Avertir le modérateur

16/10/2009

Contribution du NPA à la rencontre nationale du 16 octobre

Au bout de trois semaines de discussions positives, nous souhaitons apporter notre contribution à l'approfondissement du travail unitaire engagé. Il s'agit à notre sens de mettre en place un cadre politique national permettant une présentation de liste de premier tour sur l'ensemble du territoire à partir d'une analyse politique des enjeux nationaux et régionaux du scrutin. Ce texte vise à faire connaître l'éclairage du NPA sur les questions posées dans nos réunions et qui n'ont pas toutes trouvé à ce stade de réponse commune. Comme nous l'avions proposé à la fin de la précédente réunion, chaque composante doit pouvoir contribuer à la réflexion commune sur programme et alliance. Voilà donc ce que le NPA propose à la discussion. Il va de soi que les propositions ci-après ne sont bien évidemment pas globalement à prendre ou à laisser.

Programmes et alliances sont deux questions liées. On peut faire front pour battre un adversaire, la droite, dans la rue et dans les urnes. Mais pour sceller une alliance susceptible de mettre en œuvre une politique, il faut un accord programmatique sur des bases solides, alternative à toutes les politiques de droite et aux politiques social libérales. Un programme inédit et ambitieux sur le plan social et écologique.

La recomposition rose/orange/verte au centre qui s'affirme n'est pas le simple fait d'un pragmatisme électoral. C'est le fruit d'un rapprochement programmatique basé sur l'idée qu'il existe une possibilité de gérer le système en le tempérant sur le plan social et écologique. A ce premier choix, il faut en opposer un autre : l'alliance de la gauche radicale, de « l'autre gauche », c'est à dire le bloc des anticapitalistes, des révolutionnaires et des antilibéraux. Il existe une base commune possible à cela. Cette base n'est pas tout le programme de chacune et chacun de nos mouvements. Ce programme part des aspirations de celles et ceux qui ne veulent pas subir les conséquences de la triple crise économique, sociale et écologique que connaît le capitalisme du XXIe siècle, de celles et ceux qui veulent inventer une démocratie directe et vivante qui ne s'arrête pas aux portes des entreprises et des quartiers populaires, de celle et ceux qui luttent au quotidien. Contre le chômage et les licenciements, contre les privatisations, pour la défense du pouvoir d'achat, la réduction du temps de travail, le droit à la sécu et à la retraite, pour un plan ambitieux de reconversion écologique, la mise en place d'un grand service public de l'énergie, contre toutes les formes de discrimination et d'oppression .... Et ce programme trouve sa traduction à l'échelle des conseils régionaux, sans toutefois se laisser enfermer dans le carcan budgétaire et légal. 

Ce programme est la base des listes que nous entendons constituer dans les 21 régions. Nous nous engageons à le défendre dans les conseils régionaux et à le mettre en œuvre partout où le rapport de forces le permettra. Mais nous ne sommes pas prêts à brader nos idéaux, à tourner le dos aux aspirations populaires, à nos responsabilités d'écologistes radicaux, dans un gouvernement de région dirigé par le PS tel qu’il est. Nous voulons être libres de nos votes. On ne peut pas allier, sauf à se renier, ceux qui subventionnent les lycées privées, les boites qui licencient et ceux qui veulent mobiliser les fonds publics dans l'intérêt des salariés et de la population, ceux qui veulent gérer le système et ceux qui veulent rompre. Le programme des socialistes et de plus en plus proche de celui du Modem et de plus en plus éloigné des aspirations populaires, d'un programme 100 % gauche.

En 2004, les socialistes ont annoncé que les 20 régions sur 21 régions métropolitaines qu'ils dirigeaient seraient un rempart pour protéger les populations contre la droite. La pratique a démontré que c'est loin d'être le cas. Il faut une autre politique, alternative aux gestions social-libérales des régions.

Ces élections ont donc bien un double enjeu, national et régional. National car dans cette dernière échéance majeure avant 2012, il s’agit de faire naître une dynamique politique qui combatte résolument les mesures réactionnaires de Sarkozy et qui offre un projet réellement alternatif, en rupture avec les politiques d’accompagnement du système. Seule l’émergence d’un rassemblement de la gauche radicale pourra susciter espoir, dynamique et contribuer aux victoires de demain dont nous avons tant besoin.

Ce sont ces raisons fondamentales qui justifient que nous tournions le dos à toute alliance de premier tour avec le PS. Et c'est l'urgence sociale et écologique qui impose la clarté, la lisibilité de notre accord à l'échelle nationale. Donc un accord national et pas un accord à géométrie variable.

Sans hésiter, nous ferons tout pour battre les listes soutenues par Sarkozy et nous voulons utiliser la loi électorale telle qu'elle est pour obtenir un nombre d'élus qui correspond à la proportion de la population que nous représentons. Ainsi nous prenons notre part dans la défaite nécessaire du pouvoir central et nous permettons à nos électeurs du premier tout de revoter pour nous au second.

C'est pourquoi nous sommes prêts à envisager des fusions « démocratiques » ou « techniques » selon les dénominations.

Évidemment, même démocratique/technique, c'est un geste politique. Et là dessus, nous avons une ligne de conduite :

  • nous pouvons fusionner avec les forces de gauche avec lesquelles nous proposons l'unité dans la rue, face à la droite aux élections. Ce qui inclut le PS et ce qui exclut le Modem.
  • avec le PS, la seule fusion possible, c'est une fusion pour battre la droite, assurer la représentation proportionnelle des rapports de force issus du premier tour et pas une fusion sur une base programmatique commune introuvable

Commentaires

Je ne vois rien à redire à ces propositions. C'est, me semble-t-il, comme ça qu'il faut avancer. En revanche je ne comprends pas pourquoi le CPN est resté ferme sur la question des exécutifs.

Écrit par : Gilles | 16/10/2009

En tant que militant PCF, je ne trouve rien à redire à ce texte.

Un seul point reste en suspend : imaginons (sur la base des résultats aux européennes) que le résultat du 1er tour soit 16% PS, 15% Verts, 12% Gauche anticapitaliste (j'aime pas le terme gauche radicale, excusez moi).
Avec le principe d'une représentation proportionnelle, ça fait à peu de chose prêt, 1/3 des élus par liste, un tout petit peu moins pour la gauche anticapitaliste.

1/3 des élus, ça commence à peser. Qu'est ce qu'on va en faire ? Juste un vote de protestation ? Ou alors s'en servir comme base d'appuis pour proposer, voir imposer aux sociaux démocrates nos propositions, nos revendications, notre programme ?
Et comment on fait pour imposer nos orientations en région, sur la base de notre rapport de force ?

Là est la question de notre participation ou non aux executifs.

Participer aux executifs "avec voix consultative", sans rapport de force pour peser, je suis d'accord pour dire "NON". Mais si jamais le rapport de force nous permet de faire "presque" jeu égal avec le PS.... doit on ne pas en tenir compte pour leur imposer ce rapport de force y compris et jusque dans l'executif régional ?

Écrit par : Laurent MELY | 16/10/2009

Il y aura de toute façon une alliance PS-EE (Verts si tu veux) et puis aorès c'est "Nous voulons être libres de nos votes", c'est à dire que nous entrons effectivement dans un processus où une majorité relative ne fait pas ce qu'elle veut.

Écrit par : Gilles | 16/10/2009

@ Laurent

Tout d'abord, il est vrai que le terme Gauche Anticapitaliste est préférable, mais nous (militants NPA) nous prenons des précautions oratoires pour qualifier l'autre gauche, la gauche de la gauche , la gauche radicale, la gauche de transformation sociale et écologique.
Le terme Gauche anticapitaliste, c'est quand même plus clair, mais il est normal de tenir compte des appellations de chacun pour ne froisser personne.

La situation score que tu décris, serait un bon résultat pour les anticapitalistes, tout d'abord parce ce que se serait avant tout le résultat d'une unité au 1er tour.
La participation minoritaire aux exécutifs ps /verts ne nous donnerait pas plus de poids et nous obligerait à une solidarité de gouvernance.

Notre poids sera dans notre volonté de donner la majorité ou non à telle ou telle décision et donc aussi de bloquer des décisions qui nous sembleraient contraires aux intérêts de ceux qui nous aurons donné leur confiance.
Quant à faire passer nos projets cela nécessitera qu'ils soient appuyés par des mobilisations extérieures à l'hémicycle régionale, ce se sera la traduction du lien entre les luttes et les élections.

Mais bon tout ce la passe d'abord par la présentation de listes anticapitalistes unitaires au 1er tour. Et au jour d'aujourd'hui nul ne peut nier que le NPA s'y emploie en toute clarté.

Écrit par : VERGNES | 17/10/2009

C'est un bon texte.

Unitaire. Bien dans l'esprit des réunions qui ont lieu depuis le 28 septembre.

On pourra aussi pour soutenir cette démarche, signer et diffuser l'appel national basé sur le contenu du texte cun.

C'est ici:
http://www.convergencedesluttes.fr/petitions/index.php?petition=2

Écrit par : XM | 17/10/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu