Avertir le modérateur

06/12/2009

La perche Royal et « l’axe central »

En réponse à « l'arc central » pour l'alternance suggéré par François Bayrou, Ségolène Royal a proposé publiquement samedi au Modem une alliance de premier tour aux régionales, en lui garantissant « cinq places éligibles » en Poitou-Charentes. Pour ce qui en doutait encore, toute « majorité de gestion » avec le PS – objectif recherché par la direction du PC – implique nécessairement l’acceptation d’entrer dans des exécutifs aux côtés des amis de Monsieur Bayrou. Même si, comme il fallait cependant s’y attendre, le MoDem a répondu par la voix de Jean-Luc Benhamias « C’est tout? », voilà qui devrait faciliter le rassemblement à la gauche du PS sur des bases saines.

 

Evidemment – et la réponse du MoDem est à ce titre éclairante – chacun a en tête de dépecer l’autre. Les Verts et le MoDem visent les voix des électeurs socialistes ; le PG et le PC celles du NPA ; les NPA celles du Front de gauche et de Lutte ouvrière, cette dernière faisant office de voiture balai, chacun s’illusionnant sur ses capacités propres à convaincre qu’il est le meilleur dans son genre. On a vu aux européennes ce qui en a résulté. L’UMP, bien qu’en perte de vitesse, est resté le premier parti en voix et en sièges. Mais ceci n’est que la première étape des recompositions en cours.

 

Sauf à considérer que l’ambition de Royal à rassembler bien plus large encore jusqu’aux « aux communistes, à un certain nombre de Verts, à la société civile » réussisse du premier coup, nul doute que l’on n’est pas encore à la fin de ce processus. On a vu en Italie que le même projet a pour l’instant échoué. Mais la tendance lourde est bien à ces recompositions quoiqu’il en coûte. On comprend mal, dés lors, l’aveuglement d’une partie du NPA a ne pas voir qu’il y là une chance historique de construire une force anticapitaliste et antilibérale alternative à cet « arc central » social libéral. Paradoxalement, l’invitation de Royal à Bayrou, c’est une perche tendue au NPA, mais elle peut nous revenir dans la figure si nous ne la saisissons pas.

 

Or, pendant ce temps là, le NPA prépare sa retraite du champ de bataille de l’unité à la gauche du PS. Une retraite désordonnée qui traduit l’extrême division d’une formation qui était partie sur de toutes autres bases il y a un an quand tout lui réussissait. Il faut bien convenir que nous ne sommes plus aujourd’hui dans une phase où il est possible de faire la fine bouche. Nos partenaires ont pratiquement réussi jusqu’ici un parcours sans faute. Contrairement à ce que nous avions escompté, le Front de gauche ne s’est pas trop désuni et a reçu l’assentiment de la base du PC.

 

Ainsi la FASE va s’adjoindre à eux. Quant aux Alternatifs, ils s’interrogent encore mais s’il advenait qu’ils nous rejoignent qu’aurions-nous prouvé ? Quel impact aura sur l’électorat populaire ce nouvel élan brisé ? Comment allons-nous justifier une fois encore notre refus de nous rassembler ? Les « unitaires » du NPA vont-ils être poussés vers la sortie comme le souhaitent au fond d’eux mêmes les « irréductibles gaulois » de la B et ceux qui se cachent dans la A ? Dans ma région, un accord est toujours possible ; la majorité de la gauche de gauche le souhaite. Faudra-t-il, pour ne pas briser le NPA en morceaux, y renoncer ?

Commentaires

Ça montre bien la connerie du PCF de ne pas aller avec le PS au premier tour. En se décrochant du PS, le résultat est de pousser le PS vers la droite, dans les bras du Modem, ce pour quoi Royal n'est s'est pas faite prier.

Cette stratégie est d'une débilité sans nom!
Le PCF va-t-il refuser la fusion au deuxième tour, maintenant?

Écrit par : toto | 07/12/2009

toto je comprends mieux pourquoi tu militais contre une alliance fdg-npa... C'est vrai que fdg empêche le ronron de l'autre gauche... aussi faudrait-il voir le fdg et la décision du pcf de rassembler l'autre gauche comme une chance à saisir pour peser sur l'orientation du ps, et non l'inverse...

Si le pcf a décidé de poursuivre le fdg c'est justement parce que le rapport de forces avec le ps ne lui permet plus de peser...

Écrit par : des pas perdus | 08/12/2009

Il y a plein de raisons de rejeter cette alliance sans contenu politique.
Mais effectivement il n'est pas très intelligent de pousser le PS dans les bras du Modem.
Mon but n'a jamais été de diviser le paysage politique en trois pôles, avec un pôle de gauche vaguement "antilibérale", un pôle centriste mêlant centre gauche et centre droit, et un pôle droite dure, comme semblent vouloir le faire beaucoup de partisans de la "gauche de gauche", qui se plaisent à en rajouter en permanence sur la soi-disant alliance inévitable du PS et du Modem (et qui font tout pour la rendre réelle).

Personnellement, je préfère voir une gauche institutionnelle forte et indépendante de la droite (PCF-PS-Verts-PG-PRG...), et capable de battre la droite.
Et bien-sûr une gauche anticapitaliste et révolutionnaire, en opposition au système capitaliste et institutionnel, qui construise une véritable alternative de société, et même de civilisation. Pas qui se fourvoie dans des regroupements électoraux prétendant aménager et réguler ce système.

Car la deuxième conséquence de cette position serait de renforcer le risque de montée de l'extrême droite et des fascismes, en privant la colère sociale d'un pôle radical à gauche qui permette à cette colère de s'exprimer de manière radicale et progressiste.

Écrit par : toto | 08/12/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu