Avertir le modérateur

08/06/2009

Besancenot retourne à la « basse-cour »

Que la droite française exulte, malgré un score somme toute modeste, rien de plus normal. L’Europe capitaliste et libérale, l’Europe du grand marché dérégulé, est en tête pratiquement dans tous les pays. La crise mondiale dont on connait les effets dévastateurs sur tout le territoire n’aurait donc eu qu’un seul effet. En s’abstenant massivement les « classes populaires », faute d’une offre politique alternative, laissent le soin aux oligarchies européennes de traiter cette crise majeure du « système » à leur façon, la pire qui soit.

 

C’est dire le profond déficit de confiance que ces « classes » ont désormais dans les partis et formations qui étaient sensées défendre leurs intérêts. Si cela vaut évidemment pour le PS (et pour pratiquement toute la sociale démocratie européenne), ça l’est tout autant, en France, pour ces trois formations de la « gauche de gauche » (le Front de gauche, le NPA et LO) qui n’ont pas su saisir cette chance historique, en pleine débandage de la gauche social-libérale, et alors même que le « système » vacille, de faire entendre une autre voix, unie, crédible, porteuse d’espoir.

 

Pratiquement muet, hier soir, sur les plateaux de télévision, Besancenot, celui que l’on présentait il y a peu encore comme le principal opposant à Sarkozy, est ainsi revenu à sa juste place, entre le Front de gauche et Lutte ouvrière. Comment le NPA qui envisageait hier d’être le fer de lance de la révolte populaire pourrait-il prétendre désormais à son leadership sur la « gauche de gauche » ? On connait malheureusement la propension des directions de ces formations à masquer leurs échecs. Promis il y a six mois à un bel avenir, le NPA se ramasse ainsi dès la première confrontation politique majeure. D’autres échecs suivront.

 

Comparons ce qui est comparable. En 1999, la LCR avait obtenu avec LO plus de 900.000 voix (5,18 % des exprimés) et plusieurs élus. En 2004, les mêmes formations étaient redescendus à 440.000 voix (2,56 % des exprimés). Aujourd’hui, ces deux formations recueillent au total  un peu plus d’un million de voix dont près de 850.000 pour le seul NPA. Nul ne doute que le NPA va en tirer gloriole. Les « petits » se contentent de peu. Mais ce qui est déterminant dans ce combat interne à la basse-cour de la « gauche de gauche », c’est que le PC (repeint en Front de gauche) que les « trotskistes » avaient enterré, obtient à lui seul un total identique au total de LO et du NPA soit 1.058.450 voix et 4 élus (plus 1 Outre-mer). En fait tout juste un peu mieux qu’en 2004 mais moins que Hue en 1999.

 

Tel est donc à ce jour l’état de la « gauche de gauche ». En 10 ans, sa progression est infime ; le NPA reste derrière le PC et ses alliés ; LO ferme la marche. Toutes ces formations vont évidemment invoquer une abstention en hausse. Mais, cette abstention n’en sont-elles pas principalement responsables ? Comment les électeurs qui attendent d’autres solutions politiques, pourraient-ils investir leur confiance dans ces partis croupions qui, pour deux d’entre eux (le NPA et LO) leur affirment, sans rire, « voter pour nous même si ça ne sert à rien » ?

 

Attendons-nous au pire le 13 juin, journée de mobilisation nationale des confédérations syndicales. Il y a entre les élections et les luttes sociales un rapport étroit. Pourquoi des électeurs démobilisés, voire résignés, iraient-ils, à quelques jours des premiers départs en vacances, « battre le pavé » en masse? Olivier Besancenot, Nathalie Arthaud, Marie-Georges Buffet et même ce pauvre Jean-Luc Mélenchon qui n’en peut mais, enterrent, chacun à leur façon, toujours plus encore le maigre espoir de ceux qui n’en avaient déjà pas beaucoup.

 

résultats 2009.jpg

Commentaires

les ultra marins ont trois députés.
un UMP, un front de gauche et les dernier PS.
où sont ils comptabilisés ?
Pas dans ce camembert....

Ca n'a l'air de rien pour certains, mais de savoir le front de gauche devant le FN, ça fait du bien.... de savoir la gauche anticapitaliste avec 5 députés contre 3 avant c'est dommage !

Le dommage, c 'est l'événement politique majeur raté par l'ambition et le sectarisme de quelques dirigeants de la feu LCR... Nouveau parti mais... vieille logique !!!

Imaginons un instant quelle serait l'ambiance actuelle si tous unis nous avions 14 à 15 députés aujourd'hui....

UNIS, c'était à notre portée... encore une occasion ratée...
espérons que ça soit la dernière fois !!!

Écrit par : copol | 09/06/2009

les ultra marins ont trois députés.
un UMP, un front de gauche et les dernier PS.
où sont ils comptabilisés ?
Pas dans ce camembert....

Ca n'a l'air de rien pour certains, mais de savoir le front de gauche devant le FN, ça fait du bien.... de savoir la gauche anticapitaliste avec 5 députés contre 3 avant c'est dommage !

Le dommage, c 'est l'événement politique majeur raté par l'ambition et le sectarisme de quelques dirigeants de la feu LCR... Nouveau parti mais... vieille logique !!!

Imaginons un instant quelle serait l'ambiance actuelle si tous unis nous avions 14 à 15 députés aujourd'hui....

UNIS, c'était à notre portée... encore une occasion ratée...
espérons que ça soit la dernière fois !!!

Écrit par : copol | 09/06/2009

Effectivement l'élu ultra-marin à la gauche du PS n'est pas dans le camembert (mais il n’est pas de moi mais du Figaro). J’ai en revanche dans mon texte compté 5 élus pour le FG, bien que cet élu n’appartienne pas formellement au FG.

Écrit par : Gilles | 09/06/2009

Gilles : t'as qu'à prendre tes camenberts dans l'Huma et pas dans le Figaro ! (Humour)

Écrit par : Pingouin094 | 09/06/2009

Unis, nous l'aurions pu l'être si le PC avait accepté de couper la perfusion qui le relie
au PS et lui permet de conserver voire, d'augmenter ses élus aux municipales, aux
régionales, et aux législatives. Unis pour les Européennes? Soit, c'eût été possible, mais
qu'auraient pensé de nous nos électeurs aux régionales en voyant ce front soit disant uni
se désagréger dans de nouvelles stratégies d'alliances purement électoralistes?
Quant au "votez pour nous même si ça ne sert à rien", ce n'est pas gentil, je suis militant de base (un lambda comme on dit) et jamais, sur le terrain nous nous sommes permis de sortir de pareilles âneries. Je vais dans les entreprises en difficulté, nous rencontrons chaque jour des gens désespérés, angoissés, nous les écoutons, les soutenons, et les aidons du mieux que nous pouvons, jamais je n'oserais leur dire dans les yeux la phrase que vous affichez croyant ainsi exprimer votre haute spiritualité. Je suis nouveau au NPA et me contrefiche du passé, de la LCR, du trotskysme, de Jules Ladoumègue, et de Vercingétorix, je vis dans le présent, je suis rentré dans ce parti pour défendre et soutenir les précaires, les chômeurs, lutter contre des réformes dont on ne saisit pas encore les cruelles conséquences. Le NPA est récent, il se cherche, contrairement au PS, parti culte, qui lui ne se trouve plus. Entrant dans un parti prônant la perfection j'aurais été dubitatif alors, s'il vous plait, laissez-nous un peu de temps, juste pour voir, après vous pourrez nous massacrer ou nous envoyer au goulag à loisir. Hervé SCHULZ
NPA CHERBOURG.

Écrit par : schulz | 10/06/2009

Hervé,

Le discours sur les « élections ça ne sert à rien », je l’entends tous les jours dans nos rangs. Exemple, voilà ce que nous avons répondu à des travailleurs d’une entreprise dont une partie va être délocalisée : « Les élections ont montré encore une fois qu’elles ne peuvent changer grand-chose. » C’est la dominante de toute notre orientation à tel point qu’hier soir, dans mon comité, certains ont préconisé de ne pas participer aux régionales.

Sur le PC, évidemment qu’ils vont de nouveau tenter de renégocier des places d’élus aux prochaines régionales, d’autant plus que le PS aura déjà fort à faire avec les Verts. Mais qu’avons-nous à leur proposer ? Faisons un « front » anticapitaliste ou antilibérale au 1er tour et ainsi, construisons un rapport de force pour contraindre le PS à infléchir sa politique. Certes ça ne suffira pas. Chacun au second tour choisira de participer ou pas à un gouvernement régional, mais au moins aurons nous fait la preuve qu’il existe une force d’opposition au social-libéralisme. Par notre politique nous laissons les mains libres au PC d’utiliser à des fins politiciennes le vote de ses électeurs et de ses militants qui sont tous loin d’être d’accord avec leur direction.

Eh bien non. Malheureusement le NPA ne se « cherche pas ». Ce qui serait effectivement la bonne méthode. Sa direction croit depuis 40 ans, et plus posséder la « bonne ligne » et ne tient compte ni de l’état du mouvement social, ni de celui du mouvement politique, et pas plus des questions que se posent en interne de très nombreux militants.

Sur le ton que j'emploie, je suis assez "vieux" dans ce mouvement (adhésion en 68) et j'ai assez donné pour me le permettre.

Écrit par : Gilles | 10/06/2009

Si je vous ai manqué de respect, vous l'ancien, le mercenaire, le vieux soldat, vous m'en voyez désolé et vous prie de bien vouloir m'excuser. J'ai beaucoup de respect pour toutes celles et ceux qui ont lutté durement depuis le front populaire pour construire le patrimoine
de mesures sociales dont nous bénéficions aujourd'hui. Je suis cependant navré quand je vous lis et reste coi devant des analyses aussi indigestes. Sachez que je vous respecte et que je vous respecterais encore plus si au lieu de déconstruire pour détruire vous déconstruisiez au sens Derridien du terme, c'est à dire pour mieux comprendre, ne plus faire les mêmes erreurs et éduquer politiquement des bonnes volontés comme les nôtres.
N'est-ce pas là le devoir d'un "vieux" sage comme vous?

Écrit par : schulz | 10/06/2009

Hervé,

Comme toi je suis de Cherbourg (mais je ne te connais pas), comme toi, j'ai milité à la LCR et au NPA. Le discours que tu tiens sur la perfusion entre le PC et le PS, je l'entend depuis des mois. Mais vois-tu, si j'ai quitté la "maison" après 40 années de militantisme, c'est parce que j'en avais marre d'entendre de telles incantations. Je côtoie les militants communistes tous les jours (et toi tu les connais sans doute aussi bien que moi), et je peux t'assurer qu'ils ne sont pas prêts à aller s'allier au PS, comme vous semblez l'affirmer. Si une telle décision devait se prendre "au sommet", je crois que s'en serait terminé de ce qui reste encore de PCF ans ce pays.

Nous avons tous milité ensemble en 2005, au moment du TCE. Nous avons fait un score très honorable dans la Manche parce que nous étions unis. L'addition des forces, ce n'est pas seulement arithmétique... C'est une dynamique et un encouragement.

Je connais beaucoup de gens qui n'ont pas voté ou qui ont voté "vert" par dépit, parce que nous étions divisés.

Le PS traverse une crise qui était prévisible et dont nous aurions dû profiter. Au lieu de cela, ce sont les verts qui rafflent la mise.

Je confirme également que la doctrine à la LCR/NPA, est de se servir des élections comme tribune et rien de plus. Cela date de 1969, et rien n'a changé depuis. Et la thèse du "Mai 68 réussi" vient confirmer cette orientation. C'est quand même un peu court comme raisonnement. J'ai écouté Mélenchon lorsqu'il est venu à Cherbourg, et j'ai été convaincu par son discours. Je ne crois pas au "Grand Soir", et je pense qu'il y aurait une sérieuse discussion à avoir sur la façon d'abattre le capitalisme. Peut-être que si les masses ne nous suivent pas, c'est qu'elles attendent des réponses de notre part. Et nous ne sommes pas en train de les leur donner.

Je continue à penser que l'avenir est dans un front antilibéral et anticapitaliste avec le NPA et le Front de Gauche. Quoi qu'on puisse en dire...

Michel

Écrit par : Michel | 10/06/2009

Hervé,

Je voulais simplement dire que mon expérience et 40 ans de ressassement de la même orientation m’ont convaincu (dès 1986) qu’elle ne mènerait le NPA qu’à l’échec comme ce fut le cas pour la LCR. Je ne me précipiterai pas pour autant dans une autre impasse, celle du Front de gauche, qui malgré ses airs avenants, tente de relooker la vieille tactique de l’alliance avec le PS. C’est un autre projet qu’il faut fonder mais tous ensemble, en faisant chacun son propre bilan. L’unité que je prône est celle-ci.

Écrit par : Gilles | 10/06/2009

Cher Michel,

tu ne me connais pas puisque je viens de m'encarter pour la première fois dans un parti.
Je suis "anhistorique" en quelque sorte en matière de politique locale c'est pourquoi je ne puis connaitre ce que pensent, ni comment fonctionnent les militants communistes de la base. En la matière je ne puis que me référer qu'à ce que j'entends de ses dirigeants.
Si tu es sportif j'ai longtemps joué en équipe première à l'AS CHERBBOURG dans les années 80. Je suis sincèrement heureux d'avoir à discuter avec un Cherbourgeois et un
expert du militantisme, ce que je ne suis encore pas. C'est donc avec un profond intérêt que j'ai lu ta réponse, réponse riche en enseignements et je t'en remercie. Ce serait mieux toutefois si je connaissais ton nom, je pourrais ainsi te reconnaitre et discuter de manière constructive si un jour nous avions la chance ou la possibilité de nous rencontrer.
Hervé SCHULZ.

Écrit par : schulz | 10/06/2009

Quoique, si tu as appartenu à la LCR, fais un bref passage au NPA, tu n'appartiendrais pas
à ce jour à la gauche unie de Monsieur PIQUET? Oui, ça me revient, j'ai souvent entendu parler de toi mais je peux me tromper, BRIEGEL, ne serait-ce pas là ton nom?
Je t'ai vu devant le tribunal hier, j'y étais aussi, je tenais un drapeau du NPA, je suis assez
grand, les cheveux grisonnants. Alors enchanté, sans rancune, et à bientôt peut-être dans un front de gauche solidaire et vraiment uni.

Écrit par : schulz | 10/06/2009

Oui, c'est bien moi. Mais je crois que nous devrions nous parler ailleurs que sur ce forum, qui est, soit dit en passant, remarquable dans tous ses aspects. Je partage évidemment l'analyse que fait Gilles sur le NPA. La finesse de ses propos me comblent de bonheur.

Effectivement j'ai suivi Piquet dans sa démarche, mais cela faisait déjà des années que je militais dans la tendance "Unir". Et je n'en pouvais plus de rester dans une posture sectaire et isolationiste. Je pense que Gilles à raison : seuls, on n'arrivera à rien.

Je te propose donc de poursuivre ce dialogue sur nos messageries privées. Mon adresse est : michel.briegel@free.fr

Michel

Écrit par : Michel | 10/06/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu