Avertir le modérateur

25/10/2009

Chères consœurs, chers confrères

On me dit que vous ne voulez pas publier les déclarations conjointes du NPA et du PG qui font le point précis de l’avancée du processus unitaire à la gauche du PS. A la fois je vous comprends et je m’interroge. Je vous comprends, parce que ces textes forts longs, pleins d’arguties et d’arcanes, sont, en l’état, impropres à une publication in extenso. Mais c’est somme toute votre travail de « reporter » de traduire en langage clair ce à quoi ces partis sont difficilement parvenus.

 

Mais je m’interroge aussi. Depuis un mois les partis et formations qui se situent à la gauche du PS se sont réunis à trois reprises. Le 28 septembre ils et elles ont fait une déclaration commune actant les points de divergence et de convergence. Deux nouvelles rencontres ont permis d’avancer un peu plus encore. Seul, dans l’immédiat, le PCF retient sa décision. Mais l’espoir de voir en mars des listes communes de la « gauche radicale » ou de « l’autre gauche », indépendantes du PS, existe bel et bien.

 

Pourquoi n’en avoir rien dit ? Pourquoi ce silence général de Libération à Marianne, du Monde au Figaro, dans les radios, à la télévision ? Pourquoi faut-il qu’un présentateur de France 3 découvre au beau milieu d’une interview (avec Jean-Luc Mélenchon dimanche dernier) que le NPA n’est plus hostile à l’unité ? La « gauche de gauche » n’aurait-elle d’intérêt pour vous que divisée, déchirée ? Il y a presqu’un an vous vous esbaudissiez d’une OPA du tout nouveau NPA sur la « gauche de gauche. Après les européennes, l’opération ayant fait choux blancs, renversement total. D’objet obscur d’un désir trouble (Le Figaro n’avait-il pas fait de Besancenot le premier opposant à Sarkozy), le NPA ne trouvait plus grâce à vos yeux. La « mariée » avait-elle été trop belle ?

 

De l’aveuglement des premiers temps on passa aux quolibets. Je ne vous en veux pas. Le « triomphalisme » du NPA avait quelque chose d’agaçant. Mais c’était à vous d’être plus clairvoyant. Ces partis sont comme ils sont. Pèse sur leur dos un lourd héritage de divisions avec des rancœurs tenaces. Mais aujourd’hui c’est une toute autre dynamique qui l’emporte, celle de l’unité, du rassemblement. Certes tout n’est pas encore réglé et nous allons vraisemblablement entrer dans une nouvelle phase de turbulences mais la dynamique est là.

 

Aujourd’hui les militants communistes ont entre leurs mains la destinée de toute une partie de la gauche française. Leur choix va être difficile. Mais combien ce moment là est autrement plus décisif pour la politique française que de savoir ce qu’il adviendra dans quelques années d’un Jean Sarkozy ou si de Villepin sortira ou non blanchi de « l’affaire Clearstream » ou de comprendre « Pourquoi Sarko veut la peau de Rama Yade ? ». Contrairement à beaucoup de mes camarades, je ne crois pas au « complot médiatique ». Je suis même persuadé que les journalistes sont la plupart du temps de bonne foi. Mais le travail du journaliste n’est pas de juger ce qui est bon ou mauvais pour ses lecteurs et auditeurs. Il est d’abord de rendre compte. Ce qui se passe aujourd’hui à la gauche du PS vaut la peine que l’on s’y intéresse.

Commentaires

Bien vu !... Mais c'est tellement évident que ça en devient une Lapalissade... Ceci dit, lorsque le Front de Gauche s'est constitué nous avons connu le même « désintérêt » voire ostracisme... Il aura fallu attendre que le FdG rattrape le NPA dans les sondages pour que les médias commencent à s'intéresser à nous. Alors, si on continue la logique, attendons patiemment d'avoir rattrapé le PS !...

Écrit par : Michel | 25/10/2009

Bof je trouve plutôt normal que les journaux ne s'étalent pas sur ce non-évènement...

C'est bien le propre du microcosme de la G de G de se croire le centre du monde. Mais il faut bien admettre que dans le monde réel, tout le monde s'en fout de toutes ces tractations d'appareil!

Écrit par : toto | 25/10/2009

Il est vrai que les multiples revirements tactiques du NPA finissent par lasser. Annoncer un jour les promesses d'une grande coalition, pour ensuite démentir la semaine suivante, ça manque vraiment de sérieux.

Pour ceux qui avaient enterré un peu trop tôt le Front de gauche, désolé, mais vous n'en avez pas terminé avec lui :

« Régionales: le PCF vote l'autonomie du Front de gauche vis-à-vis du PS
(AFP) – Il y a 7 heures

PARIS — Le PCF a voté dimanche à une très large majorité l'autonomie vis-à-vis du PS au premier tour des élections régionales en élargissant le Front de gauche créé avec Jean-Luc Mélenchon, mais des alliances à la carte avec les socialistes pourraient être décidées dans les régions.

L'"offre nationale" du PCF a été votée à 80,3% (126 voix pour, 22 contre et 9 abstentions) lors du Conseil national (parlement) réuni au siège du Parti, place du Colonel Fabien, dans le XIXe arrondissement de Paris).... »

Écrit par : Michel | 25/10/2009

Décidément, les stalinien un jour, stalinien toujours. Ce qui a été voté à plus de 80 % avait été annoncé dans l’Humanité deux jours auparavant. Le PC sait pourtant que personne n’en veut de son « offre » qui consiste, tout comme en 2007, à se ranger sous la bannière du PC qui, en cela, fidèle « chien de garde de la social-démocratie », entend bien ramener les brebis égarées de « l’autre gauche » dans le giron du « social-libéralisme ». Ce CN est-il d’ailleurs représentatif de la base ? A première vue, je ne crois pas que cette dernière tentative d’écarter le NPA va réussir. Tout le monde sait à quoi s’en tenir avec la direction du PC. Hier, un secrétaire fédéral nous a avoué qu’en 2007 il avait voté contre la tentative de Buffet d’être la candidate de toute la « gauche de gauche ». C’était il y a deux ans. La rectification qu’a opérée le NPA depuis ne laisse guère désormais de marges de manœuvre au PC.

Écrit par : Gilles | 25/10/2009

Que dit le PG : « En ce qui concerne la participation aux exécutifs nous serons également sans ambigüité. Nous voulons gouverner notre pays. Pourquoi ne voudrions-nous pas diriger une région ? Mais la participation aux exécutifs s'envisage comme un moyen d'atteindre nos objectifs. Ce n'est donc ni « jamais », ni « toujours ». Notre participation est donc liée aux conditions qui la rendent possible. Il s'agit du contenu du programme de deuxième tour, et du rapport de force permettant de l'appliquer. Bien sur, cette hypothèse exclut toute participation du Modem ou d'une quelconque organisation de droite. En raison du rapport de force entre les trois listes de gauche qui se disputeront les suffrages, la situation au soir du premier tour sera sans doute complexe du fait de la présence d'Europe écologie et de listes régionales. C'est pourquoi nous proposons de ne pas nous enfermer dans un vis-à-vis avec le seul PS. Nous proposons de juger au cas par cas et en tenant compte aussi du déroulement de la campagne nationale et régionale. »
La phrase importante c’est : ne pas s’« enfermer dans un vis-à-vis avec le seul PS. » Ce que nous, nous traduisons par le « libre choix ». Le PC, à l’inverse dit ceci : « Besancenot se refuse à prendre sa place dans des majorités de gauche dès lors que le PS y participerait. » Ce qu’il faut traduire par : Le PC n’exclue pas de participer avec le PS aux exécutifs des régions. Exactement ce qu’il fait depuis des décennies. En d’autres termes le PC n’entend rien changer à ce qu’il a toujours fait, se comporter en allié loyal du PS. Pourquoi faudrait-il que la « gauche de gauche » accepte ce diktat ?

Écrit par : Gilles | 25/10/2009

Je prends juste connaisance des premières réactions de communistes sur le site de l'Huma. On ne peut pas dire que c'est unanimité qui règne. Extrait : "Le PC est devant un choix historique : être à la remorque du PS , continuer l'erreur de la participation au gouvernement Jospin ou, avec des risques certes, essayer de bâtir une gauche de rupture avec ce capitalisme qui nous broie chaque jours d'avantage." Sur un site où le filtrage règne, on trouve bien d'autres remarque sur le même ton. C'est pas gagné pour la direction.

Écrit par : Gilles | 25/10/2009

La possibilité d’un rassemblement à la gauche du PS et un non-évènement pour toto. Je comprends dès lors beaucoup mieux son comportement. Combien il doit trouver réjouissant ce dernier coup de pied en traître du PC. Tout ce qui peut faire échouer la « gauche radicale » le réjouit. Sacré toto !

Écrit par : Gilles | 25/10/2009

Que le PC adopte cette position, n'a rien de surprenant mais que JLM sur son blog s'en réjouisse ne présage rien de bon et recommence déjà à fustiger le NPA de vouloir rester solitaire.

On prend les mêmes et on recommence comme aux Européennes, haro sur le NPA.

En résumé c'est quoi la position "nationale" du PC

Chacun fera ce qu'il veut dans sa Région et si une liste ne se présente pas au 1er tour avec le PS, elle devra le faire sous la seule étiquette FDG.(exit toute autre orga)

Et Mélenchon s'en réjouit, et se réjouit d'autant plus qu'il n'y ait pas d'affrontements entre les 2 gauches, lui l'auteur de "l'autre gauche"

Écrit par : VERGNES | 25/10/2009

Je viens de lire la déclaration de Mélenchon sur son blog. En effet il joue au con et se contredit. Il y a quelques jours il affirmait à juste titre que le NPA ne faisait plus d’obstacles de principe à une alliance au 1er tour et affirme le contraire aujourd’hui. Si Mélenchon voulait que le NPA rejoigne le Front de gauche pourquoi n’en avoir rien dit jusqu’ici ? Pour moi, il n’en est pas question. Le Font de gauche c’est d’abord et avant tout le PC qui se sert de cet ersatz pour rééquilibrer son rapport de force avec le PS. Pourquoi le NPA irait-il prêter main forte à cette opération politicienne ?

Écrit par : Gilles | 25/10/2009

"Pourquoi faudrait-il que la « gauche de gauche » accepte ce diktat ?" => comment peux-tu dire ça alors que tu défendais il y a peu l'idée qu'il était nécessaire d'accepter ce diktat, que l'unité était à ce prix?

Et désolé de te décevoir mais connaître les moindres tractations et déclarations du NPA et/ou du PG, ça n'intéresse pas grand monde. Déjà, moi ça ne m'intéresse même plus alors que j'y suis militant, les non- militants s'en foutent comme de l'an 40. Les médias ont bien raison de parler d'autre chose.

Par contre, on dirait que Gilles et Vergnes, qui jouaient les super unitaires il y a peu, se rendent (enfin!) compte que le PG et le PCF se foutent de notre gueule depuis le début, et qu'on sera une fois de plus les grands perdants de cette manipulation médiatique.
Que de naïveté mes amis.........

Écrit par : toto | 26/10/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu