Avertir le modérateur

08/01/2009

La première pierre

Le Hamas aurait rompu la trêve. La riposte de Tsahal, quelque soit son caractère disproportionné, trouverait là sa justification. Passons sur cette trêve qui a duré quand même plusieurs mois. Ainsi, Israël aurait traité avec des terroristes ! A l’évidence, on patauge là dans ce qu’il faut bien appeler de la pure propagande. Et comme à leur habitude, dans leur majorité, les médias occidentaux prennent ça pour argent comptant. Mais alors faudrait-il remonter à l’origine de ce conflit : qui a jeté la première pierre ? A ce titre, ce sont bien les groupes terroristes d’idéologie sioniste à la fin des années 40, quand Israël n’existait pas encore, sinon à l’état de promesse.

Ainsi, les nations occidentales, appuyées par les Russes, en compensation de la tragédie de la Shoa, laissèrent, non sans quelques réticences, des nationalistes « juifs »  se découper un territoire dans cette Palestine qui n’était pas encore un pays, mais une région au statut vague, du moins eu égard aux principes occidentaux. Il  n’empêche que dans cette région vivaient majoritairement une population arabe à laquelle on ne demanda pas son avis.

Nous connaissons la suite. Des nations arabes limitrophes de cette région refusant un compromis et puis, peu à peu, l’émergence d’un nationalisme palestinien qui s’autonomise, son recours à des méthodes « terroristes » pour se faire un nom et une place ; plusieurs guerres entre le nouvel Etat et les pays arabes de la région ; des accords de paix ; un processus de règlement du conflit avec la reconnaissance pratiquement par tout le monde d’un droit égal d’existence à une nation pour les Israéliens et les Palestiniens… mais au final toujours pas de solution viable pour les uns et les autres.

Qui est responsable ? A la fois Israël, les Etats de la région et les organisations palestiniennes (mais au moins elles avaient, elles, la légitimité de revendiquer un statut et des droits), et puis la « communauté internationale », qui, parce qu’elle a toujours considéré le cas d’Israël comme une exception, n’a jamais voulu faire pression sur ses dirigeants pour qu’ils concluent enfin une paix acceptable.

En dehors de ça, aucune raison économique et politique à ce conflit qui a au final permis l’émergence de courants politiques arabes ultraréactionnaires. N’oublions pas qu’il y a vingt ou trente ans, le nationalisme palestinien était d’obédience laïque. Certes, la vague islamique actuelle n’a pas uniquement pour origine la question israélo-palestinienne, mais le pourrissement de ce conflit y a largement contribué.

Dans un tel conflit, gardons nous d’employer des termes inappropriés et qui alimentent les haines de part et d’autre. Contrairement à ce qu’affirme de « Mouvement de la Paix » dans son communiqué d’appel à la manifestation de samedi à La Rochelle, l’agression de l’armée israélienne contre la population de Gaza n’est pas un « génocide ». Son objectif n’est pas « d’exterminer » une population, mais de porter des coups à un mouvement (Hamas) en atteignant intentionnellement une population qui est sensée le soutenir. Ces opérations sont criminelles et doivent être condamnées comme tel, mais nul besoin d’en rajouter. Si « génocide » il y avait, alors Israël serait un Etat génocidaire, et alors c’est devant le tribunal international de la Haye que ses dirigeants devraient être déférés. Qui l’exige ? Personne.

Le Collectif Rochelais pour la Palestine appelle à un RASSEMBLEMENT :

SAMEDI 10 JANVIER 2009

Devant  l'Hôtel de Ville de La Rochelle

à partir de 15 heures

Commentaires

Effectivement, génocide n'est pas le terme approprié. Mais on pourrait parler de policide (cf stéphane essel) au sens où c'est une position politique, (le Hamas à été élu) que tente de détruire l'état israélien. On pourrait parler aussi de sociocide (cf shlomo Sand il me semble).

De toute façon, c'est à un massacre que l'on assiste et la politique israélienne envers les palestiniens ressemble bizarrement à ce qu'ont vécu les juifs enfermés dans le guettho de Varsovie. Les juifs revivraient-ils la situation psychologique que leur ont fait subir les nazis en inversant les rôles et en prenant la place de la (pseudo) race supérieure ? Il y a un peu du syndrôme de Stockholm là-dessous.

On ne peut s'empécher d'associer mentalement le sionisme au nazisme. Et les actes de l'état israélien : l'accroissement de l'"espace vital" par les colonies illégales, les blocus, les mensonges et la propagande internationale ou encore le peu de respect de la vie des civils par la 5ème puissance militaire mondiale ne font que renforcer cette idée.

Écrit par : olivier | 08/01/2009

Pas d'accord. Mais pas du tout.
Assimiler le « sionisme » à un mouvement expansionniste qui rechercherait son « espace vital » et pratiquerait un « génocide » du peuple palestinien, est absurde et incorrect au regard des faits. Dans les années 40 les groupes sionistes ont lutté à la fois contre les Anglais et les Arabes pour imposer la promesse qui leur avait été faite de construire dans cette région un Etat. Du fait d’une partie de l’origine (européenne) des éléments constituant ce mouvement, on peut assimiler cet acte à un fait colonial. Encore qu’il ne s’agissait pas d’asservir une population autochtone.
Ne pas oublier également que le lieu choisi n’était pas innocent. C’était l’ancestrale terre des « juifs » et cette région n’avait pas de statut précis. Il n’y a donc eu là aucune destruction d’un Etat palestinien qui n’existait pas. En fait les populations locales avaient connu des dominations successives : ottomane surtout, puis après sous protectorat étranger. Voilà pourquoi cette région avait été choisie.
Tu connais la suite j’espère. C’est la guerre. L’Etat est créé après expulsion d’une partie des populations locales. Les Etats arabes refusent tout compromis car elles se fichent totalement du sort des Palestiniens. Nouvelle guerre et défaite des Arabes. Nait alors un mouvement palestinien qui s’autonomise et revendique un Etat pour lui. Dans les années 80-90, ce mouvement accepte de reconnaître le fait israélien et négocie avec Israël. Israël fait également des concessions importantes : reconnaissance d’un Etat pour les Palestiniens. Pourquoi ça a échoué ? Les politiciens israéliens, de droite, surtout, portent une très lourde responsabilité. Ils instrumentalisent des groupes qui pratiquent une colonisation sauvage de Gaza et de la Cisjordanie. Mais il s’agit bien d’un jeu politique interne à Israël. Finalement c’est ce jeu politique qui a pourri totalement la situation. En voulant affaiblir l’OLP (pour le faire négocier au minimum) on finit ainsi par politiser un groupe islamique à vocation caritative (le Hamas) qui à l’origine ne veut pas faire de politique, son objectif étant la « réislamisation » d’une population qui est marquée par le caractère laïc des organisations palestiniennes.
Il s’agit donc là d’une politique de fuite en avant (sans issue) mais sans aucune intention « expansionniste » et d’autant plus « génocidaire ». Ne pas oublier qu’un tiers de la population israélienne est composé d’Arabes palestiniens.

Écrit par : Gilles | 08/01/2009

Chronologie

1922 : fin de l'administration ottomane et début du mandat britannique en Palestine.
Novembre 1947 : l'ONU adopte le principe de la partition de la Palestine.
Mai 1948 : promulgation de l'Etat d'Israël. La bande de Gaza est administrée par l'Egypte. Premier conflit entre Israël et ses voisins arabes.
1950 : premiers camps de réfugiés à Gaza pour accueillir des Palestiniens expulsés d'Israël.
Juin 1967 : après la guerre des Six-Jours, Israël occupe Gaza.
1970 : les premiers colons juifs s'installent à Kfar Darom. Seize autres colonies seront créées par la suite.
7 décembre 1987 : début de la première Intifada.
Juillet 1994 : Yasser Arafat installe l'Autorité palestinienne à Gaza.
Septembre 2000 : début de la deuxième Intifada.
12 septembre 2005 : départ du dernier soldat israélien de Gaza.
Fin 2005 : reprise des tirs de roquettes Qassam sur Israël depuis Gaza ; durcissement du blocus de Gaza.
25 janvier 2006 : victoire du Hamas aux législatives.
Février 2006 : Israël puis l'Union européenne imposent des sanctions économiques à l'Autorité palestinienne.
27 décembre 2008 : l'armée israélienne lance une vaste opération dans la bande de Gaza.

Écrit par : Gilles | 08/01/2009

Moi, ce que je vois aujourd'hui c'est une population civile incarcérée derrière un mur de béton et une puissance militaire massive qui peut décider du jour au lendemain d'entrer dans cette enclave, d'assassiner froidement des militants (de gauche ou religieux), de mettre en place un blockus, de bombarder cette population. Je ne remets pas en cause l'histoire que je connais dans les grandes lignes, je vois simplement ce qu'il se passe et ça me fait étrangement penser à un état raciste face à une population considérée comme inférieure et donc indigne au regard même du droit international. (donc comme l'état nazi face aux populations considérées comme des races inférieures. La comparaison s'arrétant là, même si je soupconne que certains faucons ne sont pas loin de penser à une solution radicale pour régler le problème).
Les autres analogies ne sont que cela, mais elles laissent tout de même la place à un drôle de parallèle. Et je ne dois pas être le seul à faire cette association.
En ce qui concerne l'absence de politique expansionniste, quelle explication donne-tu alors aux 21 colonies qui s'étendaient sur la bande de Gaza et comportaient des usines, des serres, etc.

Écrit par : olivier | 08/01/2009

Je suis d'accord avec Olivier, dans son analyse. Il faut être aveugle (aveuglé ?) pour ne pas voir, avec les massacres de Gaza, le simulacre de négociation avec le Fatah et le mitage lent et progressif du territoire palestinien par les colonies, anciennes et nouvelles, la volonté non avouée mais très réelle d'Israêl de coloniser la totalité de la Palestine, en faisant des palestiniens qui accepteront de se soumettre des citoyens de seconde zone (arabes israéliens) corvéalables à merci, dans un moderne apartheid, et d'exterminer ou de rejeter vers les états arabes limitrophes (jordanie, syrie..) les insoumis, et en particulier le Hamas, et les palestiniens de Gaza l'ayant élu. Le désespoir est le terreau fertile de toute action violente, et nous ne devons pas oublier que ce sont pour une part des armes françaises, vendues de manière continue par la France à Israël (et encore plus récemment), qui tuent ces jours-ci la population de Gaza. Honte donc à la France, au gouvernement, aux députés français qui laissent faire cela en notre nom. Et honte à toute la communauté internationale, qui après avoir laissé faire l'holocauste (à cause ?), laisse maintent faire l'éradication de la Palestine.

Écrit par : françoise | 10/01/2009

Quelque part, à la frontière entre le Congo et le Rwanda, il y a, depuis plusieurs mois, des affrontements militaires qui font plusieurs milliers de victimes… par jour. Qui s’en soucie ? En 5 jours on compte à Gaza environ 800 morts du côté palestinien. Mais là il y a mobilisation, alerte internationale, délibération à l’ONU, et balai diplomatique. Pourquoi ? Parce qu’Israël est en cause. Et cette mobilisation de soutien aux Palestiniens et plus particulièrement contre Israël, est plus forte en Europe, du moins en France où existe la plus grande communauté d’origine musulmane. En Cisjordanie ou au sud-Liban, en revanche la mobilisation est quasi inexistante, du moins dans l’immédiat.
Le jour où l’on admettra qu’il s’agit là d’un petit conflit régional, sans réelle dimension internationale, et qu’il doit être réglé comme tel, peut-être alors on arrivera à une solution. Car les politiciens israéliens utilisent précisément cette dimension internationale et les organisations palestiniennes ne sont pas en reste, prenant chacune leur population en otage.
J’ajoute, mais vous l’avez compris, si Israël n’était pas un Etat composé en majorité d’habitants de confession juive, ce conflit serait presque traité en brève dans nos gazettes. Voilà la réalité.

Écrit par : Gilles | 10/01/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu