Avertir le modérateur

15/10/2008

Un coup dur pour le salariat

La plan Brown-Sarkozy est un sale coup. Pas pour le capital financier qui, depuis quelques semaines, organisait la panique pour se débarrasser au plus vite de ses fonds pourris mais pour le salariat qui va devoir payer la note. Une note qui risque d'être particulièrement salée, à la dimension des sommes engagées pour "sauver" de la banqueroute les voleurs internationaux.
 
Mais qui a gagné dans ce bras de fer ? On clame, haut et fort, que c'est la fin de l'épisode libéral et le retour en force de État. Certains vont même jusqu'à dire, qu'en France, Sarkozy (mais le plan avait été imaginé quelques jours auparavant par le 1er ministre britannique) est en train d'effectuer un "virage à gauche" ! Rien que ça !
 
S'il est vrai que les sociaux libéraux n'auraient pas fait autrement s'ils avaient été aux affaires (Brown n'est-il pas travailliste ?), constatons d'abord que ce virage s'est effectué sous la contrainte, que c'est un véritable chantage à la récession que le système financier international a exercé sur les États et qu'enfin Sarkozy se serait bien passé d'un tel plan qui va compromettre définitivement  tous ses espoirs de croissance en plombant un peu plus encore la dette publique.
 
Ce n'est donc pas les partisans d'une plus grande intervention de État qui sortent vainqueurs d'une telle crise mais une fois de plus les plus libéraux. Débarrassé, à bon compte, de ses branches pourries, le capital financier va pouvoir en effet de nouveau repartir au combat, racheter, spéculer, se réorganiser, bref exercer sans limites son travail de prédation sur les produits du travail, toutes ces tâches étant facilitées par la récession.
 
Et le salariat ? Abandonné par les sociaux libéraux, défendu du bout des lèvres par des syndicats qui ont fait le choix de l'accompagnement des réformes libérales, il va être mis à rude épreuve. Cette "sortie" de crise constitue en effet une nouvelle mise en condition du salariat pour qu'il accepte un blocage ferme des salaires et plus de licenciements. Cette crise aura eu au moins le mérite de montrer que face au "pur capitalisme" on ne peut qu'opposer un "pur anticapitalisme".

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu