Avertir le modérateur

19/05/2009

Le NPA en passe de renflouer un PC moribond

Ces élections européennes auront au moins montré une chose : après plus de six mois de crise, le paysage politique français ne change pas. Selon les sondages, la gauche, du PS à Besancenot, réaliserait un total d’environ 35% ; la droite, de Sarkozy à Le Pen, également ; resterait quelque 35 % à se partager entre les Verts et le MODEM. Classer le MODEM dans l’opposition, comme le font certains, ce qui relativiserait la « victoire » déjà claironnée de l’UMP, se tient, si l’on fait abstraction du programme de ce parti, tant au niveau français qu’au niveau européen, qui est bien un programme de droite.

 

Pour les Verts, si leur longue alliance avec le PS les classe encore à « gauche », on peut difficilement prendre en compte leur relatif antilibéralisme d’opportunité. Bref, l’impact de la crise sur le vote est nul pour l’instant. Et ça ne risque guère de bouger d’ici juin. Et tout ça sans prendre en compte qu’il ne s’agit que de pourcentages et pas de voix exprimées. Avec plus de 50 % d’abstentions, il est certain que tout le monde va y perdre. C’est la rançon de la « partitocratie »

 

Pour mon parti, le NPA, c’est évidemment une sacrée claque, car ce résultat invalide toute son orientation. Cette dernière déclaration de Pierre-François Grond, membre de la direction du NPA, illustre bien le côté pathétique de l’explication qui va être bientôt donnée aux militants de ce parti que l’on aura finalement trompés : « les sondages disent tout et leur contraire » ; l'important, c'est la « mobilisation des électeurs abstentionnistes ». Ainsi, en quelques mois, on est parti d’un vote sanction anticapitaliste contre l’Europe libérale à la « mobilisation des abstentionnistes » !

 

Panique à bord au NPA. Besancenot, hier principal opposant à Sarkozy, contraint à grappiller quelques voix pour ne pas être relégué au statut de Poulidor de la « gauche de gauche ». Mais c’est avant qu’il fallait réfléchir. Tout le monde savait que les abstentionnistes seraient majoritaires dans cette élection. On pouvait se douter aussi que la crise n’aurait pas nécessairement un effet d’entrainement immédiat. Quelque trente années de défaites sociales et politique ne se remontent pas comme ça à coups d’incantations anticapitalistes.

 

Ainsi l’orientation suivie par la direction du NPA va-t-elle aller à l’inverse de ce qu’elle avait prévu. Elle va peut-être même permettre, ce qui est un comble, à un PC moribond, grâce surtout à Mélenchon avec ses trente années de PS au compteur, de se refaire une petite santé. Bravo ! Ce n’est certainement pas un tel résultat, s’il se vérifie, qui va inciter le PC et le PG à rompre définitivement avec le PS. Ce qui augure très mal aussi de ce qui va se passer pour les régionales en 2010. Mais peut-être qu’alors, assisterons nous à un retour de l’alliance entre Lutte ouvrière – bien à la peine – et l’ex-LCR devenue NPA. Il ne faut jurer de rien.

Commentaires

www.parti-ouvrier-independant.com

Écrit par : william | 19/05/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu