Avertir le modérateur

27/05/2009

Explosion !

Vers 4 millions de chômeurs à l’horizon 2010, près de 600.000 emplois détruits, qu’il faut ajouter aux seniors dispensés de recherche d’emplois et aux salariés en chômage partiel, soit une prévision de 900.000 chômeurs de plus cette année, voilà ce qui nous attend. Les responsables, cette semaine, Goodyear, Altis, ABB ou EDA, Nortel, demain d’autres encore. Pas de petites PME mais des groupes qui « vidangent » leur surpoids de salariés, comme des tankers leurs citernes. Les victimes sont principalement les travailleurs temporaires, les jeunes, les salariés peu qualifiés et les seniors, en fait tous ceux qui n’ont pas les moyens de se défendre.

 

S’en inquiète-t-on ? Oui et non. Tant que ça ne casse pas, tant que le fameux système social français sera en capacité d’amortir les effets les plus dramatiques de cette récession (vers 3 points de PIB en moins ?), politiques et syndicalistes continueront à ronronner. Ce n’est pas un « mai 68 » qu’il faudrait – hors de portée – mais  une révolte qui tourne à l’émeute, comme en 2005 avec les banlieues, avec des affrontements frontaux avec la police ; des dizaines de séquestrations ; des occupations ; des destructions de préfectures et autres lieux symboliques du pouvoir. Peut-être alors entendrons-nous une autre chanson. L’élite ne comprend que la castagne qui lui est étrangère.

 

Mais même  le travailleur français, qui est très certainement le moins docile de toute la planète, a du mal à se résoudre à de telles méthodes. Et quand, dans un conflit qui ne cesse de durer, comme celui de Caterpillar dans l’Isère, les plus radicaux s’en mêlent, ils deviennent aussitôt la cible des aboyeurs du patronat. Il faut lire cet extrait d’un article publié récemment dans Les Echos pour comprendre ce qu’est la haine sociale quand elle s’exprime. Extraits : « Chez Caterpillar, il s'est formé une noblesse ouvrière de la mécanique qui côtoie avec méfiance des dirigeants « rigoristes, pratiquant un management à l'anglo-saxonne ». Il existe « un fossé entre les cols bleus et les cols blancs », souligne Jean-Pierre Gilquin. Un clivage qui s'est vérifié durant tout le conflit. Dès l'instauration du chômage partiel, fin octobre 2008, le directeur de Caterpillar France a voulu associer à sa démarche les représentants du personnel. En vain.

 

Tandis que les sites belges ou américains du groupe ont déjà entamé leur restructuration, Grenoble reste dans l'impasse […] Nicolas Polutnik a même envisagé, devant la gravité de la situation, de porter à 1.000 le nombre de suppressions d'emplois […] Face à lui, une intersyndicale déchirée par des luttes internes […] A l'instar de Patrick Cohen, élu CGT, ses membres reconnaissent « n'avoir jamais eu la main dans ce conflit ». Au point de signer un accord un jour, à Bercy, sans être en mesure de le faire approuver le lendemain à Grenoble. Qualifiés de « traîtres » et de « vendus aux ors de Bercy », les représentants syndicaux vont vite tourner casaque et s'aligner sur les plus durs, très actifs au sein du comité de grève. Des ultras que la CGT utilise au début du conflit pour faire monter la pression et créer un rapport de forces favorable […]

 

 

A entendre les témoins, au-delà du désespoir des salariés et des maladresses de la direction, c'est peut-être là que la violence inédite du conflit Caterpillar s'est cristallisée. Car ces « gros bras » seraient devenus rapidement incontrôlables. N'ayant rien à perdre parce que proches de la retraite ou trop récemment embauchés, ils ont pour seule stratégie l'augmentation de la « prime à la valise ». Issus pour la plupart des programmes d'intégration sociale, récemment sortis de prison pour certains, ils ont piloté le conflit à leur manière, dans la surenchère permanente. » [Fin des extraits]

 

Ipsos pronostique une abstention record, autour de 60 % le 7 juin. Il ne faudra pas aller chercher très loin pour en trouver la raison. La surenchère sécuritaire à laquelle se livre aujourd’hui le gouvernement n’est plus seulement de la rhétorique électorale ; c’est aussi une façon de prévoir le pire. Il va bien falloir que ça pète !

Commentaires

Le NPA sert clairement l'UMP et son étatisme absolu ( -1.4 points de libertés économiques en un an avec le nain, edwige, hadopi, cagoule, coupat, dette, flicage dans les écoles, ...), et il contribue a dégommer le PS pour le compte de Tsarkozy 1 er. Avec des gens comme vous, bossant pour sarkozy, on risque encore de se manger ce socialiste conservateur ultra-sécuritaire en 2012 ...

Écrit par : Libéral | 28/05/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu