Avertir le modérateur

09/10/2009

Le coup de bluff du PC

La seconde rencontre entre toutes les composantes de la « gauche de gauche », Alternatifs, Fédération, Gauche Unitaire, NPA, PCF, PCOF, PG auxquelles sont venues s’adjoindre la FSQP observatrice lors de la première réunion,  le M’PEP (Mouvement politique d’éducation populaire de J. Nikonoff) et République et Socialisme, s’est tenue ce mercredi 7 octobre. Notons que Lutte ouvrière qui était venue en observateur le 28 septembre a prévenu qu’elle n’y participerait plus désormais. L’objet de cette réunion était d’établir un calendrier de discussions pour voir comment on pouvait avancer. Il n’y a donc pas eu de nouvelle déclaration commune à l’issue de cette rencontre.

 

Voici comment la Commission exécutive du NPA rend compte de cette réunion : « Les échanges ont été assez marqués par l’antagonisme PCF/NPA. Le PCF a, dans un premier temps, défendu une position très fermée consistant à dire que le préalable pour être ensemble au premier tour, c’était de savoir si on était prêt à constituer des majorités de gestion pour gouverner les régions. Cette position a été exprimée sans fioritures par Michel Laurent, plus subtilement par F. Parny. Sur cette ligne, le PCF n’a pas trouvé d’alliés, mis à part la Gauche Unitaire qui manifestement a décidé d’occuper le rôle de soutier inconditionnel du Parti Communiste. Tous les autres, PG compris, ont indiqué qu’il n’était pas envisageable de discuter de cette manière.

 

Il faut avouer qu’une telle position, indépendamment d’une discussion programmatique sur les axes que nous pourrions défendre ensemble au premier tour, est apparue curieuse même pour des organisations qui n’excluent pas de participer à des exécutifs. Pour l’anecdote, le M’PEP par l’intermédiaire de Nikonoff a indiqué que rien n’était possible avec le Parti Socialiste. On verra si ce soutien inattendu se prolonge par la suite. »

 

Cette tentative, vaine, du PC d’isoler le NPA illustre bien ce que le courant unitaire (Convergences et alternative : lecourant.npa@gmail.com) du NPA essaye d’expliquer depuis quelque temps. Cette question de la participation ou de la non-participation aux exécutifs ne doit pas être un préalable à l’unité. Que le débat porte sur la question de l’indépendance vis-à-vis du PS est une chose et le NPA a raison de le mener. Mais doit-il contraindre ses partenaires à adopter au final la même position que la sienne ? Non, si ça empêche tout rassemblement. L’objectif est bien, au premier tour, la constitution de liste autonome sur la base d’un programme commun à définir. Réciproquement, le PC ne peut pas faire le préalable inverse. C’est lui qui portera alors la lourde responsabilité d’avoir empêché le rassemblement.

 

C’est pourquoi la position adoptée par le CPN les 19 et 20 septembre doit être corrigée. Je la rappelle : « Un accord national sur une plateforme de soutien aux luttes des salariés et des opprimés et des exigences sociales et écologiques favorisant des formes de lutte unitaire, autogérées et démocratiques, impliquant dans l’activité et les prises de décision, l’ensemble des acteurs et actrices de ces luttes. C’est ce dont nos élus seront les relais et porte paroles autour d’un programme de mesures d’urgence contre l’offensive patronale, en opposition déterminée à la politique gouvernementale et à l’extrême droite, dans l’indépendance vis-à-vis du PS et du parti des Verts, impliquant le refus de toute majorité de gestion et par conséquent de participation à tout exécutif de région avec eux. » J’admets l’ambiguïté de « nos » élus. S’agit-il uniquement des élus du NPA ou tous les élus de la liste ? Ce n’est pas très clair. Mais si c’est ce que nous avons voulu dire autant le dire clairement.

 

En résumé, ne soyons pas naïfs. Le PC a quelque 180 élus à faire repasser. Certains ont vraisemblablement choisi, dès le premier tour, de se présenter avec le PS. Ceux-là nous ne les convaincrons pas. En outre, même si des listes unitaires arrivent à se mettre sur pied dans une quinzaine de régions, de toute façon le PC ne retrouvera pas tous ses postes. Il faudra bien qu’il laisse la place aux autres partis. Pour le second tour, c’est le programme établi au premier tour qui sera déterminant. Si le PC ou d’autres participent à des majorités de gestion avec le PS, cela ne pourra se faire qu’en contradiction avec le programme. A moins que le PS et ses alliés se rallient à certaines de ses dispositions. Mais ça c’est une autre histoire, plus qu’improbable.

Commentaires

La seule question préalable doit être la présence de listes unitaires de l'autre gauche dès le 1er tour...

Après on verra, libre au PC d'agir comme il l'entend... de toute façon l'incohérence se paiera cash surtout si on obtient de bons scores, capables d'amener le débat sur les idées défendues au 1er tour...

Écrit par : des pas perdus | 09/10/2009

Egffectivement, le score du 1er tour sera le meilleur argument pour avancer ou non des exigeances...
Au PC, ils sont conscients que même avec le PS dès le 1er tour, ils ne sont pas sûrs de conserver toutes les régions, donc tous les sièges.... De la perte, il y en aura ! Alors, autant que ce soit avec panache, donc sur un programme sans compromissions.

Écrit par : Michel | 09/10/2009

Bonne soirée

Écrit par : Philippe | 09/10/2009

AFP

Le Parti de gauche (PG) a indiqué aujourd'hui qu'il allait finalement participer aux ateliers proposés par le PCF auxquels prend part le PS, tout en précisant qu'il "n'est clairement pas question de travailler à une plate-forme partagée avec le PS ou les Verts".

"Il nous paraît aujourd'hui que l'objectif assigné à ces ateliers a évolué positivement", selon un communiqué du PG. "Il n'est clairement pas question de travailler à une plate-forme partagée avec le PS ou les Verts. Il s'agit bien de confronter notre projet avec le leur dans le cadre d'un débat démocratique", poursuit-il.

"Dans ces conditions", le Bureau national du PG réuni vendredi a "donné son accord pour que le Front de gauche (PCF-PG-Gauche unitaire, ndlr) organise huit ateliers-forums", souhaitant que les partis de "l'autre gauche", comme le NPA d'Olivier Besancenot, "y participent largement".

Lors de la Fête de L'Humanité mi-septembre, Jean-Luc Mélenchon, fondateur du PG, avait indiqué que son parti ne participerait pas aux ateliers du PCF à cause de la présence du Parti socialiste. "On ne veut pas de plates-formes partagées avec le PS", avait-il dit. Quant au NPA, il avait demandé quel était l'intérêt d'aller "dans des ateliers avec le PS pour constater nos désaccords".

Écrit par : VERGNES | 10/10/2009

VERGNES

A propos de notre polémique l'autre jour sur la non-participation des élus de la liste unitaire aux exécutifs. Tu me disais que j'avais mal lu. Que cela ne concernait que "NOS" élus, donc ceux du NPA. Je te confirme, après une rencontre avec un membre de la CE de la majorité, qu'il s'agit bien de TOUS les élus, et pas seulement des nôtres. Donc, j'avais bien lu. Le camarade a reconnu que pour l'instant du PC aux Alternatifs en passant par le PG et la Fédération tout le monde est hostile à cette clause.

Écrit par : Gilles | 10/10/2009

@ Gilles
Je n'en ai pas la même interprétation, d'autant plus que cette résolution affirme:

"La question du deuxième tour n'est pas la discussion prioritaire. C'est une question tactique qui dépend des rapports de forces, notamment des résultats du premier tour. Notre objectif est d'impulser la plus large dynamique pour battre la droite et infliger une défaite Sarkozy et elle dépend d'abord du premier tour."

Pour ma part, je maintiens ma position et je la défendrai au sein du NPA: Unité au 1er tour en toute indépendance du PS, sur un programme régional illustrant concrétement notre projet anticapitaliste (ou ne profitant au capitalisme).

Pour le 2éme tour ( si possibilité de fusion, hors Modem) pas de participation des élus NPA aux exécutifs. Nos partenaires du 1er tour étant libres d'y participer ou pas.

Ceci dit, le changement d'attitude du PG vis à vis de sa participation aux ateliers pc/ps, sous le couvert du FDG n'annonce rien de bon. Mais je ne serai pas surpris que tu accuses le NPA d'en être la cause.

Prétexter une confrontation de projets avec le PS, laisse sous-entendre que Mélenchon ne sait plus pourquoi il a quitté le PS et que ses sévères critiques vis à vis de son parti giron ne seraient donc pas justifiés

Dans le même temps cela doit donner le tournis aux militants PG

Et plus que jamais je pense que l'unité se fera localement à la base, avec ou sans accord des appareils du FDG.

Écrit par : VERGNES | 10/10/2009

Ta position et la mienne depuis longtemps tout comme celle du Courant, mais ce n'est pas la position pour l'instant majoritaire. J'en ai débattu aujourd'hui même, comme je te l'ai dit avec quelqu'un du CE, qui, un peu à mon grand étonnement, semble assez proche de certaines de mes positions (et de celle de mon courant) mais sans en tirer toutes les conséquences.

Pour le PG je pense qu'il lache un peu de lest du côté du PC. Pour l'instant, c'est plutôt le PC qui est dans l'embarras (voir ce qui s'est passé le 7). Le problème du NPA c'est la question de son unité. La "fracture" est assez importante me semble-t-il sur cette question. Je suis inquiet. Mais j'y reviendrai.

Écrit par : Gilles | 10/10/2009

@ Gilles

Tu dérives en permanence au tour du thème de l'unité
Tout d'abord tu reproches l'aspect non unitaire du NPA vis à vis de ses partenaires potentiels. Rien n'est démontré. Rien n'est fait.

Ensuite tu commences à parler du manque d'unité interne au NPA . Confondant débat légitime au sein d'une organisation démocratique et "fracture".


Il y a au moins dans ton discours une unité de ton: le NPA est non-unitaire avec les autres et avec lui-même.

Pour toi le NPA c'est le Nouveau Parti Anti-unitaire, quoiqu'il advienne.
C'est ton crédo, aucune nuance et le moindre événement même le plus futile est promulgué comme preuve irréfutable de tes certitudes.


Si un jour tu te trouves un bon point pour le NPA, ce sera un scoop.

La position que j'avance à l'avantage à la fois de pas faire barrage aux partenaires potentiels pour débattre d'une plate-forme commune et dans le même temps de confirmer la logique de notre indépendance vis à vis du PS/Verts.

Cela permet de recentrer la question unitaire sur le programme régional, seul élément permettant de faire ou non une liste unitaire.

Une telle approche permet par ailleurs de recouvrir toutes les sensibilités du NPA.

Écrit par : VERGNES | 11/10/2009

Gilles n'est pas seulement critique envers la majo du NPA, il est également critique envers tous les unitaires, qu'ils soient au sein du NPA ou en-dehors (Unir, Gauche Unitaire, et parfois même son propre courant). Mais je ne m'en offusque pas, ce débat, comme je l'ai déjà dit, est salutaire.

Concernant le revirement du PG au sujet des ateliers, cela ne m'étonne pas. Nous avons eu des réunions départementales à ce sujet où le PCF proposait d'organiser ces ateliers sous l'étiquette Front de Gauche, et où toutes les autres organisations (hors Modem) seraient invitées à débattre. G.U n'y a pas trouvé d'obstacle majeur dans le mesure où la plate forme politique serait élaborée par les 3 composantes du FdG. Là-dessus le PG n'était pas d'accord pour la co-organiser. Ce refus faisant obstacle au projet FdG, il aurait été désastreux que ce soit le PC seul qui l'organise. La nouvelle attitude du PG me semble plus logique et permettra d'organiser ces ateliers -là où c'est possible- en tant que Front de Gauche.

Quant à Mélenchon, rassurez-vous, il a suffisament de points de divergence avec le PS pour s'en démarquer !... Par contre, si au cours du débat, il pouvait faire "craquer" quelques courants les plus gauchistes du PS (je pense à Filoche, par exemple), ce ne serait pas un mal.

Écrit par : Michel | 11/10/2009

@"La position que j'avance..." Vergnes
Déjà dit une dizaine de fois, ce que tu prends pour "ta" position est celle du Courant et la mienne (bienvenue au club) depuis plusieurs mois : 10 voix au CPN ! Après tu peux retourner le problème dans tous les sens, tant que la « majorité » s’en tient à « sa » position – engagement au 1er tour de tous les participants à ne pas intégrer les exécutifs – toute alliance semble improbable. Jamais évidemment le PC ne s’engagera là-dessus, et de ce fait le PG sera condamné à choisir entre le PC et le NPA. C’est ce que souhaite et le PC et le NPA.
Mais ça c’est la « théorie ». En réalité, une partie de la « majo » souhaite l’alliance et une autre la combat, mais tout est en sous-entendu. Ce que m’a confirmé un membre de la « majo » de la CE. Connaissant, un peu, l’ambiance interne et la fracture entre les « unitaires » dont je fais partie, et les « antiunitaires » (aucune alliance) – mais ces clivages existent aussi au PC et un peu au PG –, je me dis que, l’on aille dans un sens ou un autre, il y aura des dégâts. Dans mon assemblée régionale j’ai soulevé le problème à plusieurs reprises. La réponse du membre de la direction est que tout ça est normal. Je pense (et je ne suis pas le seul) au contraire que c’est le résultat de la façon ont a été construit le NPA, sans travail d’élaboration d’un « socle commun d’analyses ». Conclusion, s’il se dégage dans la « majo » une position qui reviendrait à ne plus exiger cette clause du 1er tour, les membres du CPN de ma région voteront contre tandis que les militants voteront majoritairement pour. Mais nous n’en sommes pas encore là. Pour l’instant la « majo » campe sur sa position. Dans une certaine mesure l’unité est provisoirement préservée, même si certains antiunitaires déclarent déjà que c’est de la poudre aux yeux et que la « majo » est venue sur les positions de la « mino », c’est-à-dire nous. Ce qui est faux.

Écrit par : Gilles | 11/10/2009

@Gilles

Effectivement je dis "ma" position, car je ne me préoccupes pas de savoir si c'est celle de la majo, de la mino, de la majo de la mino, de la mino de la majo, des gauchistes , des droitiers, du courant ceci, de la tendance cela.
C'est ma position au sein de l'organisation dans laquelle j'ai choisi de m'investir, c'est la position d'un militant NPA qui n' a que faire des batailles réelles ou supposées au sein des couloirs parisiens.
Je n'appartiens pas à un "club", je suis tout simplement militant du NPA qui ne confond pas débat et querelle personnelle.

Écrit par : VERGNES | 11/10/2009

Salut Vergnes,

Désolé de m'immiscer dans la discussion, mais j'ai juste une question à te poser. Est-ce que, comme moi, tu es l'objet de censure sur le forum du blog de Mélenchon ? Je n'ai pas l'impression d'être particulièrement virulent, je partage souvent les mêmes points de vue que toi. Mais depuis plusieurs jours, je ne peux plus poster un seul message.
Les types de la droite dure ou les identitaires forcenés peuvent, eux, toujours publier sans problème...

André

Écrit par : André Assiétoi | 12/03/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu