Avertir le modérateur

23/10/2009

Parti en fin de vie recherche allié désespérément

« Il est grand temps d'ouvrir le débat avec Europe écologie pour construire l'avenir, c'est-à-dire un nouveau projet et de nouvelles alliances », écrit Stéphane Gatignon, maire PCF de Sevran, à sa secrétaire générale Marie-Georges Buffet. Je n’irai pas jusqu’à dire que je m’y attendais, mais la récente rencontre entre Cécile Duflot et la dirigeante du PC pouvait laisser penser qu’une telle éventualité n’était pas à écarter. Il en va ainsi au PC. Certains iraient bien avec le PS dès le premier tour des régionales et plus loin encore, d’autres avec les Verts, d’autres enfin avec la « gauche radicale » (version NPA) ou « l’autre gauche » (version Mélenchon). Le Conseil national du PC qui se réunit ce samedi aura la lourde tâche de choisir entre ces trois options. Parions qu’il ne se déterminera pas de si tôt ou qu’il laissera le soin aux instances locales de décider à sa place.

 

Quid du Front de gauche ? L’alliance électorale du PC et du PG (plus la Gauche unitaire de Picquet) aux européennes a donc du plomb dans l’aile. Même si le PC, se faisant violence, choisit finalement de rallier l’alliance NPA-PG-Fédération & Co, ce front n’aura de toute façon plus d’existence possible. Ce qui ne résout pas cette question qui taraude le PC depuis une bonne dizaine d’années : les « communistes » ont-ils encore une raison d’être en tant que parti ? Il faut en convenir, le PC a, au mieux, son passé pour lui (pas toujours glorieux) mais ce qui est certain c’est qu’il n’a plus d’identité propre. Il n’est pas le seul, évidemment. Le PS s’en cherche une nouvelle ; le NPA a cru s’en fabriquer une (l’anticapitalisme) mais son oscillation entre le choix des urnes et celui des luttes montre que dans ces temps obscurs, il est bien difficile, faute d’une réflexion de fond, de se contenter de quelques formules passe-partout (« parti des luttes » ; grève générale…).

 

Il en est de même pour l’écologie politique vacillant entre l’option Cohn-Bendit (de centre-gauche avec le MoDem) et l’option plus à gauche de Duflot. Au Portugal les Verts sont alliés depuis dix ans avec les communistes. Et pourquoi pas ! En Allemagne, c’est l’inverse. Les (ou des Verts) pensent sérieusement rejoindre la coalition CDU-Libéraux. Tout est possible. « L’union de la gauche a vécu », explique le maire de Sevran. Il a bien raison. Mais pour l’instant, rien ne la remplace. Quand le Front de gauche fut conçu, outre la perspective de refaire le coup de Die Linke, il y avait très certainement au départ dans la tête de la direction du PC et du PG l’idée de rééquilibrer les rapports de force au sein de feu la « gauche plurielle ». Pour que cela réussisse il aurait fallu que ce Front se trouve d’autres alliés.

 

Ou que le NPA s’enferme dans son superbe isolement. Heureusement il n’en a rien été. Pour autant il faudra encore beaucoup de temps et de la réflexion pour que cette « gauche radicale » ou « autre gauche », qui peu à peu se construit, trouve son « programme ». Certes on ne part pas de rien. Aussi bien au PG, qu’au NPA mais aussi chez les Alternatifs de la Fédération, on a commencé à jeter des pistes. Mais si cette gauche-là veut aller au-delà d’une simple « coup » électoral, il faudra bien rapidement que beaucoup se remettent en question et ne se laissent pas aller à la facilité de ressortir leurs éternelles vieilles recettes.

 

Le PC réagit - C'est dans L'Humanité que l'on apprend aujourd'hui la réponse que formulera demain le CN concernant son positionnement aux futurs régionales. En gros, "rejoignez le Front de gauche !" Et pour appuyer cet appel désespéré (le Front de gauche n'existe plus), l'auteur de l'article convoque Picquet (!?) de la Gauche unitaire. Le Front de Gauche c'est donc Buffet-Picquet... sans Mélenchon ! Pauvre Buffet, pauvre Picquet !

Commentaires

Franchment, je vois mal le PCF prôner un accord avec Europe-Ecologie, qui prône un accord avec le Modem. Peut-être est-ce l'idée débile qui a germé dans un élu paniqué à l'idée de perdre son poste, mais ça n'est pas et ne sera jamais partagé par les adhérents de base. Le PS, ok, c'est moins certain.

Ceci dit, hier je discutais avec une conseille régionale PCF. Celle-ci était très amer concernant le bilan de son mandat aux côtés du Ps. Elle s'est retrouvée plusieurs fois à voter contre le PS, bien obligée de constater que leur conception du travailler ensemble c'est "laisser nous élaborer les projets, et votez pour ce qu'on a décidé tout seul".
Bref, ça prouve une chose : à part devoir assumer le bilan du PS, être dans un executif PS sans un rapport de force qui permet à minima de bloquer ce qu'on refuse, il ne faut pas aller dans les executifs !!!

Le rapport de force, ça devrait être la clé de la décision d'entrer ou non dans les executifs.

Hélas, j'ai bien conscience que cette élue régionale PCF ne les représente pas tous et que certains pensent plus à sauver leur siège...

Écrit par : Laurent MELY | 23/10/2009

A priori, à Poissy, le PCF a donné son accord pour que son logo figure à côté de celui du MoDem sur les tracts du candidat PS...

Écrit par : des pas perdus | 23/10/2009

Hum hum... c'est fou comme les gens sont désinformés: cohn-bendit n'est pas EE.
EE, c'est plein d'autres gens, et si il a son mot à dire, malheureusement, il ne décide pas, et il l'a déjà expliqué plusieurs fois, le refus des verts de s'allier au modem lui a fait dire que ces derniers étaient sectaristes... Donc, 1. il ne décide pas, 2. pas d'alliance avec le modem.
http://eco.rue89.com/2009/10/20/cohn-bendit-fustige-le-sectarisme-latent-chez-europe-ecologie-122556

Écrit par : rhizome | 23/10/2009

Je sais que EE ce n'est pas seulement Cohn-Bendit ; tout comme le NPA ce n'est pas Besancenot plus toto. Et je ne crois guère à l'option PC-EE. Mais bien des choses sont possibles aujourd'hui. Les frontières ne sont plus étanches ; il n'y a plus de socle commun, il est à (re)définir. C'est l'objet de ce billet

Écrit par : Gilles | 23/10/2009

rhizome : tu joues au même jeu que le PCF ou le PG : sous prétexte qu'EE refuse de s'allier au Modem AU PREMIER TOUR, tu fais comme ci le DEUXIÈME tour n'existait pas, et que tu n'étais pas au courant de l'alliance avec le Modem (et le PS, mais avant tout le Modem comme partenaire privilégié).

Écrit par : toto | 23/10/2009

Qu'est-ce qui manque à la gauche, aujourd'hui ? Un vraie victoire dans une mobilisation centrale, qui puisse montrer la voie et la pertinence de notre programme de transformation de la société...
En l'absence de ce paramètre primordial, nous voici en train de spéculer sur les intention du PC, de EE, tels des politiciens à la manoeuvre... En quoi, les militants du NPA sont-ils différents des autres ? dans ce cas ?
L'alternative, ce n'est pas élection ou mobilisation, c'est élection et mobilisation. Tous ensemble, OUI ! Le reste n'est que scholastique.

Écrit par : JR | 23/10/2009

"tu joues au même jeu que le PCF ou le PG : sous prétexte qu'EE refuse de s'allier au Modem AU PREMIER TOUR, tu fais comme ci le DEUXIÈME tour n'existait pas, et que tu n'étais pas au courant de l'alliance avec le Modem (et le PS, mais avant tout le Modem comme partenaire privilégié)."

Mon petit toto, ta naïveté me touche profondément. Le PC et le PG refusent toute alliance avec le modem, y compris au second tour. Pour EE, ils partent aux régionales indépendamment, ils sont cons, c'est comme ça, pour tester leur puissance de feu, et voir s'ils arrivent à faire peur au PS. Ce ne sera donc probablement pas EE qui ira chercher une alliance, mais le modem. Et EE n'a aucun intérêt à chercher une alliance avec des ninistes qui a priori vont se planter. Ils vont plutôt chercher à s'allier avec un parti ou un mouvement fort. Si la gauche arrive à s'unir lors de ces régionales, il pourrait y avoir des rapprochements avec EE dans la mesure où les deux dynamiques unitaires auraient en quelque sorte une symétrie, et pourraient s'enrichir mutuellement.
Maintenant, ce dialogue PC-EE ne sert qu'à chercher à convaincre des gens comme moi, de gauche, que EE est de gauche (puisqu'il discute avec le PC). comme la discussion avec le PS, comme la discussion avec le modem. Ils essaient de faire croire qu'ils sont multi-compatibles. Seulement, après le premier tour, il faudra jouer à savoir avec qui on est copains. Pas avec le PC s'il n'est pas dans le front de gauche, pas avec le front de gauche s'il n'est pas uni largement, pas avec le modem qui est un "reste" politique négligeable, mais bien encore le PS. Sauf... si la gauche s'unit à son tour. (puisqu'en politique, le but du jeu est de gagner, pas de participer)
Mais en aucun cas les écologistes n'auraient intérêt à s'allier avec le modem. S'ils le font, c'est un suicide politique. Et les verts sortent d'EE. donc... bon...
Alors, reste le problème du PS. Mais là encore, je le répète, il faudrait pouvoir montrer aux camarades potentiels pour les alliances du second tour, que les uns et les autres sont "sérieux". D'abord une gauche unie, programmatiquement, techniquement, stratégiquement. De l'autre, des écolos réunis, sans ambiguïté aucune, non sur leur programme, mais sur leur ligne idéologique.

C'est à terme un souhait qui m'est cher, que dès le premier tour, dans une élection future, un grand parti rouge/vert puisse s'entendre malgré sa diversité sur un programme commun et réussir à gagner, dans les urnes et dans l'opinion. En attendant, c'est au sarkozysme qu'il faut faire barrage. Je préfère avoir bayrou comme président que sarko. je préfère avoir Hamon que Bayrou, je préfère avoir Bové ou Besancenot qu'Hamon. En attendant, il faut surtout éviter le pire, parce qu'on n'est malheureusement pas en mesure de s'offrir le meilleur.
Et oui, c'est purement machiavélien, et ça s'appelle la politique.
Et tu ferais bien de t'y mettre.
Parce qu'à force de jouer la pureté, le npa joue le jeu de l'UMP. diviser pour mieux régner. Et ça, la gauche est divisée, y'a pas à dire. Et là, l'UMP règne, y'a pas à dire non plus. Et ils continueront de régner longtemps sans unité de notre part.
Alors tant qu'on n'aura pas de majorité, je suis pour le "moins pire". Des sociaux-démocrates écolos plutôt que des sociaux-libéraux? Comme il n'y a pas d'autre option, je prends les premiers, etc.
Arrives-tu à comprendre ce réalisme politique là?

Écrit par : rhizome | 24/10/2009

rhizome : pour le PG et le PCF je faisais allusion à leur rapport au PS.

Pour EE, tu n'as manifestement pas lu les articles que je t'ai déjà envoyé, ni les nombreuses déclarations dans la presse de tous les différents dirigeants d'EE (y compris Verts), qui tracent une orientation très claire :
- au 1er tour, EE partira seul
- au 2ème tour, EE fait du Modem le partenaire privilégié (tout en se doutant qu'ils devront aussi s'allier au PS, pour créer une "majorité de gestion")

Et la raison de privilégier l'alliance avec le Modem AVANT d'aller discuter avec le PS est évidente : celle de construire un rapport de force en allant discuter avec le PS, en représentant plus de voix que lui.



Sinon juste un truc, tu dis : "Et là, l'UMP règne, y'a pas à dire non plus."
Or en dehors de l'Alsace et la Corse, l'UMP ne "règne" absolument pas. C'est la gauche plurielle (PS-PCF-PG) qui "règne" dans les régions et fait des crasses depuis 6 ans.

Quant à vouloir faire tomber le pouvoir à l'échelle nationale (Sarkozy et sa clique), ça ne pourra pas se faire sans un mouvement social de grande ampleur, qui aille contester, mettre en difficulté, bloquer, voire faire reculer sa politique.
Même dans une perspective purement électoraliste, c'est la seule façon d'espérer aboutir à une défaite de Sarkozy en 2012.

Sinon, si on refuse de construire cette résistance (comme c'est le cas de l'essentiel de la gauche institutionnelle), on en est réduit à faire des calculs d'apothicaire, qui aboutissent au même résultat : pour battre Sarkozy, dans l'état des rapports de force, il faut s'allier avec une partie de la droite. Et donc derrière mener une politique de droite, et aboutir comme en Italie à un retour encore plus fort de la droite. Car après un coup comme ça, la gauche sera forcément entièrement décimée.

Écrit par : toto | 24/10/2009

La position volontairement floue de la direction du PC est très claire. Un FDG avec ses partenaires (?) des Européennes plus des acteurs sociaux.

De fait c'est exclure toute autre organisations politiques.

Ce n'est pas la premiére fois que le PC associe ce que l'on appelle pudiquement les "personnalités de la vie civile" (style Clémentine Autain), des listes ouvertes donc à des personnalités proches du PC ou "critiques" vis à vis du PS ou des écolos voire des représentants associatifs.

Une telle proposition ne devrait pas "logiquement" être acceptée par le PG vu la déclaration de ce jour.

Ce qui aurait pour conséquence le peu de chance d'obtenir 5%. Ce qui reposerait à nouveau la question de l'alliance avec le PS dès le 1er tour.

Quant à spéculer sur les différentes alliances possibles au 2éme tour, c'est un peu boule de cristal quand on connaît les appétits locaux qui préside à toute élection.

La logique de programme n'a plus cours, seule la place d'élu importe...Avec bien sûr l'alibi ultime et sans appel: Battre la droite Sarkozienne.

On est certes bien loin d'un débat sur les programmes, mais les enjeux de place ont toujours le dernier mot dans les organisation réformistes.

Et certains confondent sectarisme et refus de s'aligner sur cette triste réalité.

Eh oui une élection c'est d'abord un programme, et un score sur la base de ce programme et non un programme et des alliances en fonction du score à atteindre pour avoir des élus.

Écrit par : VERGNES | 24/10/2009

Mon point de vue de militant du PCF :

La proposition d'alliance avec les verts vient d'un individu isolé, et n'a pratiquement aucun soutien interne au PCF. Les médias ont médiatisé un non-évênement. Tout le monde sait bien au PCF qu'Europe Ecologie est plus proche du Modem et donc du centre droit que de la gauche, et personne n'a envie d'aller s'acoquiner avec Cohn-Bendit et un Bayrou en embuscade.

Certains élus pour éviter d'aller pointer au chomage et certains dirrigeants pour éviter d'avoir à revendre un nouvel étage du colonel fabien pour boucler les fins de mois difficile voudrait être sur de ne perdre aucun élu (48% du financement du PCF provient de ses élus, le PCF "ponctionne" infiniment plus ses élus que tous les autres parti). Et pour cela, ils cherchent la stratégie la plus sûre : à savoir des places garanties auprès du PS.
Quelle influence ont-ils réellement dans le parti ? Je n'en sais rien. Sans doute beaucoup au niveau de l'executif du PCF, sans doute un peu moins au Conseil National, sans doute pas beaucoup auprès d'une base qui n'est pas très motivée pour aller vers le PS.

Beaucoup d'anciens militants n'ont aucune envie d'aller avec le NPA, c'est à dire avec l'ex-LCR, c'est à dire avec d'anciens troskystes. Les vieilles rancunes ont la vie dure...

Beaucoups de militants aimeraient continuer le Front de Gauche qui a pas si mal réussit.

Bref, si on laisse le PCF tout seul, la tendance serait -à mon avis- à proposer à Mélenchon de continuer, en essayant de rameuter au passage un maximum de "personnalité de la vie civile", syndicalistes et associations, mais sans le NPA.

Le "hic", c'est que les partenaires du PCF dans cette optique : PG, GU, République et Socialisme, M'Pep, aimeraient bien, eux qu'il y'ait le NPA.

Donc, à mon avis, si je devais faire un pronostique : le CN optera pour proposer un "Front de Gauche élargi" en laissant dans le flou le fait de savoir s'il inclu ou non le NPA. Après, le final dépendra de la "pression" que mettront les partenaires du PCF à le "forcer" à accepter d'aller avec le NPA, contre son gré, il faut bien le dire.

Écrit par : Laurent MELY | 25/10/2009

Tu as raison Laurent mais cette option n'a que peu de chances de réussir. Alors, je ne sais pas ce qu'il va advenir.

Écrit par : Gilles | 25/10/2009

Ouuupssss, je viens de me rendre compte que ma signature pointe sur un blog du Modem !
Bref, pour ceux qui auraient suivi le lien, je ne suis pas membre du modem, mais bien du PCF, et j'ai corrigé ma signature (.net à la place de .com).

Écrit par : Laurent MELY | 25/10/2009

Suite à la décision de la direction du PC sur les régionales, voici la déclaration de JLM, le roi du rétro-pédalage et recommence à attaquer le NPA.

"Dernière minute de ce dimanche : le Conseil National du Parti Communiste vient de prendre la décision que nous attendions avec tant d’impatience et d’espoir. Il s’est prononcé en faveur d’une "offre différente du Parti socialiste et de Europe écologie" au premier tour des élections régionales. C’est une très bonne nouvelle. Le Front de Gauche continue. Il reste le point d’appui unitaire dont dispose l’autre gauche et les citoyens qui veulent un vrai changement dans notre pays vers les solutions de gauche à la crise. J’approuve la formule du texte communiste précisant que le but n’est pas d’opposer une gauche à l’autre dans la compétition qui va avoir lieu au premier tour mais qu’il s’agit de faire "bouger le curseur à gauche". Je ne l’aurais pas dit de cette façon, mais l’idée me va tout à fait. A présent les amis du NPA doivent eux-aussi faire l’effort qui est attendu d’eux. Ils ne doivent plus bloquer tout le rassemblement sur la question de la participation ou non aux exécutifs régionaux. Car aucune des autres formations et partis présents autour de la table du groupe de travail qui nous réunit ne veut d’une formule qui dirait "jamais" sur ce sujet. Formule abstraite et contre performante pour une campagne de conviction visant à remobiliser les électeurs des milieux populaires qui croient déjà que la politique est impuissante à changer leur vie.. Nous avons proposé que cette question se règle de façon "conditionnelle". On peut le lire dans la déclaration qui suit. De leur côté, les communistes disent "si les conditions politiques sont réunies". Si l’on précise lesquelles et comment cela se décide, leur formule me parait simple et claire. Le NPA ne peut méconnaitre tout cela. A moins qu’il ait décidé, de toutes façons, de faire cavalier seul. Tout le monde me répète que c’est leur intention. Mais moi, je ne le crois pas. Comme je ne croyais pas non plus ceux qui me disaient: "jamais le PC n’aura l’audace de partir sans les socialistes au premier tour". Et la preuve est faite qu’ils ont eu cette audace!"

Écrit par : VERGNES | 25/10/2009

Je ne vois pas où est l'attaque ! Il s'agit simplement de mettre en application ce qui avait été discuté et accepté par (presque) toutes les organisations le 16 octobre. Maintenant que le PC a les mains libres, je ne vois pas ce qui pourrait faire obstacle à ce grand rassemblement de la gauche radicale. A moins que vous ne le souhaitiez pas ....?

Écrit par : Michel | 25/10/2009

« [Les amis du NPA] ne doivent plus bloquer tout le rassemblement sur la question de la participation ou non aux exécutifs régionaux. » (VERGNES)

Etonnant ! Il y a plus de trois semaines que le NPA ne fait plus de cette question une clause de participation au rassemblement. Le NPA préconise le « libre choix » au second tour tout en expliquant que, lui, ne participera pas à ces exécutifs, sauf à y être évidemment majoritaire. C’est en revanche le PC qui fait de ce problème un diktat : ou le NPA accepte de se retrouver à gérer des régions avec le PS et rejoint le Front de gauche, ou il s’exclut. Tu parles d’une offre. Une belle saloperie, plutôt.

Écrit par : Gilles | 25/10/2009

Tiens Gilles semble enfin admettre que le NPA n'est pas ce vilain petit canard sectaire qu'il n'a cessé de vilipender

Écrit par : VERGNES | 25/10/2009

@VERGNES

Il faut savoir. La position du NPA aujourd'hui est celle que mon courant - dont moi-même - avons défendue depuis longtemps et pas celle qui a été voté au CPN. Alors, oui, depuis plus de trois semaines le NPA fait, à mon sens, ce qu'il aurait dû faire aux européennes. La direction du PC, qui ne veut pas de ce rassemblement, qui serait la mort du Front de gauche, c'est-à-dire de cet écran de fumée derrière lequel se cache le PC pour faire croire qu’il a changé (à moins d’être naïf, que pèse dans cette alliance le PG et la GU face au PC ?), pense avoir trouvé la solution pour contrer le NPA. En fait, la direction botte en touche pour un accord national dans les 21 régions parce qu’elle sait très bien que les communistes sont incroyablement divisés sur le terrain quant à la conduite à tenir. Je fais le pari ici que l’offre du PC ne va pas tenir sauf, évidemment, si le NPA revient à sa position antérieur.

Écrit par : Gilles | 25/10/2009

Une fois encore Gilles fait des supputations sur les intentions cachées du NPA.

"En fait, la direction botte en touche pour un accord national dans les 21 régions parce qu’elle sait très bien que les communistes sont incroyablement divisés sur le terrain quant à la conduite à tenir."

Je te signale que c'était également la position de JLM, (et que çà ne l'est plus.)

Sous-entendrais tu que JLM aurait lui aussi l'esprit tordu????

Gilles arrêtes de chercher des poux là où il n'y en a pas. La ligne du NPA te conviens ,eh bien ouvre une bouteille au lieu de faire pisse-vinaigre.

D'ailleurs je te rappelles que c'est bien cette ligne que je t'avais signalé qui est en oeuvre aujourd'hui et que tu te refusais absolument à voir.

Ta grille de lecture, est bien souvent un obstacle visuel qui te rend volontairement myope.

Écrit par : VERGNES | 25/10/2009

Désolé VERGNES, je ne comprends rien à ce que tu dis ci-dessus. JML n'a pas l'esprit tordu, il fait le malin et en réalité se couche devant l'offre innaceptable du PC. Quant à la position actuelle du NPA, je sais très bien que c'est cette ligne là que je défends depuis plusieurs mois. Je ne t'ai pas attendu pour la formuler.

Écrit par : Gilles | 25/10/2009

Un complément. Nous rencontrons demain une délégation du PCF de Poitou-Charentes. Ma position sera simple : votre "offre" est innaceptable en l'état. Vous voulez nous imposer la participation aux exécutifs. C'est non ! Nous ne voullons pas vous imposer votre conduite ; ne nous imposez pas la vôtre.

Écrit par : Gilles | 25/10/2009

@ Gilles

Je ne veux pas te donner de conseil, mais il serait préférable de leur demander d'abord s'ils sont en accord avec la position nationale et si ils pensent que cela est la meilleure position pour créer un rapport de force suffisant au sein des conseils régionaux pour contre-carrer l'hégémonie PS/Verts et les conséquences pour les habitants de ta région.
Et de vérifier si le PG est sur la ligne du PC.Ce qui n'est nécessairement le cas, car le PG ne se limite pas à Mélenchon.

Écrit par : VERGNES | 25/10/2009

Comme je te l'ai dit depuis plusieurs semaines j'ai rencontré le PG, les Alternatifs, la Fédération, avec lesquels j'entretiens d'excellentes relations, et hier j'ai pu entendre la position du PC des Deux-Sèvres. Sauf peut-être avec certains du PG (des anciens du PS) il n'y a aucune souhait de se retrouver dans un exécutif avec Royal. Pour le secrétaire fédéral du PC des Deux-Sèvres c'est exclu mais il peut céder s'il est minoritaire. Pour les communistes, achetés par le maire PS de La Rochelle, aucun doute, ils iront avec Royal. Pour les autres je ne sais pas. Encore plus clairement, le Front de gauche n'a aucune existence réelle ici.

Autre élément, le PG sera largement minoriaire face au NPA et à la Fédération.

Écrit par : Gilles | 25/10/2009

Que de naïveté... Que de temps perdu........

Je me demande parfois ce que je fais dans ce parti. Yes We Can. Ensemble tout est possible........ (et oui vous aurez compris à quoi je fais allusion là...)

Écrit par : toto | 26/10/2009

Je ne me fais aucune illusion sur le résultat des présidentielles de 2012: il paraît évident qu'entre la peste sarkozyste et les curieux choléra que les appareils - quels qu'ils soient - nous concoctent, l'économie, inégalitaire par définition, perdurera: invoquerait-on Bayrou, Royal, voire DSK à la rescousse, et on aura, toujours Parisot et consorts: cette induction n'est pas plus scientifique que celle qui consiste à vouloir nous rattacher - par subsomption amoureuse - à tel ou tel aphorisme pioché chez le grand Karl. En fait nous sommes tous liés à nos convictions profondes, appelons-les révolutionnaires pour simplifier (! ); organiser la résistance, ou refaire la démocratie athénienne ( qui fut brève ), attraper la foudre pour faire le beau temps, tout ceci n'est effectivement pas l'objet de pensée des gens qui en chient : ils cherchent au plus près: ils sont prêts à suivre le meilleur rêve pour leur pomme, et O.B peut bien leur expliquer comment çà se passe, que çà ne fera pas tomber le système .

Écrit par : le tapir | 01/11/2009

Je ne me fais aucune illusion sur le résultat des présidentielles de 2012: il paraît évident qu'entre la peste sarkozyste et les curieux choléra que les appareils - quels qu'ils soient - nous concoctent, l'économie, inégalitaire par définition, perdurera: invoquerait-on Bayrou, Royal, voire DSK à la rescousse, et on aura, toujours Parisot et consorts: cette induction n'est pas plus scientifique que celle qui consiste à vouloir nous rattacher - par subsomption amoureuse - à tel ou tel aphorisme pioché chez le grand Karl. En fait nous sommes tous liés à nos convictions profondes, appelons-les révolutionnaires pour simplifier (! ); organiser la résistance, ou refaire la démocratie athénienne ( qui fut brève ), attraper la foudre pour faire le beau temps, tout ceci n'est effectivement pas l'objet de pensée des gens qui en chient : ils cherchent au plus près: ils sont prêts à suivre le meilleur rêve pour leur pomme, et O.B peut bien leur expliquer comment çà se passe, que çà ne fera pas tomber le système .

Écrit par : le tapir | 01/11/2009

le tapir : pas de grosse objection à ce que tu dis, mais quand-même un truc : faire revivre la démocratie athénienne??? Cette oligarchie où une petite minorité de la population, celle qui avait la "citoyenneté" athénienne, débattait sous une forme de "démocratie directe" de la manière dont elle allait exploiter le reste de la population (esclaves, étrangers, etc)
Ce système oligarchique n'est franchement pas un modèle...

Écrit par : toto | 02/11/2009

Unité ou pas unité il y aura du boulot.
Et comme certains jours on a le coeur à marée basse à cause de tout ce qui se passe et de l'ampleur de la tâche. C'est vrai qu'on peut se laisser aller à penser ça le tapir. mais faudrait pas que ce soit le lot quotidien...

Écrit par : Agnès | 02/11/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu