projet. "Avoir des propositions politiques, mais ne jamais vouloir les mettre en oeuvre et ne jamais être prêt à discuter pour être en capacité d'assumer la responsabilité, je ne comprends pas", a lancé la numéro un du parti écologiste lors de l'émission Questions d'info (LCP-France Info-AFP).

"Je ne comprends pas quel est l'intérêt de s'engager dans le débat politique électoral en disant: on ne sera jamais en situation de vouloir discuter projet", a insisté la chef de file d'Europe Ecologie en Ile-de-France. "Si son objectif, c'est de remplacer Arlette Laguiller et d'être durablement, comme ça, une espèce de petite image dans le paysage politique sans vouloir faire bouger les choses au niveau où on peut les faire bouger quand on est élu, je trouve ça bête", a encore dit Duflot. Elle a assuré l'avoir déclaré directement au porte-parole du Nouveau parti anticapitaliste. Ce dernier a annoncé mercredi qu'il serait le chef de file de son parti aux régionales de mars en Ile-de-France.

Écrit par : Rafikow | 20/01/2010

Avec Besancenot on avait fait un mauvais score aux dernières régionales, il n'en est pas mort et nous non plus.

Il est vrai qu'on prend un petit risque mais vu le merdier de la gauche de la gauche...

Quant au PCF il y a longtemps qu'il est dirigé par un syndicat de notables!

Écrit par : vériane | 20/01/2010

Je ne suis pas "obmania". Il y a le côté porte parole talentueux des luttes , qui fait qu'il est sollicité très souvent spontanément pour venir dans sur tous les lieux les conflits . Mais il y a aussi le côté anarcho-syndicaliste qui nous donne trop souvent une fausse image du NPA, et les propos de Cécile Dufflot ne me surprennent qu'à moitié. Trop souvent, ce sont les journalistes qui lui tirent les vers du nez pour parler du pouvoir, si le NPA s'intéresse au pouvoir.? Cette question n'est jamais abordéé spontanément chez lui.

Je me rappellerai toujours d'une émission de BFM en 2006 où parlait A Krivine et un éléphant du PS. Ce dernier , en parlant de la LCR, c'était pour souligner et approuver tout à fait son rôle de contre pouvoir, "car il en faut un". Mais le PS, lui, s'intéressait au pouvoir. Alain Krivine n'a pas répondu.

Olivier Besancenot répond, mais c'est souvent parce que le journaliste revient à la charge.

Écrit par : Guillot | 20/01/2010

Quoiqu'il en soit, le temps où l'on regardait les anciens de la LCR comme de doux rêveurs est terminé.
Il y a de l'hostilité dans les déclarations à la fois des dirigeants politiques et des journalistes. C'est que le NPA pèse sur la situation politique et empêche tout le monde de tourner en rond.
Je ne sais pas si le NPA a raison de présenter OB en IdF, plutôt que d'épauler les candidats dans les régions... Mais en fait, ce qui compte c'set que nous fassions tous une bonne campagne... avec nos nouveaux alliers. Histoire de dire au PCF, que nous on sait les respecter...
Sur la question des pouvoirs, nous les militants savons que nous devons les disputer aux buros et ne rien leurs laisser.

Écrit par : JR | 20/01/2010

@ guillot :
Je me souviens très bien de cette émission avec Krivine. Le plus savoureux, c'est que le notable du PS qui lui a lancé cette pique n'était autre que Henri Weber, ancien membre du BN de la LCR !...

Écrit par : Michel | 21/01/2010

La Duflot elle prend les gens pour des cons ou quoi ? Dans quelles régions les verts appliquent leur programme ?

Maintenant je pense aussi qu'il faut répondre à ce genre de connerie ou alors on avalise.

On manque d'esprit polémique: par exemple rappeler sans cesse que lors de l'allongement de l'âge du départ à la retraite, signé par Jospin à Barcelone, Buffet et Mélenchon plus un Vert quelconque étaient au gouvernement .....sans doute pour appliquer leur programme!

Écrit par : vériane | 21/01/2010

Salut à tous !
Merci pour ces débats, ça fait plaisir de voir qu'on parle encore du fond par les temps qui courent même si ça se chicane de temps en temps, c'est toujours mieux que ce qu'on voit dans les médias autorisé.
Comme certains d'entre vous je suis un peu paummé dans cette miriade de partis de gauche qui ont tous quelque chose d'intéressant à proposer mais qui n'arrivent pas à se mettre d'accord sur une ligne de conduite claire pour en finir avec Sarko ou plutôt le système capitaliste qu'il porte.
Jee prends la discution en cours de route, désolé, j'aéi chopé un nom duflot et ça me rappelle un article intéressant que j'ai lu sur toute la médiatisation actuelle du rechuffement de la planète. Impossible de restituer avec précision soj contneu mais on y disait que le rechuffement de la planète n'était qu'une phase de l'histoire climatique de la planétaire et qu'il n'avait rien d'afdfolant dans le sens ou il s'agit d'un cycle naturel. par contre toute la culpabilsation à laquelle on a le droit au sujet de la pollution me prend le chou, comme si on devait payer pour tous les gros polueurs. ça rejoint un peu la thèse de claude allègre que je ne porte pas dans mon coeur mais l'article rappelait que sans cette affaire de réchauffement les gros constructeurs automobiles naurait jamais pu placer sur le marché tous les véhicules à carburant de substitution qui représente un marché gigantesque. en gros faire gaffe à notre planète ok mais pas pour les raisons qu'on invoque. le rechauffement de la planèete aurait lieu quoi qu'il arrive.

Écrit par : gerard | 24/01/2010

@gérard : attention à ne pas se tromper sur la crise climatique. Car il y a bien une crise climatique très grave, causée par l'activité humaine, et plus précisément par le système capitaliste et son développement industriel basé sur les énergies fossiles.

Les gouvernants essaient certes de l'utiliser sur le mode de la culpabilisation pour faire passer des régressions sociales.
C'est à nous de savoir y répondre en pointant les vrais responsables (les capitalistes) et en expliquant l'urgente nécessité de renverser le capitalisme.

Les mobilisations sur la question climatique sont très importantes et on aurait tort de passer à côté!

Écrit par : toto | 24/01/2010

Nouveau billet. C'est du lourd

Écrit par : Gilles | 24/01/2010

c'est d'autant plus vrai que c'est en continuant à nous culpabiliser let à nous taxer pour rembourser les dégats du capitalisme qu'on contribue à ne pas prendre au sérieux cette question climatique cruiciale.

Écrit par : gerard | 26/01/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu