Avertir le modérateur

08/11/2008

Mélenchon, ex-trotskiste, ex-ministre, ex-socialiste, ex !

« Ce sera un parti "républicain, unitaire, sans concession avec le capitalisme et qui a vocation à gouverner", précise François Delapierre, bras droit de M. Mélenchon. » Le Monde d’aujourd’hui. » Le journal précise : « ils (Dolez et Mélenchon) lancent donc un appel en direction du PCF, mais aussi du Nouveau Parti anticapitaliste d'Olivier Besancenot, pour la constitution d'un "front de gauche" afin de constituer des listes communes. Jean-Luc Mélenchon sait qu'il trouvera un écho au Parti communiste, qui avait lancé un appel similaire lors de son dernier conseil national le 24 octobre. »

Tout est dans la « vocation à gouverner » ! Petit rappel. En 2006, lors du rassemblement pour une candidature commune antilibérale à la présidentielle, la LCR avait fait un préalable à tout accord : pas de gouvernement avec les sociaux libéraux, c'est-à-dire le PS. En clair pas de gouvernement de compromis avec ceux qui non seulement s’accommodent du capitalisme, mais persistent surtout à penser qu’il n’y a pas de meilleur système économique au monde.

Quand face à un parti de quelque 250.000 membres pesant plus de 15 millions de voix à la présidentielle, qui a un groupe parlementaire puissant, des sénateurs nombreux, dirige la quasi-totalité des régions et plus de la moitié des départements, vous dites : « j’ai vocation à gouverner », ce ne peut-être qu’en état d’infériorité extrême, donc après avoir passé tous les compromis, même les plus honteux. En 1981, le PC, qui était alors encore un parti puissant, dirigeant le premier syndicat du pays, dut pourtant se résoudre à passer sous les fourches caudines des socialistes. Alors pensez donc, Mélenchon et ses troupes maigrelettes, même avec le renfort de quelques milliers d’antilibéraux, au PS on doit trembler !

Reste le PC et le NPA. Pour le PC il va falloir attendre son congrès. Mais on voit mal Buffet et son parti tiré à hue et à dia entre les staliniens, les réformateurs et les unitaires, réitérer le coup de 2007. Qui voudrait aujourd’hui d’une alliance avec le PC ? Les seuls finalement qui pourraient être embarrassés par le « one shoot » du sénateur de l’Essonne, c’est le NPA en pleine préparation de son congrès de fondation. Une fois encore, comme en 2006-2007, c’est en son sein (Picquet et sa tendance « Unir »), mais plus certainement à sa marge (les ex de la LCR devenus ses pires adversaires : Salesse, Cours-Sallis), que l’on va s’empresser de reprendre au bon la proposition. Sauf que depuis ce temps là beaucoup d’eau a coulé sous les ponts. C’est dire que la tâche du politicien Mélenchon ne va pas être facile et que sa « vocation à gouverner » sent, comme on dit dans les « taules », déjà le pâté.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu