Avertir le modérateur

07/12/2009

Le NPA ingouvernable

Communiqué du NPA

« La consultation des membres du NPA s'est achevée dimanche 6 décembre. Près de 4500 militants s'y sont exprimés sur 8.000 membres recensés à ce jour. La prise de cartes se poursuit. En ce qui concerne cette consultation, trois positions dites A, B et C étaient soumises au vote. La position A a réuni 36,3% des suffrages exprimés, la position B 28,5%, la position C 31,5%. Le Conseil Politique National du 13 décembre définira à partir de ces résultats la position nationale du NPA qui sera présent dans toutes les régions soit par le biais de listes NPA ouvertes à des partenaires locaux, soit en soutien à des listes unitaires plus larges. »

 

Commentaire :

Il n’y a plus de majorité au NPA. Le parti est désormais ingouvernable. Pour s’en sortir il va falloir « recomposer » mais dans quel sens ? A « droite » ou à « gauche ». Evidemment j’emploie à dessein des termes qui ne veulent rien dire. Disons plutôt dans le sens du rassemblement ou en lui tournant le dos. Comme la position A n’est pas homogène politiquement, les additions ne serviront à rien. C’est à l’intérieur de la A, c'est-à-dire au sein du noyau dirigeant, que se situe la clé en partie de la résolution de ce problème. Je dis en partie, parce que la recomposition ne pourra être dans l’immédiat que tactique. C’est en s’attelant au fond – ce qui n’a pas été fait jusqu’ici – que l’on arrivera à trouver une vraie solution à terme. Elle passera par des débats de fond sur la question des institutions, de ce que pourrait-être un « processus de transformation révolutionnaire de la société », sur la « révolution » elle-même comme processus (et non comme idée fixe) et sur d’autres hypothèses écartées lors du processus constituant pour faire plaisir aux « gauchistes ». Quant à ces derniers, il va falloir qu’ils apprennent à débattre et à argumenter : psalmodier ne se sert à rien. Je précise que « gauchiste » n’est pas une insulte mais une caractérisation politique, celle employé par Lénine. A moins qu’ils préfèrent celle de Engels : « Les éléments brutaux de la révolution » (1845) dont il craignait qu’il la conduise à une défaite et à un Thermidor.

Commentaires

C'est effectivement un gros échec pour la majo, à laquelle j'appartiens. Dans mon AG de vote des camarades de la majo ont voté pour la B, parce qu'ils ont été exaspérés par les maladresses de la direction (le communiqué très faible avec le PG, les discours électoralistes de Fred Borras, l'appréciation positive de Sandra sur le texte du 28 novembre etc.). On a réussi à limiter les dégâts, mais la perte de voix aurait pu être bien plus conséquente, ce qui à mon avis montre que la B a encore de la marge de progression. Ceci dit, je ne crois pas que la majo va éclater : dans une situation pareille, elle n'en a tout simplement pas les moyens !

Écrit par : David | 07/12/2009

A te lire, David, je pense que tu es un B qui s'ignore. C'est bien ce que je dis, la A est une illusion. Le NPA est à 50/50 entre C et B. Il n'y a plus de majorité et c'est tant mieux. C'était une construction manœuvrière et plébiscitaire au sommet entre différents courants autour de Besancenot qui éclate. Je l'avais écrit depuis fort longtemps. Il fallait bien que ça pète un jour. A ne pas vouloir discuter du fond, voilà ce qui arrive. La méthode Besancenot a fait long feu.

Écrit par : Gilles | 07/12/2009

Pour ceux que ça intéresse, je vous envoie une contribution datant du 15 octobre et qui prévoit que la situation à l'issue de ce vote va être problématique.
Je l'avais appelé : "N’exigeons pas des autres ce que nous avons bien du mal à nous appliquer à nous-mêmes : la cohérence"

Écrit par : Gilles | 07/12/2009

Sur le fond, je pense que toto à raison. D’une certaine façon, la direction les a trahis. Mais c’était prévisible. Comme, elle avait trahi ceux qui avaient cru que l’on construisait un parti large, ouvert, sur plusieurs hypothèses. Moi, en l’occurrence. Un jour je m’en suis plaint à un représentant de l’actuel A, un « kriviniste » (ça existe), en réalité un bon gauchiste, et il m’a dit : « Mais tu n’avais pas compris que c’était seulement un changement de nom ! » C’est le même qui interpelé par le PG ne répond pas et me glisse à l’oreille : « Je ne discute pas avec ces gens là ». Ou un autre jour, il se vante de n’avoir lu que le Manifeste, ce qui pour cet amateur de bridge, préférant une compétition à une réunion de préparation de congrès, était largement suffisant. Ou encore, réclamant que l’on passe au vote rapidement, le débat l’assommant. Justifiant ainsi que c’est ainsi qu’il conçoit un parti de masse.

Écrit par : Gilles | 07/12/2009

Je partage le fait que la A n'existe pas vraiment, et qu'il n'y a que deux orientations contradictoires : celle de la B et celle de la C.
Pour l'instant, il semblerait que la A penche vers la C et tente des accords avec elle dans un peu toutes les régions. Mais au final ça va être assez compliqué, car les raisons de voter pour cette position (A) floue et ambigüe sont très multiples, et la direction a plutôt intérêt à laisser faire et attendre que le FDG entérine ouvertement et clairement la rupture, afin d'éviter d'avoir à trancher elle-même.

Par contre, les attaques style "la méthode Besancenot" c'est assez ridicule. OB n'est pour rien dans tout ça. S'en prendre au porte-parole, c'est vraiment minable. Indigne d'un camarade, désolé Gilles mais y a des moments où il faut arrêter.

Écrit par : toto | 07/12/2009

Ton soi-disant "kriviniste" soit n'existe pas (en dehors de ton imagination), soit n'a pas dit ce que tu lui fais dire, soit est simplement abruti.

Écrit par : toto | 07/12/2009

Je connais trop ces méthodes pour les avoir vues à l'œuvre quand j'étais proche "professionnellement" de la direction dans les années 70. « Juju » Dray, en particulier, qui m’avait embarqué dans la construction du MAS. Ca m'a dégouté pendant longtemps, près de 10 ans, de me mêler des débats internes. Mais j'ai sincèrement cru que tout cela était dépassé ; que l'afflux de nouveaux militants venant d'autres horizons allait faire un appel d'air, amener une bouffée d’air frais. Quand j’ai replongé là dedans en 2005, puis surtout avant le congrès de fondation, j’ai vite compris que tout recommençait comme avant. Les petits clans, les petites magouilles minables (j’en ai une en tête croustillante). Besancenot, je ne le connais pas, mais Sandra, PFG, Borras, Sabato, Joshua, je les connais bien.

A plus. Réunion avec le PG.

Écrit par : Gilles | 07/12/2009

Pas du tout abruti. Prof agrégé, intelligent mais politiquement inculte ou alors très lucide sur la « manœuvre » qu’a été en réalité la construction du NPA.

Écrit par : Gilles | 07/12/2009

Et ben moi de là où je suis, je suis content... Je suis content du débat et de sa teneur, et sa tenue... Nous avons réussi à garder notre consensus et à nous diviser comme le veut la démocratie...
Ceux qui prédisaient du bourrage d'urne ou des insultes en sont pour leur frais... En tout état de cause je ne comprends pas la teneur de ce blog. L'unité (enfin la proposition d'unité, restons lucide) est en passe de réussir... La politique c'est pas simple... le NPA non plus

Écrit par : JR | 07/12/2009

OB n'est personnellement pas vraiment sur la ligne de Sandra, PFG, Borras, Sabado, Johsua. Donc ne mélangeons pas tout.

Concernant ton prof agrégé, je vois pas en quoi c'est contradictoire avec le fait d'être "abruti", à moins que tu considères qu'être abruti est l'apanage des ouvriers, et l'intelligence celle des profs et cadres sups?

@JR : j'ai aussi constaté de bons débats globalement. Rien à voir avec le ton de ce blog.

Écrit par : toto | 07/12/2009

Je sors d'une réunion unitaire où j'ai pu constater deux choses :

1/ Par téléphone une camarade du NPA (B) a expliqué qu'elle n'était pas d'accord pour poursuivre les discussions.

2/ Que la délégation du PG était globalement d'accord avec les propositions contenus dans le projet de programme unitaire que je propose.

3/ Que mes propres camarades ne font même pas l'effort de discuter programme, ni dans le NPA, ni à l'extérieur.

Quant aux remarques de toto, mon "productivisme", ma formation d'anthropologue m'a toujours éloigné d'une telle ligne.

Non mon prof n'est pas abruti. Non pas parce qu'il est prof mais parce qu'il dit ce qui est la vérité : le NPA est une LCR camouflé avec un zest de gauchisme en plus moins la culture politique des années 60-70.

Écrit par : Gilles | 07/12/2009

"Et ben moi de là où je suis, je suis content... Je suis content du débat et de sa teneur, et sa tenue... Nous avons réussi à garder notre consensus et à nous diviser comme le veut la démocratie..." (JR)

L'intro faite par je ne sais qui dans l'AG de mon département, en substance : "Eh je pense que tout le monde sait ce qu'il va voter. Pas besoin d'un débat très long..." On m'a déjà fait le coup lors d'un congrès départemental. Passons rapidement aux votes ! On a même théorisé ce genre de pratique. C'est comme ça qu'un parti de masse doit procéder m'a-t-on dit. Les débats c'était dans la LCR. Au NPA on va à l'essentiel, etc. Résultat dans le comité 2 heures de débat administratif : cotis, réunion, etc...
Je me souviens également que des camarades, aujourd’hui à la B et très remontés contre la direction, expliquait qu’il ne fallait pas remettre en cause sa légitimité. Evidemment aujourd’hui, ils sont les premiers à taper sur le groupe dirigeant. Il y a quelque mois j’ai dit à Borras. C’est drôle, il va falloir désormais que je vous défende dans mon comité.

A Niort, les membres de la A (en réalité plutôt B) refusent d’intégrer le comité de Niort. Ils se réunissent avec le nord des Deux-Sèvres. A Paris un vieux camarade de la LCR nous a expliqué récemment qu’il allait démissionner parce que la situation en interne était invivable. Un autre ancien du PC pensait partir ayant affaire dans son comité à une majorité B particulièrement remonté contre les « tièdes » dans son genre. Etc. Comme le dit JR : « Je suis content »

Voulez-vous que j’évoque également la tenue de la CE ?

Écrit par : Gilles | 07/12/2009

@Gilles
C'est incroyable parfois j'ai l'impression de ne pas être dans le même parti que toi. Je ne nie pas les pbs, je ne nie pas que dans certains comités, ça peut se passer moins bien que dans d'autres mais ce n'est pas la multiplication des anecdotes qui permet de se faire une idée de ce qui se passe au NPA.

Chacun fait son tri en fonction de ce qu'il veut démontrer et il y a toujours une anecdote d'un militant du PG, d'un dirigeant qui un jour aurait dit, d'une AG où il a été dit qu'il n'était pas nécessaire de s'attarder sur le débat, d'un adhérent qui claque la porte...
Il est vrai qu'un nouvel adhérent qui rentre sans faire de bruit et se met à militer, ça n'est pas très intéressant.

Au fait, j'en connais aussi des anecdotes de débats qui se finissent tranquillement par un bon gueuleton, d'AG électives ou chacun se respectent, d'AG électives ou les B sont très minoritaires (il y en a même une large majorité), des Ags où ceux qui défendent la A tappent plus sur la B que sur la C, mais je ne cherche pas à en faire une règle pour autant.

La réalité du NPA est très contrastée aujourd'hui et tu en donnes une image caricaturale. Alors que pourtant sur le fond je suis plutôt d'accord avec toi, je suis en total désaccord avec ta façon de concevoir le débat, de rendre compte de la réalité du débat au sein de l'organisation.

Du coups, de l'extérieur, ceux qui ne connaissent pas le NPA ont l'impression à te lire que tout y est 100 fois pire qu'ailleurs. Tu es une machine à décourager les nouveaux adhérents et même les anciens d'ailleurs. Alors que ça fonctionne plutôt mieux qu'au PG (ou les débats et les désaccords avec la direction sont étroitement encadrés) et mieux qu'au PCF (je n'en parle pas). Oui le NPA a des défauts, oui la situation n'est pas enthousiasmante, oui il ne faut pas hésiter à exprimer ses critiques même à l'extérieur.
Mais il y une chose que je conserve malgré tous les reproches que je peux faire à toto par exemple ou à d'autres, c'est le respect que j'ai pour cette aventure que l'on construit ensemble. On ne peut pas quand on passe son temps à construire un parti passer son temps à cracher en permanence dessus.
Il y a cet attachement viscéral que j'ai pour le NPA qui fait que je ne suis pas prêt à passer des critiques d'une orientation au dénigrement permanent et que je serais spontanément prêt à défendre mon organisation contre tous ceux qui cherchent à la dénigrer y compris quand ça vient malheureusement de l'intérieur du NPA.

Et je me trompe peut-être mais je ne sens pas cet attachement chez toi. Ce truc humain qui au delà des idées abstraites, des trahisons, des frustrations fait qu'on reste collé à un idéal, à une aventure collective malgré tout.
Et pourtant j'en connais des cons, des frustrés, des sectaires, des fous. Il y en a au NPA comme il y en a au PCF au PG, parmi mes voisins, dans mon syndicat, bref dans la vie et je ne me sens pas d'aligner les anecdotes les plus foireuses pour donner l'image la plus négative possible de mon parti même pour appuyer mon argumentation.

C'est con mais c'est comme ça.

Écrit par : langue-rouge | 07/12/2009

Bof c'est pas très intéressant ce que tu racontes. Un peu de pudeur, on donne pas dans la téléréalité.

Moi aussi je peux raconter plein de trucs, sur des dirigeants locaux ou nationaux de la A ou de la C. Quelle éclate! Je suis sûr que ça va passionner les foules...

Et après c'est toi qui te plains de la dépolitisation des débats?

Écrit par : toto | 07/12/2009

Je précise que je réponds à Gilles dans mon message précédent (le message de langue-rouge s'est intercalé).

En tout cas, pour un anthropologue, je suis amusé de voir quelqu'un d'autant misanthrope! :P

Écrit par : toto | 07/12/2009

@langue-rouge

Ma colère vient de ce que je sais que nous sommes entrain de gâcher une situation historique. Mon père qui avait connu 1936 et 1945-1947, disait déjà cela. J’ai connu 1968 et j’ai pris conscience au début des années 80 que nous avions rien compris et finalement tout raté. C’est seulement, lorsqu’une nouvelle « fenêtre » s’est ouverte après 2005, que je me suis repris à espérer et à bâtir une toute autre hypothèse de « sortie du capitalisme ». J’ai voulu en débattre. Je me suis heurté à un front d’idées reçues et de propos qui appartiennent selon moi à ce qu’aurait pu être ce dictionnaire que Flaubert avait en tête, mais vu du côté de la « révolution ».
En Poitou-Charentes, nous ne sommes pas loin d’un accord avec nos partenaires. Mes camarades de la A et de la B ne veulent même pas en entendre parler. Ils ne lisent pas les comptes-rendus de réunion, le projet d’accord, refusent de débattre de tout ça et, en plus, ils osent dire qu’ils sont unitaires mais que ce sont les autres qui ne veulent pas de nous.
Comment se sortir de cette impasse ? Accepter que la bêtise gagne à tous les coups ? Car c’est de la bêtise. Ils ont si peu d’arguments pour combattre cet accord qu’ils restent muets comme des carpes. Il est vrai que ceux de la B excluent même les « accords techniques ». C’est dire le fossé qui nous sépare.

Écrit par : Gilles | 08/12/2009

@Toto

Je ne suis pas anthropologue mais j'ai une formation d'anthropologue, de philosophe et d'historien. Mon métier c'est le journalisme.

Écrit par : Gilles | 08/12/2009

Gilles, ton problème c'est de penser que tu es le seul à être touché de la lumière divine, à avoir eu l'illumination, et que les autres sont tous des idiots qui n'ont rien compris à la situation.
Ça explique la violence de tes propos envers tous ceux qui ne partagent pas ton analyse et ton point de vue.

Misanthropie ou complexe de supériorité? Je ne sais pas exactement.
Toujours est-il que les camarades de la C avec qui j'ai l'occasion de débattre, bien qu'absolument convaincus d'avoir raison, arrivent à le faire de manière fraternelle, en débattant sur le fond et en étalant nos divergences d'analyse dans le respect mutuel de nos positions. C'est peut-être ce qui fait qu'on ne fait pas fuir les militants, comme vous semblez le faire en Poitou-Charentes...

Écrit par : toto | 08/12/2009

Une dernière fois, toto, ce sont TES camarades qui font fuir mes amis. Je clos le débat là-dessus parce que tu persistes à nier ce que j’entends partout dans les réunions nationales de Convergences et alternative. Il n’y a pas de situation spécifique à La Rochelle. Elle est la même partout où nous sommes présents.

Écrit par : Gilles | 08/12/2009

... et j'ajouterai que ce n'est pas nouveau. En 1975, je débarquai à Bordeaux, tenu alors par une majorité d'une tonalité qui ressemble un peu à la B d'aujourd'hui (la T1). Les camarades qui n’étaient pas sur cette orientation (T3) étaient réellement « terrorisés ». Je n’avais jamais vu ça alors. Comme j’étais T3 je ne mis pas longtemps à m’opposer à cette direction de ville, non sans heurts. Quand je rejoignis Rouge quotidien, ils me poursuivirent jusqu'à Paris de leur vindicte « ouvriériste », exigeant mon retour à Bordeaux. Aucun des camarades dirigeants de cette ville ne sont aujourd’hui dans le NPA. Les uns sont partis avec Filoche, la plupart sont dans la nature. Sauf un qui est aujourd’hui à la C.

Écrit par : Gilles | 08/12/2009

Gilles, vu le ton que tu emploies sur ce blog et les relations internes que tu décris, je pense que les responsabilités sont largement partagées entre vous.
Le climat que tu contribues (avec les autres) à créer dans ton NPA local a l'air exécrable!

Écrit par : toto | 08/12/2009

Parlons du fond. Tu vas sur mon nouveau billet. A la fin tu as accès au projet d'accord que j'ai préparé en Poitou-Charentes. Tu le lis et tu me dis ce que tu en penses.

Écrit par : Gilles | 08/12/2009

Bon moi je vais vous raconter mon AG Aix - Aix Sud - Gardanne - Pertuis.

17 présents, 12 procurations (j'ai pas le nombre des cartes en tout).

On commence. Il y a une personne pour introduire la A, une pour la B. Personne ne veut (ou peut ?) présenter la C.

Je me dis "Tiens on va avoir de débat qu'entre A et B ?"

En fait si, y'a eu du vote C et majoritaire (4 présents (2 aix, 2 pertuis) et 6 procurations (Aix)), soit 10 voix (9 pour la A, 4 pour la B (au niveau des présents, moi et un camarade ex PCF)).

Vous voulez que je vous déroule l'argumentaire C:

- "Il n'y a aucune différence entre A,B,C"
- "Les gens attendent l'unité"
- "On manoeuvre comme on veut le PCF" Il est tellement bien manoeuvré le PCF qu'à Aix, dans la suite des municipales, les pires buros du PCF ont repris le controle de l'UL-CGT...

Des C particulièrement chiants, agressifs, qui écoutaient pas les autres interventions, qui coupaient la parole, qui partaient dans l'ad hominem... Des zunitaires droitiers incapables d'être unitaires avec leur propre parti...

Lourd quoi...

Et dire que je compte me rapatrier de Gardanne sur Aix...

Aix Sud, c'est les quelques un peu majo pour les plus gauchistes qui ont été foutu dehors du comité Aix dominé par les C...

Écrit par : hibou rouge | 08/12/2009

oh la la , c'est pas la joie.

Pour ma part, dans le 44, 50% pour la C. Une AG super sympa , des A comme moi qui vote et appelles à voter C pour pousser le processus jusqu'au bout du bout, histoire de ne pas avoir de regret.

Chacun s'est exprimé dans le plus grand respect de l'autre et pot fraternel à la fin.

Les régionales, ce n'est qu'une élection, il n'y a pas de quoi en faire un fromage. Ce n'est pas cette élection qui va changer la face du monde.

Rentrez les piolets, vous sombrez dans le ridicule

Pétez un coup, çà ira mieux

Écrit par : VERGNES | 08/12/2009

.... ce qui justifie, Vergnes, ce que je dis ici que la A est multiforme, ici plutôt C, là plutôt B. Chez moi la C a été accusé par la A de vouloir se « coucher » devant le Front et de souhaiter « gérer les régions avec le PS ». Pas moins. Autre intervention : « Je n’ai pas adhéré au NPA pour aller aux élections ou suivre les syndicats », etc. Le pot ? J’étais partant et j’ai attendu, mais apparemment mes « camarades » souhaitaient rester entre eux. Pour le reste, la A et la B se sont mis hors du processus unitaire dès le début. Comme l’a dit un camarade de la A, par ailleurs syndicaliste CGT : « l’unité on a vu ce que ça donnait, pas grand-chose au final ».

« Les régionales, ce n'est qu'une élection, il n'y a pas de quoi en faire un fromage. Ce n'est pas cette élection qui va changer la face du monde. »
Avec ce genre d’analyse on n’est pas prêt de changer grand-chose, ni aujourd’hui, ni demain.

Écrit par : Gilles | 09/12/2009

@Gilles
Je viens d'un monde où le centralisme démocratique était la règle même à la LCR. Tu dis que la situation est chaotique, que les gens ne se parlent plus, ne se respectent plus etc...
Alors dis-moi ? Existe-t-il un "PG, PCF, LO, Vert... de L'intérieur" ? Où peut-on avoir les motion contradictoire au débat ? ILs sont tous d'accords entre eux et nous ben non...
Où est l'escroquerie ? Là où j'étais la B était majoritaire. Certains discours tenaient de la sortie" de mai 68. Et pourtant on a parlé politique avec respect des uns et des autres... La crise : elle est dans ta tête.

Écrit par : JR | 09/12/2009

Je sais pas si j'ai été clair, mais mis à part ce comportement détestable de ces 2 individus de la C, ça c'est très bien passé..

(sauf que ma position a perdu ouin ouin)^^

Écrit par : hibou rouge | 09/12/2009

Pour ma part, (j'ai voté C), le gros problème du NPA tiens a une chose qui tant qu'elle ne sera pas réglée laissera les choses en l'état: Le cruel manque de débat sur le fond qui pourrait nous permettre de mettre en place un vrais programme argumenté et non pas scandé comme c'est le cas actuellement. Si les militants sont paumés c'est pas pour rien. Avoir consulté est un bel effort mais il faut aller plus loin que ça, beaucoup plus, sous peine a mon avis d'exploser. Il est trop facile de dire par exemple que l'on vas augmenter les salaires....etc....sans faire d'analyse a long terme des conséquences de ce que l'on propose. Il est également très facile de dire que l'on vas supprimer les aides publics au privé car tous des profiteurs en oubliant toutes les petites boite et les artisans respectueux de leurs salariés qui sans ses aides, ....irait voir du coté des vrais capitalistes pour avoir un peu de sous....

Après, d'ici a penser que tout cela est voulu par une partie du staff...je n'en suis pas loin et je comprends très bien les arguments de gilles sur les méthodes a "l'ancienne" entre autres d'instrumentalisation que j'ai également constaté et qui m'ont fortement énervé. Un petit exemple: Le premier communiqué video posté sur le site du npa pour rentré en campagne lors des européenne sur rouen, a parlé de ce qui c etait passé dans un lidl avec les videurs....pas du programme et des européenne...Comment voulez vous qu'on y croit avec ce genre de pratique...
Des trucs comme ça y'en a tout le temps, alors vous pouvez comprendre que certain ai un peu l'impression de s'être fait avoir et n'ai pas envie de repartir dans les mêmes délires.

Écrit par : vv | 10/12/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu