Avertir le modérateur

03/06/2009

Allons voter, NPA, Front de gauche ou LO

Eh bien je vais voter… NPA. Sans enthousiasme, presque par devoir, tout en sachant que ça ne changera rien. Je ne parle bien évidemment pas de l’Europe. Elle restera bien ancrée dans sa bulle libérale et ce n’est pas les voix des quelque millions d’électeurs français qui n’en veulent pas de cette Europe-là, qui pèsera dans la balance.

 

Evidemment je pense à autre chose, à ce quelque chose qui, parti en 2005 d’un référendum sur l’Europe, avait fait se lever l’espoir d’une convergence possible entre différents courants à la gauche du PS, et même à l’intérieur de ce dernier, pour construire une nouvelle force politique, antilibérale, anticapitaliste.

 

Quatre ans après, où en sommes-nous ? Electoralement cette « force » est aujourd’hui bien au-delà des 10 % et est en passe d’atteindre le score que le PC, pourtant déjà diminué, faisait encore à la présidentielle de 1981. Mais la comparaison s’arrête là. Au début des années 80, le PC était une force politique, certes minoritaire, mais écoutée dans le monde du travail ; il dirigeait la CGT ; comptait de nombreuses municipalités, des départements et avait son propre groupe à l’Assemblée.

 

L’agglomérat électoral dont il est question aujourd’hui à la gauche du PS est à peine une promesse. Il regroupe ce même PC, en plein « sauve qui peut », une poignée de dissidents socialistes et deux formations issues du « trotskisme », dont une, le NPA, a cru, un temps, pouvoir à elle seule « ramasser la mise » de la « décomposition » de la vieille gauche « plurielle ».

 

La grande différence entre ce qu’était le PC en 1981 et ce qu’est la « gauche de gauche » aujourd’hui est donc moins une question de programme ou d’intention. Il est dans ce rapport distancié, pour le moins, que cet agglomérat entretient avec un monde du travail qui n’est plus exactement le même que celui des années 70-80. Pour être plus clair encore, globalement, le « monde du travail », n’attend plus grand-chose aujourd’hui des partis qui s’en réclament. Et ce n’est pas cette élection qui va lui redonner confiance. Défait sur le terrain social, que peut-il espérer de cette « gauche de gauche » en morceaux ?

Commentaires

Sauf que : un bon score du Front de Gauche peut empêcher le PCF de faire alliance avec un PS moribond, et peut permettre au NPA d'accrocher son wagon à la locomotive... Je sais, on me dira que ce n'est pas son genre d'être à la remorque... Mais en 2005 ce n'est pas lui non plus qui tirait le chariot !...

Écrit par : Michel | 03/06/2009

Je ne raisonnerai pas comme ça. Je pense qu’il y aura, en gros, match nul, et que chacun va en tirer partie, aux régionales, pour vouloir imposer sa ligne : le NPA pour exiger une fois de plus que le Front rompt avec le PS ; le Front pour construire une alliance de second tour avec le PS. Ce qui va faire débat jusque dans le PS qui sera tenter de son côté de contraindre le Front à une alliance dès le premier tour. Peut-on s’en réjouir ? Oui, si cela ouvre un large débat ; non si chacun campe sur sa position respective. Il y a une autre inconnue : l’état du mouvement social dans un an. Là encore, je ne suis guère optimiste. Je continue à penser que si la gauche accumule les défaites électorales, je ne vois pas comment le mouvement social pourrait se redresser. Evidemment on ne peut jurer de rien. C’est pourquoi en conclusion, il va falloir, dans le NPA, imposer le débat sur les perspectives politiques et ne pas laisser la majorité se satisfaire d’un résultat, quel qu’il soit, comme elle l’a déjà annoncé, sous prétexte que les élections ne sont pas son terrain privilégié.

Écrit par : Gilles | 03/06/2009

En somme, ironie de l’histoire, le NPA pourrait se retrouver dans l’exacte situation que son frère-ennemi du Parti communiste. Alors que le PCF appelle au niveau national à participer au Front de gauche, dans certaines régions des communistes pourraient s’associer au PS dès le premier tour. Même si le NPA se retrouve à faire cavalier solitaire, certains de ses militants pourraient décider de participer localement au Front de gauche. Le manque de cohérence, ça peut rapprocher ? Apparemment oui, mais non…

Écrit par : Clown | 09/11/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu