Avertir le modérateur

02/01/2010

Fin de la grève de la faim

Quatre salariés en grève de la faim depuis plus de deux semaines avec le soutien des syndicats Sud, deux employés de GrDF et deux Maliens travaillant pour une société sous-traitante de la SNCF, ont mis fin à leur mouvement, sans avoir obtenu gain de cause, a-t-on appris samedi auprès de ces syndicats. Dans les deux cas, les grévistes se sont rendus aux arguments de Sud qui, tout en leur ayant apporté son soutien "sans faille", a souligné "les risques" que comportait la poursuite d'une forme d'action individuelle, alors que les syndicats se veulent les défenseurs de l'action collective.

Yann Cochin, porte-parole de Sud-Energie, avait cessé de s'alimenter le 14 décembre, imité trois jours plus tard par son collègue René-Michel Millambourg, secrétaire de Sud-Energie Ile-de-France. Le premier avait été hospitalisé jeudi à l'hôpital Lariboisière à Paris, en raison de la dégradation de son état de santé. Les deux hommes, qui s'étaient installés dans un bâtiment de GrDF du IXe arrondissement de Paris, réclamaient la réintégration d'un salarié de GrDF, militant Sud-Energie, licencié le 15 décembre, Nordine Mahroug.

Selon ce syndicat, ce licenciement résultait de sa participation à la grève du printemps, ponctuée par des coupures de courant, déclenchée pour des revendications salariales. Nordine Mahroug, un soudeur employé de GrDF depuis 12 ans, avait été en pointe de ce mouvement, notamment auprès des médias. Pour la direction de GrDF au contraire, cette mesure avait été prise pour "des manquements répétés commis dans l'exercice de son travail". "Devant les risques encourus, la Fédération Sud-Energie a demandé aux deux grévistes de la faim de se réalimenter", indique-t-elle dans un communiqué.

Selon le syndicat, "l'action va se poursuivre sous d'autres formes, à partir de cette solidarité politique et citoyenne" autour du cas de Nordine Mahroug. Deux leaders de gauche, Olivier Besancenot (NPA), et l'eurodéputé Jean-Luc Mélenchon (Parti de gauche) s'étaient déplacés pour soutenir les deux grévistes de Sud-Energie, dénonçant "une vague sans précédent de répression". Sud-Energie avait exprimé des réticences pour le mode d'action choisi. La grève de la faim est "un moyen de lutte syndical peu habituel, qui fait d'ailleurs débat chez nous, c'est une décision individuelle", avait observé Anne-Debrégeas, porte-parole de Sud Energie.

De son côté, Sud-Rail s'était mobilisé pour deux maîtres-chiens maliens chargés d'assurer la sécurité dans les gares parisiennes de la SNCF, qui avaient entamé une grève de la faim il y a 17 jours pour l'un, 16 jours pour l'autre, pour obtenir leur régularisation. Boubacar Diarra, 33 ans, et Sekouh Bah, 28 ans, font partie d'un groupe d'une quarantaine de maîtres-chiens employés de sociétés sous-traitantes de la SNCF qui ont tous, sauf eux deux, obtenu des titres de séjour, à la suite de discussions avec le ministère de l'Immigration et l'entreprise ferroviaire l'été dernier.

Là encore, "après une longue discussion avec le bureau du syndicat, MM. Diarra et Bah ont pris la décision de cesser leur grève de la faim", et "de se réalimenter dès le jeudi midi 31 décembre", indique Sud-Rail. Selon le syndicat, l'arrêt du mouvement était "un préalable à toute rencontre" avec la préfecture de Paris. Toutefois, prévient Sud-Rail, "si les discussions échouaient, la grève reprendrait dans une grande gare parisienne, entourée de collègues cheminotes et cheminots".

(AFP)

Commentaires

Bon rétablissement à Yann.

Écrit par : rafikow | 03/01/2010

Faire chier des milliers de voyageurs pour deux maitres chien, bravo, encore un bel exemple de la bêtise extremiste des gens de Sud Rail. Empêcher des milliers de travailleurs d'aller bosser pour ça, c'est un bel exemple de solidarité. Vous êtes surtout solidaire avec les gens du public, mais les gens qui bossent dans le privé, vous n'en avez vraiment rien à secouer. Un jour, il y aura une révolution contre les gens de cet accabit, et ne vous étonnez pas s'il y a des cheminots quis e font crucifier.

Écrit par : KnarfTheDwarf | 18/01/2010

Commence déjà à te battre contre ton patron, et après on verra s'il y a lieu d'être solidaire avec des types comme toi...

Écrit par : Michel | 18/01/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu