Avertir le modérateur

22/10/2008

Sarko bankable ?

Sarko se paye les socialistes français au parlement européen. « Je suis plus socialiste qu’eux ! », explique-t-il en substance. Et il n’a pas tort. En dessous de tout, les sociaux libéraux face à cette crise qui aurait pu être leur bouée de sauvetage. Royal l’a bien compris. Son repositionnement à la gauche de la « gauche » du PS a tout bonnement quelque chose de « surréaliste ». Mais n’est-elle pas hors jeu désormais dans la course au leadership du PS ? Comment les Valls et autres partisans de la « ligne claire » pourraient-ils désormais la suivre, eux qui sont à la droite de la droite du PS ?

 

Alors un renversement d’alliance à venir ? On voit mal Hamon et Emmanuelli (« je vais ajouter une balle de plus dans le fusil de chasse ») rallier cette « Blair en jupon », celle qu’ils fustigeaient il y a peu encore lors de son Zénith : « c'est le genre de cérémonie qui est entre le show business et le rassemblement de secte. » Et ils sont où les Aubry, les Fabius, les Delanoë ? Cette crise, ils s’en seraient bien passé. C’est plié ! Reims sera la tombe du « socialisme » français, du moins ce qu’il en reste.

 

Sur le terrain strictement politicien, il peut donc dormir sur ses deux oreilles, « notre » président. Avec la « gauche », il ne risque plus rien. Reste le « dur », l’économie, la situation sociale. Là, ça risque d’être moins plaisant. La récession est là et bien là. Du jamais vu depuis onze ans. Selon une étude récente, les faillites d'entreprises en France ont augmenté de 17% au troisième trimestre par rapport au trimestre précédent avec 11.407 procédures. Sur neuf mois, leur nombre total se monte à 40.220.

 

Et la crise ne touche pas seulement les toutes petites et jeunes entreprises, elle frappe aussi les moyennes et les grandes. L'augmentation est ainsi de 80% pour les entreprises de plus de 100 salariés, de 59% pour celles de 50 à 99 salariés, de 26% pour les entreprises de 10 à 19 salariés et de 40% sur celles de 20 à 49 salariés. Le plan « PME » du gouvernement n’y pourra pas grand-chose.

 

Il faudrait… Il faudrait quoi au juste ? Les 10 milliards qui vont aller aux banques, comme ça, sans aucun contrôle, pour aider ces vénérables entreprises dont on nous disait hier qu’elles étaient saines (comme la Caisse d’Epargne !), par quel miracle vont-ils subitement venir aux secours des entreprises prises à la gorge ? Et les clients ? Les consommateurs ? La pression sur les salaires va-t-elle se relâcher ? Le chômage baisser ?

 

Sarkozy aura beau faire, se moquer de la gauche, mouliner des deux bras pour convaincre ses partenaires européens d’agir au plus vite, il est pris dans la nasse. Le rejet de la « prime transport » par le parlement UMP en dit long sur ce qui attend les Français : ceinture à double tour !

 

Et les anticapitalistes ? D’accord, ils sont bien occupés avec cette affaire de Taser, mais cette crise, c’est quand même la chance de leur vie. Vont-ils être suivis ? Verra-t-on bientôt, la « gauche » et les syndicats leur emboîter le pas, organiser ensemble la révolte sociale ? Il n’est pas impossible de rêver !

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu