Avertir le modérateur

24/10/2008

On ne rigole plus !

Nous savions déjà que l’économie était une chose trop sérieuse pour être confiée aux économistes, on va bientôt apprendre que la conduite des Etats ne doit pas être laissé à n’importe qui, fut-il super président. Le plan de relance de Sarkozy a fait long feu. Moins de vingt-quatre heures après son annonce, c’est la « cata » : bourse en chute libre, escalade de plans de licenciements, usines fermées pour cause de chômage technique, banque au bord du dépôt de bilan… Mais le prix de l’essence baisse ! Mais « IL » n’y est pour rien.

 

Il y en a qui ne savent plus à quels saints se vouer, ce sont les députés de la majorité. Obstinément, besogneusement, ils cherchent encore à faire des économies tandis que le président flambe. Remontage de bretelles immédiat. Ces types n’ont rien compris ! Bling-Bling 1er est en train de sauver la planète et les voilà qui mégotent pour une « petite » prime de transport. Les salariés ont bien le droit à un bon point du moment qu’ils ne mouftent pas. Là où ils devraient en être phase, c’est quand sa sainteté fustige ces salauds de fonctionnaires qui osent, en pleine débâcle, protester contre les suppressions de postes dans l’Education.

 

Où tout cela va-t-il nous mener ? Les confédérations syndicales sont muettes comme des carpes. Qu’attendent-elles pour faire descendre les salariés dans la rue, pour appeler à la riposte, à la résistance ? Le déluge ? Et la « gauche socialiste » ? Débordée par Sarko sur sa gauche, elle geint et piétine. Cette crise, c’est la mort de son projet « social » libéral. Retournement de vestes en perspective à Reims ! Trop tard ! Les « socialistes » auront beau plaider « non coupables », ils sont condamnés.

 

A moins que l’autre gauche (anticapitaliste, antilibérale), celle qui attend depuis des lustres que se dévoile enfin la mystification du capitalisme, se plante elle aussi par trop de précipitation ou d’attentisme. Cette récession qui avance, c’est la chance de sa vie. Un capitalisme qui doute, un pouvoir qui n’est plus écouté par ses amis, une « gauche » en déroute… un salariat qui attend, dans l’expectative, au bord de la démoralisation, mais qui va en prendre « plein la gueule »… que lui faut-il de plus ?

 

La crise, ça ne se subit pas, ça se combat !

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu