Avertir le modérateur

12/02/2009

Olivier B. et ses groupies

Au NAP on affiche un anti-sexisme et un antiracisme militant. Mais comme beaucoup de chose au NPA c’est uniquement de l’esbroufe. La preuve : lors du congrès qui exigeait que le choix des délégués se fasse à parité égale homme/femme, au moment de l’élection de la direction on s’est retrouvé avec 75 % de candidatures uniquement masculines. Ce qui est normal puisque les femmes représentent à peine 30% des effectifs du parti.

 

Pour corriger le tir, et pour que cette direction soit paritaire, on a donc arbitrairement fait élire 50 femmes qui n’étaient pas candidates et dont les candidatures, par ce fait, n’ont pas été validées par les sections locales. En revanche, aucun risque que le petit groupe autour de Besancenot, qui dirige réellement la baraque, s’applique à lui-même cette procédure. Dans ce groupe il n’y a qu’une femme, une ancienne permanente de SUD, une jeune apparatchik, très décriée d’ailleurs dans les rangs de son syndicat.

 

Quant à la question de la présence à cette direction de « représentants de la diversité », on a rien pu faire. Là les chiffres ne sont même pas communiqués, ce qui donne une petite idée du type d’implantation du NPA. Mais tout ça n’est pas nouveau. La LCR était comme ça, et les groupes venus de Lutte ouvrière avaient la même composition sociologique. Plus que tout discours, c’est l’illustration la plus éclatante que le NPA n’a de « nouveau » que le nom. Ce n’est pas demain la vieille que l’on verra une Ségolène Royal ou une Martine Aubry s’imposer dans ce parti.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu