Avertir le modérateur

07/12/2009

Tous écolos !?

Je me souviens. C’était tout juste après mai 68, à Clermont-Ferrand. Dans la mouvance gauchiste étudiante large à laquelle j’appartenais (j’étais néanmoins déjà la Ligue) il y avait un étudiant singulier, à nos yeux « folklorique ». Pas deux ou trois, un seul. Il roulait à vélo, pratiquait le recyclage tous azimuts, c’était l’archétype de l’écolo-baba-cool tendance « année 0 », « on arrête tout et on réfléchit ». Nous nous moquions gentiment de lui. Au milieu des années 70, élu au conseil municipal, il mourut dans un accident de voiture.

 

Quand je dis que cet étudiant était le seul écolo de la ville, ce n’est pas tout à fait vrai. Nous connaissions également un vieux syndicaliste de chez Michelin, d’origine québécoise, élevé – après un rapt d’origine familial – par les Indiens dans sa prime enfance. Il était sympathisant de la Ligue. Auprès de lui nous avons appris ce qu’était l’écologie pratique, quotidienne. Dans sa « résidence secondaire », il vivait sans électricité, ni au courante.

 

Nous, les « révolutionnaires » d’alors, étions encore trop plongé dans une idéologie productiviste et consumériste. Nous étions très loin de penser que l’écologie allait prendre cette importance qu’elle a aujourd’hui. Ainsi avons-nous laissé s’installer cette écologie politique qui sert aujourd’hui trop bien à brouiller les pistes. Pour les anticapitalistes, reprendre la main dans ce domaine est très certainement un enjeu majeur.

 

Car il ne faut pas se le cacher. Un capitalisme « raisonnable » est une voie de sortie possible pour un capitalisme postfordiste en crise. Il n’est, dans l’immédiat, qu’un outil de communication, une façon habile de faire diversion mais le capitalisme a tout intérêt à se précipiter dans la faille. A nous de faire la démonstration que rien ne sera possible sans changement des rapports sociaux. A cet égard, nous devrions être les premiers à mettre en avant la réduction du temps de travail comme outil à la fois pour résorber le chômage et vivre autrement, moins soumis à la double pression du travail et de la consommation. C’est en filigrane dans notre « programme », mais ce n’est pas ce qui nous a fait connaître.

Commentaires

Je profite de ce post pour transmettre cet appel trouvé via le rezo des copains.
http://appelpourlerevenudevie.org/

Un revenu décent pour tous.

Écrit par : Alain Albert | 07/12/2009

moi, entre un capitalisme raisonnable (qui redistribue les richesses, qui produit utile, etc.) et un "écosocialisme", je me tâte... ;-)

Écrit par : rhizome | 07/12/2009

Tu n'auras pas à te tâter longtemps, un "capitalisme raisonnable (qui redistribue les richesses, qui produit utile, etc.)" ça n'existe pas, ça n'a jamais existé et ça n'existera jamais.

Je constate que Gilles a l'honnêteté de reconnaître son absence de fibre écolo ainsi que la compréhension manifestement très lassalienne qu'il avait du marxisme à l'époque (le marxisme est pourtant fondamentalement antiproductiviste au départ, mais sa déviance dans le SPD a pesé sur la suite).

Par contre, ce qui est dommage, c'est qu'il n'ait pas beaucoup changé sur la question, car vouloir des alliances avec le PCF, en omettant tout ce qui pourrait fâcher ce potentiel partenaire (anti-écolo), c'est rejeter ouvertement le combat écologique (entre autres) de son combat politique.
Je ne vois d'ailleurs pas ce qui justifierait plus de passer des accords politiques avec le PCF qu'avec EE par exemple.

Écrit par : toto | 07/12/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu