Avertir le modérateur

11/12/2009

Ça sent le sapin pour la gauche de la gauche

Les premiers sondages sont mauvais pour le Front de gauche et plus mauvais encore pour le NPA. Le Front de gauche n’arrive jamais à 10 % sauf en Languedoc-Roussillon (où une alliance FG-NPA semble possible), quant au NPA il est même parfois devancé par Lutte ouvrière, navigant entre 2 à 3 %. Donné à 9 % plusieurs mois avant les européennes, le NPA n’avait pas dépassé nationalement les 5 % au final. Pour le Nouveau parti anticapitaliste c’est donc la chute irrémédiable. Il a beau encore proclamé qu’il reste dans la course avec « 8.000 cartes placées », c’est l’anonymat qui lui est promis. 

 

Mais pour le Front de gauche, ce n’est guère plus brillant, le PC risquant de perdre la plupart de ses élus dans cette affaire. Le NPA survivra – comme LO survit à la retraite d’Arlette – mais le Front de gauche aura-t-il encore un avenir si tout cela se vérifie dans trois mois ? Et Mélenchon (donné à 7 % en Ile-de-France) qui se voyait déjà candidat à la présidentielle en 2012, amusera-t-il encore la galerie de ses facéties ? Quel gâchis ! « Triste, triste était mon âme ; à cause, à cause d’une femme », disait le poète. Le couplet des Feuilles mortes seraient plus approprié : « Les feuilles mortes se ramassent à la pelle… » Etc.

 

La triplette Mélenchon, Buffet, Besancenot aura fait du bon boulot. Chacun dans son registre aura bien mérité de la patrie. Un PS remis en scelle, des Verts requinqués et même pas besoin d’un MoDem dans leurs pattes pour nous consoler. Car l’autre perdant de ces futures régionales c’est à coup sûr le parti croupion de la buse des Pyrénées. Mais eux, ils trouveront certainement un arrangement. Pour le PC, le PG et le NPA ça sera une autre histoire. Ayant dilapidé en cinq ans leur capital de sympathie à coup d’anathèmes et de paris idiots, ils sont voués à n’être plus que des buttes témoins de l’Histoire qui aura tôt fait de les oublier.

 

Sinistre présage ? Commet espérer de ces incompétents un sursaut. Vous voyez, vous, un rabibochage de dernière minute ? Vous allez voir ce que va donner le prochain CPN du NPA : l’une de ces déclarations abscondes, écrite en mauvais français, filandreuse et lâche. A gerber ! Comme disait le poète allemand Schelling : « Contre les imbéciles, même les dieux ne peuvent rien ! »

Commentaires

Le dernier sondage national datant d'hier donne FDG à 4%, NPA 4% et devinez quoi.... FN à 10%! A désespérer!!

L'UMP, à 30%, arriverait en tête du premier tour des régionales s'il avait lieu dimanche, devant le PS (23%) et les Verts-Europe Ecologie (14%), selon un sondage Opinionway-Fiducial pour Le Figaro/LCI, publié jeudi.

27% des personnes interrogées n'expriment pas d'intentions de vote. Elles étaient 30% à la mi-novembre.

L'UMP et ses alliés - Nouveau Centre, MPF, Chasseurs - sont crédités de 30%, en baisse d'un point par rapport au sondage précédent le 18 novembre.

Le PS gagne un point à 23%. Les Verts/Europe écologie en perdent deux à 14%, l'écart entre les deux formations grimpe à 9 points, contre 6 précédemment.

Le Front national est crédité de 10% des intentions de vote (+1) et le MoDem de 8%, gagnant lui aussi un point.

Le Front de gauche (PCF-PG) recule de deux points à 4% d'intentions de vote, et se retrouve au niveau du NPA d'Olivier Besancenot (=).

2% des intentions de vote vont à LO.

Depuis la première enquête de ce style le 1er octobre, l'UMP et ses alliés ont perdu 6 points, le PS en a gagné 4, de même que le FN.

Les personnes interrogées déclarent très majoritairement (62%, +3) qu'elles se prononceront en fonction d'enjeux régionaux, plutôt que nationaux (37%, -2).

Sondage réalisé en ligne (système Cawi) les 9 et 10 décembre auprès d'un échantillon de 989 personnes représentatif de la population française de 18 ans et plus inscrite sur les listes électorales (marge d'incertitude : 2 à 3 points au plus pour 1.000 répondants). Notice détaillée disponible auprès de la commission nationale des sondages.

Écrit par : rafikow | 11/12/2009

Méfions-nous des sondages ! Même si pour le FDG les pourcentages de départ sont plus importants qu'aux européennes.

En, plus, la campagne n'est pas lancée.

On sait bien que pour les formations qui ne bénéficient pas de l'aide des médias ne peuvent compter que sur leurs militants pour diffuser leurs idées et convaincre.

Écrit par : des pas perdus | 11/12/2009

Bon, c'est épuisant, à la fin ! "Câââtâââstrôôôôôpheuuuuhhh !!!!! Irêêêêêmêêdiâââbleuuuhhh !!! Irêêêêsponsâââbleuuuh !!!".
Quand droitosse fâché, lui toujours faire ainsi :
- SOIT : on adhère sans la moindre réserve à ses brillantissimes stratégies et analyses qui sont les SEULES viables ;
- SOIT on précipité tout le mouvement ouvrier dans un gouffre de ténèbres sans espoir pour des millénaires.
Et bien évidemment, t'es pas d'accord ? T'es con. T'es inculte. T'es incompétent tu comprends rien et moi j'ai raison et pas toi alors ta gueuele, d'abord.

Picquet nous a joué ce refrain des années avant d'avoir l'excellente idée de se barrer ; maintenant, il est gourou d'un nanopuscule dont tout le monde se fout, et rédige des pensums interminables que personne ne lit, même au Frondgôche, et il est out. Et tant mieux.

Pour quelqu'un qui ne cesse de se targuer sans cesse de sa culture et de sa finesse - on est jamais si bien servi que par soi-même, hein ? -, je ne vois ici depuis des semaines que gros sabots et injures, pratique limites - publier en ligne les bulletins internes, genre - et chantages à deux balles, mépris de l'interlocuteur qui OSE ne pas être d'accord, le méchant, et surtout une emphase narcissique du gars qui a tout compris, lui, et les autres c'est que des cons. Gilles Suze, ou l'ego démesuré qui n'admet pas qu'on le contredise. Toujours en train de hurler seul contre tous, machine à décourager les militants, obnubilé par la direction du NPA au point que de ne plus faire que des billets là dessus alors que la planète s'obstine bêtement à tourner sans se soucier de ses monomanies. Mais sans doute qu'elle aussi raconte que des conneries, pas comme Gilles Suze qui lui a TOUT compris !!!

Et c'est quoi, ce coup-ci ? Un sondage ??? Publié des mois avant ces putains d'élections et qui partant ne signifie RIEN ! Mais pourquoi laisser passer un prétexte pour encore cracher à la gueule de sa propre orga, pas vrai ?

On est décidément trop, mais alors trop sympas. Dans n'importe quelle autre orga, on t'aurait AU MOINS demandé des comptes, ou en tout cas de te calmer dans l'insulte permanente. Mais nous non, ouhlala, on est "démocratiques", hein ! On se laisse cracher à la gueule pendant des mois sans moufter, putain !!!!!!

Alors maintenant, c'est simple, Giles Suze : soit tu te calme. Tu arrête d'insulter tout le monde parce que ça commence VRAIMENT à bien faire, là !
Soit...
Mais au fait, si tu est si malheureux, qu'est-ce que tu fais encore là ?

Écrit par : CSP | 11/12/2009

@Gilles
J'ai du mal à comprendre comment un vieux briscard comme Gilles peut aussi facilement changer d’humeur. Au début de la campagne des européennes, le NPA était à 8-9 % dans les sondages, le FG à 2 %. J’ai choisi le FG, pour des raisons politiques de fond –je suis partisan d’un rassemblement de la gauche vraiment à gauche, et non d’une union des « révolutionnaires » ou des « nouvelles radicalités ». Je ne croyais pas alors que le FG remonterait à ce point la pente. La campagne s’est faite à l’arraché, sans ou contre les médias, surtout nationaux ; nous avons remobilisé des militants découragés, nous avons grignoté petit à petit non pas tant dans l’électorat potentiel du NPA que celui du PS, sans doute chez quelques abstentionnistes. Et nous avons redonné espoir, grâce à la perspective unitaire, à une partie de l’électorat traditionnel du PC. Le résultat n’est pas mirobolant, mais il résulte de la campagne elle-même en même temps que de l’aspiration populaire qu’elle a su très partiellement encore exprimer. C’est un acquis pour toute la gauche de transformation sociale. C’est sans doute ce que ton interlocuteur du PC veut préserver, et il a fondamentalement raison, même s’il doit bien y avoir moyen de trouver un compromis qui ne fasse pas disparaître l’appellation FG tout en intégrant FASE et NPA.

En poursuivant cette dynamique, nous parviendrons à un score à deux chiffres aux régionales. Le plus gênant, pour l’instant, ce ne sont pas les sondages mais les retards que nous imposent les tractations unitaires. Je trouve ton travail remarquable, j’apprécie beaucoup ton acharnement à refonder le débat, je suis persuadé, compte tenu de la qualité de vos discussions, qu’une vraie liste unitaire est possible chez vous. Pour le reste, on sait que les miracles n’existent pas. Il faut faire pousser le fruit avant de le récolter (ouh là là, lourd la métaphore agricole !)

En parlant de miracle, et si on veut aller à la racine, je me demande si tu n’es pas encore un peu la victime des illusions sondagières du NPA à ses débuts. Je ne suis pas persuadé qu’il y ait déclin du NPA, tout simplement parce que sa popularité n’a jamais été que virtuelle. Sa force, qui est incontestable, réside d’abord dans la qualité de ses militants et sa faiblesse, dans le gauchisme -au sens littéral- de sa stratégie politique. Le rêve du grand soir, d’une reconnaissance spontanée par les masses en lutte de sa direction éclairée indépendamment de la structuration du champ politique va de pair avec une extrême sensibilité à l’image trompeuse que lui renvoient les médias.

Autres illusions : à longueur de blog, tu reprends l’idée que toute alliance avec le PS est une trahison. Tu partages avec la majorité du NPA l’idée que le PS est intrinsèquement, définitivement social-libéral. Cela me rappelle qu’à la Ligue, au début des années soixante-dix, on prétendait que le PS était définitivement passé du côté de l’ordre bourgeois… Il a fallu un peu de temps pour comprendre le congrès d’Epinay. Si on a ça en tête, il est normal de se décourager à chaque fois que le PS remonte dans les sondages. Il faut au contraire se réjouir de ce que les salariés se tournent pour l’instant vers le seul outil un peu crédible, un peu massif pour s’opposer à la politique de Sarkozy. Le défi pour nous est de faire apparaître un pôle suffisant pour empêcher le glissement vers la droite (l’alliance avec le modem, entre autres) de l’ensemble des forces de gauche. Le PS, ses militants, son électorat sont un enjeu essentiel pour nous tous, d’où la nécessité d’une politique unitaire. A l’intérieur même du PS, une gauche n’apparaîtra que si il existe une gauche de gauche forte. Il ne faut surtout pas tomber dans les approximations journalistiques sur l’avenir des organisations traditionnelles du mouvement ouvrier. Le PS n’est pas voué au déclin électoral. Le conglomérat d’Europe écologie ne deviendra pas hégémonique dans la gauche.

De même, il est de bon ton dans certains milieux de la gauche radicale de considérer que le PC a un pied dans la tombe, qu’il n’existe plus qu’à travers un réseau d’élus locaux strictement dépendants du PS et uniquement préoccupés de leurs postes. Il me semble que tu fais actuellement l’expérience du contraire. Il faut donc revoir l’analyse de départ.

Dernier vieux tic gauchiste : la dénonciation des dirigeants traîtres ! « La triplette Mélenchon, Buffet, Besancenot aura fait du bon boulot. » écris-tu ironiquement. Eh bien moi, je suis très reconnaissant à JLM et MGB de nous avoir menés là où nous sommes.

JJR

Écrit par : JJR | 11/12/2009

@Gilles
Tu ne trouves pas qu'il y a un problème à se baser sur des sondages 4 mois avant pour en tirer des conclusions sur les rapports de force à la gauche de la gauche et sur les dynamiques.

Et quitte à se baser sur des sondages, au moins sois honnète, prends en compte les vrais sondages. Et pour le coups, le dernier sondage mis en ligne par Rafikow est surtout catastrophique pour le FdG qui ferait 4% autant que le seul NPA qui lui n'a pas près de 200 élus régionaux pouvant lui servir de relai sur le terrain.

Vraiment, je ne comprends pas ta logique. A croire que tu penses que c'est en aggravant tout ce qui va mal, en nous enfonçant la tête sous l'eau que tu crois que tu vas convaincre. Le pb c'est que ça a souvent l'effet contraire. Cela te rend moins crédible y compris quand on partage en partie des analyses.

Écrit par : langue-rouge | 11/12/2009

Jene suis pas prêt de me calmer surtout en lisant ceci :

"A l'unanimité de la délégation du NPA LR (1PO, 1GARD, 3HERAULT, + positions nationale A et C représentées), nous avons quitté après une brève suspension de séance que nous avions demandé la réunion unitaire de ce soir au local du PCF.
- Le FDG (revol pour le PG, liberti et un gars des po dartignole. pour le pcf, gu) sont intervenus pour dire en résumé qu'ils n'étaient pas tenu par le protocole du 03 décembre qu'ils avaient pourtant accepté, sous prétexte que leurs militants ne s'étaient pas prononcés et que revol s'était trop engagé qu' ils ne voulaient plus dire qu'ils excluaient toute fusion avec Frèche, cela dans des formulations tellement confuses qu'on a fini par leur demander si leur position était "ne pas dire qu'on le fera mais on pourra le faire) que la répartition des têtes de liste devrait se décider nationalement dans le cadre de leur accord national, et qu'ils n'acceptaient pas la règle des 2/5 3/5 que l'on proposait en LR sur la base des résultats des européennes, bref ils sont revenus sur tout et on repart à zéro.
Par ailleurs il y avait déjà tiré les tracts de campagne du FDG et nous les ostensiblement fait circulé. Ils n'avaient aucune contreproposition concrète à nous faire, ils attendaient les consignes de Paris.

On est parti en proposant une nouvelle réunion mercredi prochain dans nos locaux sur la base du communiqué commun, du protocole du 03 décembre, et de la répartition des listes réglée par la proportionnelle. On a expliqué qu'en rompant l'accord, ils prenaient une lourde responsabilité politique....

Écrit par : Gilles | 11/12/2009

Avant de cracher sur Picquet ou Gilles Suze, regardez où le dogmatisme et l'entêtement mène...
A force de vouloir se la jouer pur, avec ses gros bras et ses idées révolutionnaires que personne n'a, parce que c'est nous les plus radicaux, les seuls mêmes, et ben on se retrouve, en effet, tout seul.

Et c'est inutile d'aller chialer ensuite, inutile de continuer à faire son malin pour dire que le monde c'est de la merde, écrire 3 billets par jour pour dire que franchement les français sont des cons, alors qu'on l'a bien cherché si la gauche de gauche est en train de clamser. mais c'est au moins utile pour évacuer ses aigreurs, sa frustration, son ressentiment. Et on dirait qu'il y a que ça qui intéresse les CSP et autre toto... parce que franchement, comment continuer à chouiner quand on est majoritaire? impossible? Alors soyons marginaux, jouons-nous la poètes maudits, incompris, et pleurons sur notre sort en gueulant contre les autres qui ne comprennent rien... C'est pas avec vous qu'on va changer le monde...


Deuxio
Au lieu de penser que les sondages ne sont que des pourcentages sans conscience et sans voix, il faut penser qu'il y a des citoyens derrière qui votent FN, qui votent UMP, qui votent PS, qui votent EE. Et que s'ils le font pour suivre le doux ronron de leur vie apolitique, y'en a aussi beaucoup qui le font par choix.
Commencez par vous attaquer à la question "pourquoi les gens veulent pas voter à gauche?" avant de dire que ce sont tous les derniers des cons OU de dire que Fdg petites bites, et NPA grandes gueules.

Manque de crédibilité, absence de perspective d'avenir, guerre intestine. ça suffit à penser qu'il n'y a que des branquignols à faire de la politique.

Avec ça le premier parti de France est celui des abstentionnistes.
OH, même pas, nuance y'a plus de gens UMP que d'abstentionnistes...

Écrit par : rhizome | 11/12/2009

En plus Schelling et Dieu sont morts... Ne restent que les imbéciles...

Écrit par : rhizome | 11/12/2009

J’ajouterai que nous avons les mêmes problèmes depuis hier avec notre Front de Gauche local. Absent hier d’une réunion unitaire à Poitiers (un seul PG présent). Nous avions à leur proposer une déclaration commune qui devait passer dans la presse. Il n’y en aura pas et ce sans aucune explication. Alors peut-être allons-nous vers une troisième solution le NPA avec des bouts de ceux qui ne veulent pas « rallier » le Front de gauche. Mais ça ne nous mènera à pas grand-chose, d’autant que nos camarades « anti », eux, se réjouissent de tous ces incidents et exigerons de nos potentiels alliés qu'ils adoptent notre programme.

Écrit par : Gilles | 11/12/2009

Je vais te dire une seule chose, CSP. Quand je vois que mon camarade Olive appelle à voter C ; qu’aux européennes Janette Habel signa un appel pour le Front de gauche ; ou qu’en 2007 Antoine Artous critiqua assez sèchement l’attitude de la LCR… Je me dis que je ne suis pas en si mauvaise compagnie.

Écrit par : Gilles | 11/12/2009

Certains n'aiment pas les sondages. Un nouveau en Ile de France 1er tour : 30 % pour Pécresse ; 24 % pour Huchon ; 21 % pour Duflot ; 7 % pour Laurent (Front de gauche) ; 6 % pour le MoDem ; 5 % pour le Front national ; 3 % pour les écologistes de droite ; et 2 % à égalité pour le NPA et LO. A second tour Huchon (ou Duflot) l'emporterait avec 57 % des voix.

Écrit par : Gilles | 11/12/2009

à JJR
"Cela me rappelle qu’à la Ligue, au début des années soixante-dix, on prétendait que le PS était définitivement passé du côté de l’ordre bourgeois… Il a fallu un peu de temps pour comprendre le congrès d’Epinay".
L'histoire politique, le bilan du PS au pouvoir, la ligne actuelle du PS, donne-t-elle tort à ces "vieux gaucho"... En ne tirant pas les enseignements de cette histoire ne t'appêtes tu pas à recommencer ?
Au fait, y a-t-il un blog "PG de l'intérieur ?" Ca me permettrait de comparer...

Écrit par : JR | 11/12/2009

à CSP
Tu as écrit à Gilles :
"Mais au fait, si tu est si malheureux, qu'est-ce que tu fais encore là ?"

Pour de bonnes et de moins bonnes raisons, il se trouve que Gilles m'agace... Mais jamais je ne lui dirais de partir... Car au NPA, nous devons démontrer que discuter se diviser sur certaines questions, ce n'est pas la crise... Et il ne me dérange pas que les désaccords soient étalé en place publique. Le score de la consultation est suffisement ambigüe, pour démontrer que la démocratie au NPA existe même si ce n'est pas facile... On evrait le faire plus souvent... La majo a été mise en minorité, c'est très bien... A nous collectivement d'en tirer les conséquences.
Ce qui se passe au NPA, c'est que l'on n'a pas encore d'Histoire. Les faits ne peuvent pas infléchir les positions de chacun... ça va venir, c'est une question de temps. Ne mettons pas en péril un outil, que l'on nous envie. Le NPA et son interieur... Car pour les autres pas e vie interne, à ce que je constate.

@Gilles
Avoue que GU de l'intérieur, ça n'aurait pas la même saveur...

Écrit par : JR | 11/12/2009

Les résultats de ces sondages sont pondérés ?
Si oui par qui ?
Combien de personnes interrogées ? Un peu moins de mille ? 10 personnes qui acceptent de répondre aux questionnaires pour avoir 1% ?
Ils votent quoi ceux qui ont refusé de répondre à ce/ces sondages ?
Les questionnés pouvaient donner plusieurs réponses ? Un niveau de certitude quand à leur choix ?
Estimation de l'abstention ?
Sondages effectués à quelles dates ?
Les enquêteurs étaient rémunérés à 1500 net par mois ? Au Smic ? Smic horaire ? Moins que le Smic horaire ? Beaucoup moins ?
La présidente du Medef est propriétaire de la boîte de sondage ? Actionnaire ? D'autres membres du medef ?
Qui a commandé ce(s) sondage(s) ? Avec quel argent ? Combien a(ont) coûté ce(s) sondages ? Le commanditaire publie t'il tous les sondages qu'il commande ?
A quoi servent les sondages ?
En quoi avons nous besoin de ces chiffres ?
Qui a besoin de ces chiffres ?
A qui servent ces chiffres ?

Écrit par : Alain Albert | 11/12/2009

« Avoue que GU de l'intérieur, ça n'aurait pas la même saveur... »

Entre nous, il y en à d'autres « NPA de l’intérieur » ? C’est aussi ce que l’on me reproche, de cracher dans la soupe, de n’avoir aucune reconnaissance. Je fais parti certainement des très rares actuels militants du NPA qui étaient en 1969 au congrès de fondation de la Ligue, en Allemagne. Première manipulation d’un jeune révolutionnaire. On m’a fait adhérer à une organisation, la 4e internationale, sans que je sache exactement ce que c’était, son histoire, son actif et son passif. Etrangement, j’ai retrouvé chez Bensaïd le même malaise. Lui aussi avait été tenu à l’écart de l’opération. Car s’en était une. Le groupe de Frank comptait une trentaine de membres et d’un seul coup il passait à 1.500 ou 2.000. Mes camarades et moi on a mis deux ans à comprendre que l’on était devenu « trotskiste », ce qui faisait rire les Lambertistes de Clermont-Ferrand. C’est peut-être parce que je suis l’un des seuls à remettre en question cette histoire que mon blog existe car, contrairement à mes camarades de la GU, ou du PC ou du PG, je ne suis pas nostalgique de ce passé. Je me dis au contraire que nous avons raté notre vie militante. N’avoir rien su construire de solide après 68, quel échec. Un peu du même ordre que ce que nous vivons aujourd’hui. A la différence près qu’après 68, il y avait un mouvement ouvrier combatif et radical, qu’une régénération était possible. Aujourd’hui c’est terminé. Oui, tout est à refaire. C’est pourquoi je ne suis pas chez Mélenchon, Picquet ou Buffet. C’est que CSP n’arrive pas à saisir. Moi je ne veux pas recommencer l’union de la gauche ou la gauche plurielle, même un peu plus à gauche. Le PS (pas ses militants), c’est évidemment l’ennemi à abattre, tout comme les « idiots utiles » du PC, du PG et autres satellites. Et encore une fois pas leur militants en qui je crois. Mais aussi le NPA, pas ses militants. Trop d’orgueil ? Ou peut-être trop de lucidité. Voyez où tous ceux-là nous ont conduit. A la fin de leur vie, Marx et Engels ne voulaient plus se mêler des querelles internes au mouvement ouvrier. A la fin de la critique du programme de Gotha, Marx écrit : « Dixi et salvavi animam meam », ce qui se traduit par « j’ai dit et j’ai sauvé mon âme ». Le vieux chef indien avait tout compris.

Écrit par : Gilles | 11/12/2009

Voici ce que j'ai fait parvenir à une trentaine de militants et responsables de formation politique dans la région.

Souhaitons-nous la défaite ?

Des signes alarmants se multiplient. Il y a eu d’abord les résultats du vote interne au NPA où les unitaires de la position C ne recueillent nationalement que 31% des suffrages (plus de 37% dans la région Poitou-Charentes) ; puis les premiers sondages, en Ile-de-France, en Midi-Pyrénées, en PACA. Un NPA partout à moins de 4 %, derrière LO parfois… et un Front de gauche qui n’atteint nulle part les 10 % (Mélenchon à 7% en Ile-de-France). Régionalement enfin, malgré plusieurs propositions du NPA, une espèce de silence radio de nos camarades du PC et, il faut bien le reconnaître aussi, une attitude ambigüe du PG, tous les deux s’accrochant à l’idée que ce rassemblement ne pourrait se faire que sous le nom et aux conditions du Front de gauche.

Est-ce à dire que tout est fini ? Que les unitaires du NPA sont renvoyés dos à dos avec leurs camarades qui ont fait depuis longtemps leur deuil d’un accord possible ? Nous savons tous où cela va nous conduire : à une défaite certaine, humiliante. A se demander si les antiunitaires des deux camps n’ont pas finalement raison. Les élus régionaux du PCF auraient mieux à faire dans ces conditions à passer un accord de premier tour avec Royal. Le MoDem ? Une péripétie. Royal n’a pas besoin d’eux pour continuer à mener sa politique « écolo-social-libérale ». Et pour faire une majorité l’apport au second tour d’Europe-Ecologie lui suffira. Tout comme en Ile-de-France, c’est à une victoire de cette coalition qu’il faut s’attendre.

Nous aurions donc fait tout ça pour rien. Plusieurs semaines de rencontres et au final : rien. Plus le moindre espoir. « Ceux qui souffrent », comme disait un camarade le 5 décembre à Niort en seront une nouvelle fois pour leur frais. Leur seul recours, voter Royal pour éviter que la droite passe, et ce, dès le premier tour. Ou ils s’abstiendront, comme ils l’ont déjà fait. Ou alors, les plus ignorants iront porter leur bulletin dans l’urne au bénéfice d’un Front national qui relève la tête. Ainsi, tous nous aurons magnifiquement travaillé pour le roi de Prusse. Quel gâchis !

Un sursaut est-il encore possible ? Evidemment oui. C’est notre dernière chance car après il y aura quoi ? La présidentielle ? Un troisième tour social ? Je connais la chanson, par cœur, le refrain et tous les couplets. Ça fait plus de quarante ans que je la chante, sur tous les tons. Franchement, je n’ai plus le cœur à ça. Camarades, vous êtes désespérants. Après notre dernière rencontre, j’espérais beaucoup, trop apparemment. J’avais confiance. Ma confiance aurait-elle été mal placée ? Je doute même que ce dernier appel puisse être entendu.

Gilles Suze, la Rochelle, le 11 décembre 2009

Écrit par : Gilles | 11/12/2009

En Bretagne, c'est pareil : le PC a visiblement décidé qu'il n'y aurait nulle part des alliances avec le NPA et ses "alliés", décidément de plus en plus satellisés, n'osent pas le contredire.

Écrit par : David | 11/12/2009

Voilà qui réjouit nos camarades de la A et de la B. "C'est pas nous, c'est eux !" Eternelle réplique de l'imbécile à l'imbécile. Et le PG et GU qui rampent. La FASE locale n'est pas en reste. Dans une semaine l'épilogue. Peut-être que tout ça va voler en éclat. Je reçois néanmoins quelques mots de sympathie à ma lettre ouverte de la part de membre de la FASE et du PG.

Écrit par : Gilles | 11/12/2009

Donc :

Bretagne
Liste PG(22)/NPA anticapitaliste et écologie radicale en Bretagne.
http://bellaciao.org/fr/spip.php?article95483

Languedoc Roussillon
PC/PG/GU/FASE avec Freche au deuxième tour en Languedoc Roussillon. ^^
http://bellaciao.org/fr/spip.php?article95465

Écrit par : Alain Albert | 11/12/2009

J'adhère totalement à ce que dit JJR (qui ne doit certainement pas être au NPA). En ce qui concerne les sondages : on peut en penser ce que l'on veut (à qui servent-ils, comment ont-ils été réalisés, etc..), mais une chose est sûre, c'est qu'ils enterrent à juste titre toute vélléité de (re)construction de la gauche radicale. Lorsque 20 minutes titre ce matin : « la gauche radicale en désordre de bataille », ils ont tout à fait raison. Ce petit jeu n'a que trop duré. Gilles a beau nous citer Marx ou Liebknecht, la vérité est ailleurs. Nous avons à faire à une bande d'apparatchiks plus soucieux de dézinguer leurs partenaires que d'essayer de construire une force capable de nous sortir du sarkozysme dans un premier temps, et du capitalisme à plus long terme. On n'entend plus toto, et c'est CSP qui prend le relais. A croire que c'est la même plume !... A part que les accents infantilisants d'un ado capricieux, ont une toute autre saveur que les propos de notre toto national !...

Les sondés ne se trompent pas lorsqu'ils désavouent ceux qui sont incapables de mettre leur égo dans la poche pour construire l'outil qui nous débarasserait à la fois des turpitudes du PS et de l'arrogance de l'UMP. Comment voulez-vous accorder le moindre crédit à des partis qui s'entre-déchirent aussi bien intérieurement (PC , NPA) que vis-à-vis de leurs partenaires. Quitte à faire bondir une nouvelle fois toto, je me prépare sérieusement à voter « verts » aux prochaines régionales. Et beaucoup de monde autour de moi a déjà franchi le pas !...

Écrit par : Michel | 12/12/2009

@ Michel
Cette fois les choses ne sont pas si simples. Le NPA est allé jusqu'au bout de négociations en Languedoc-Roussilon et là, c'est le Front de Gauche, qui se déshonnore.
Et là t'es dégoûté (à juste titre) et tu appelles au vote Vert.
Dis-le tout net : Tout sauf le NPA !

Écrit par : JR | 12/12/2009

@Michel : On n'entend plus toto? Y en a qui militent monsieur. Copenhague manifestement t'es passé au travers.

Quant à me comparer à CSP, suiviste invétéré de la direction du parti, c'est bien preuve que tu ne prends pas la peine de lire les propos de tes contradicteurs.

Mais de toute façon, tu admets toi-même vouloir voter (et faire voter) libéral aux prochaines élections, donc j'imagine bien que les différences entre anticapitalistes te dépassent...

Écrit par : toto | 13/12/2009

Par ailleurs, vos histoires électoralistes sont soulantes et sans intérêt. D'autant plus les commentaires de sondage à deux balles.

Amusez-vous bien dans votre lutte des places. J'ai mieux à faire et je suis pas rentré en politique pour ça.

Écrit par : toto | 13/12/2009

@ toto. C'est bien, petit soldat anticapitaliste. Tu vas te joindre aux blaks bloks et te défouler dans la rue. Mais le jeu ne se joue pas dans la rue. Quand bien même vous seriez 1 million et que Copenhague serait en flammes. Si pour toi prendre un bus pour Copenhague et aller agiter les drapeaux du NPA c'est militer, alors d'accord tu es un bon militant. Cela me rappelle Cherbourg, tiens.... Depuis près de 8 mois nous nous battons contre l'implantation d'un terminal charbonnier sur le port de Cherbourg. Diffusions de tracts, permanences devant les Mairies, rencontres avec les élus, affichages, tractages, à peu-près 1.000 personnes qui ont signé la charte contre le charbon. Mais point de NPA dans aucune des actions organisées par le collectif. Aucun communiqué de soutien du NPA. Pire : ils ont recouvert les affiches "Non au charbon" par le fameux mégaphone qui est porteur d'un message d'une si haute importance !... Il n'y a que le jour du 7 novembre, où on les a vu apparaître, dans la manif organisée par le collectif avec leurs drapeaux NPA. Et cerise sur le gâteau, ils se sont vantés ensuite : « Vous avez vu le monde qu'il y avait derrière notre banderole ? » Moi, à leur place je me serais mis en tête de la manif, et comme cela ils auraient eu 1.500 personnes derrière leur banderole.

Alors tu comprendras que moi, je préfère encore voter pour les verts, que pour "ces gens-là", comme dirait Gilles.

Pour répondre à JR. Je crois que nous avons tous encore une dent contre le NPA, depuis 2007 (c'était la LCR à l'époque et j'en faisais encore partie). Depuis, il n'a cessé de se déshonnorer, comme encore en ce moment. En Basse-Normandie, il annonce par voie de presse un accord unitaire, alors que rien n'a été conclu, bien au contraire... Je regrette, mais les partenaires que nous sommes, exigeons quand même un minimum de respect. Il ne faut alors pas s'étonner que des alliances ne se fassent pas avec eux. Ils l'ont bien cherché !

Écrit par : Michel | 13/12/2009

@Michel : merci pour ce développement enflammé très amusant.
A part ça, je n'étais pas à Copenhague.

Pour le reste ta réponse à JR montre bien que quoi qu'il arrive et quoi qu'il fasse, vous refusiez tout accord avec le NPA. Vous lui préférez même les Verts, leur écolibéralisme et leur capitalisme vert. Ça paie plus dans la lutte des places! (votre seul moteur d'action)

Bon vent!

Écrit par : toto | 13/12/2009

Michel et toto. Le patriotisme de parti n'est pas ma tasse de thé. Sur cette question de l'unité, je le regrette mais les torts sont partagés. Chacun veut imposer son projet à l'autre. C'est une erreur. Défendons nos projets (le tien, le mien, le nôtre) mais n'en faisons pas l'objet de la rupture. Personne n'est en mesure de dire que le sien est le meilleur. Ce n'est pas parce que le FdG aura 1 ou 2, voire 3 points de plus dans des élections que le NPA qu'il aura eu raison. Et l'inverse est tout aussi vrai. Tant que vous n'aurez pas compris ça, vous pouvez toujours rivaliser d'éloquence, ça ne vous ne mènera à rien. Sinon à la défaite de tout notre camp, ce qui pourrait bien arriver dans quelques mois.

Écrit par : Gilles | 13/12/2009

Gilles, je crois que la question est mal posée. Il n'y a pas de question de "patriotisme de parti", mais bien de projets de natures différentes, comme tu le reconnais.

Si le NPA s'était retrouvé à participer à un gros gloubi-boulga avec le PCF-PG, je n'aurais évidemment ni fait campagne pour le NPA, ni voté pour lui probablement. Je ne fais aucun fétichisme de parti.

La principale défaite de tout notre camp, je pense qu'elle a malheureusement eu lieu au printemps dernier, dans la séquence 29 janvier, 19 mars et puis plus rien.
Heureusement elle n'est pas totale et il reste de la place pour reconstruire. Mais tant qu'on n'aura pas éliminé les stratégies bureaucrates d'enterrement des luttes dans les urnes, ce sera très difficile.

Écrit par : toto | 13/12/2009

Consultation interne des Alternatifs
ELECTIONS REGIONALES : LES MILITANT-E-S DES ALTERNATIFS ONT CHOISI UN ACCORD NATIONAL

13 décembre 2009

Les adhérent-e-s des Alternatifs se sont prononcé-e-s sur l’orientation du mouvement pour les élections régionales.
58,5% ont choisi la construction d’un cadre unitaire au niveau national avec les formations du Front de Gauche (GU, PCF, PG) et d’autres forces (FASE, PCOF, M’PEP, R&S, …).
33,1% ont refusé ce cadre qu’ils jugeaient trop restreint et se sont prononcés pour la recherche de l’unité la plus large au niveau régional.

Les Alternatifs réaffirment ensemble leur volonté de construire au delà des difficultés actuelles un rassemblement politico-social pour la transformation sociale et écologique regroupant toutes les forces politiques, du PCF au NPA.
Les Alternatifs participeront aux élections régionales pour défendre, et mettre en oeuvre si les conditions en sont remplies, des politiques publiques alternatives sur le plan des solidarités, de la démocratie et de l’écologie, en rupture avec la logique du système capitaliste et productiviste.

Leur objectif est de construire un cadre unitaire national sous l’intitulé « Ensemble, pour des régions à gauche, solidaires, écologiques et citoyennes ». Ce choix d’un accord national, décliné dans les régions, devra se concrétiser, outre l’intitulé commun, par le respect de la diversité des composantes politiques, dans la constitution des listes, la répartition des têtes de liste régionales et départementales, ainsi que par l’animation et la conduite de la campagne. Pour engager une vraie dynamique populaire, la campagne devra reposer sur l’organisation de forums citoyens dans les villes et départements et la constitution de collectifs unitaires.

Les Alternatifs défendront dans tous les cadres unitaires les priorités suivantes :

* La démocratie active : budget participatif, élaboration des projets avec les citoyen-ne-s, reprise autogestionnaire d’entreprises, participation des usagers et des salariés à la gestion des services publics, …
* L’orientation des financements publics au profit des services publics (notamment de l’enseignement professionnel) et de l’économie sociale et solidaire.
* La priorité aux transports publics et l’évolution vers leur gratuité.
* Une politique d’économie d’énergie (habitat, transports, …), le recours aux énergies renouvelables, l’aide à la relocalisation des productions, le soutien à l’agriculture paysanne et biologique.
* Une politique de solidarité et de coopération avec les pays du sud.

Dans toutes les régions, les Alternatifs défendront le rassemblement le plus large de l’autre gauche, y compris dans celles où le PCF a choisi pour sa part l’alliance avec le PS.
Conformément à leur mode de fonctionnement autogestionnaire, les Alternatifs respecteront les choix effectués dans chaque région par leurs adhérent-e-s.

Contre la droite et l’extrême droite, pour une alternative à l’écolo et au social libéralisme, dans les luttes et dans les urnes, l’heure est au rassemblement de la gauche de transformation sociale et écologique.

Paris, le 13 décembre 2009

Écrit par : rafikow | 13/12/2009

Toto, d'accord avec toi : il y a eu une défaut sociale après le 19 mars, on en paie encore les conséquences en termes de démobilisation, il y a un creux (même si ça veut pas dire qu'il y a pas de lutte) et ce creux alimente les difficultés du mouvement ouvrier. Si on était portés par les luttes sociales, nos partis auraient plus de facilité à s'entendre et l'unité s'imposerait mieux à eux; tandis que là les réflexes d'appareil remontent.
D'accord aussi avec Gilles sur les torts partagés, c'est navrant toutes ces péripéties, il faut ramer pour avancer un peu sur l'unité et on a l'impression que toute construction politique unitaire peut s'effondrer du jour au lendemain.

Écrit par : Quentin | 13/12/2009

@rafikow

Merci pour l'info qui confirme la tendance : plus personne n'accorde le moindre crédit au NPA. C'est l'isolement. Ce qui va en réjouir certains mais qui apprte une preuve supplémentaire à ce que nous savions déjà. Une direction incompétente, une orientation politique sans efficacité, etc.

Écrit par : Gilles | 13/12/2009

Mais, toto, tu t’y prends comment pour « éliminer les stratégies bureaucrates d'enterrement des luttes » ? Pourquoi faire un lien entre cet enterrement qui s’est fait de lui-même et les urnes. Tu sais bien qu’il n’y en a aucun aujourd’hui. En quoi l’opération Delannoy a-t-elle changé quelque chose dans la CGT. Je ne crois pas que c’est en braillant « lutte de classes » ou « grève générale » que l’on est le plus efficace, mais je vais y revenir dans mon prochain billet.

Écrit par : Gilles | 13/12/2009

Il est certain que la prise de position des Alternatifs parachève un processus : l'isolement - relatif - du NPA pas rapport à presque toutes les composantes du cadre unitaire mis en place nationalement fin septembre. En soi c'est pas dramatique, car la reconnaissance on la gagne sur le terrain et pas du fait de la reconnaissance des autres orgas.
Mais dans un contexte électoral, c'est jamais bon. La prise de position des Alternatifs, qui étaient plus attirés par le NPA que le FDG il y a quelques mois, montre que l'attractivité et l'apparence (j'ai écrit l'apparence...) unitaire par rapport à certaines couches militantes sont plutôt du côté du FDG.
ca n'empêche pas que même si logiquement je préfère que les Alters viennent avec nous, je ne pense pas du tout que ce soit un triomphe pour le FDG et je ne pense pas que les difficultés du NPA soient une bonne chose. Une alliance forte nécessite des alliés en bonne santé, et pour moi la réalisation d'un arc de la gauche radicale ne se fera pas tant que le NPA n'en fait pas partie.

Écrit par : Quentin | 13/12/2009

Il est certain que la prise de position des Alternatifs parachève un processus : l'isolement - relatif - du NPA pas rapport à presque toutes les composantes du cadre unitaire mis en place nationalement fin septembre. En soi c'est pas dramatique, car la reconnaissance on la gagne sur le terrain et pas du fait de la reconnaissance des autres orgas.
Mais dans un contexte électoral, c'est jamais bon. La prise de position des Alternatifs, qui étaient plus attirés par le NPA que le FDG il y a quelques mois, montre que l'attractivité et l'apparence (j'ai écrit l'apparence...) unitaire par rapport à certaines couches militantes sont plutôt du côté du FDG.
ca n'empêche pas que même si logiquement je préfère que les Alters viennent avec nous, je ne pense pas du tout que ce soit un triomphe pour le FDG et je ne pense pas que les difficultés du NPA soient une bonne chose. Une alliance forte nécessite des alliés en bonne santé, et pour moi la réalisation d'un arc de la gauche radicale ne se fera pas tant que le NPA n'en fait pas partie.

Écrit par : Quentin | 13/12/2009

L'orientation prise par la direction du NPA dans les discussions "unitaires" était effectivement très mauvaise et contre-productive, et a eu pour résultat de pousser les Alternatifs dans les bras du FDG. Nationalement en tout cas. Régionalement, c'est plus compliqué.

Face aux bureaucrates, pas de stratégie miracle, mais ce qui est sûr, c'est que leur prêter allégeance comme le voudrait Gilles, c'est la pire des solution.
Ce que les "vieux" ne comprennent pas, c'est que le mouvement ouvrier est malheureusement quasiment à reconstruire du début.
Faut mettre son logiciel à jour et comprendre les données de la période.

Écrit par : toto | 13/12/2009

« C'est que leur prêter allégeance comme le voudrait Gilles, c'est la pire des solutions. » (toto)

Arrête, toto, avec tes accusations sans aucun fondement. Nos partenaires locaux seraient très étonnés de l’apprendre. Pas plus tôt que ce matin, ils (le PC) me reprochaient l’inverse. J’ai dit et écrit très clairement que je refusais toute « allégeance » comme tu dis au projet politique du Front de gauche tout en expliquant que cela ne signifiait pas que je refusais l’unité sur un programme que je leur ai soumis et sur lequel pour l’instant ils n’ont pipé mot. Ils m’ont dit également qu’il ne fallait pas que je les presse ; qu’ils allaient nous donner une réponse le 18. La différence avec toi, c’est que je ne leur propose pas de faire « allégeance » au projet politique du NPA. D’autant plus que je ne suis pas d’accord avec. Ainsi, ce n’est pas projet contre projet que j’avance, mais chacun avec son projet, mais ensemble. Comprends-tu cette subtilité ?

Écrit par : Gilles | 13/12/2009

Chacun avec son projet mais ensemble? Et pour faire campagne sur quelle base? Pour raconter quoi?

Tu comptes aller aux élections sans y donner de réponse politique contre le réchauffement climatique? Notamment contre le nucléaire et contre tout nouveau projet autoroutier par exemple?

Et au final, tu as osé soumettre un programme au PCF-PG??? Fais gaffe, tu vires position B! :P

Écrit par : toto | 13/12/2009

Toto, ce programme tu y a accès sur ce blog. Lis le et tu me diras ce que tu en penses.

Écrit par : Gilles | 13/12/2009

C'est bon, c'est officiel, on est dans la merde!!

PARIS — Le NPA partira seul dans la quasi-totalité des régions pour les élections de mars 2010, après le vote dimanche à 70% par le conseil politique national du parti, réuni à Pantin (Seine-Saint-Denis), d'une motion de synthèse présentée par la direction.

Lors du vote des 8.000 militants début décembre, le parti était apparu très partagé. La motion défendue par Olivier Besancenot (appel à l'unité mais refus d'accord de gestion avec le PS et Europe-Ecologie, empêchant une alliance avec le Front de gauche PCF-Parti de Gauche-Gauche unitaire) avait même été mise en minorité (36,3% des suffrages).

Face à elle, une motion "dure" soutenue par d'anciens membres de Lutte ouvrière favorable à des listes en solo avait recueilli 28,5% des voix. Et 31,5% s'étaient prononcés pour l'union avec le Front de gauche, traduisant une percée du courant unitaire depuis le congrès de fondation du NPA en février où les "unitaires" n'avaient récolté que 16%.

"On a repris point par point, à partir de la consultation des militants, les points communs pour dégager des majorités", a expliqué à l'AFP Pierre-François Grond, du comité exécutif du NPA.

Le texte adopté met donc fin à la possibilité d'un accord national avec les partenaires de la gauche radicale, mais maintient les discussions unitaires dans un "petit tiers de régions", celles où le PCF a décidé de partir avec le PS, selon lui.

Il confirme aussi les "fusions techniques" de deuxième tour avec les partis de gauche, mais sans participation aux exécutifs et définit les grandes lignes d'un programme national.

70% des membres du CPN ont voté pour, 8% contre, les 12% restants n'ayant pas pris part au vote ou s'étant abstenus, a précisé M. Grond.

C'était la "première discussion politique sérieuse" depuis la fondation du NPA. "Maintenant c'est le moment du rassemblement", a-t-il ajouté, voyant dans le vote du conseil politique national un "dépassement positif de la consultation des militants".

Écrit par : rafikow | 13/12/2009

Un seul commentaire : "Les cons !" mais ils ne perdent rien pour attendre.

Écrit par : Gilles | 13/12/2009

Et sinon en Bretagne l'unité part en éclats aussi à cause de la machine anti-NPA :

Pour l’unité de la gauche de transformation sociale en Bretagne
dimanche 13 décembre 2009 (18h39)
COMMUNIQUE Réunis le 12 décembre à Gâvres, dans le prolongement du processus unitaire entamé le 14 novembre à Saint Brieuc, les représentants de la FASE, du Parti de Gauche, de Gauche unitaire, de sections du PCF favorables au Front de Gauche, des Alternatifs, du M’Pep ont acté leur volonté commune de construire une liste unitaire de la gauche de transformation sociale et écologique pour les élections régionales en Bretagne. Cette démarche s’inscrit dans le cadre national initié le 28 octobre par le Front de Gauche, la FASE, le M’Pep, les Alternatifs, République et socialisme, le PCOF... Dans un contexte politique marqué par le durcissement de l’offensive de la droite et du patronat, et par la persistance des dérives social-libérales du PS et d’Europe Ecologie, nous voulons proposer, à gauche, une alternative à vocation majoritaire. Nous continuerons d’oeuvrer à l’élargissement de notre rassemblement aux forces politiques, militants du mouvement social et citoyens, qui veulent impulser une dynamique redonnant l’espoir à gauche.




Le stalinisme a encore de beaux jours devant lui!

Écrit par : rafikow | 13/12/2009

Gilles, j'ai bien jeté un oeil rapide à ton "programme" mais pas l'intention de m'y pencher dans le détail.
Le constat qu'on peut faire, c'est qu'il est purement ouvriériste et totalement nul en terme d'écologie.

Pas un mot sur la crise climatique et les réponse à y apporter, y compris dans le cadre des régions.
Pas un mot sur le nucléaire.
La partie transports se contente des TER gratuits sans avancer des revendications centrales comme le refus de tout nouveau projet autoroutier.

Sans oublier le reste : il ne dit même pas clairement qu'il refuse toute subvention au privé (mis à part pour l'enseignement).

Bref, beaucoup de belles phrases et de blabla, mais peu de concret. Désolé d'être aussi sec, mais je ne pourrais jamais accepter un programme comme ça dans ma région. On est au NPA, pas dans la vieille LCR.

Écrit par : toto | 13/12/2009

Bref tu ne sais pas lire, toto ; le refus de tout nouveau projet autoroutier et de tout grand projet y est ; le refus du nucléraire y est également même si c'est sans le nommer expressément ; la question de l'écologie y est transversale ; sur les aides au privé, c'est encore une fois dit très clairement, etc. Quant à "l'ouvrièrisme", alors là pour quelqu'un qui vote B, excuse moi, c'est l'Hôpital qui se moque de la Charité. Evidemment je n'interdis pas la circulation automobile. Alors, oui je capitule. J'ai même glissé l'idée d'une association libre des producteurs, ce que le "programme" du NPA ne fait même pas. Mais il est vrai que le dit programme n'en est pas un, mais un catalogue démagogique de mesures qui ne verront jamais le jour.

Écrit par : Gilles | 13/12/2009

Bah c'est bien la preuve que ton truc est plein de blabla et vraiment pas clair. Et j'ai bien dit que j'ai lu en diagonales, car autre chose à faire que de faire une lecture détaillé de ce pavé qui ne me concerne pas!

Mais probablement on parle pas du même texte. Moi je parlais de celui-là : http://ilyaura.20minutes-blogs.fr/media/02/01/1392603000.doc

Et je n'y ai pas trouvé le moindre mot sur le nucléaire, ni sur le refus de tout nouveau projet autoroutier par exemple. Pas un mot non plus sur la crise climatique (en plein Copenhague, le comble!).
En matière de transversalité écologique, faudra revenir. On ne me la fait pas celle-là!

Alors bon, effectivement je ne m'étonne pas qu'une personne favorable aux alliances avec le PCF mette l'écologie dans sa poche et propose un simili-programme ouvriériste, constitué surtout de blabla, plus que de concret (faudrait pas que les mesures concrètes soient cause de rupture).

A l'inverse, je défends un programme écosocialiste, et je ne me contente pas de "voter position B", mais je la défends ouvertement.
Notre programme anticapitaliste, antiproductiviste, écologiste, féministe... n'est pas à vendre! Même sur l'autel de la lutte des places!
Il est au contraire à améliorer largement et à pousser beaucoup plus loin, plutôt que de faire l'inverse!

Écrit par : toto | 13/12/2009

Camarades anarchistes, communistes, démocrates, républicains, il me semble que nous voulons la même chose. Me trompe je ?

En schématisant, la droite en général a la cult(ure) du chef. Ce qui peut-être un handicap quand il n'en ont pas mais un atout lorsqu'ils sont rangés derrière leur mâle alpha. De Gaulle, Mitterand, Sarkozy...

Voilà une chose qui nous est étrangère. Nous avons globalement une culture du débat, de la confrontation d'idées, de la démocratie. Un sacré travers si nous nous laissons aller à la gourmandise. Nous sommes capable de nous enterrer dans des discussions sans fin sur le sexe des anges.

Non que le sujet soit dénué d'intérêt ou déplaisant mais celà nous fait perdre de vue l'essentiel. Ce qui nous rassemble. Ce qui devrait nous rassembler. Une société et un monde meilleur pour tous.

Celà peut paraître naïf mais je pense être sur le fond en accord avec chacune des personnes qui interviennent sur ce blog.

Alors, au delà de nos divergences, comment nous retrouvons nous ?
Je ne parle bien-sûr pas des organisations mais des personnes.

Quels sont nos fondamentaux ?
Quels sont les sujets que nous laissons à la marge, sujets que nous laissons non tranchés ?
Quel outil politique utilisons nous ?

A présent, comment transformons nous nos travers en force ?

Comment parvenons nous à nous unir avec l'éthique, la démocratie, le bien commun, le courage et la raison comme boussole face à l'avidité, au bourrage de crâne, aux féodaux, aux mensonges et à la fatalité ?

Écrit par : Alain Albert | 14/12/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu