Avertir le modérateur

13/12/2009

Défaite du NPA, victoire du Front de gauche et l’appel de Cochin (CE)

J’ai toujours présenté ici le NPA et le Front de gauche comme deux projets concurrents. J’ai également toujours affirmé que ces deux projets étaient anachroniques, historiquement dépassés, et n’avaient, ni l’un, ni l’autre, la moindre chance de réussir à terme [voir ci-dessous L'hypothèse démocratique]. Mais dans l’immédiat, reconnaissons que le Front de gauche vient de porter un sérieux coup au NPA : tout à la fois à la tête, au foie… et au bas ventre. Il est vrai que tous les coups sont permis dans ce combat obscur et que l’arbitre (l’électorat), pour l’instant, n’a rien vu. Ah, s’il y avait la vidéo !

 

Le Front de gauche, d’abord. En réussissant à rassembler sous son label la totalité de la « gauche de gauche » (moins le NPA, évidemment, et LO qui est désormais dans la troisième dimension), ce que Buffet n’avait pu faire en 2007, ou Mélenchon en 2009, il coupe l’herbe sous les pieds d’un NPA dont c’était également l’ambition. Seulement, cette victoire du Front n’est qu’un épisode de plus dans la lente agonie d’une « gauche de gauche » incapable de construire une alternative un tant soit peu crédible face à celle des sociaux-libéraux dont on peut, sans se tromper, prédire désormais la victoire totale en mars 2007.

 

Le pire c’est que la direction du NPA s’en félicite. Elle voit là la confirmation de sa clairvoyance. Ainsi est établie la « claire ligne de partage » entre les « authentiques anticapitalistes » (le NPA) et « les réformistes honteux » du Front de gauche, désormais en ordre de bataille pour « aller à la soupe » et « capituler » devant le social-libéralisme. Evidemment j’emploie à dessein tout ce vocabulaire qui sent bon la troisième période. « Ces gens » en sont restés là.

 

Quid des authentiques « unitaires » du NPA, du Front de gauche, à la FASE, chez les Alternatifs ? Devront-ils se plier devant ces appareils croupions ? Certainement pas. C’est dans l’adversité, quand la cause est apparemment perdue, que l’on reconnait les vrais combattants. Je cite ici Le Monde d’aujourd’hui : « Pour Yann Cochin, du courant Convergences et Alternative, [le vote intervenu ce weekend] montre que « le CPN n'est pas représentatif » des militants. Et d' « appeler tous les unitaires de tous les partis (PCF, Parti de Gauche et les autres) à se battre bec et ongles dans l'ensemble des régions et dans leur parti » pour l'unité, déplorant que « les appareils (aient) repris les choses en main pour en découdre les uns contre les autres […] La direction du NPA s'est pris les pieds dans le tapis sur la question stratégique de l'unité » et cela crée de « l'incompréhension » chez les adhérents, assure-t-il. M. Cochin, qui ne fera « pas campagne pour le NPA », anticipe le « départ de nombreux militants » et le « raidissement » de certains autres. »

 

J’applaudis des deux mains à cette déclaration et, pour ma part, je continuerai jusqu’au 18 décembre à œuvrer au rassemblement. S’il échoue, j’adopterai la même attitude que Yann Cochin. Comme aux européennes, je m’abstiendrai de participer à la campagne du NPA. Mais cette fois, je ne pense pas que j’irai voter. Adoptant ainsi la saine attitude du prolétaire désabusé. A quoi bon offrir à l’un ou à l’autre un vote qu’il ne mérite pas. Dixi et salvavi animam meam.

 

Gilles Suze

 

Puisqu’un chefaillon du NPA de Bordeaux me reproche de publier des insanités sous le couvert de l’anonymat (ce qui est faux, mon nom apparaissant clairement sur mon blog), je signerais désormais tous mes billets, même s’il m’en coûte.

Commentaires

Mon cher Gilles
Je comprend ton désarroi et ta première réaction
Cela dit, je constate que la direction du Npa, majoritairement, reproduit la même stratégie qu'aux élections européennes, mais avec une différence: il est TOUT SEUL, dans son triste isolement "révolutionnaire", incapable de chercher des accords, refusant en définitive de "faire force" avec d'autres pour peser dans la balance face à la droite, à gauche d'un PS social-libéralisé.
A qui cela va-t-il profiter? J'ai grand crainte que cela ne donne pas à une gauche de gauche la force nécessaire pour peser dans le débat politique, laissant la droite et les socio-libéraux ( PS et Europe Ecologie) le champ libre
A un moment donné, il nous faut savoir prendre nos responsabilités, avec les réalités telles qu'elles sont. C'est bien pareil du cöté du Front de gauche en Poitou-Charentes: je me félicité de la position majoritaire des adhérents du PCF. Je ne suis pas dupe de la stratégie de torpillage possible de la Fédération du PCF de Charente-Maritime. Mais ils ont accepté officiellement de partir au sein du Front de gauche. Quelles que soient mes appréhensions, je ne peux que m'en féliciter, même si les choses ne seront pas simples.
J'ose penser que nos camarades du NPA du Poitou-Charente viendront renforcer ce rassemblement de la gauche de gauche.
Une claire amitié et appréciant ta franchise et ton courage

Écrit par : Henri Moulinier | 13/12/2009

Comment peut-on "applaudir des deux mains" une déclaration aussi stupide que manipulatrice, de Yann Cochin?
Le lieutenant de Picquet continue de manoeuvré pour son ancien chef. Son appel à la scission a pour l'instant été un bide, mais il continue à tout faire pour réussir une belle scission et rejoindre la GU.

Sauf que ça ne tiendra pas longtemps. Pour connaître des néo-militants qui ont naïvement adhéré à son courant. Ils hallucinent depuis une semaine de voir comment il les a manipulé!

Écrit par : toto | 13/12/2009

Pendant le processus constituant j'avais rencontré Cochin à plusieurs reprises. A mon grand étonnement il semblait plutôt content de se qui se passait, contrairement à moi ou à UNIR qui était déjà sur le départ. « Lieutenant » de Picquet ?! Tu n'en manques pas une mon pauvre toto ! Dans la lutte à mort « entre le crétinisme révolutionnaire » et le « crétinisme parlementaire », tu es désormais hors concourt.

Écrit par : Gilles | 13/12/2009

Bon Gilles, il est grand temps que tu ouvres les yeux et que tu arrêtes de taper sur le NPA à propos de tout et de rien.
Cela en devient maladif, tu en fais une affaire personnelle, on sent que tu as de vieux comptes à régler et que cela t'aveugle.
Tu sais parfaitement que tu causes du tort au NPA, car tu sert de caution à tous ceux qui cherchent des arguments pour taper sur le NPA...et t'utilise comme la "preuve "irréfutable" que le NPA c'est de la merde puisque tu t'affirmes haut et fort comme membre du NPA persécuté.

Je ne t'ai jamais vu dire quelque chose de positif sur le NPA, ce qui qui rend tout tes billets fort peu crédibles, mais bien utiles pour les adversaires du NPA. Et c'est peut-être bien là raison d'être de ton blog.

Quelle est la situation actuelle ?

Ps et EE vont faire alliance avec le modem. Donc si le FDG ne se renie pas, il n'y aura aucun conseillers régionaux autre que ceux du PC qui font alliance au 1er tour avec le PS. Dons la question de la participation ou non aux exécutifs ne se posera même pas.
Comme quoi cela n'est qu'un prétexte pour ne pas faire l'unité avec le NPA.

Il serait grand temps de remettre les pieds sur terre,et de revenir aux fondamentaux, à savoir l'émergence d'une gauche radicale totalement indépendante du PS/EE.

Ce n'est plus à l'évidence le projet du FDG et c'est bien pour cela qu'il ne veut pas du NPA dans les bagages. Le PS n'acceptant aucune opposition de gauche dans le cadre d'éventuelles fusions. Et c'est bien là le deal avec le PS pour que les candidats PC qui n'ont pas déjà rejoint le PS au 2éme tour puissent le faire au 2éme tour.

Sinon comment expliquer que le PC prenne le risque réel de n'avoir aucun élu en présentant des listes FDG.

Nous ne sommes pas des naifs et nous savons tous à quoi joue la direction du PC. Sa préoccupation principale est de gérer la crise du parti et que pour cela tous les moyens sont bons. C'est une question de survie.

Alors arrêtons de jouer les faux naifs et de s'auto flageller .

Si le FDG voulait véritablement créer une alternative à gauche, il aurait tout fait pour que le NPA puisse y prendre toute sa place. Sinon comment compte-t -il avoir 5% voire 10% dans le meilleur des cas....et pour en faire quoi?

Le PC court aprés le PS, Mélenchon aprés EE pour passer au-dessus du PS, ils se battent entre eux pour les têtes de listes. Beau spectacle, quelle Cohérence unitaire ! Et ce n'est que le début, la bataille de chiffonniers ne fait que commencer. Et en plus on voudrait rendre le NPA responsable de cette pantalonnade sans programme de rupture.

Mais de qui se moque-t-on? Même si le NPA avait accepté toutes les conditions du FDG, c'est sur le programme que le FDG aurait fait obstacle. Mais au fait c'est quoi le programme du FDG???????????????...à part de vouloir vitaminer la "gauche" modémisée.

Gilles ,ton blog ce n'est pas le NPA de l'intérieur, mais le blog de ton fort intérieur,de tes états d'âmes vengeurs.
Et c'est toi même qui déclare être à coté du NPA, et même pas aux cotés du NPA.

Écrit par : VERGNES | 13/12/2009

.... J’en viendrai enfin au rôle des partis ou d’un parti révolutionnaire. Un tel parti s’inspirera de ce qu’avait été la 1e Internationale ouvrière. Un lieu de réunification de toutes les tendances et courants du mouvement ouvrier. Le lieu surtout où s’élaborera en osmose avec le mouvement syndical, par le débat et la confrontation des points de vue, le programme du mouvement social. Ce parti ne devra être ni un « parti des luttes » substitut au mouvement syndical, ni un appareil politique dont la vocation serait de chapoter le mouvement social et de lui « imposer » les ministres d’un futur gouvernement révolutionnaire. Tout n’est pas à recommencer. Il faudra faire avec le neuf et avec l’ancien. Ainsi les révolutionnaires apprendront à déjouer les pièges des raccourcis, la prudence et la patience et, surtout, « l’art de ruminer » .

« Que cherches-tu ici ? » s'écria Zarathoustra avec stupéfaction.
« Ce que je cherche ici ? répondit [le mendiant volontaire] : la même chose que toi, trouble-fête ! C'est-à-dire le bonheur sur la terre.
C'est pourquoi je voudrais que ces vaches m'enseignassent leur sagesse. Car, sache-le, voici bien une demie matinée que je leur parle et elles allaient me répondre. Pourquoi les troubles-tu ?
Si nous ne retournons en arrière et ne devenons comme les vaches, nous ne pouvons pas entrer dans le royaume des cieux. Car il y a une chose que nous devrions apprendre d'elles : c'est l’art de ruminer. »
Frederick Nietzsche - "Ainsi parlait Zarathoustra”

Ou bien

Mais alors, si Daniel Bensaïd disait vrai entre 1989 et 1991, que valent aujourd’hui les paroles lénifiantes d’Olivier Besancenot ? Double langage ? Escamotage ? Camouflage ? En vérité, nous savons bien ce que signifient ces palinodies. Le « révolutionnarisme » du NPA n’est que posture. Dans Ainsi parlait Zarathoustra, Zarathoustra vint à la rencontre de « L’Enchanteur », pour Deleuze la personnification de « la mauvaise conscience […] qui est essentiellement comédienne, exhibitionniste. » Zarathoustra qui a eu à subir ses lamentations – celles en quelque sorte du « petit-bourgeois pris de rage devant les horreurs du capitalisme », s’emporte : « Arrête-toi, lui cria [Zarathoustra] avec un rire courroucé, arrête-toi, comédien ! Faux monnayeur ! Fieffé menteur ! Je te reconnais bien ! » Puis se calmant, avouant n’avoir pas encore lui-même trouvé ce « grand homme » qu’il recherche, car « pour ce qui est grand, l’œil des plus fins est aujourd’hui trop grossier […] », Zarathoustra conclut, moqueur : « J’en ai déjà trouvé plus d’un qui s’étirait et se gonflait, et le peuple s’écriait : « Voyez donc, un grand homme ! » Mais à quoi servent tous ces soufflets de forge ! Le vent finit toujours par en sortir. »
Tel est lot de cette « gauche de gauche », cette « nouvelle gauche », cette gauche anticapitaliste. Comme la grenouille de la fable, elle veut se faire plus grosse que le bœuf, s’agite dans tous les sens, crie beaucoup, sans cesse sur le métier elle se remet à l’ouvrage, mais qu’en sort-il au final : toujours du vent ! Et c’est bien pourquoi elle peut tout se permettre, aujourd’hui comme hier, parce que, dans nos vieilles démocraties incomplètes, bien trop bonnes en somme mais solides, songer au pire – « Les ravages de la domination du capital donnent toute son actualité à l'alternative socialisme ou barbarie » – l’écrire, en faire profession et appeler d’une tribune à « l’affrontement », ça ne tire jamais à conséquence.

Extraits d'un livre qui est toujours à l'état d'ébauche.

Écrit par : Gilles | 13/12/2009

Le message que j'ai mis sur le blog de JLM pour exprimer mon dégout


Dégouté? Oui. Amer ? certainement Réveillé? Plus que jamais.

Je remercie le PCF, le PG, JLM, MGB, Pierre Laurent, tous les politicards de la « gauche de la gauche » de s’être servi de ma naiveté « unitaire » pendant des mois! Tous les textes , toutes les réunions n’était que posture.
Le but du Front de Gauche est de stopper l’effet que constituerait un bloc anticapitaliste et antibureaucratique fort!
J’ai cru à l’unité jusqu’au bout et j’ai vu les dernières manoeuvres du PCF d’abord et du PG ensuite pour tout faire pour écarter le NPA malgré tous les efforts unitaires qu’il a fait dans certaines régions: Auvergne (87% pour la C), Limousin, Languedoc Roussillon, Bretagne et j’en passe….
Savourez bureaucrates ! Mais je vous promets que je vous combatterai désormais avec la même ferveur que je cherchais l’unité!! Et au passage pensez à tous ceux qui crèvent la gueule ouverte et que vous avez préféré troquer pour quelques sièges/strapontins improbables! Honte à la gauche » de gauche »!

Mais merci de m’avoir permis de voir par moi même ce que je refusais de voir.

Ce coup de gueule ne s’adresse pas aux militants sincères du PG et du PC que j’ai pu croiser sur ce forum ou ailleurs, vous ouvrirez les yeux un jour et j’espère vous retrouver sur le terrain des luttes. Mais n’oubliez pas , la mascarade ne dure qu’un temps , l’intégrité paie tot ou tard.

Fraternellement ( aux militants sincères) et ADIEU ( aux bureaucrates)

Écrit par : rafikow | 14/12/2009

@Gilles

Je comprends ta colère et j'ai été pendant tout ce temps là unitaire extrémiste. Mais pour faire une union il faut être au moins deux, j'avoue m'être trompé.
Qu'aurons nous pu faire de plus que ce qu'on a fait? Quoiqu'on ait fait le PC et ses complices auraient refusé , c'était leur but depuis le début.
Maintenant, il est temps d'être offensifs et dénoncer ces sales manoeuvres anti-unitaires ,de mener la campagne avec ceux qui veulent le faire avec nous partout où c'est possible.

Écrit par : rafikow | 14/12/2009

@ Gilles
Je comprends que la critique s'intensifie pour la "gauche de la gauche", incapable de construire, selon beaucoup, une alternative claire.
Le Front de Gauche et la majorité de ses dirigeants oeuvrent et manoeuvrent pour que le NPA soit le dindon de cette farce.
Alors on peut dire ce que l'on veut quand on en est aux procès d'intentions...
Mais quand on a des éléments, on s'apeçoit que
- en Bretagne l'accord est conclu sans le PC et GU.
- A Bourges et Vierzon, les militants PC s'opposent aux élus...
- En Langudoc-Roussillon : le Front de Gauche ne ferme pas la porte au 2ème tour avec G. Frèche, ce qui nous ferme à nous la route...
- En Poitou : je ne sais pas, je suppose que l'on n'est pas dans le règne de la clarté.

Conclusion : Le problème n'est pas de préserver le NPA pour le NPA mais de faire émerger la vérité.
le PB du F de G, c'est d'obtenir le monopole de la Gauche de gauche, pas de créer quelquechose avec nous. NE nous y perdons pas... Le NPA dérange et il faut qu'il continue ainsi pour s'arranger autrement.

Écrit par : JR | 14/12/2009

Ailleurs, je ne sais pas. En Poitou-Charentes, je sais que le PC tarde à donner une réponse claire à nos propositions. Il nous a même demandé de ne pas les presser. La seule possibilité qu'il a de refuser l'unité c'est de prendre prétexte de notre position nationale et de l'hostilité d'une partie du NPA local à cette unité. Mais je pense que tout est foutu. Que le PC n'aura pas besoin de pousser le bouchon trop loin, nos propres camarades se chargeront de saboter tout ce processus comme certains l'ont préconisé en venant, pour la première fois, à la réunion unitaire. Objectif : parler d’une seule voix, c’est-à-dire le langage de la A + B.

Écrit par : Gilles | 14/12/2009

Gilles, tu devrais voir l'aspect positif, ça vous permettra de faire campagne sur un vrai programme écosocialiste et non pas un simili-programme ouvriériste.

Pour le reste, si tu n'as pas compris que c'était une directive nationale dans le PCF et le PG, de rejeter tout accord avec le NPA, je ne peux rien pour toi...

Écrit par : toto | 14/12/2009

Toto, épargne-moi tes conseils inutiles. Que le NPA se soit fait avoir dans cette affaire, c'est l'évidence, mais il l'a recherché, il l'a voulu, il l’a souhaité cette mise à l’écart : c’est sa ligne, son orientation. Je ne ferais pas campagne et je m'abstiendrai. Ma voix n'ira ni au NPA, ni au FG, et encore moins à Royal au second tour, à moins que nous arrivions à arracher un accord en Poitou-Charentes contre les irréductibles du NPA et du PC.

Écrit par : Gilles | 14/12/2009

Non je ne crois pas que nos dirigeants aient voulu ce résultat. Je crois qu'ils sont partis la fleur au fusil, en se disant qu'il suffisait de parler d'indépendance par rapport au PS, pour que les Alternatifs, la FASE, le FSQP, etc, se joignent à nous. Et aussi pour enfoncer un coin dans le FDG en forçant le PG à se positionner d'un côté ou de l'autre. Si possible du notre.

Mais cette posture 100% tactique, excluant le fond politique, était perdue d'avance. Et s'ils avaient eu un peu de lucidité, ils l'auraient vu!

Quant à ton refus de faire campagne et de voter, je peux le comprendre. J'aurais fait pareil en cas d'alliance avec le PCF-PG.
Tant que tu ne fais pas campagne et n'appelles pas à voter CONTRE ton organisation, ça ne me pose pas de problème.

Écrit par : toto | 14/12/2009

je ne suis pas en opposition à tout ce qui est écrit dans cet article. Mais ce qui est extraordinairement... incorrect, c'est de continuer à parler des "choix de la direction du NPA" alors que tous (T.O.U.S) les militants du NPA ont était appelé à voter pour une des trois positions ne présence. La démocratie interne est décidément dure à accepter par bon nombre de militants de la gauche de la gauche, et c'est d'ailleurs, pour moi, ce qui fait son éparpillement depuis des lustres !

Personnellement, même si la position majoritaire qui est sorti n'est pas exactement la mienne (mais pas exactement le contraire non plus...), je continue au NPA car il a montré, même si c'est difficile, sa maturité démocratique sur ce coup, contrairement à d'autres qui suivent les déclarations chaque jour (contradictoires) du chef sans "tendances" il est vrai, mais sans vraiment de démocratie militante à la base non plus.

Le pari de la création du NPA c'était de rassembler des anticapitalistes qui étaient divisés pour qu'ils militent ensemble dans un même parti. Comment s'étonner dés lors qu'il y ait plusieurs positions, y compris et surtout sur un sujet ponctuel ?

Ne pas accepter les résultats d'une consultation démocratique c'est refuser cette idée qu'un jour tous les anticapitalistes militeront dans le même parti, c'est continuer à alimenter l'éparpillement (et pas l'unité contrairement a ce qui est affirmé) et donc, au final, l'inefficacité de la gauche de la gauche. Cette gauche de la gauche là, dans toute ma vie (cinquante huit années) n'a jamais su accepter l'idée d'être en minorité dans un même parti et a toujours créé une multitudes de parti, plus proche des idées de chacun assurément, mais tellement "multiple" que cela ne sert plus à rien.

Même si la position qu'a prise aujourd'hui la majorité des militants du NPA ne me convient pas tout a fait, je continue dans le NPA car ceux qui n'ont pas la même position que moi ne sont pas mes ennemis, ils sont mes camarades, mes amis, et si j'espère toujours les convaincre, je partage au dela de cette élection régionale, cette volonté de changer vraiment le système, que d'autres, de gauche plurielles en gauche plurielles ont trahi dans des années de gouvernement dont le dernier, qui comprenait tout notre beau monde (Buffet, Mélenchon compris...) , a (entre autres) plus privatisé que la droite.

Écrit par : José | 14/12/2009

@José

Il ne s’agit pas pour moi d’un problème ponctuel. Le rassemblement de TOUTE la gauche à la gauche du PS est déterminant pour contrebalancer, contrecarrer, l’alternative social-libéral du PS et d’EE. Dans l’immédiat elle ne peut se faire que sur un programme de compromis. Ni le PC, ni le NPA ne l’ont souhaité. Ils ont opposé deux projets différents, divergents. Tu me dis que je n’accepte pas les résultats de la consultation interne. Mais cette consultation n’a pas donné 70% pour la direction et 30% pour la minorité. Et quand bien même cela aurait été, en quoi la majorité du nombre détient la vérité. Or comme tu le sais il y a eu 3 positions. L’une refusant tout processus unitaire, l’autre appelant à le construire et au milieu, la direction choisissant au final d’en rester là, d’accepter l’échec, prétextant la mauvaise volonté (évidente) de nos partenaires. Pour faire court, en réalité le NPA est partagé en deux, compte-tenu que dans la position A certains penchaient vers la C, d’autres vers la B. Enfin, le peu d’entrain mis par une partie du NPA, et sa direction en tête, à réaliser ce rassemblement est consubstantiel à son orientation votée au 1er congrès contradictoirement avec le projet initial du NPA. C’est l’affirmation qu’il existe dans la gauche de la gauche une « claire ligne de partage » entre les authentiques révolutionnaires et les autres, toujours prêts à trahir et à aller à la soupe. Comment, à partir de cet a priori, est-il en effet possible de travailler au rassemblement, puisque l’on ne le souhaite pas. Au PC on défend la thèse inverse, il n’y a de bon rassemblement qu’autour du projet de « transformation sociale » initié par le PC et le PG qui consiste à reconstruire, un peu plus à gauche, la gauche plurielle. Aucun de ces deux projets ne va s’imposer et nous serons tous perdants au final.

Écrit par : Gilles | 14/12/2009

"Le rassemblement de TOUTE la gauche à la gauche du PS est déterminant pour contrebalancer, contrecarrer, l’alternative social-libéral du PS et d’EE."
=> Mais Gilles, ton objectif c'est quoi, passer devant le PS et EE? Ou bien battre la droite, le patronat, le gouvernement, et in fine renverser le capitalisme?

Pourquoi cherches-tu à exclure définitivement le PS et EE? Pourquoi tout ce qui est "à gauche" de ces partis (ce qui est discutable, beaucoup de positions du PCF-PG sont largement à droite de ce que peut dire Aubry) serait par définition génial et compatible avec nous, indépendamment du fond politique?

Moi je ne vois pas de différence fondamentale entre le PS et le PCF-PG, je ne crois pas que le PCF-PG soit plus à gauche ou plus radical que les Verts.
Il ne suffit pas d'être officiellement à gauche pour faire une politique de gauche.

Je crois que tu te trompes de combat. L'ennemi c'est le capitalisme, pas le PS ou EE.

Écrit par : toto | 14/12/2009

PS, PC, PG, EE, c'est du pareil au même. Inutile de le préciser. Tu n'es pas à la B pour rien.

Écrit par : Gilles | 14/12/2009

La théorie des deux gauches, version toto : PS-PC-PG-EE d’un côté et le NPA de l’autre. Et comment qui fait le toto, pour combattre le capitalisme, comme il dit avec ses 4.383 militants, dont même pas un tiers est convaincu de cette thèse absurde ?

Écrit par : Gilles | 14/12/2009

Concrètement oui. C'est la gauche plurielle et ils gouvernent ensemble dans toutes les institutions.

Concernant les prises de position particulières, le PCF-PG se retrouve très souvent à droite du PS sur le plan social (voir le cas de Molex) ou à droite d'EE sur le plan écologique.

Je suis donc curieux de savoir ce qui pour toi fait une différence fondamentale SUR LE FOND POLITIQUE entre ces partis?

On peut ensuite discuter de la composition militante de ces partis, et leur nature de classe. Mais à ce niveau là, je ne vois pas de raison de rejeter de manière sectaire les militants du PS et d'EE. D'autant plus quand on sait qu'un certain nombre de militants PS et Verts ont rejoint le NPA à sa fondation!

Écrit par : toto | 14/12/2009

La théorie des deux gauches est probablement majoritaire dans le parti. Reste à être d'accord sur la classification des différents partis dans ces deux gauches, ce qui sera une autre paire de manches (les PFG qui classent le PCF dans la "gauche radicale" sont assez amusants).

La théorie des trois gauches est probablement plus proche de la réalité, et reconnue par une bonne partie d'entre nous. Mais elle ne me satisfait pas vraiment non plus.

Tout ça fait partie des débats à avoir un peu plus sérieusement dans le parti, à mon avis. Je n'ai pas la prétention d'avoir la solution toute faite, la vérité vraie (contrairement à l'hôte de ce blog), et je pense qu'il doit y avoir un débat collectif sur ces questions.

Écrit par : toto | 14/12/2009

Et la « nature de classe » du NPA ? Personnellement je ne suis pas sur cette thèse des deux gauches. C'est celle de l'ex-majorité. Pour moi la gauche est un concept vide. Le fait d'être officiellement ou de se déclarer plus ou moins à gauche du PS n'est pas déterminant. Ce qui est important c’est la perception que les militants, sympathisants, l’électorat, ont de ce positionnement. Et là, majoritairement ils aspirent à se rassembler en toute indépendance du PS. C’est ce que vous n’avez toujours pas compris. Cette première étape est déterminante pour passer au reste.

Écrit par : Gilles | 14/12/2009

"Pour moi la gauche est un concept vide."
=> on est d'accord. Les histoires de "peuple de gauche" et autres conneries que nous resservent à l'envie le PCF-PG, c'est de la belle connerie.

"Ce qui est important c’est la perception que les militants, sympathisants, l’électorat, ont de ce positionnement. Et là, majoritairement ils aspirent à se rassembler en toute indépendance du PS."
=> c'est là que le bât blesse. L'électorat, il n'en a rien à foutre de tes accords politicards. Le problème, c'est que vous êtes allé cherché cette "aspiration à l'unité" au fond de vos fantasmes, et tentez de tout calquer là-dessus.
La réalité, c'est que la majorité de la population, aspire à autre chose, une réelle alternative à tout ce qu'a pu proposer la gauche plurielle, une alternative au système capitaliste qui les écrase. Et la majorité de la population ne voit rien venir de ce côté là, et s'abstient massivement de ces élections, en lesquelles elle ne croit plus. Que ce soit pour changer son quotidien ou la société en général.

"Cette première étape est déterminante pour passer au reste."
=> Effectivement, cette première étape partant d'un préliminaire faux. Il est inutile de passer au reste... :)

Écrit par : toto | 14/12/2009

Les passes d'armes toto-Gilles sont assez amusantes pour peu que l'on ait une après-midi à passer devant un écran... Mais chacun reste dans l'incantation, et dans ses certitudes.

Sur la question de la représentativité des votes des militants : mais pourquoi n'avez-vous pas fait un deuxième tour pour avoir une position claire qui définisse une seule stratégie ?

Moi, petit militant de base, très loin des états-majors et des « luttes des places », comme dirait toto, ou des queues pour « aller à la soupe », je constate que le fossé qui sépare les B et les C est bien plus insurmontable que les différences qui peuvent exister entre les 3 ou 4 organisations du Front de Gauche. Je me demande encore ce qui vous a pris de vouloir réunir dans un seul parti aussi doctrinal que la LCR/NPA, des analyses aussi fondamentalement antinomiques que celles défendues par Gilles et toto.

Je me pose une autre question, qui m'inquiète sérieusement. Je constate que rien que pour définir une coalition susceptible d'affaiblir un tant soit peu le capital, on rencontre des difficultés infranchissables. Lorsqu'il faudra travailler ensemble pour proposer une alternative tant réclamée par toto, comment ferons-nous pour nous mettre d'accord ? Et lorsqu'il faudra faire tourner une machine économique, définir des règles de vie nouvelles, se positionner sur la scène internationale, je crois que les vraies batailles seront là, et ça, ça me terrorise.

En deux mots, le spectacle que vous donnez aujourd'hui, ne donne pas envie de voir la suite...

Écrit par : Michel | 14/12/2009

Michel,

je n'ai localement aucun mal à travailler avec des militants du PC, du PG, de la FASE, des Alternatifs, des sans cartes. Là où ça devient problématique, c'est en effet avec des NPA genre toto, fermés à tout. Mais je m'y fais. Quand, comme ici, nous arrivons à les circonscrire, ils restent dans leur bulle et nous pouvons travailler. Ce qui m'inquièrte, en revanche c'est toi, Michel, prêt à tout avaler de la tactique du PC (j'entends direction) qui a multiplié les obstacles pour éliminer un NPA qui le lui rendait bien. Si tu n'admets pas comme hypothèse que deux projets s'affrontent, deux projets vains, tu ne comprends rien à se qui se passe. Pour l'instant c'est le NPA qui perd des plumes. Mais le PC va-t-il en sortir vainqueur ? Je pense que tout le monde va être perdants à ce petit jeu.

Écrit par : Gilles | 14/12/2009

@Michel : bof, je suis très proche de nombreux camarades de la C.
On a des divergences d'analyse, mais ça nous empêche pas de poursuivre un objectif commun, et de militer ensemble. C'est le principe de toute organisation large et pluraliste. C'est sûr qu'on se pose pas ce genre de questions dans des groupuscules comme la GU.

Par ailleurs, je pense que la C et la B avaient beaucoup plus en commun que tu ne le prétends. Notamment dans la critique de l'orientation de la majo de la direction, pour mener ces tractations d'appareil depuis cinq mois.
Et je ne confonds pas la C avec les quelques dirigeants de C&A qui ont cherché à manipuler les militants pour les amener à une scission. Manœuvre grossière s'il en est, qui a très probablement achevé de les discréditer...

Écrit par : toto | 14/12/2009

Michel, tu dis : « je constate que le fossé qui sépare les B et les C est bien plus insurmontable que les différences qui peuvent exister entre les 3 ou 4 organisations du Front de Gauche. » Nous verrons bien ce que nous allons sortir comme analyse de ce qui est, en effet, une évidence lors de la rencontre nationale de Convergences et Alternative ce week-end. Ma thèse personnelle, est intéressante puisque je suis, dans ce courant, celui qui pousse le plus loin ce paradoxe. J’ai fait mon deuil de la révolution, de la gauche et de la classe ouvrière comme sujet de l’histoire. Ce n’est donc pas rien, et si je raisonne comme toi ou toto, je devrais en effet quitter au plus vite ce monde de brutes. Eh bien non, j’y reste et je m’incruste. Je pense que cet état de division, d’opposition frontale, ou survivance parallèle de projets irréconciliables n’est pas aujourd’hui dépassable et qu’il faut donc faire avec. Donc je ne dis pas que j’ai raison ou que les autres ont torts. Tout le monde à ses raisons, toto, toi Michel ou moi. Mais personne ne peut en apporter la preuve. En 1848-1850 ou en 1917-1923, c’était différent. Il avait des éléments manifestes d’un bouillonnement révolutionnaire. Cela ne signifiait pas pour autant que la vérité était plutôt d’un côté que de l’autre, mais au moins il y avait des arguments concrets pour étayer des thèses. Aujourd’hui, rien de cela. Que des hypothèses. C’est pourquoi la cohabitation est nécessaire, souhaitable, possible.

Écrit par : Gilles | 14/12/2009

Je serai absent demain une bonne partie de la journée. Le prolétaire précaire que je suis vient d'être embauché pour 4 jours.

Écrit par : Gilles | 14/12/2009

je voulais dire : "ou survivance de projets parallèles irréconciliables"

Écrit par : Gilles | 14/12/2009

La réalité, c'est aussi cela :

"Le PCF partira sur deux listes distinctes dans les Pays de la Loire

Hier, trois fédérations du PCF sur cinq des Pays de la Loire (la Loire-Atlantique, le Maine-et-Loire et la Mayenne), dont les adhérents ont penché à plus de 65 % pour des listes de rassemblement de toute la gauche, PS inclus, dès le premier tour des élections régionales, ont annoncé qu’elles allaient mettre en œuvre cette option, en contradiction avec celle du Front de gauche créditée au niveau régional, de 57 % des voix. Leurs responsables s’appuient sur un avis de la commission des conflits du PCF qui pointe des « manquements » dans l’organisation du vote de la part des deux autres fédérations (la Sarthe et la Vendée) et qui a invalidé 135 votes sur 712 dans ces départements. La commission considère que le « strict respect » des statuts « était seul de nature à permettre une acceptation par tous » du résultat du vote. Pour Philippe Denis, secrétaire du PCF du Maine-et-Loire, il s’ensuit que « l’on ne peut s’appuyer sur ce vote pour dégager une majorité, et que, faute d’une nouvelle consultation, il faut rechercher les termes d’une autre majorité dans les résultats issus de la consultation transparente et démocratique des trois autres fédérations ».

La Fédération avec 
le Front de gauche aux régionales

La Fédération pour une alternative sociale et écologique (Fase) a annoncé sa décision de participer « à l’élection régionale dans le cadre des listes intitulées Ensemble, avec le Front de gauche, le M’PEP, République et socialisme ». Elle « espère la participation du NPA partout où cela sera possible ». Par ailleurs, « dans les régions où ce cadre unitaire n’existe pas », elle se prononce « pour des listes larges autonomes du Parti socialiste ». « La participation éventuelle des élus de la Fase à des exécutifs sera liée à la possibilité de mettre en œuvre les propositions défendues dans la campagne », indique-t-elle encore."

Écrit par : Gilles | 14/12/2009

Notre ami Gilles n'est qu'un Jésuite qui croit sauver son âme en excommuniant tous ceux qui osent lui résister, entre "ces gens là" "les acabits" et les "chefaillons" cette haute pensée tourne à vide.

Tout cela pour accoucher d'un vengeur j'irais pas voté! Comme quoi le café du commerce n'est jamais trés loin d'une certaine prétentieuse identité politique .

Je préfère donc les gens simples qui font de la politique aux exégèses permanents ( à ne pas confondre avec la révolution du même nom)

Écrit par : vériane | 14/12/2009

Je retiens que la B et la C se rejoignent sur une seule chose : dire que la direction (A) est incompétente. C'est quand même un peu court pour assurer une cohésion dans un parti.

Maintenant, comme tu le dis si bien, les choses évoluent un peu partout, mais pas forcément dans le bon sens. Chez vous, comme chez nous...

Ce que je peux te dire, Gilles, c'est que chez nous (Manche) le PC n'a absolument mis aucun obstacle à intégrer le NPA. Bien au contraire. Je peux te le garantir et cela, de la base jusqu'au secrétaire fédéral. Alors, moi, je n'avale que ce que je vois. Tu as peut être raison en ce qui concerne les vieilles structures de l'appareil, mais je m'engage par rapport aux militants que je connais et aux textes qu'ils défendent, et non sur d'éventuelles ou hypothétiques manoeuvres telles que les décrivent si bien toto et d'autres.

Le jour où je me rendrai compte que j'ai été manipulé et trompé, j'en tirerai les conséquences. Certes, au niveau de la Région (Basse-Normandie) nous avons perdu la bataille. Mais pas la guerre. Les choses évoluent et nous (FDG) travaillons activement à monter une liste "ENSEMBLE" qui engloberait toutes les composantes de la gauche radicale du PCF au NPA. Mais les tentatives faites actuellement par le NPA profitant de l'aubaine de la mise hors course du PC, ne nous aide pas beaucoup dans cette voie. Pour moi, l'unité ne peut se concevoir ni en l'absence du PCF ni en l'absence du NPA. Et tout notre groupe départemental FDG est d'accord là-dessus.

D'ailleurs toi-même tu fustiges à longueurs de lignes toutes les chausses-trappes mises en avant par votre direction pour casser cette unité qui est souhaitée par beaucoup de monde. Il ne faut pas s'étonner dans ces conditions, que le balancier vous revienne ensuite dans la gueule...

Écrit par : Michel | 14/12/2009

Mais je ne m'étonne pas. Je m'inquiète même pour la réunion unitaire que nous tenons vendredi soir. Les A et B ptariquement absents de toutes les rencontres unitaires jusqu'ici (ils se sont comportés en "observateurs") ont décidé d'y aller pour "que le NPA y parle d'une seule voix". Je m'attends donc au pire. Je m'inquiète aussi de la position du PC, sachant qu'ils sont divisés sur cette question.
En revanche je ne doute pas qu'il y a dans toutes les formations des unitaires sincères.

Écrit par : Gilles | 14/12/2009

A propos de jésuitisme (vériane), Besancenot est excellent dans le registre. Je viens de l’entendre sur Europe 1 dire que notre mot d’ordre de grève générale entre janvier et juin dernier, n’était qu’une formule, une manière de dire : il faut faire quelque chose pour renverser la tendance. Ça m’a rappelé ce que m’avait dit récemment un jeune étudiant du NPA (ex-LO, position B). Je discutais avec lui et au détour d’une phrase il me dit : « mais Besancenot il n’y a jamais cru à la grève générale ». Besancenot était pour lui un démagogue. Je lui ai dit : « Mais non, et c’est ce qui est le plus grave, c’est qu’il y a cru ! » Le jeune n’en démordait pas. En décembre 2008 nous avions organisé un meeting avec Krivine qui était euphorique sur la conjoncture à venir : des luttes en pagaille, évocation d’un « mai 68 réussi ». C’était effectivement le ton très tendance de la direction de la LCR. J’étais intervenu pour évoquer une autre hypothèse dont il ne tenait pas compte. Expliquant que dans les premiers temps de la crise c’était souvent la résignation qui l’emportait. Je donnais des exemples locaux dans des entreprises que je connaissais bien. Krivine fit la gueule (je lui avait coupé son effet) mais reconnut que cette hypothèse était aussi envisageable. Or que nous a dit Besancenot aujourd’hui : « Depuis le début de la crise nous avons toujours dit qu’il pouvait en sortir le pire comme le meilleur. » Et de nous ressortir la thèse éternelle de la trahison des directions syndicales après les mobilisations de janvier et février. Sauf que le NPA s’est construit uniquement sur l’hypothèse d’une explosion sociale ; qu’on nous la ressortit en septembre et qu’elle devait être doublée cette fois d’une crise politique (Grond), etc.

Écrit par : Gilles | 14/12/2009

Basses manoeuvres du PCF et du PG en Languedoc Roussillon
http://bellaciao.org/fr/spip.php?article95607

Déjà vu.
PCF, vieille école. ^^
Ils n'ont qu'une parole, du coup il préfère pouvoir la reprendre.

Si ça ne gène pas les copains du FdG, tant mieux pour eux.

Écrit par : Alain Albert | 14/12/2009

Je ne résiste pas à livrer cet extrait d’un commentaire de la Gauche unitaire à propos de la consultation interne au NPA : « Le score important obtenu par la position C (31,5%), qui défend la perspective de l’inscription du NPA dans la dynamique unitaire portée par le Front de gauche… »

C’est donc le Front de gauche qui porte la dynamique !? Pauvres camarades de la GU, qu’êtes-vous donc devenus ?

Écrit par : Gilles | 14/12/2009

Ce que tu oublies Gilles, c'est que le "pire" c'est la montée des fascismes, s'il n'y a pas une gauche radicale et hors-système pour proposer des bases de ruptures radicales avec le système capitaliste.

Écrit par : toto | 14/12/2009

"Ce que tu oublies Gilles, c'est que le "pire" c'est la montée des fascismes, s'il n'y a pas une gauche radicale et hors-système pour proposer des bases de ruptures radicales avec le système capitaliste." (toto)

Ouai !

Écrit par : Gilles | 14/12/2009

@ José
Bravo pour cette synthèse. La démocratie au NPA devrait être citée en exemple...
@ Gilles
tu as répondu à José :
"Le rassemblement de TOUTE la gauche à la gauche du PS est déterminant"

Je pense que cet objectif est DEterminant... Mais il se peut qu'il fasse peur à certains de nos partenaires, qui evrait risquent de se retrouver minoritaires dans une position "A" à 36%. Je pense que nous faisons peur à des directions habituées à manipuler leurs militants, habitués à prétendre que la forme est meilleures que le fond. (Que tant que l'on fait semblant de faire l'unité, on fait de la politique)

Sinon qu'est-ce que çà veut dire, en Languedoc-Roussillon, de ne pas exclure les élus PC qui se présentent avec Frèche ? Qu'est-ce que çà veut dire de ne pas dire maintenant, pour les autres PC/PG, qu'on ne fera rien avec Frèche ? C'est quoi cette tactique pour le moins girouette ?

"un programme de compromis" dans lequel la vraie Gauche puisse se reconnaître mais comment ferait-on pour le défendre avec des partis qui ne cherchent que le rapport de force pour monnayer des exécutifs ?

"Le peu d’entrain mis par une partie du NPA, et sa direction en tête, à réaliser ce rassemblement est consubstantiel à son orientation votée au 1er congrès contradictoirement avec le projet initial du NPA", dis-tu ?
Pour s'unir, il faut être deux et le double langage, auquel nous avons à faire face, laisse perplexe. C'est à nous rendre plus sectaires, que ne l'ont été les plus sectaires d'entre nous.
@ TOTO
"beaucoup de positions du PCF-PG sont largement à droite de ce que peut dire Aubry) serait par définition génial et compatible avec nous, indépendamment du fond politique?"expliques-tu
Le PS n'existe plus que par ses élus. Alors ce qu'il peut dire de plus à gauche que le PC ou le PG, franchement... Quant au PC et Le PG, ils ne veulent pas de nous, ou du moins leur direction. Mais cette bataille pour l'unité est comme une leçon de chose et ce n'est pas avec la position "B", que l'on aurait pu en fair ela démonstration.
@ Tous
Vous pouvez accuser le NPA de ne pas vouloir l'unité. C'est de la diffamation. Je pense que celle-ci s'avérait trop chère. Il aurait fallu y laisser notre chemise. J'ai pourtant voté en faveur de la position "C", c'était sans compter sur la haine, que nous inspirons aux autres...
Sans respect pas d'unité...
@ Gilles
" Sauf que le NPA s’est construit uniquement sur l’hypothèse d’une explosion sociale" Oui et alors ? Même si le NPA faisait un bon score ou pas il faudrait une explosion sociale... On a toujours besoin d'une petite explosion sociale, çà assainit le climat, une explosion sociale... Même si on gagnait les élection, il faudrait une explosion sociale...
@ Gilles
"Le pire, c'est la montée du fascisme" La politique a horreur du vide :
C'est ce qui arrive quand il n'y a pas d'explosion sociale.

Écrit par : JR | 14/12/2009

@JR :
"Le PS n'existe plus que par ses élus. Alors ce qu'il peut dire de plus à gauche que le PC ou le PG, franchement..."
=> ce n'est pas le PS qui est très à gauche, c'est le PCF-PG qui est très à droite pour le coup. Voir les déclarations respectives sur Molex.

"Quant au PC et Le PG, ils ne veulent pas de nous, ou du moins leur direction."
=> oui et dans le cas du PCF, je pense que c'est aussi le cas de la plupart des militants de base

"Mais cette bataille pour l'unité est comme une leçon de chose et ce n'est pas avec la position "B", que l'on aurait pu en fair ela démonstration."
=> je pense au contraire que la position B (dès le départ des discussions) était la meilleure manière d'en faire la démonstration, voire d'apporter les clarifications nécessaires pour les militants de ces partis, tout comme pour les sympathisants et la grande masse de la population.
Maintenant on ne va pas refaire l'histoire, ce qui est fait est fait (et n'est plus à faire), et il faut maintenant se tourner vers l'avenir.

Écrit par : toto | 15/12/2009

@ Gilles : contrairement au NPA (et au PG) qui pensent être le creuset de la gauche radicale, nous autres (GU), nous pensons que c'est dans un regroupement de type FDG que viendra cette recomposition.

Maintenant, concernant le Languedoc-Roussillon, où il a été dit pas mal d'inepties, voici la lettre envoyée par le Front de Gauche au NPA. Je constate que le NPA n'est pas mis « hors course », et que la question de gouverner avec Freche ne fait pas non plus obstacle.

Front de Gauche Languedoc-Roussillon
M’PEP • PG • GU • PCF



NPA Languedoc-Roussillon



Chers camarades,

Nous ne pouvons pas participer à la réunion du mercredi 16 décembre et nous vous prions de bien vouloir nous en excuser (réunion nationale des cadres du PCF)

Le Front de Gauche est engagé dans les élections régionales avec une volonté unitaire visant à construire dans les luttes et les assemblées élues, un front populaire à vocation majoritaire.
Nous avons la volonté de contribuer à rassembler largement celles et ceux, organisés ou non, qui s’inscrivent dans une stratégie anti-libérale et écologique.

Nous souhaitons donc que le NPA ainsi que d’autres organisations et personnalités de gauche, avec lesquels nous débattons depuis longtemps, participent au rassemblement, dans une visée qui ne s’arrêtera pas le soir de l’élection.

Nous avons acté avec satisfaction le vote des adhérents du NPA Languedoc-Roussillon. Notre volonté unitaire ne peut s’arrêter à des logiques de « calculettes ». Nos listes doivent être ouvertes jusqu’au bout, à celles et à ceux qui sont en accord avec des contenus anticapitalistes et qui peuvent nous rejoindre dans le cadre d’une stratégie à vocation majoritaire.

Nous vous présentons une proposition concrète :

1/ Que le NPA puisse conduire une liste départementale soit dans les PO, soit dans l’Aude.

2/ Que le NPA ait la deuxième place sur la liste départementale de l’Hérault.

3/ Que le NPA ait la troisième place sur la liste départementale du Gard.

4/ Que la représentativité ou place globale du NPA soit égale à une quinzaine de candidats

Par ailleurs, les partenaires du Front de Gauche s’accordent sur une vocation majoritaire de leur démarche, sur la volonté de ne pas gérer la Région avec George Frèche en participant à un exécutif avec lui, et que dans aucun cas, nous aurons entre les deux tours un comportement qui puisse permettre à la droite de reconquérir la Région. Nous voulons prioriser une démarche qui exclut le renouvellement du président actuel.


Dans l’attente de votre réponse, très fraternellement

Waldeck Moreau, Christian Caus

Écrit par : Michel | 15/12/2009

Cette lettre du PCF-PG est du foutage de gueule complet !!

Écrit par : toto | 15/12/2009

Merci michel.

Comme quoi, tourner à fond dans la parano peut parfois révéler des traumas intenses au réveil.

Pour ce qui est de l'unité, que j'appelle de mes voeux, j'attendrai la date-limite pour pouvoir gueuler. Pour moi, tous sont responsables en cas d'échec. Et dans tous les partis il y a eu des bonnes volontés pour monter des projets unitaires, mais aussi des mauvaises pour saper un projet commun.

Maintenant, j'attends de voir les projets d'alliance des autres partis au second tour. Il est probable que je me refuse à voter aussi au premier tour, et que je fasse simplement barrage à la droite au second tour...

Écrit par : rhizome | 15/12/2009

@ Michel
"Nous ne pouvons pas participer à la réunion du mercredi 16 décembre et nous vous prions de bien vouloir nous en excuser (réunion nationale des cadres du PCF)"
Bizarre en vérité pour une section aussi puissante de ne mandater personne... méfiance... MAis bon...
"des logiques de "calculettes" : J'ai lu les réactions du NPA à la réunion du 10 décembre : il ne s'agissait pas de logiques de calculettes. Mais d'être clair...
"Nous souhaitons donc que le NPA ainsi que d’autres organisations et personnalités de gauche, avec lesquels nous débattons depuis longtemps, participent au rassemblement, dans une visée qui ne s’arrêtera pas le soir de l’élection." Bonne formule, en vérité...
"nous aurons entre les deux tours un comportement qui puisse permettre à la droite de reconquérir la Région." Bon mais admettez, que Frèche fait partie de la droite.
"Par ailleurs, les partenaires du Front de Gauche s’accordent sur une vocation majoritaire de leur démarche, sur la volonté de ne pas gérer la Région avec George Frèche en participant à un exécutif avec lui" Très bien, c'st pas trop tôt...

Écrit par : JR | 15/12/2009

VU sur le site NPA Auvergne

Communiqué du NPA Auvergne et des Alterékolos.
Les NPA Auvergne et les Alterékolos ont fait de grands pas vers le Front de Gauche afin d’obtenir un accord pour arriver à la mise en place d’une liste unitaire aux élections régionales et répondre ainsi aux aspirations populaires. Une telle liste pourrait bousculer les lignes à gauche et permettre à tous ceux qui veulent la transformation sociale et l’application d’un bon programme social et écologique de se rassembler et peser d’un seul tenant. Réunies le 12 Décembre, six organisations sur sept étaient d’accord pour valider un accord unitaire respectueux de toutes les sensibilités. La position de blocage du Parti Communiste n’a malheureusement pas permis d’aboutir. Le NPA Auvergne et les Alterékolos regrettent la décision unilatérale prise par le Front de gauche de remettre en cause la démarche unitaire entamée depuis des mois et porteuse d’un grand espoir : celui de voir la droite clairement battue et une gauche sociale et écologique digne de ce nom gagner à sa cause une majorité d’électeurs auvergnats. Ils espèrent encore que la raison l’emportera et que cette division bien peu fondée et bien peu compréhensible cédera le pas à l’unité dont le peuple a besoin.

Les NPA Auvergne et les Alterékolos appellent toutes celles et tous ceux – partis, mouvements, citoyens - qui partagent la volonté d’unité de la gauche de transformation sociale et écologique qui s’était exprimée dans la déclaration commune à tous les partis représentatifs de la gauche de gauche au plan régional, à se retrouver le Lundi 14 Décembre à 19 H salle N°5 au Centre Jean Richepin.

Écrit par : JR | 15/12/2009

Je ne comprends pas trop: nos camarades du NPA en désaccord avec l'orientation aux régionales vont pouvoir donc rejoindre directement le front de gauche et participer à la campagne avec eux, contre le NPA.
Ce n'est pas nouveau, certains l'avaient déjà fait pour les européennes.
Mais ce qui me semble bizarre, c'est les conditions de leur participation à ces listes du FdG.
En PACA, et dans beaucoup d'autres régions, le NPA a été écarté du processus unitaire au motif selon lequel le NPA refusait de gérer la région avec le PS.
Oui, c'est bien le principal motif: le NPA, pourtant majoritairement sur la position A, a proposé quand même à nos partenaires la liberté de participer ou pas aux éxécutifs derrière le PS. C'est à dire, le NPA s'est basé sur la position C lors des discussions unitaires.
Mais le FdG de PACA a même refusé cette liberté de participer ou pas aux exécutifs (comme en Auvergne).
Alors, dans ces conditions, les camarades du NPA qui s'engageront aux cotés du FdG devront accepter de participer aux exécutifs.
Ce n'est pas la position du courant C auquel j'appartiens.
C'est pourquoi je me demande comment ces camarades vont pouvoir négocier avec le FdG et obtenir ce que le NPA n'a pu obtenir.
Ou sinon, il s'agirait d'un ralliement pur et simple au FdG et à la gauche plurielle.
Qui peut m'expliquer ?

Écrit par : stack | 16/12/2009

@stack

En Auvergne il s'agit d'un très vieux conflit, quasi personnel, donc un contentieux, entre le leader du PC et le leader de la LCR aujourd'hui NPA. Plus généralement, si le PC conditionne sa participation aux listes à une entrée dans les exécutifs non seulement pour lui, mais pour tous, nous également, nous refusons cette clause et il ne peut y avoir d'accord. Je suis C et j'ai écrit le texte d'un accord pour la région Poitou-Charente (on le trouve ici dans l'un des billet par un lien) qui est très clair là-dessus : le programme n'est pas négociable ; fusion technique ; ceux qui veulent aller dans les exécutifs y vont mais qu'ils n'oubient pas qu'ils ont été élus sur ce programme ; etc. Il est vrai également que dans dans plusieurs régions certains de la A ont acceté cette formule.

Écrit par : Gilles | 16/12/2009

Chaud en Languedoc-Roussillon :

mercredi 16 décembre : COURRIER DU NPA LANGUEDOC-ROUSSILLON AU FRONT DE GAUCHE


Chers camarades,


Nous avons pris connaissance du courrier que le Front de Gauche a adressé au NPA.
Nous constatons qu'enfin une proposition écrite de votre part nous est adressée concernant l’éventualité de constituer des listes unitaires au premier tour des élections régionales.
Nous nous étonnons qu'une réunion interne au PC empêche toute représentation du Front de Gauche mercredi soir.
Nous regrettons que votre courrier ne fasse aucune référence au projet d'accord comme au communiqué unitaire du 3 décembre.

Vous nous faites des propositions précises sur la composition des listes qui provoqueront de sérieuses discussions mais des questions de fond relèguent désormais cette question à l’arrière plan :
1. Vous nous avez oralement expliqué le 10 décembre que certains points programmatiques sur lesquels René Revol avait pourtant donné son accord au nom du Front de Gauche ne convenaient pas au PCF. Mais votre courrier ne nous éclaire toujours pas sur ces divergences.
2. Nous constatons également un revirement de votre part concernant le second tour.
Nous prenons acte de votre « volonté de ne pas gérer la Région avec George Frèche en participant à un exécutif avec lui, » et nous nous en félicitons.
Cependant, la formulation que vous proposez sur le second tour manque de clarté.
Le communiqué commun du 3 décembre disait "Les débats ont également fait apparaître l'accord de tous pour considérer impossible une alliance au second tour avec une liste conduite par Georges Frêche que ses dérives populistes, autoritaires et racistes disqualifient pour rassembler la gauche. Nous souhaitons au second tour battre la droite en permettant un vote de gauche. Pour cela nous sommes favorables à des fusions démocratiques entre toutes les listes de gauche qui ne sont pas derrière Frèche, à l'exclusion du MODEM et de toute formation de droite......."
Ce communiqué a même figuré sur le site du PCF 34
Dans votre nouvelle formulation, vous dites : "dans aucun cas, nous n’aurons entre les deux tours un comportement qui puisse permettre à la droite de reconquérir la Région".
Que faut-il comprendre ? Que notre liste ne devrait en aucun cas envisager de se maintenir si elle le peut ?

Pour le NPA, la droite est l’adversaire principal et à l'échelle nationale le NPA propose des fusions démocratiques de second tour de toutes les lises de gauche afin justement de battre la droite.
Mais en Languedoc-Roussillon, ensemble, nous considérions que Georges Frêche n'était en aucun cas un rempart à la droite. Marie Georges Buffet n’avait-elle pas déclaré : "ni au premier tour, ni au second tour avec Frèche".
L'objectif clairement affiché doit être comme nous le mentionnions ensemble le 3 décembre la présence d'une liste de gauche non frêchiste au second tour. Cela impliquait que notre liste unitaire avait vocation à se maintenir en proposant des fusions démocratiques aux autres listes de gauche non frêchiste.
Votre refus de participer aux exécutifs avec Frêche devrait en toute logique vous conduire à également refuser toute fusion avec sa liste ce que votre lettre n'exclue pas.
En effet, la question des exécutifs avec Frêche ne se pose pas comme elle se pose dans d'autres régions dirigées par les socialistes. Elle est liée et vous le dites vous mêmes (communiqué du 3 décembre) à ses "dérives populistes, autoritaires et racistes", ce qui, de fait, le place hors de la gauche.
Vous refusez désormais d’avoir une position sur le sujet du maintien la liste.
De plus la direction du PCF s'est contentée de prendre acte de la présence d'élus PCF sortants sur la liste de Frêche ce qui en rajoute encore à la confusion.

Pour notre part, si le Conseil Politique National du NPA a constaté l'impossibilité d’un accord national avec le Front de Gauche, nous recherchons des accords unitaires régionaux partout où c'est possible . Les militants du NPA décident régionalement la base de tels accords comme nous l'avons fait en Languedoc Roussillon sur la base du protocole du 3 décembre.
Nous restons donc ouverts à la discussion sur les bases du projet du 3 décembre pour la constitution de listes unitaires et nous vous renouvelons notre invitation pour le mercredi 16 décembre à 19h dans nos locaux.
Nous maintenons cette proposition de réunion à toutes les organisations qui se sont reconnues dans la démarche unitaire engagée jusqu'à présent.


Fraternellement.

Le NPA Languedoc-Roussillon

Écrit par : JR | 16/12/2009

C'est très bein tout ça.

Écrit par : Gilles | 16/12/2009

Est-il vrai que Picquet est assistant parlementaire du député européen PC Le Hiaric ?

Si oui je comprend mieux l'attitude suiviste de la GU et fouteuse de bordel dans les négociations unitaires.

Écrit par : VERGNES | 16/12/2009

Ce n'est pas Piquet, mais un autre dirigeant de la GU ...

Écrit par : Piquet | 16/12/2009

@ Piquet
Je viens de lire ce qui se passait en Bretagne. Alors... la GU va s'allier au PCF et au PS au 1er tour ? Non, je le crois pas... Ouvre les yeux... Reprends-toi...

Écrit par : JR | 16/12/2009

@ Piquet sans c

Je parle de Christian Picquet, avec un C comme...

Si ce n'est toi c'est donc ton frère

Écrit par : VERGNES | 16/12/2009

a Gilles
Merci pour ta réponse, mais tu n'as pas répondu vraiment:
En PACA, et dans la majorité des régions où le PC veut nous obliger à participer aux exécutifs, comment les militants NPA sur les positions de Cochin feront-ils la campagne du FdG ?
En Poitou Charentes, c'est le NPA qui fait cet accord ou bien c'est une démarche minoritaire ?
En Languedoc, c'est tout le NPA qui est engagé, mais ailleurs ? Certains camarades feront-ils campagne contre le NPA, ce qui me parait absurde ?

Écrit par : stack | 17/12/2009

@ JR

En Bretagne la GU ne va pas pas s'allier au PS au premier tour. Elle essaie de contribuer à réunir les conditions d'un accord large à la gauche du PS.

Pour information :

COMMUNIQUE

Réunis le 12 décembre à Gâvres (56), dans le prolongement du processus unitaire entamé le 14 novembre à Saint Brieuc, les représentants de la FASE, du Parti de Gauche, de Gauche unitaire, de sections du PCF favorables au Front de Gauche, des Alternatifs, du M'Pep ont acté leur volonté commune de construire une liste unitaire de la gauche de transformation sociale et écologique pour les élections régionales en Bretagne.

Cette démarche s'inscrit dans le cadre national initié le 28 octobre par le Front de Gauche, la FASE, le M'Pep, les Alternatifs, République et socialisme, le PCOF...

Dans un contexte politique marqué par le durcissement de l'offensive de la droite et du patronat, et par la persistance des dérives social-libérales du PS et d'Europe Ecologie, nous voulons proposer, à gauche, une alternative à vocation majoritaire.

Nous continuerons d'oeuvrer à l'élargissement de notre rassemblement aux forces politiques, militants du mouvement social et citoyens, qui veulent impulser une dynamique redonnant l'espoir à gauche.

Écrit par : Scrat | 18/12/2009

@ Scrat
Je te remercie de ton messsage.
Je te ferais remarquer qu'il y aura donc en Bretagne : le PC avec le PS et le PG avec le NPA et LA GU sur une troisième liste d'unité... Beau bilan en effet...

Écrit par : JR | 18/12/2009

@ Stack
Tu trouveras le compte rendu des négos en Bretagne :

http://www.blogg.org/blog-27434-billet-npa_bretagne_demarche_unitaire-1120701.html

Écrit par : JR | 18/12/2009

@ Scrat
J'ai envoyé un message en fait le site qui raconte l'ensemble des négociations presque jour par jour en Bretagne... Mais çà a beugué. L'as-tu lu, par ailleurs ?

Écrit par : JR | 18/12/2009

Languedoc Roussillon
http://bellaciao.org/fr/spip.php?article95804

Écrit par : Alain Albert | 18/12/2009

Pour la Bretagne, le Languedoc, et d'autres départements où le NPA en tant que tel est en train d'essayer de faire des accords unitaires, c'est tout le NPA qui est engagé.
Donc, pas de souci, bien au contraire! Pourvu que ça aboutisse!
Mais ce qui m'inquiète, c'est cette déclaration de cochin, reprise sur ce blog, selon laquelle des militants pourraient individuellement rejoindre le Front de Gauche.
Personne ne m'a répondu à ce sujet.
Cela serait très grave à mon avis, ça irait dans le sens de Picquet et son ralliement honteux au FdG.
Tout militant NPA devra faire la campagne décidée régionalement par le NPA, et non rejoindre contre son parti une autre organisation comme le FdG.

Écrit par : stack | 18/12/2009

@ Scrat
"Mais ce qui m'inquiète, c'est cette déclaration de cochin, reprise sur ce blog, selon laquelle des militants pourraient individuellement rejoindre le Front de Gauche."
Ces déclarations du sieur Cochin ne sont pas reprises ailleurs.
En ce moment Gilles a un coup de mou : ses pronostiques ou ses craintes de voir le NPA exploser après la consultations se sont avérés faux. Oublié l'accusation selon laquelle le NPA a tout fait capoter sous de faux prétextes... Même le journal Le MOnde commence à sortir des articles sur "Les tentatives de confiscation du FdeG par le PC.
Il faut croire que l'actualité est tellement pauvre, en luttes sociales en enjeux écologiques, en combats sincères, alors dans les débats dans son comité, ils voient des mirages de militantes NPA Voilées....
La victoire du NPA, c'est d'avoir été fermes sur ses principes et ouverts, c'est à dire clair. Les négociations ont échoué parce qu'il n'y a pas de volonté politique de la part du PC de s'unir avec nous et peut-être même de la Gauche Unitaire de Picquet, marque Buffet à la culotte comme Besson un certain... Les couloeuvres avalées, toutes les composantes en sortent piteuses, sauf le NPA.
Alors celui qui irait faire campagne avec le Front de gauche dans ces circonstances... n'aurait vraiment pas peur du ridicule...

Écrit par : JR | 18/12/2009

Copié sur Bellaciao
LAURENCE DE BOUARD, cadre infirmière à l’hôpital de Carhaix, conduira la liste soutenue par le NPA Bretagne, le parti de Gauche 22 et des militants des autres départements bretons du PG et les objecteurs de croissance de Bretagne (ADOC) Les représentants de la liste unitaire, anticapitaliste et pour une écologie radicale, soutenue par le NPA Bretagne, le Parti de Gauche des Côtes d’Armor et des militants du Parti de Gauche des autres départements bretons, l’AdOC, des objecteurs de croissance réunis jeudi 17 décembre à Pontivy ont désigné la tête de liste régionale et les têtes de liste des sections départementales pour les élections régionales de mars 2010 en Bretagne
Voilà, pour faire l'unité, il faut être deux !

Écrit par : JR | 18/12/2009

Pour Picquet, je suis d'accord, c'est notre Besson à nous, triste suicide politique d'un camarade dans lequel j'avais confiance dans le passé.
Il a tourné sa veste, tournons la page, ce triste sire ne constitue heureusement qu'un épiphénomène marginal dans la vie de notre courant politique.
Mais ce qui m'inquiète, c'est que Cochin, membre du NPA, que je ne connais pas, semble lui emboiter le pas, tout comme l'auteur de ce blog, en tapant sur le NPA et en évoquant un possible ralliement au FdG.
Etant partisan de la motion C comme une majorité de mes camarades dans mon département, je tiens à dire que nous ferons la campagne que le NPA aura décidé, si nous partons seuls ou avec d'autres forces.
Aller à l'encontre d'une décision du NPA serait un comportement indigne pour un militant de notre parti.

Écrit par : stack | 18/12/2009

@Stack

En tant que partisan de la C , je suis entièrement d'accord avec toi.

Je ne peux trahir mon parti, même si je critique des fois son fonctionnement et son gauchisme de temps à autre.

Écrit par : rafikow | 18/12/2009

Bonsoir,

Je sors d'une réunion NPA régional après que la réunion unitaire ait été décommandée pour cause d'intempéries (?) Il a été très difficile d’adopter une attitude commune. En fait, ce sont les « unitaires » qui ont dirigé depuis plusieurs semaines les rencontres et fait des propositions. Or certains de nos camarades de la B et de la A (mais pas tous) estiment aujourd’hui qu’il faut repartir sur de nouvelles bases (celles du dernier CPN).

Ainsi, tout le travail fait qui porte aujourd’hui ses fruits puisque le FdG, les Alternatifs, la FASE, Cap à Gauche et le NPA de la Vienne se sont prononcé le 16 « pour la constitution d'une liste unitaire dans la Région Poitou-Charentes...", serait remis en cause ? Finalement n’ayant pu nous entendre sur tout, nous avons convenu que nous irons à la prochaine rencontre le 22 décembre et que nous jugerons sur pièce des réponses qui nous seront données en fonction des propositions que nous avons faites. Chacun sera libre de sa parole mais nous tenterons tous de présenter un visage uni. Ce qui sera pas aisé.

Écrit par : Gilles | 19/12/2009

@ stack et rafikow
"Je ne peux trahir mon parti "
Juste une remarque en passant, il est des expressions qui font "procès stalinien". Parlons politiquement et non pas militairement. Certes le parti suppose une certaine discipline mais cette discipline est politiquement débattue. Pour le cas "Cochin", çà sert à rien de convoquer un jury de commissaires du peuple... Il est juste déçu. Ce sont des paroles d'énervement... genre on aurait pu faire mieux. Mais maintenant, que l'on connaît la stratégie du PC, qui ne peut être la nôtre. S'il fait ce qu'il a dit, ben y va être ridiculissime... Comme la Gauche Unitaire, qui a cru pouvoir agir et qui est maintenant instrumentalisé par le PC.
Toujours garder la ligne du débat honnête, c'est çà qui défrise... et remet les choses à leur place.

Écrit par : JR | 19/12/2009

@ Gilles

"Finalement n’ayant pu nous entendre sur tout, nous avons convenu que nous irons à la prochaine rencontre le 22 décembre", dis-tu ?

Régionale Poitou-Charentes : Déclaration de la maison des trois quartiers du 16 décembre 2009.
samedi 19 décembre 2009 (13h20)
Les partis et organisations de la Vienne, Alternatifs, Cap à Gauche-FASE, FRONT de GAUCHE (PCF, PG, GU), NPA, se prononcent pour la constitution d’une liste unitaire dans la région Poitou-Charentes pour l’élection de mars 2010.

Elle aura pour titre : "Ensemble, pour un Poitou-Charentes à gauche, solidaire, écologique et citoyen".

Cette liste se fixe trois objectifs indissociables :
rassembler une majorité autour d’un projet vraiment alternatif à la logique du système capitaliste ;
battre la droite ;
changer les rapports de force à gauche en faveur de la ligne de transformation sociale.

Les mesures que nous porterons ensemble répondront à ces trois objectifs.

Elle s’engage à défendre son programme dans les futurs conseils régionaux.

Elle affirme sa volonté de le mettre en ouvre partout où nous nous jugerons en situation de le faire. Il doit s’agir d’une politique de rupture cohérente, applicable dans le champ de compétences des régions, qui donne la priorité aux besoins sociaux, écologiques et démocratiques contres les logiques capitalistes, libérales et productivistes.

Notre participation est donc liée aux conditions qui la rendent possible, à la possibilité de mettre en oeuvre les points essentiels de notre programme et du rapport de force permettant effectivement de les appliquer. Cette hypothèse exclut toute participation du Modem ou d’une quelconque organisation de droite.

Dans la région Poitou-Charentes, notre liste s’engage résolument à gauche pour battre la droite. Être à gauche vraiment exclut tout accord et toute main tendue au Modem au 1er comme au 2e tour.

La liste "Ensemble." s’engage, sans ambigüité, à faire barrage à la droite en rassemblant toutes les forces de gauche au 2e tour.

De : Nicommuniste
samedi 19 décembre 2009
Vu sur bellaciao : C'est un plaisir pour moi de t'apprendre ce qui se passe dans ta région...

Écrit par : JR | 19/12/2009

@JR
"Vu sur bellaciao : C'est un plaisir pour moi de t'apprendre ce qui se passe dans ta région..."

Tu ne m'apprends rien. Ce texte n'est pas un accord ; il ne devait pas être rendu publique ; il ne concerne que la Vienne ; c'était une réponse primitivement à l'initiative de Royal par rapport au Modem, etc.

La vraie et la seule négociation qui devait avoir lieu le 18 a été annulé pour "neige". Elle aura lieu le 22. Le NPA attend des réponses à toutes les offres qui ont été faites.

Écrit par : Gilles | 21/12/2009

@ Gilles
Maintenant que tu es revenu, change de texte, STP. Le voile ne doit pas voiler les vrais problèmes...

Écrit par : JR | 21/12/2009

ça va venir, mais je rentre de Paris et j'ai plusieurs problèmes à régler. J'ai un bon thème à vous soumettre. Je pense que ça va faire causer.

Écrit par : Gilles | 21/12/2009

Si quelque lecteur de ce site a des infos. Sur l'état de l'unité à la gauche de la gauche, je suis preneur...

Écrit par : JR | 21/12/2009

Un petit point à compléter/corriger :

- Bretagne : liste NPA avec objecteurs de croissance + PG22, sur une base programmatique vide (ils ont scellé l'accord, et désormais ils sont en train de discuter du programme ... !), et sur une position volontairement ambigu sur les exécutifs ("Nous réaffirmons avec force que nous n'accepterons pas de rentrer dans des majorités sous domination sociale-libérale pour y appliquer leur programme" ; ce n'est donc pas la position A qui disait "refus de participer à des exécutifs dominés par le PS" ... Si le PS est remplacé par "social libéralisme", ce n'est pas innocent)

- Languedoc Roussillon : une partie du PC (notamment Gayssot) va aller avec Frêche dès le 1er tour ; le PC et le PG vont faire une liste avec des PS dissidents (qui refusent de soutenir Frêche) ; le NPA va faire sa liste

- Champagnes Ardennes : la position C a la majorité absolue, et le PC fait liste commune avec le PS. Un communiqué NPA/PG a été fait début décembre, L'alliance NPA/PG ne fait quasiment aucun doute.

- Pays de la Loire : On se dirige vers une alliance PC/PG/NPA sur une ligne "citoyenne", et de capitulation totale sur les exécutifs (titre de la liste : "Ensemble à gauche pour des régions solidaires, écologiques et citoyennes" ;
En Pays de Loire, C=47,4% ; A+B=47,9% ...

- Poitou Charente : Il y a un communiqué (16/12) sur une ligne "citoyenne") signé par le PC, PG, NPA de la Vienne (où C a la majorité absolue), qui se prononce pour une liste commune. Il vise à faire pression pour obtenir un accord. Mais, dans le Poitou, A+B = plus de 60%.

- Midi Pyrénnées : le NPA prend acte qu'il n'y a pas de liste possible avec le PC et le PG

- PACA : malgré les efforts de la A, il n'y aura pas probablement pas d'accord avec le PC et le PG. Les Alternatifs viennent de sortir un communiqué disant qu'ils veulent une liste avec PC, PG, et NPA, et que si ce n'est pas le cas, ils ne participeront à la liste du Front de gauche. Cela ouvre la possibilité d'une liste NPA/Alternatifs

- Aquitaine : D'après un message sur le FMR, un accord a été validé par le NPA entre PC/PG/NPA ! Dans cette région, c'est la position A qui est arrivée en tête

- Lorraine : la B a la majorité absolue ; Il ne devrait donc pas y avoir d'accord avec les antilibéraux.

- Bourgogne : les A et C poussent à la conclusion d'un accord avec le PG (le PC part avec le PS) ; issue incertaine (opposition de la B qui refuse qu'un accord se fasse sur les positions antilibérales).

- Auvergne : on se dirige vers une liste "NPA/Alterekolos" ; la position C a la majorité absolue

- Limousin : pas de nouvelles (mais la C a la majorité absolue donc on peut s'attendre au pire)

- Alsace : B a la majorité absolue. Pas de liste avec les antilibéraux.

- Basse Normandie : la A a la majorité absolue ; le PC part avec le PS ; négociations en cours, et une liste commune NPA/PG semble possible.

- Centre, Franche Comté, Nord pas de Calais, Haute Normandie, Picardie, Rhônes Alpes : pas de nouvelles

Écrit par : James | 21/12/2009

Ajout/précision : en Midi-Pyrénées, d'après le communiqué officiel, rupture avec PCF et PG actée mais discussion avec FASE et Alternatifs en cours : http://www.npa31.org/actualite-politique-locale/regionales-2009%C2%A0-etat-des-lieux-en-midi-pyrenees.html (A en tête, de peu devant la B, pas de majorité absolue)

Écrit par : toto | 21/12/2009

James, j'adore la tournure "la C a la majorité absolue, on peut s'attendre au pire" pour moi qui ai voté C ça me fait trop rigoler.....

Nouvelles du centre :
ça discute et ça construit même si c'est pas les champs élysées c'est pas non plus high way to hell, c'est une aventure humaine...
Bon en fait le front de gauche a présenté ses listes le 16 décembre et paradoxalement certains continuent à discuter. C'est un peu le bordel quand même... Mais beaucoup de bonne foi du côté du npa, ça ça me plaît !

Écrit par : Agnès | 21/12/2009

Pour James

"L'accord" passé dans le département de la Vienne n'est qu'une déclaration d'intention qui devait paraître le 11 décembre en réponse à la proposition de Royal d'offrir des vice-présidences au Modem.

En revanche nous allons discuter d'un accord régional sur la base d'un projet de programme que nous avons élaboré il y a une quizaine de jours. S'il y a accord les comités seront consultés. Mais contrairement à ce que tu crois A + B fait peut-être 60 %, mais pas mal de A sont pour cet accord sur les bases que nous avons définies. il est donc tout à fait possible que l'accord soit validé. En fait c'est plus du côté du PC de Charente-Maritime que l'on attend les coups bas. Ces coups bas plus ceux de quelques irresponsables de la B et de la A risquent en effet de tout foutre en l'air.

Écrit par : Gilles | 21/12/2009

@Agnès : il a raison, là où la C a la majorité absolue il faut s'attendre au pire. On a pu voir que certains dirigeants (Cochin au hasard) ne s'embarrassent pas de respect de la démocratie interne et sont plutôt en tentative de scission. On peut s'attendre à en voir certains faire campagne CONTRE le NPA, ou bien amener le NPA à faire localement campagne CONTRE sa propre campagne nationale.

Ça n'a rien à voir avec les militants qui ont voté C, j'en connais pas mal, et qui l'ont fait de bonne foi. Pas dans le but tactique de créer une scission ni de faire campagne contre leur propre orga.

Écrit par : toto | 21/12/2009

Tes propos sont scandaleux toto. Yann Cochin est actuellement en grève de la fain en soutien à un camarade licencié de son entreprise. Il ne peut participer à aucune négociation, débat ou concertation et n'a pu être présent pour ces raisons à la réunion nationale de notre courant ce week-end. Alors un peu de pudeur !

Écrit par : Gilles | 21/12/2009

@ toto
Il faut arrêter de dramatiser...
Le cas Cochin peut se résumer à ça. S'il fait ce qu'il dit... Il devra se vacciner contre le ridicule, plutôt que contre la H1 N1... Et voire, ans les deux cas marcher masqué dans la rue... {cf en Bretagne les GU, qui suivent le PC dans l'audelà]
Je ne veux pas donner de leçon mais il me semble que nous devons à nos sympathisants, d'être pédagogiques... "Leur montrer les choses par les faits têtus". Leurs montrer, que l'unité, nous la voulons pas à n'importe quel prix mais en agissant pour. On est pour avoir des élus inépendants mais pas indépendants des militants qui les ont présentés. (Si l'un deux va dan,s les excutifs sans notre consentement, çà va chier...)
La consultation a bien marché et même se on est divisés : la crise, elle est chez nos "amis" du PG et du PC...
En se drapant dans, "C'est nous les meilleurs et puis c'est tout", qui en caricaturant un peu la position de la B, on n'aurait pas réussi à faire émerger les contradictions du Front de Gauche...
Ils auraient pu faire campagne sur un unique slogan : le NPA ne veut pas de l'unité. Comme aux européennes et là; En passant sous silence les vraies questions.
J'ajoute que les militants du Front de Gauche ont besoin de leçons de choses, eux aussi (Y'a le compte rendu détaillé des exactions du Front de Gauche sur NPA 34). C'est ça la méthode.
Conclusion : La crise, elle est chez au Front de Gauche, où la démocratie a eu la place que lui a laissé, les appareils.

Écrit par : JR | 21/12/2009

Pfff les contradictions du FDG. Laisse moi rire. Évidemment que l'arnaque du PG commence à se péter la gueule. C'était couru d'avance, quoi que nous fassions.
Ce n'est certainement pas l'attitude du NPA qui a éclairé qui que ce soit sur quoi que ce soit. Par contre, elle a réussi à pousser tout ce beau monde vers la droite (NPA compris), et envoyer FASE et Alternatifs dans les bras des bureaucrates stalino-mitterrandistes.


L'autre solution était de proposer une unité large SUR DES BASES POLITIQUES, et de laisser les bureaucrates s'expliquer avec leurs bases respectives sur leur refus de nos bases politiques. Plutôt que de se vendre et d'accepter toutes les compromissions possibles et imaginables.
Ce n'est pas en déclarant allégeance aux bureaucraties PCF-PG, que l'on convaincra leurs militants de base que l'on représente une alternative à leurs directions.

Tu as l'air de t'enflammer sur les "compte-rendus détaillés des exactions du FDG" ceci cela, mais tu oublies que ces "compte-rendus détaillés" n'intéressent personne à part trois pelés un tondu. Et que si le FDG veut nous faire passer comme "sectaire", il continuera à le faire allègrement, quoi qu'on ait fait avant!

Par contre, il n'y a pas eu la moindre explication POLITIQUE sur le FOND POLITIQUE, de nos divergences avec le FDG, et il se pourrait même qu'on parte sur une campagne nationale très proche des bases merdiques du FDG (donc même pas anticapitaliste, ni à la hauteur sur les questions écologistes).

Seul espoir, une réponse positive aux OC, qui nous proposent une alliance sur les bases de la position B, et qui ont écrit un texte que Gilles qualifiera comme d'hab de "gauchiste" : http://www.les-oc.info/index.php?post/2009/11/22/illusion
Mais le CE aura-t-il l'intelligence de s'intéresser à des anticapitalistes, plutôt que de se tourner systématiquement vers les bureaucrates stalino-mitterrandistes?

Écrit par : toto | 21/12/2009

Sors de ta bulle toto, ou restes-y indéfiniment. Nouveau billet sur la parano et la grève de la faim de Cochin.

Écrit par : Gilles | 21/12/2009

C'est tout ce que t'inspire le texte des OC?

Ben merde alors, prêt à tout pour faire alliance avec des productivistes altercapitalistes stalino-mitterrandistes, mais quand des écologistes radicaux nous proposent de faire campagne sur des bases anticapitalistes, antiproductivistes, et dans l'indépendance totale vis-à-vis de la social-démocratie, ce sont forcément des "gauchistes sectaires qui sont dans leur bulle"?

tssss un peu d'ouverture Gilles, sors de ta bulle et lis ce qu'ils ont à te dire...

Il y a un monde extérieur en dehors des bureaucraties PCF-PG ou syndicales. Ce monde là te tend les bras.............

Écrit par : toto | 21/12/2009

@ toto
"allégeance aux bureaucraties PCF-PG", dis-tu ?
S'inscrire honnêtement dans un processus unitaire, c'est faire allégeance... Pour moi, c'est tout le contraire. Ce ne sont pas le bureaucratie, qui m'intéressent mais les gens qui voient en eux une solution à leurs problèmes.

"Et que si le FDG veut nous faire passer comme "sectaire", il continuera à le faire allègrement, quoi qu'on ait fait avant !"
Il continuera à le faire, je n'en doute pas mais nous avons des billes pour leur répondre, notamment en LR et en Auvergne et en Bretagne... On a du concret. Alors que pour beaucoup le concret, c'est les Européennes.

Quant aux objecteurs de croissance, si leurs thèses sont justes, ils ne sont pas près de les voir passer auprès des ouvriers mis au chômage récement et qui vont regarder ailleurs pour voter. Je pense que nous pouvons être le lien, en ne laissant aucun espace aux bureaucratre ou aux vertslibéraux. C'est çà le NPA. J'ajoute que le NPA ne pourra jamais être ni à ton image ni à la mienne. C'est bien comme çà.

Écrit par : JR | 21/12/2009

Mais JR, dans quel monde vis-tu? Le seul moyen d'avoir un accord "unitaire" avec le PCF-PG, c'est de faire allégeance à leurs bureaucraties (qui veulent la peau du NPA).

C'est d'ailleurs ce que le CE a voulu faire, mais en s'imposant quand-même des limites par rapport à la participation aux exécutifs, ce qui leur a attiré les foudres de Gilles Suze et ses amis, pour qui ce n'était pas assez tant qu'il n'y avait pas reddition complète.

Pour ce qui est des billes en réponse, tu vas dire quoi? Demander aux gens d'avoir lu les 50 pages de CR de réunions "unitaires" locales, en plus des 50 pages des réunions nationales?
Désolé mais une divergence qui ne porte pas sur le FOND politique, c'est illisible à une échelle de masse.

Par rapport aux OC, je n'ai pas bien compris ce que tu disais (et je ne sais pas si tu as lu leur texte), mais si tu dis qu'on peut faire le lien avec eux et ne laisser aucun espace aux bureaucrates productivistes et étatistes du PCF-PG, banco! C'est ma position!

Écrit par : toto | 21/12/2009

En premier lieu, je dis que pour prouver que l'on a en face de nous des bureaucrates, il faut leur disputer le terrain de l'unité, pour démontrer par les faits, qu'ils n'en veulent pas. Montrer leurs magouilles... Dans les faits tu as raison, je sais autant que toi ce que l'on a en face de nous.

En deuxième lieu, j'ai parcouru le manifeste....Je dis qu'il ne faut laisser aucune palce aux bureaucrates, en faisant le lien entre les masses, qui voient en eux une solution faute de mieux. Il ne faut pas faire la même erreur qu'en 1968, où la bureaucratie avait récupéré sa place après le mouvement de grève au moment des élections... et que les "gauchos" s'étaient drapé dans "élection piège à con".
Enfin, des perspectives comme celle de la décroissance sont synonymes pour les salariés de chômage. Pris à l'envers, la décroissance, c'est le moyen pour la droite de faire payer les crises aux salariés...

Aucune place aux bureaucrates, c'est aussi leur disputer tous les pouvoirs y compris le pouvoir syndical, aussi...

Il faut lutter contre les bureaucratie sur tous les terrains... et ne rien leur laisser...

Écrit par : JR | 21/12/2009

1. La décroissance. Son chemin ? Conjuguer luttes sociales, contre-pouvoirs, alternatives concrètes et combats institutionnels.
2. « Que la décroissance soit un projet politique de gauche constitue pour moi à la fois une évidence et un paradoxe.»
Une évidence :
La décroissance constitue un projet politique de gauche parce qu’elle se fonde sur une critique radicale de la société de consommation, du libéralisme et renoue avec l’inspiration originelle du socialisme.
Un paradoxe : considérer la crise comme une opportunité, paraissent des provocations susceptibles de « désespérer Billancourt », même si celui-ci n’existe plus...
No comment, il nous reste à faire le lien avec "Billancourté.

Écrit par : JR | 21/12/2009

Pour faire taire toute rumeur malveillante concernant le Languedoc-Roussillon, voici un extrait qui dément totalement certaines affirmations assénnées sur ce blog :

Et le 2ème tour ? "C'est le premier qui détermine le second", répond René Revol. Il faut faire un score massif pour tourner la page de la présidence sortante. avec plus de 10% nous pourrons proposer une fusion aux Verts et à des socialistes qui rompraient avec Georges Frêche." "Notre ambition est majoritaire, ajoute François Liberti, pour qu'on ne soit pas en position de calcul au second tour. les électeurs trancheront mais notre présence dans un exécutif où sera Georges Frêche est totalement exclue." Comme est exclu tout ce qui pourrait faire gagner la droite.
L'ouverture vers le NPA
"Nous avons le même programme que le NPA. J'affirme qu'on peut mettre en oeuvre des orientations politiques dans le cadre de l'union". C'est Christian Causse, représentant de la Gauche unitaire (mouvement issu du NPA) qui l'affirme. René revol, de son côté, indique que le front de gauche a répondu aux deux revendications du NPA. Les places : 15 à 17 sur 67 lui reviendront. Il aura la tête de liste dans les PO, la 2è place dans l'Hérault et la 3è dans le gard. Quant au second tour, "il est hors de question, affirme Revol, que nous participions à un exécutif sous la présidence de Georges Frêche. Mais nous n'avons jamais défailli à faire barrage à la droite. Personne ne comprendrait qu'on participe à cette élection en se disant de gauche pour faire gagner la droite".

Écrit par : Michel | 22/12/2009

@ Michel
"Mais nous n'avons jamais défailli à faire barrage à la droite. Personne ne comprendrait qu'on participe à cette élection en se disant de gauche pour faire gagner la droite".
C'est rès bien : alors G.Frèche est-il de gauche ? Si oui fusion simple/technique, au 2nd tour ? Sois plus clair...
IL est clair pour moi que G.Frèche n'est pas de gauche donc aucune fusion avec lui.
Michel soit tu es naïf, soit tu fais de la tactique. Une partie du Frnt de Gauche est avec G.Frèche.... Où peut-on lire un état de la question ?

Écrit par : JR | 22/12/2009

La situation en LR est très délicate : soit on laisse gagner Fresche, soit on laisse gagner la droite. Dans les deux cas cela revient pratiquement au même... Nous, (Front de Gauche) on pense que c'est quand même mieux d'avoir Fresche (même si c'est une canaille), que Couderc et le FN...

De plus, j'ajoute que ce n'est pas tant le résultat qui est important, que la dynamique que cela enclanche. Faire apparaître une gauche qui ne soit pas compromise avec le libéralisme et qui soit capable de battre le PS, si ce n'est pas aujourd'hui, ce sera pour la prochaine fois.

Et le NPA (quoi qu'on en dise), est toujours le bienvenu dans cette dynamique. Que proposez-vous de mieux ? Faire cavalier seul et ne même pas figurer au 2ème tour ?....

Mais la question n'est pas tant de se focaliser sur la personnalité de Fresche. Ses écarts de langage sont un fait, mais ne suffisent pas pour qualifier sa politique. Il reste qu'il est à la tête d'une liste PS, liste que certains ont déserté pour rejoindre le FDG et son programme. Pour moi, c'est cela le début de la fin du système Fresche. Pas autre chose. Et surtout pas les gesticulations incantatoires qui vont vous reléguer à un score ridicule qui n'ouvrira aucune perspective de changement social.

Écrit par : Michel | 22/12/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu