Avertir le modérateur

24/05/2009

Tout peut changer, si...

Les sondages se suivent et se ressemblent. C’est pourquoi il n’est pas prématuré de tirer un premier bilan de ces européennes, quinze jours avant le scrutin.

 

Premier enseignement, la crise aura un faible impact sur le vote. La gauche (du PS à Lutte ouvrière) est créditée de 33 % des intentions de vote. Tout au plus peut-on voir s'amorcer un rééquilibrage entre un PS à 21 % et une « gauche de gauche » à 12 % ; ce rééquilibrage aurait eu un tout autre impact si le NPA et le Front de gauche avaient fait cause commune. Si l’on ajoute à cela des Verts à 9 %, il est probable que l’on y verra plus clair en 2010 lors des régionales. Pour le PS, ces élections sonnent comme une alarme. Ces partenaires sont en mesure désormais de contester son hégémonie sur l'électorat de gauche.

 

Second enseignement, l’Europe libérale – dont on aurait pu attendre qu’elle soit tenue en partie responsable de cette crise – n’est pas remise en cause. Si, pour la majorité de l’électorat qui s’abstiendra, tout comme pour ceux qui iront voter, l’Europe libérale n’apparaît pas comme  l’outil le plus efficace pour agir sur la crise, elle ne constitue pas pour autant une cible : l’ancien camp du « non » au TCE réunit à peine 26 % des intentions de votes (12 % pour la « gauche de gauche » ; 14 % pour les « souverainistes » et l’extrême droite).

 

Troisième enseignement, la victoire de Sarkozy en 2007 n’a pas effacé les divergences qui traversent le camp de la droite. L’UMP qui a rallié à elle la majorité des élus centristes (l’ex UDF) ne réalise qu’un petit 26 %. Avec un FN à 7 %, un MODEM à 14 % et une « droite de droite » à 7 %, le parti du président est loin d’avoir écrasé la contestation dans son camp. Si, comme il est fort probable, les régionales se déroulent sur fond de crise aggravée, l’UMP aura fort à faire en 2010 pour rassembler son camp. Tout comme le PS, son hégémonie sur son camp est fragile.

 

En conclusion, si rien ne change, tout peut changer. Pour sauver son projet libéral qui reste toujours son objectif à terme, la droite s’accroche désormais à ce qui reste du « modèle social français » qu’elle n’a eu de cesse de dévaluer et de démembrer, aidée en cela par la gauche sociale libérale. Bayrou, la « droite de droite » et l’extrême-droite n’ont pas grand-chose à lui opposer. C’est pourquoi, Sarkozy peut voir venir 2012 sans trembler.

 

A gauche, en revanche, le PS a du souci à se faire. Ses ex-partenaires vont lui donner du fil à retorde. Mais Verts et PC-PG ne tirent pas dans le même sens. Pour les Verts, la meilleure des configurations reste de reconduire l’ancienne gauche plurielle en donnant plus de place à l’écologie et à ses partisans. En outre, les Verts ne feraient pas d’obstacle à des alliances de circonstance avec le MODEM.

 

Pour le PC-PG il en va tout autrement. Une alliance avec le MODEM serait un casus belli. Dans ces conditions, ce qui va être déterminant, c’est ce que va faire le NPA. Ou celui-ci persiste à faire obstacle à tout rassemblement de la « gauche de gauche » ; ceux qui au PC et au PG continuent à penser que le moindre mal consiste à s’allier avec le PS, trouveront là une justification à leur « trahison ». Ou bien, le NPA lâche du lest sur son « révolutionnarisme » et construit une alliance durable avec ces deux partis, entraînant l’ensemble de la « gauche de gauche », alors tout est permis.

Commentaires

"Pour le PC-PG il en va tout autrement. Une alliance avec le MODEM serait un casus belli". Et pourtant Le PCF participe à une liste PS/Modem/Vert/ droire catalanne aux municipales de Perpignan de juin prochain. Après un accord PCF/ Modem/PS aux municipales d'Aubagne.
Non LE PCF mangera son chapeau et acceptera ce que lui dicte son accord électoral qu'il a déjà négocié pour les prochaines élections régionales. Voir la déclaration du dirigeant communiste Alfonsi ( il est vrai membre aussi de La fédération) fin mars. On parle même de négociation pour une primaire pour 2012.
A Perpignan de La Parti de Gauche a refusé l'alliance avec le Modem et peut être l'amorce d'autres alliances. Dommage que la Parti de Gauche n'est pas pris une ligne équidistante entre la PCF et le NPA, on aurait certainement un front uni dans les luttes et dans les urnes

Écrit par : Blanchemanche | 25/05/2009

Je vois, camarade Blanchemanche, que tu as bien appris la leçon (cf. l'argumentaire de la direction du NPA que tu répète ici). Mais telle n'est pas la question. Nous savons bien à La Rochelle, par exemple, mais cela doit-être vrai dans des centaines de villes, que le PC est jusqu’au cou dans une alliance « sans principes » avec le PS. Il en est de même pour les conseils généraux et les législatives. Oui, mais cette alliance avec le PS ne protège les élus PC que dans la mesure où ils arrivent encore à s’imposer. Peu à peu, irrémédiablement, le PS (ou la droite) grignote ces quelques fiefs qui lui restent. Nous sommes donc dans une phase où le PC est contraint de jouer sur le deux tableaux : un pied avec la « gauche de gauche », un autre avec le PS. C’est comme ça. A nous de tirer avantage de cette contrainte. Encore que, mais nous abordons alors le fond des choses, cette question des alliances me semble secondaire ou plutôt liée à celle de la construction d’une alternative, que nous ne sommes pas prêts de mettre en œuvre. Et cela pour une raison simple : nous n’avons qu’une grève générale salvatrice en tête et finalement nous nous moquons bien d’une quelconque alliance. Que le prétexte soit bon ou frelaté, peu importe.

Écrit par : Gilles | 26/05/2009

Gilles bonjour, désolé mais la camarade Blanchemanche écrit ce qu'il pense et ne se fie pas à la direction ni au culte de la personnalité et je n'apprends pas de leçon mais agit à la base. Je suis adhérent du NPA depuis son lancement et si j'y suis c'est sur mon expérience très longue en politique. Par contre je pense qu'il est démagogique de lancer la grève générale comme slogan,. Moi je suis pour qu'une alliance dans les urnes soit liées aux luttes pour imposer l'accès des travailleurs dans les décisions des entreprises sur la base des fonctionnements des scops. Pour les services publics les usagers doivent devenir majoritaire et être organisé comme dans les mutuelles.

Écrit par : Blanchemanche | 26/05/2009

Ce qui fait que nous sommes, en gros, d'accord. Toutefois, une alliance avec le Front de gauche était non seulement possible, mais nécessaire pour enfoncer le clou face au PS. Nous avons laissé filer cette occasion. Quel bénéfice allons nous tirer de ce cavalier seul ?

Écrit par : Gilles | 26/05/2009

oUi la rencontre unique entre le Parti de Gauche et le NPA était de très bonne augure, il suffit de se reporter au compte rendu de cette rencontre fructueuse accord sur "Unis dans les luttes et dans les urnes" pour résumer. Mais ensuite le PCF a imposé des réunions tripartites et là je dois dire que les sujets abordés étaient pas adaptés aux circonstances actuelles, le nucléaire??? une membre du NPA qui argumente que le NPA n' a pas pris de décision quand à un désistement pour un socialiste au second tour des régionales ???. Je me suis plaint de ces pretextes alors que c'est sur nos programmes qu'il faut travailler, exemple le plan de nationalisation du secteur bancaire est dans les deux programmes, comment on fait pour qu'il soit la référence commune, place des salariés dans le contrôles des entreprises.
Malheureusement je suis éloigné de La Rochelle pour 6 mois (chimio et radiothérapie oblige) donc je milite sur Montreuil quand mes forces m'accompagnent.
Je suis aussi membre de La Fédération et gère le blog Montreuillois

Écrit par : Blanchemanche | 26/05/2009

Je suis membre du PCF, et en préambule, je tiens à rappeler que je souhaite ardemment une alliance - refuser par le NPA - entre le PCF, le PG et le NPA.

Le NPA voulait plus qu'un "coup électoral", il n'y a qu'à voir comment se déroule la campagne du Front de Gauche pour être certain que ce front à vocation à durée et que l'argument était afux.

Le NPA dénonce l'alliance avec le PS aux régionales. Mais quelle alliance ? Olivier Besancenot n'a-t-il pas appelé à voté Ségolène Royal aux présidentielles pour battre Sarkozy ? Mais quand ça se passe en région Poitou-Charante, il ne faut pas voter Ségolène Royal et laisser l'UMP prendre la région ?
J'ai du mal à voir la logique...

En posant les conditions d'un préalable incontournable, le NPA a créé les conditions du blocage. Il a demandé au PCF d'abandonner la proie pour l'ombre.

Il 'aurait été bien plus courageux de proposer l'alliance au PCF en espérant le convaincre du bien fondé de la démarche, et de la poursuivre aux régionales... Mais en étant déjà persuadé du refus de l'autre, on ne peut que l'obtenir...

Et pourtant, depuis la "base" du PCF, je peux vous jurer que la majorité des communistes veulent l'alliance avec le NPA et déplorent que celui-ci ait refusé.

Écrit par : Pingouin094 | 26/05/2009

Il ne faut pas s’obnubiler. Que le NPA obtienne 5 ou 6 % (ce qui n’est qu’une moyenne) et que le Front de Gauche fasse entre 4 ou 5 %, ne modifiera pas la tendance qui est en Europe à un vote pour une Europe libérale, même si cela ne concerne qu’une partie de l’électorat, en gros 40%, ce qui est quand même beaucoup en pleine récession. Apparemment (voir le compte-rendu que Le Monde fait du meeting de Besancenot à Nancy), le NPA finit par admettre que nous sommes au niveau des luttes dans un « ressac ». L’erreur du NPA est de croire que l’on peut faire l’impasse sur la construction d’une alternative au niveau européen et qu’il n’y a qu’une voie possible, celle des luttes. Je persiste à penser que ce point de vue unilatéral ne mènera à rien. Or cette construction d’une alternative, et d’une force politique qui la proposerait, passe nécessairement par des alliances et des compromis de part et d’autre. Laisser une partie de la « gauche de gauche » – le Front de gauche en France ou die Linke en Allemagne – défendre son point de vue en concurrence au nôtre, en espérant que nous remporterons le morceau (ce qui était bien notre point de vue de départ) n’aide personne, et surtout pas les secteurs très minoritaires qui sont en lutte aujourd’hui.

Écrit par : Gilles | 26/05/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu