Avertir le modérateur

02/10/2009

Pas de dynamique à la gauche du PS

Deux premiers sondages sur les régionales de mars viennent de sortir. Ils présentent tous les deux les mêmes caractéristiques : bons scores des listes Europe-écologie (entre 16 et 17 %) ; tassement des socialistes (entre 19 et 21 %) et dispersion du vote à la gauche du PS : entre 5 à 6% pour le NPA ; entre 6 à 8 % pour le Front de gauche et un étonnant 3 % pour LO. En somme, faute de dynamique unitaire, la « gauche de gauche » fait du sur-place. Je ne reviendrai pas sur la question de la fiabilité des sondages mais ils constituent une première alerte pour la « gauche radicale », confirmant ce que nous savions déjà depuis 2005. Unie, il y a pour elle un véritable potentiel. Divisée, elle réitèrera les échecs de 2007 et de 2009.

 

Et cette fois il n’y aura pas d’excuse et pas d’échappatoire. L’abstention sera encore forte (autour de 50 %) mais plus faible qu’en juin dernier. La mobilisation sociale étant au plus bas, ces élections vont polariser l’affrontement gauche-droite à deux ans de la présidentielle. L’enjeu des régionales sera donc le suivant : une alternative est-elle possible ? C’est là toute la perversité de ces élections. Avec des écologistes très hauts et un MoDem à son étiage (8 %), c’est la solution centre-gauche qui s’imposera aux électeurs. Comment pourrait-il en être autrement puisque la « gauche radicale » persiste à jouer chacun pour soi.

 

Pour le NPA il est clair qu’une troisième tentative solitaire serait catastrophique. Quand on part entre 5 à 6 %, à moins d’un miracle, on ne peut que redescendre (aux européennes le NPA était parti à 9 %). Mais la situation n’est pas plus réjouissante pour le Front de gauche. Comment avec des perspectives se situant au mieux à 8 % peut-on rivaliser avec l’alliance Verts-MoDem qui tourne autour de 25 %, c’est-à-dire mieux que le PS ? C’est pourquoi la « gauche radicale » est condamnée à s’entendre. Dans le NPA, la majorité des militants le souhaitent et c’est vraisemblablement dans le même état d’esprit que se trouvent aujourd’hui les adhérents du PC, du PG, de la Fédération et des Alternatifs. Les « directions » sont averties. Encore un coup comme en juin, et c’est la débandade assurée.

Commentaires

Comment pouvez vous être aussi naîf à commenter les sondages bidon du Figaro dont on sait qu'ils sont financés par Sarko....aprés le crétinisme parlementaire , faut il parler du crétinisme sondagier ?

D'accord pour la discussion politique mais pas avec les armes fournies par l'ennemi

Mélenchon va se coucher devant le PCF qui couche avec le PS, faut il en être à tout prix?

Vériane

Écrit par : vériane | 02/10/2009

Consternant comme commentaire. Je suppose que tu penses, comme Joshua, que les élections c'est le "terrain de l'adversaire". Des sondages ne sont que des sondages. Quelques mois avant les européennes on nous donnait a 9 %. J'estimais alors que c'était trop. Puis peu à peu nous sommes descendus pour enfin passer derrière le Front de gauche. Mais cette fois ce n'était pas les sondages, mais le vote. Alors nous nous sommes réfugiés derrière le prétexte de l'abstention. Notre électorat ne vote pas ! Pourquoi, dès lors, participer à des élections si nous sommes surs de perdre. Le crétinisme parlementaire comme tu dis a son pendant le "crétinisme révolutionnaire".

Écrit par : Gilles | 02/10/2009

Evidemment que les élections "mode parlementarisme bourgeois" ne sont pas le terrain le plus favorable pour des révolutionnaires....il est...consternant de devoir le rappeler.....quant à répondre candidement," mais alors pourquoi donc y participer" Lénine et léon ont écrits des pages entières la dessus, il suffit de les relire .

Écrit par : vériane | 02/10/2009

@gilles

Porter intérêt à un sondage 6 mois avant l'élection, c'est vraiment gâcher un blog pour rien.
De plus en tirer des conclusions qui bien évidemment justifient tes critiques vis à vis du NPA ne me semble pas à la hauteur du débat que tu souhaites impulser.

Si à chaque sondage, tu fais un papier, ta corbeille va très vite se remplir.

Il serait bon de garder une certaine hauteur dans le débat critique.

Écrit par : VERGNES | 02/10/2009

Je suis tellement habitué à ce genre de réflexion que je n'y prends plus garde. Oui, je continuerai à suivre les sondages et l'évolution de nos rapports avec les autres formations à la gauche du PS. Et je continuerai à critiquer cette direction qui accumule les âneries, ce qui était prévisible à la simple lecture des textes fondateurs ou de ce bilan tiré après les européennes :

« Le pire est devant nous, même le gouvernement le reconnaît. La menace d’une explosion sociale est bien là, alors que Sarkozy a lui-même vidé tant son opposition parlementaire que l’opposition syndicale de leurs forces. Crise sociale et politique pourraient se conjuguer mettant le pouvoir en position difficile. Rien ne dit que c’est ce qui se produira. Néanmoins ces données viennent vérifier la pertinence de l’initiative qu’ensemble nous avons prise de créer le NPA comme instrument de renaissance du mouvement ouvrier sur des bases anticapitalistes autour d’un projet de transformation révolutionnaire de la société. Ces premiers mois légitiment notre projet dans le même temps qu’il lui donne un socle solide. Cette campagne électorale a permis de favoriser l’ancrage et l’implantation du NPA. »

Cette fine analyse était de Grond.

Écrit par : Gilles | 02/10/2009

Il faut se méfier des sondages mais c'est certain que l'unité est INDISPENSABLE pour imposer dans le débat politique des thèmes portés par l'autre gauche : anticapitalisme, antiproductivisme, antilibréchangisme...

Sinon, on va tous crever d'avoir cru être les meilleurs, les plus purs et durs et autres conneries sectaires.

Écrit par : des pas perdus | 02/10/2009

Vous écrivez " C’est pourquoi la « gauche radicale » est condamnée à s’entendre. Dans le NPA, la majorité des militants le souhaitent et c’est vraisemblablement dans le même état d’esprit que se trouvent aujourd’hui les adhérents du PC, du PG, de la Fédération et des Alternatifs."
Comment se fait-il que les adhérents du NPA ne votent pas sur cette question des alliances ? Pourquoi pas de référendum interne ?

Écrit par : N. | 02/10/2009

Les" aneries" de la Direction du NPA ne peuvent légitimement rivaliser avec la finesse d'analyse de ceux qui remettent le sort de la gauche radicale dans les main d'un mitterandolâtre et de staliniens mal dégrossis....où en serions nous si comme nous l'avait proposé le génial Picquet (GU) nous avions soutenu Bové ou Lereste ou Wurtz ?...... 100 % ânerie !

Quant à faire un référendum au NPA ? faut il vraiment pour faire moderne singer le PS ?

Oui le gauche radicale doit s'unir mais pas pour servir la soupe au PS...un petit tour électoral avec de beaux discours radicaux et au deuxième tour à la niche de la gestion sociale libérale des Régions, c'est à cette question qu'il faut répondre, tout le reste n'est que faux semblant.
L'unité sert de paravant pour masquer la camelotte politique du PCF:le double langage et la soumission au PS.

Écrit par : vériane | 03/10/2009

Tiens un nouveau sondage avec 6% pour le PG et idem pour le NPA ...flutte camarade il faut revoir toutes tes géniales analyses.....consternant effectivement!

Question: quelqu'un peut il m'expliquer pour quelle raison toute l'énergie dépensée pour la votation sur la Poste n'a pas été utiliser pour une pétition pour un référendum , comme le prévoit la constitution ? et que l'on ne se cache pas derrière l'absence de décrets d'application.....car voilà une bonne campagne sur les droits démocratiques à mener....mais il est tellement plus avantageux pour le PS et ses alliés syndicaux et autres d'organiser une votation pour la galerie( contre en parole et pour les traiteés européens qui l'imposent)...tiens la dessus je trouve moi aussi que la Direction du NPA n'est pas géniale....ou alors à force d'en prendre toujours plein la gueule sur le théme " les diviseurs" sectaires elle fait en fonction du rapport de force ? ...autre question pour nos censeurs de l'intérieur!

Écrit par : veriane | 03/10/2009

Moi ce que je trouve amusant, c'est de ranger le PCF et le PG dans la "gauche radicale". Pourquoi pas Mitterrand ou Jospin dans la gauche radicale aussi? (c'est à peu près la même ligne)

Écrit par : toto | 03/10/2009

Sur la « votation » pour la poste, ce matin je tenais un bureau de vote. C'est incroyable ce que les gens avaient sur le coeur et ont profité d'un geste simple et clair pour envoyer une bonne claque à nos libéraux-réformateurs... Par contre qui a-t-on vu à tenir les bureaux : Le NPA, Le FdG, les syndicats, ....mais pas un chat du PS, ni des Verts ! Rien d'étonnant diront certains. Pourtant ils figurent parmi les signataires !... Ils nous ont juste prêté les urnes de la Mairie !

Sinon, je crois qu'une expérience comme celle-là vaut tous les sondages. 95 % des gens qui entraient dans la poste ont voté. Pas un seul « oui » !... Mais surtout, de bonnes réactions de la part des usagers qui n'attendaient que cela pour exprimer leur raz-le-bol. Certes, ce n'est pas encore la Révolution !

Écrit par : Michel | 03/10/2009

Cela ne les empêchera pas de récupérer politiquement la votation, sauf si on les met au pied du mur avec le référedum....a part cela il était juste d'y participer ne serait ce que pour vérifier le potentiel existant et le gâchis énorme occasionné par la stratégie( ?) syndicale.

Écrit par : veriane | 03/10/2009

D'accord avec michel j'ai fait la même expérience a rennes y avait les bureaucrates serrés derrieres leurs urnes et les militants npa fsu entrain de diffuser les tracts pour débattre et inciter les gens a voter . le dépouilleement avec prg, cgt , NPa
et les usagers exit le Ps le Pc et les autres. les militants pc sont stressés par le débat
sur les régionales et le fait que leur dirigeant voudraient les amener vers le PS et le donc modem (il apparaitrait que la Gu vient au secours du Pc mis en difficultté dans le débat unitaires),a quoi sert la GU d'ailleurs et aussi l' article sans interet ( pour ne pas dire ridicule) de l'initiateur de ce fil ..
Yves JUIN NPA RENNES

Écrit par : jackaren | 03/10/2009

L'article ne sert pas à grand chose, sinon à se servir d'un sondage pour en faire une lecture très orientée, censée servir d'argument politique.
Au final, il est surtout très électoraliste et passe à côté de la question la plus importante : l'influence réelle du NPA sur la société et les manières de la faire progresser.

Écrit par : toto | 04/10/2009

Personnellement, j'ai fait le choix de voter "verts" en attendant que la gauche s'unisse. ça a pas mal marché aux européennes. ça marchera aux régionales.
Aux présidentielles, j'avais voté Besancenot pour qu'il aie 5%, c'était celui qui était le plus crédible pour les obtenir (selon les sondages, qui n'ont pas été démenti). Il ne les a pas eu, mais tant pis.
Mais au vu de la merde dans laquelle on est, je peux plus tolérer ce chacun pour soi, ce respect de la diversité des opinions de gauche. L'unité ou la mort, c'est tout ce qu'il reste à la gauche de gauche.

Écrit par : rhizome | 04/10/2009

Merci d'avoir précisé ton vote pour le capitalisme vert et l'écolibéralisme, ça m'évitera de prendre tes interventions trop au sérieux à l'avenir.

D'autant qu'on peut difficilement se prétendre écolo et être pour une alliance avec le PCF, anti-écolo et pro-nucléaire au possible.
(il est vrai que les Verts ne sont pas très clairs non plus sur la question du nucléaire...)

Quant à l'unité, c'est sur le terrain des luttes qu'il faut la construire. Les salons ça suffit!
Entre Copenhague et les nombreux licenciements, ce ne sont pas les luttes UNITAIRES qui manquent!

Écrit par : toto | 04/10/2009

De retour de Paris, je vous promets pour demain des informations très intéressantes sur le débat interne à propos des régionales... et des surprises.

Écrit par : Gilles | 04/10/2009

Si c'est un débat INTERNE, ça a vocation à rester INTERNE.

Écrit par : toto | 04/10/2009

Ayant tenu un "bureau de vote" improvisé sur le marché d'une petite localité (avec mon badge NPA au revers de la veste), j'ai été agréablement surpris par le nombre important de personnes qui cherchaient un endroit où voter, et qui donc se dirigeaient spontanément vers la table et l'urne dressée, certains se garant en catastrophe trop heureux de trouver enfin un lieu pour exprimer, à la fois leur soutien au service public dans son ensemble et ce besoin de le faire savoir.

L'organisation de cette votation citoyenne est d'autant plus intéressante (au-delà des 2 millions de participants) qu'elle montre la volonté de millions de personnes de se faire entendre, alors que ce "référendum" s'est déroulé en dehors des institutions et d'un caractère légal et demeure une forme d'auto-organisation. C'est un signe encourageant

Écrit par : VERGNES | 05/10/2009

Voilà un débat qui me plait mieux... Vergnes comfirme mon impression concernant le vote sur la poste. C'est vrai qu'il y a dans ce pays un vrai besoin de s'exprimer sur quelque chose de CLAIR. Là au moins il n'y a pas de magouilles d'appareils, même si le PS a profité de la force militante des autres organisations. J'ai été extrêmement surpris de voir tous ces gens (surtout des vieux) faire des kilomètres pour venir voter. Et nous parler pour dire qu'ils en avaient marre...

@ toto : et si on faisait une votation pour supprimer le capitalisme ? :-)

Maintenant, voter VERT, comme rhizome (toujours gentil avec lui), c'est un plan B sur lequel je réfléchis depuis longtemps. Même si ce ne sont pas des anticapitalistes pur jus, je trouve que leur combat est juste et urgent. ET eux, au moins, ils ont réussi ce que nous n'avons pas réussi : s'unir !

Si aucune alliance ne se fait (à 7 avec le NPA ou à 3 avec le FdG), je ne me vois pas voter pour le seul NPA à 4 ou 5 %, ce qui serait un vote parfaitement inutile.
Moi aussi j'ai voté Besancenot aux présidentielles pour qu'il fasse 5 % alors que je n'en avais vraiment pas envie. Une fois, ça va....

C'est drôle, mais maintenant les langues se délient concernant les européennes. Il n'y a pas que les déçus du PS et du Modem qui ont voté Europe Ecologie. Il y a aussi des anciens de la LCR et des sympathisants du Front de Gauche. C'est une sorte de « vote utile » pour des gens qui ont d'autres convictions. Et si nos embrouilles continuent de la sorte, je vous annonce un score sans précédent chez les verts (et ça, je ne l'ai pas lu dans les sondages !...)

Écrit par : Michel | 05/10/2009

Mort de rire. Les Verts sont l'exemple, ils ont réussi à unir de la gauche pseudo-antilibérale (Bové) au centre droit 100% libéral (Cohn-Bendit), voilà un bel exemple d'union.
Union pour quoi faire? On s'en fout! Peu importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse.

Et si l'écologie n'avance pas d'un pouce, tout comme elle n'a pas avancé d'un pouce avec Voynet au gouvernement, peu importe puisqu'on aura fait rêver les gens...

Alors additionnons allègrement des %, ne nous occupons pas de politique, tout va bien. :)

Écrit par : toto | 05/10/2009

L'écologie n'avance pas d'un pouce ?... Tiens, tiens.... c'est quoi pour toi l'écologie anticapitaliste ?...
Je constate que les constructeurs automobiles commencent à sortir des modèles hybrides et électrique, on construit des éoliennes un peu partout (promènes-toi un peu en France et tu constateras), on construit des hydroliennes dans la Manche, les particuliers s'équipent en panneaux solaires et en pompes à chaleur, les maisons commencent à se construire selon les normes éco-énergétiques, mais à part cela, rien ne change...
Bien sûr, ce sont les capitalistes qui en profitent, et c'est ça qui te gêne... Désolé, mais je n'ai pas envie d'attendre que nos révolutionnaires aient pris le pouvoir pour pouvoir vivre dans un monde meilleur.
Dire que le Socialisme réglera tous ces problèmes d'écologie n'est pas suffisant. Car on sera tous morts avant !... Alors, si ce sont les pseudos antilibéraux, ou les centre droits libéraux qui nous sauvent du désastre, désolé, mais je ne ferai pas la fine bouche ! Ce ne sont pas tes leçons d'orthodoxie révolutionnaire qui régleront les problèmes de la planète. Au pire, si les capitalistes peuvent faire du profit à dépolluer la planète, ils le feront. A nous de les pousser avant qu'il ne soit trop tard.

Et tout cela en attendant des jours meilleurs sous le ciel bleu du Socialisme !

Écrit par : Michel | 05/10/2009

Toto, tu m'emmerdes. Je suis antinucléaire et anticapitaliste (les verts sont clairement anti-nucléaires et sont majoritairement anti-captalistes, suffit pas d'agiter Cohn-Bendit pour faire changer tout un parti), j'ai voté pour Bové et je ne le regrette pas (eh oui, Europe Ecologie, et lui vous pouvez le regretter). Et je ne veux pas voter pour des CLOWNS comme Besancenot qui foutent la merde à gauche au lieu de foutre la merde à droite.
Le pays est en récession, subit des attaques de toutes part à cause d'un gouvernement "ultra", t'as des millions de français dans la merde, de plus en plus à la rue, mal logés ou sans logis, qui bouffent mal, qui ont une santé de merde, etc., et le seul truc que tu trouves à faire, c'est gueuler contre le PCF???

Moi je vois un autre responsable que la droite, et c'est clairement la gauche divisée. Va falloir oser regarder des chômeurs, des précaires, des malades, des exclus et leur dire dans les yeux: si la situation empire depuis des années, c'est parce que moi et mes camarades, on est plus centrés sur notre nombril que sur la situation en France. Parce qu'on préfère s'engueuler sur le 3e §, alinéa 5, de la proposition 48 des règles d'alliance technique et non politique avec les cocos et les OC.
Merde, la situation est à l'unité. Y'a pas le choix, c'est les français qui trinquent, alors l'idéologie, tu te la carres là où je pense, car les seuls cons qui sont capables de faire les idéologues dans une situation de crise totale (sociale économique, culturelle, écologique, climatique, civilisationnelle), ce sont les bourgeois dans ton genre qui préfèrent discuter d'un texte plutôt ou appeler à l'unité dans les "luttes" (ça lutte pas, ça bovine devant un portail ou dans la rue) que de contribuer à changer le monde dans lequel ils vivent au nom d'un idéal qu'ils ne verront jamais de leur vivant.

Alors c'est sûr, faut des garanties, bla bla bla, mais en attendant, faut résister. Et si le résistant est vert et pas rouge vif, ben tu l'accueilles quand même parce que vous êtes dans la même galère.

Donc, je maintiens: je continuerai à sanctionner les partis de "gauche" aux élections tant qu'ils se refuseront à s'unir face à une droite qui détruit tout sur son passage.

Et y'en a marre d'entendre parler d'unité dans les luttes, et rien que dans les luttes. C'est quoi le résultat? Rien. vous avez sauvé la santé, l'éducation, vous avez contribué à améliorer la vie des gens? Que dalle. Vous avez causé un bouchon sur une avenue et ça, c'est pas franchement ce que j'appelle un résultat politique durable.

Écrit par : rhizome | 05/10/2009

Quant à europe ecologie en particulier, oui, ils ont réussi à s'unir. de la gauche la plus viscéralement anticapitaliste et antilibérale au centre-droit libéral niniste. Parce que chez les écolos aussi y'a des écolos radicaux et d'autres plus mous. Et ils ont réussi à avoir un programme à gauche toute, des propositions concrètes pour "dépasser le capitalisme".
Et à côté, t'as quand même des bouffons rouges qui sont incapables de s'unir parce que le rouge est jamais assez vif... Qui est le plus ridicule, franchement?
Le mec qui a des députés et qui peut appliquer ce qu'il propose, qui est clairement une alternative, ou le mec qui s'isole, qui parle de changer les choses et qui fout rien?

Écrit par : rhizome | 05/10/2009

Tu tombes mal si tu décides de te lancer sur l'écologie! :)

Les voitures hybrides/électriques sont l'exemple type de l'écolo-pipo, destiné avant tout à renforcer le tout nucléaire (et oui, l'électricité faut la produire). Le développement des éoliennes privées (donc selon la seule logique du marché) est une catastrophe écologique sur bien des sites (destruction de la faune, notamment oiseaux migrateurs etc) et souvent une aberration d'un point de vue logique et pragmatique, et toutes les micro-solutions individuelles dont tu te gargarises ne sont que des solutions pour riches (pour s'acheter une bonne conscience alors qu'ils sont ceux qui polluent le plus), des micro-aménagements qui ne servent qu'à masquer l'état de plus en plus dramatique de la planète, et l'augmentation effrénée des diverses pollutions et notamment des gaz à effet de serre.

Les solutions écologiques ne passeront pas sans une remise en cause complète des modes de production capitalistes. Les quotas et autres taxe carbone sont une arnaque complète, qui n'a aucune efficacité écologique. Croire et faire croire que l'écolibéralisme pourrait résoudre le problème est un énorme mensonge.

Mais surtout il faudrait rappeler le bilan des Verts au gouvernement, notamment sur

L'écologie ne peut être qu'anticapitaliste, de par la nature même du capitalisme.

Et dire que le socialisme règlera tout, comme le font notamment LO, c'est une belle connerie également. Content de te voir admettre que ce n'est pas suffisant. :)

Écrit par : toto | 05/10/2009

Je précise que le message précédent s'adressait à Michel

Écrit par : toto | 05/10/2009

@rhizome : tu dis "les verts sont clairement anti-nucléaires et sont majoritairement anti-captalistes", tu ne crois pas sérieusement à ce que tu dis quand-même?
Le bilan de Voynet sur le nucléaire, tu t'en rappelles? Le site d'enfouissement de Bure ça te dit rien?
C'est pas le PS ou la droite, mais bien les Verts qui ont fait ça.

Quant à l'anticapitalisme des Verts, qui les pousse à avoir comme interlocuteurs privilégiés le PS et le Modem, soyons sérieux deux minutes.
Ce n'est pas moi qui ai fait campagne sur la "relance verte" du capitalisme!

En plus, tu confonds manifestement l'unité dans les luttes, qui doit rassembler bien au delà des divergences politiques, et l'unité électorale qui suppose d'avoir un minimum de choses à dire en commun.
Dans la situation actuelle, c'est pas les régionales (ou les européennes) qui vont changer notre situation concrète, mais bien les luttes.
Pourquoi donc les bureaucrates syndicaux du PCF et du PG font-ils tout pour empêcher la convergence des luttes? Quel est leur intérêt? Mis à part chercher à prouver qu'il n'y a pas d'autre débouché que voter pour eux dans les urnes, je ne vois pas ce qu'ils ont à y gagner.

Sur la question de l'unité électorale, il y a même des gens qui prône une unité TSS (tout sauf Sarkozy) réunissant NPA-FDG-PS-Modem-Verts-Villepin (voire l'EXD?). A un moment donné, si l'on va au bout de la logique, il n'y a plus de limite.
Sauf si on pose des bases POLITIQUES.

Quant à cracher sur les luttes, alors que je suis sûr que tu es bien content d'avoir des congés payés, la retraite, etc, c'est un peu facile...

Écrit par : toto | 05/10/2009

@ toto:
Ne confonds pas verts et europe ecologie. Ne confonds pas non plus le fait d'être dans un gouvernement PS et le fait de pouvoir être autonome. Les verts se sont exprimés là-dessus. Europe Ecologie parle avec le PS et le Modem, les verts non.
Les verts sont à la gauche du PS. Europe Ecologie est une constellation a priori ancrée à gauche aussi. On verra comment évoluera la formation. Comme toute formation unie, les radicaux réfléchiront à ce qu'ils y font si ça sent le sapin.

Ni les verts ni europe ecologie n'a fait de programme sur la relance verte du capitalisme. TU veux que les autres lisent le programme du NPA ou leurs statuts, etc., toi, lis le manifeste et le programme d'europe éco et après on discutera, puisque tu te permets d'avancer des trucs complètement incohérents.

Une unité politique entre NPA PC PG ne serait pas politique??? Ben merde alors! ce serait purement électoral. C'est con de se retrouver derrière autant de sujets pour prétendre ensuite qu'il y a un monde entre vous! De se retrouver dans les luttes pour pas se retrouver dans les urnes! Des clowns, c'est bien ce que vous êtes.

Réponds à ces questions: Depuis deux ans, quel bilan des luttes? quelle utilité?
Pourquoi accuser PG et PC d'empêcher convergence des luttes, sans dire que le NPA n'y met pas du sien non plus? (c'est toujours l'autre qui pose problème, ne nous remettons jamais en question)

Ne m'accuse pas de "cracher sur les luttes", en tout cas, pas celles du passé. Si c'est la rue, les syndicats qui ont lancé l'idée des congés payés, c'est un gouvernement d'union de gauche qui l'a mis en place. La "retraite" dont tu parles est aussi avant tout le fruit de réflexions parlementaires et gouvernementales, et pas le pur produit de "luttes". ton parti n'a malheureusement que ce mot à la bouche, comme si ça changeait quelque chose, alors qu'aujourd'hui ça sert juste à cacher la misère politique de l'absence d'unité et un désarroi profond dans la manière de faire opposition. Avant de penser que c'était en faisant un bouchon sur l'avenue principale qu'on réglait un problème politique, c'était d'abord une question d'efficacité. Aujourd'hui, les "JDM" comme les appelle Fontenelle ne servent à rien. à part conforter le pouvoir en place. Les actions coup de poing permettent à quelques salariés de manière ponctuelle, d'obtenir des indemnités chômage plus conséquentes. Rien de plus. Alors, non je considère pas ça très utile. et je me permets de penser que l'unité dans les luttes sans l'unité politique est aussi inefficace que l'unité de façade sans fond politique. L'un sans l'autre nous n'aurions ni assurance maladie, ni retraites, ni assurance-chômage, etc.
Actuellement, ça ne sert qu'à retarder, au mieux, les régressions, quand ça ne les entérine pas. cf. ce qui s'est passé dans les universités.

De même pose-toi la question de la motion Utopia ou de celle de Benoît Hamon au PS l'an dernier. Je ne suis pas sûr qu'il faille en faire des adversaires, mais plutôt voir jusqu'à quel point il est possible de faire des choses avec eux. Il n'y a pas qu'un P"S", et il y a aussi des "socialistes" de gauche.

Qui a mis en place les 35h? (qui apparaît d'accord avec cette mesure en jugeant régressif qu'on la supprime?) Qui a mis en place la CMU? Qui a mis en place le RMI? (et qui gueulerait si on les supprimait?)
Gaspille pas ta force digitale: Aubry, Rocard. "socialistes"
Qui gueule face aux suppressions de ces acquis sociaux??? La gauche, le NPA compris dedans. Pourtant, c'est des connards de sociaux-traîtres, non? Bon, alors faudrait reconnaître qu'ils ont fait des trucs bien? Que même si ça n'avance pas beaucoup, c'était quand même mieux que rien? Vaut mieux avoir le RMI, des APL, des aides de la CAF que d'être complètement à la rue en rêvant de son petit bout de socialisme.

Écrit par : rhizome | 05/10/2009

rhizome, un peu de rigueur ne ferait pas de mal.

Déjà les Verts font partie d'EE, et ont bien fait campagne pour la "relance verte" du capitalisme, tout comme ils ont fait campagne pour le TCE en 2005. Ils ont à chaque fois perdu des adhérents à leur gauche.
J'ai lu attentivement le "pacte d'EE" pour la simple et bonne raison que je milite activement sur les questions écolos et que je m'oppose frontalement au capitalisme vert d'EE. Ce pacte prétend effectivement à une certaine "radicalité" écolo (qui n'a rien à voir avec "l'écologie radicale"), mais reste dans l'abstrait et évite de poser les questions qui fâchent (surtout ne pas s'en prendre au capitalisme). Ça reste un beau morceau de pipeau pour faire rêver. Et sur ce point, ça marche, il faut le reconnaître.

Quel bilan des luttes depuis deux ans. On peut en tirer divers constats : les luttes sont nombreuses malgré le coup de bambou que prédisaient certains après l'élection de NS, NS n'a pas réussi à détruire le mouvement social. Par contre les luttes ne convergent pas et à quelques exceptions près, ne créent pas les conditions d'une victoire sociale. Une raison simple : le gouvernement a compris comment acheter la paix sociale aux confédés, et les partis de la gauche institutionnelle veulent éviter tout mouvement social d'ampleur, dont ils sentent qu'ils n'auraient pas le contrôle.

Concernant les congés payés, ils sont le résultat d'une des plus grosses grèves que notre pays ait connu, et n'ont jamais figuré au programme du Front populaire. C'est uniquement la grève générale qui a conduit le patronat a abdiquer sur cette question. On peut toujours essayer de réécrire l'histoire pour essayer de justifier de supposées avancées du réformisme, mais les faits sont têtus!

Manifestement tu ne comprends pas que les avancées que lâche la bourgeoisie ne sont obtenues que par le rapport de force entre le prolétariat et la bourgeoisie, le rapport de force dans la lutte des classes.
La sécurité sociale n'a été obtenue que parce que le rapport de force le permettait. Elle n'a pu commencer à être démantelée que parce que le rapport de force le permettait (y compris avec la gauche au pouvoir).
Tu crois que les ministres "communistes" privatisent les services publics par conviction politique? Que les Verts font du nucléaire par conviction politique? (bien qu'ils ne soient pas de très farouches anti-nucléaires)

Faire croire qu'on peut faire la "révolution en pantoufles", en se contentant de glisser un bulletin dans l'urne, et en laissant quelques politiciens s'occuper de tout, relève du grossier mensonge.
Un exécutif (de région ou même national), ne serait-ce que de "gauche antilibérale", serait incapable de mettre en place les mesures qu'il préconise aujourd'hui.
Si tu ne comprends pas ça et la nécessité de créer le rapport de force SUR LE TERRAIN, c'est que tu te berces d'illusions...

Pour finir : pour diverses raisons, sur le fond politique, je ne me sens pas vraiment plus proche du PG ou du PCF que du PS ou des Verts.
D'ailleurs, je pense qu'au NPA, il y a probablement autant d'anciens du PCF que du PS.
Aucun de ces partis ne sont des "ennemis", ils défendent simplement des perspectives différentes de la notre, qui se placent dans le cadre du capitalisme.

Écrit par : toto | 05/10/2009

Alors, Toto, c'est quoi ton programme écologique, à part instaurer le socialisme ?...

D'ailleurs, dis-moi un peu comment elle va fonctionner ton économie socialiste, sans les trouvailles « écolo-pipo » comme tu dis ? L'électricité elle viendra d'où ?... Puisque les éoliennes font peur aux oiseaux, les hydroliennes découpent les poissons, les panneaux solaires réservés aux riches, la géothermie réservée aux bobos, la biomasse aux agriculteurs, etc...

Mon pauvre, au train où vont les choses (cf rhizome qui a totalement raison sur la parfaite incapacité des anticapitaliste à se mettre d'accord sur le début d'un programme)... ta société socialiste n'est pas prête de voir le jour, et dans une certaine mesure on pourrait s'en réjouir, car si elle est à l'image de tes propos, les goulags ne vont pas tarder à réouvrir... Quiconque n'est pas d'accord avec les « saintes écritures » est prié d'aller se faire rééduquer.

En attendant, comme un vulgaire bobo du 16°, je trie mes déchets, je fais du compost, j'économise l'eau, je me chauffe avec une pompe à chaleur air-eau, et mon électricité est fournie par des panneaux solaires. Je ne suis pourtant qu'un petit retraité de la fonction publique.

Écrit par : Michel | 05/10/2009

@Michel : Tu demandes quoi exactement, notre programme d'urgence écologique ou bien notre programme maximal?

Pour ce qui est de l'énergie, la question n'est pas de savoir comment en produire autant, voire toujours plus, de manière propre, mais comment au contraire baisser radicalement la consommation d'énergie.
Ce sont effectivement des solutions POLITIQUES à une échelle collective, dans l'organisation économique et sociale de la société, et non pas des solutions INDIVIDUELLES, qui pourront faire face à ce défi.
La remise en cause du tout électrique (qui est bien souvent une aberration logique) est également indispensable. Tout électrique qui a historiquement été poussé par le lobby nucléaire.

Je ne vois pas l'intérêt de faire des remarques sur le socialisme digne des trolls de droite les plus réacs (goulag etc).
Effectivement le socialisme, on en est encore loin, et la route sera longue. En attendant il y a des luttes immédiates à mener qui sont autres que de petites solutions individuelles pour les riches (qui malgré ça pollueront toujours plus que les autres) tout en faisant raquer les pauvres, tout en les culpabilisant d'une pollution dont ils ne sont en rien responsables...

Par ailleurs, les solutions politiques ne s'opposent pas aux solutions individuelles. Que tu aies tes petites installations et ta petite vie "écolo" tant mieux pour toi. Moi je n'ai pas de voiture, je n'utilise quasiment jamais le chauffage, je n'ai pas les moyens pour le reste (non je ne fais pas partie de la "France de propriétaires" chère à Sarkozy), mais ça ne change pas grand chose au final, à côté de l'essentiel de la pollution qui est généré par les modes de production capitalistes.
Et franchement, fermer le robinet quand tu te brosses les dents, c'est pas ça qui changera quoi que ce soit. Tout est question d'échelle.

Écrit par : toto | 05/10/2009

Je pense que toto et moi nous ne nsou comprenons pas, et ça s'arrête là. personnellement je ne pense pas être politiquement très différent de ses positions. Tout se situe dans la nuance. Alors pour reprendre:
pourrais-tu développer sur le "capitalisme vert" d'EE? sur son abstraction? en te référant au programme, strictement.

Je signale juste que pour un compromis, c'est du bon boulot, et j'aimerais, sans ironie, et sans parler de position politique, que tu admettes que c'est du bon boulot, même si tu n'es pas d'accord, que tu admettes que c'est cool d'avoir réussi à faire s'entendre des gens qui se font la guerre et de les avoir mis en ordre de bataille pour des élections sous la même bannière avec le même programme.

"Manifestement tu ne comprends pas que les avancées que lâche la bourgeoisie ne sont obtenues que par le rapport de force entre le prolétariat et la bourgeoisie, le rapport de force dans la lutte des classes."

Malheureusement, ça n'est pas toujours vrai. La sécurité sociale, par exemple, est avant tout un produit idéologique de gens qui font partie de la bourgeoisie. Le rapport de forces social n'a quasiment rien à voir là-dedans. C'est plus l'intégration du plan Beveridge par Laroque dans un contexte socio-économico-symbolique post-guerre qui l'explique. Les retraites, précédemment citées sont aussi un produit de "gouvernement", même si ça vient de la rue. L'augmentation des budgets "socio-sanitaires" en 28, par une coalition de droite ne sont pas le résultat d'un rapport de force entre bourgeois et prolétaires. Et j'en passe et des meilleurs. L'avancée sociale n'est pas le pur produit d'un rapport de force, bien que sa composante soit très importante, mais elle suppose aussi une organisation politique derrière et une capacité d'écoute politique pour entériner, etc.
Ensuite, dans les années 30, il y avait des revendications, portées sérieusement, et qui étaient aussi présentes sur les bancs de l'assemblée. Aujourd'hui, la grève est pas un outil à revendication, mais à "immobilisme". IL faudrait réussir à s'entendre sur des mesures conjointes derrière lesquelles tout le monde se retrouve. Genre LKP.

et on arrive malgré tout au défaut principal: qui dit rapport de forces dit aussi que le résultat est un compromis. Qui dit compromis dit aussi que ptètre que cette voie du compromis est la seule qui permette d'avancer tant que le NPA n'obtient pas au premier tour 51% des voix. Si vos idées ne sont pas partagées par 51% des citoyens, etc.

Puisque tu en arrives à distinguer ce que "ces gens" (antilib, etc.) disent et font, comment peux-tu m'assurer que les rouges vifs, eux appliqueraient les mesures qu'ils préconisent? C'était quand la dernière fois qu'il y a eu des élus importants LCR: européennes de 2000 ou un truc du genre??? Quel résultat?

Écrit par : rhizome | 05/10/2009

Pour réunir Cohn-Bendit et Bové dans un même bateau, faut que la soupe soit bonne effectivement, et qu'on évite surtout de rentrer dans le fond politique. :)

Sur la sécurité sociale, tu as l'air de passer outre la situation à la libération, avec un parti communiste tout puissant, et une bourgeoisie majoritairement collaborationniste totalement discrédité.
Une révolution n'était pas inenvisageable à ce moment là si le PCF n'avait pas été aux ordres de Staline.
Ça explique beaucoup de choses sur ce qui a pu être obtenu à l'époque.

Comme tu le dis, il y a quasiment autant de droits sociaux obtenus sous des gouvernements de droite que de gauche, tout simplement parce que l'essentiel n'est pas le gouvernement en place, mais le rapport de force dans la lutte des classes, et ce que les luttes réussissent à imposer.
Je suis persuadé que Voynet, avec vrai un rapport de force sur le terrain des luttes écologistes, aurait mené une politique écolo, au lieu de faire ce qu'elle a fait.

Une chose, au moins une, sur laquelle je te rejoins, c'est la nécessité de construire un LKP à la française, associant partis politiques, syndicats et associations, pour enclencher ensemble une grève générale qui fasse plier le gouvernement.
C'est ce que le NPA a proposé dans le vide pendant des mois, se heurtant à un refus général, que ce soit de la gauche institutionnelle ou des centrales syndicales...

Quant à la question du gouvernement, je soutiens personnellement l'auto-organisation à l'échelle de toute la société, et que ces structures auto-organisées forment les institutions qui supplantent les institutions bourgeoises.
Je n'envisage absolument pas de gouverner dans le cadre des institutions bourgeoises, ce qui n'avancerait en rien la situation des travailleurs (sans mobilisations de terrain, nous n'aurons jamais le pouvoir de notre politique).
En revanche, on peut discuter de cas exceptionnels où la prise des institutions bourgeoises peut être un choix tactique, dans le but de les renverser (si les conditions objectives sont réunies).

Dans tous les cas, je n'envisage absolument pas le gouvernement d'un parti unique. Un gouvernement révolutionnaire sera forcément le résultat d'une coalition, et j'ose espérer que les "régulationnistes" auront basculé dans notre camp à ce moment là.

Ah oui, et sur le bilan des élus LCR, leur indépendance leur a permis d'y mener une action assez positive. Même (ultra)minoritaires et en refusant de participer aux exécutifs, ils ont imposé certaines mesures d'urgence, avec l'appui..... de luttes sur le terrain (transports en commun gratuits pour les chômeurs en Midi-Pyrénées par exemple).
Donc oui, des élus anticapitalistes et révolutionnaires, indépendants des partis institutionnels, sont d'une grande utilité dans les institutions où les règles électorales antidémocratiques leurs permettent de siéger.

Écrit par : toto | 05/10/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu