Avertir le modérateur

25/04/2009

Le vote "radical" stagne

A un peu plus d’un mois des Européennes, la tendance ne change pas. Non seulement ces élections ne mobilisent pas – peut-être même atteindrons nous un record d’abstention – mais elles risquent surtout ne pas faire bouger d’un iota le paysage politique. En d’autres termes, la droite va gagner ces élections (si l’on comptabilise toutes les intentions de vote à droite on arrive au chiffre de 53 %)  devant une gauche social-libérale (PS et Verts, soit 35 %) qui n’aura ainsi en deux ans de sarkozisme gagné aucun point.

 

Pour la « gauche de gauche » (PC-PG, LO, NPA, soit 12 %), c’est plus désespérant. Elle va rester rivée à son désormais traditionnel étiage, faisant une fois encore la preuve de son impuissance à capitaliser une exaspération sociale bien réelle, mais qui pour qu’elle se manifeste aurait eu besoin d’une indication claire. Au lieu de quoi, on lui propose de disperser son vote entre trois formations dont on a bien du mal à comprendre ce qui les sépare.

 

Dans ces conditions, rien de plus normal de ne pas aller voter pour des partis qui ne proposent aucune alternative. Ce discrédit des partis aura évidemment des conséquences sur le mouvement social. Comment les salariés touchés par la crise auxquels on n’offre pas de recours pourraient-ils se jeter dans une voie de résistance sans issue politique ? Combien est exemplaire à ce titre la conscience qu’ont eu très vite les salariés de Continental que l’on ne leur laissait aucune échappatoire, sinon de se plier au diktat de leur employeur.

 

C’est en quelque sorte une preuve par l’absurde à laquelle nous a contraint la décision du NPA (ce qui n’absout évidemment pas les autres, ni le LO et pas plus le PC) de faire obstacle à toute liste unitaire. Puisque ces élections n’auront servi à rien, il ne restera plus que la lutte et au final, la grève générale. Mais l’une ne va pas sans l’autre. Pas de grève générale sans alternative politique. Pas de mai-juin 36 sans la victoire du Front populaire le 3 mai 1936 ; pas de mai 68 sans le ballotage de de Gaulle en 1965 et la quasi victoire de la gauche aux législatives de 1967.

 

Un autre sondage (Ifop) à paraître dans Sud-ouest indique à peu près les mêmes tendances. Il révèle que Nicolas Sarkozy (28%) devancerait ses adversaires si le premier tour des élections présidentielles devait avoir lieu dimanche, devant Ségolène Royal (20,5%) et François Bayrou (19%). Au premier tour en 2007, M. Sarkozy (UMP) avait recueilli 31% des suffrages, Mme Royal (PS) 26% et M. Bayrou (MoDem) 18,5%, rappelle l'institut de sondage. Olivier Besancenot (NPA) recueille 8% des intentions de vote (contre 4,8% en 2007). Marie-George Buffet gagnerait 1 point (3%) et Arlette Laguiller 0,5 (2%). Pour les écologistes, Dominique Voynet (Verts) grimperait à 4% (+2,5). « Dans le contexte de crise sociale, l'extrême-gauche apparaît comme la première bénéficiaire de cette augmentation », commente l'Ifop.

 

Faux ! En 2002, le total extrême-gauche plus PC avait donné 13,8 %. Aujourd’hui le même total (avec le renfort du PG) donne 13 %. Ce qui n’est guère brillant, compte tenu d’une situation pourtant extraordinairement favorable à l’expression d’une exaspération sociale. Autre enseignement de ce sondage, le « succès » purement électoral du NPA (8 %) au détriment exclusif de la gauche social-libérale, comme si une partie de l’électorat de la gauche traditionnelle pensait ainsi peser sur son parti (le PS) pour qu’il infléchisse sa ligne politique. Pari vain, car la vieille gauche n’abandonnera jamais son orientation politique. Ce qui se passe s’est donc uniquement une captation par le NPA d’un vote « radical » désormais constant depuis bientôt 10 ans. En conclusion, pour la « gauche de gauche » une impasse, et pour la droite un succès assuré. Merci qui ?

 

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu