Avertir le modérateur

17/11/2008

Socialistes, encore un effort pour devenir royalistes !

Royal ne veut  plus être « socialiste » à l’ancienne façon.  Eh bien soit, cela évitera les ambiguïtés et enlèvera à ceux qui se prétendent encore  de gauche « pur et dur », le prétexte d’y rester alors que rien ne devrait logiquement  les y retenir. En somme, avec Royal à la tête du PS, on serait à quoi s’en tenir.

Je ne suis pas en effet de ceux qui lui ont fait, depuis le début, le procès de ne plus être de gauche ou de ne l’avoir jamais été. De gauche, elle l’est,  très certainement, et tout autant qu’un Fabius ou qu’une Aubry. Elle, au moins, n’a jamais eu de liens avec le grand patronat (Aubry) ; et il faut avoir le culot de Fabius pour prétendre qu’il a plus de brevets qu’elle en la matière.

Car on peut être de « gauche », sans être socialiste. On raconte même qu’il y a actuellement des ministres de « gauche » dans le gouvernement Fillon. On peut-être de « gauche » et avoir été versaillais comme Jules Ferry ; avoir rallié l’union sacrée comme Jules Guesde ; avoir trempé dans la collaboration comme Paul Faure ; avoir envoyé le contingent en Algérie comme Guy Mollet ; avoir été ministre de la Justice quand on guillotinait les nationalistes algériens à Alger comme François Mitterrand ou couvert les militaires qui torturaient comme Robert Lacoste ; ou avoir aussi privatisé à tout va, dérèglementé le commerce, assoupli le code du travail comme nos socialistes d’aujourd’hui… bref avoir le plus souvent fait le contraire de ce que l’on affirmait la veille sur les tribunes.

C’est bien pourquoi, moi, je ne suis pas de gauche (de « leur gauche ») alors que Royal peut l’être, à sa manière. Personnellement, cela ne me gêne pas. En revanche ça titille les Aubry, Fabius, Delanoë ou Hamon. Car en elle, ce qu’ils voient, c’est ce qu’ils sont en réalité, débarrassés de leurs masques. Car en quelque sorte, elle leur dit : « Cette alliance avec le centre, que vous ne voulez pas aujourd’hui, vous serez contraint de l’accepter tôt ou tard ! »

Mais cette vérité là, ils ne veulent pas l’entendre comme ces milliers de socialistes qui vont demain voter pour Aubry ou Hamon, avec la bonne conscience de ceux qui auront fait leur devoir en barrant la route à la seule qui pourrait leur éviter le naufrage. Mais cette posture de Janus, c’est le lot des socialistes, tout au long de leur histoire.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu