Avertir le modérateur

29/05/2008

NPA : le dialogue est ouvert

Après Raoul Marc Jennar, un des principaux animateurs du mouvement altermondialiste (qui vient de retirer sa signature de l’Appel de Politis), six autres personnalités de la " gauche de gauche " (Clémentine Autain, Luc Boltanski, Elisabeth Claverie, Frédéric Lebaron, Michel Onfray, Arnaud Viviant), elles aussi signataires de l’Appel et qui le sont toujours, s’adressent à la LCR à propos de son projet de Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) dans une tribune publiée aujourd’hui dans Le Monde (" Adresse aux initiateurs du NPA ").

Le ton est d’emblée résolument ouvert : " Consternés par l'état de la gauche, nous sommes ravis que vous fassiez une proposition. On ne peut malheureusement pas en dire autant des autres organisations de la gauche critique : PCF, Verts, gauche du PS n'ont à ce jour rien soumis de tel. Nous avons manqué une occasion historique de bâtir une force nouvelle avec l'échec de la candidature unitaire antilibérale en 2007. Si vous avez votre part de responsabilités, nous sommes prêts à passer outre aujourd'hui, tant les torts sont partagés. " Voilà donc qui change radicalement après les propos d’après présidentielle où la LCR était montré du doigt au même titre que le PCF.

Il en est de même de ce qui " incitent à la prudence " les six signataires de l’adresse. Ainsi ils pointent le doigt non sans pertinence sur ce qu’il faut bien reconnaître être des questions sensibles dans le projet de NPA : " la question est de savoir quelle organisation constituer et comment. Le dépassement de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) par le nouveau parti sera-t-il réel ou de pure forme ? (…) Si nous sommes convaincus des limites d'une construction "par le haut" de la force nouvelle (…), nous pensons que l'on ne peut faire l'impasse sur la recherche active d'un spectre suffisamment large de sensibilités, de cultures et de traditions de la gauche d'alternative pour pouvoir engager un mouvement populaire et durable. "

Le texte n’échappe pourtant pas toujours à la caricature : " Avez-vous, au fond, renoncé réellement à rester purs entre vous, dans l'attente du Grand Soir ? " C’est une antienne qui a la vie dure cette notion de " pureté ". La fermeté sur un certain nombre de principes n’a jamais empêché les révolutionnaires d’être des pragmatiques et des tacticiens hors paire, des opportunistes au sens propre du terme. On pourrait citer des noms, et pas des moindres, mais ils risqueraient de heurter les âmes sensibles. Quant au " Grand Soir ", la LCR lui a tordu le cou depuis longtemps. Ce qui ne signifie pas pour autant qu'elle a renoncé à la révolution, comme processus de changement radical à long terme.

Cette remarque est cependant plus instructive qu’il n’y paraît. Ce que les signataires de l’adresse admettent encore difficilement, c’est que la LCR ait pu finir par comprendre que le temps des avant-gardes minoritaires attendant l’arme au pied que les masses s’ébranlent appartenait au passé. Nous l’avons ici même intitulé " la clôture du trotskisme ". Ce n’est d’ailleurs pas nouveau. Cela fait bientôt dix ans que cette analyse sous-tend les textes fondamentaux de la LCR ainsi que les livres de Daniel Bensaïd. Pour la LCR, le souffle d’Octobre 17 s’est définitivement éteint en 1989 quand la révolution anti-bureaucratique est devenue impossible et a fait place dans l’ex " empire soviétique " à un retour en fanfare d’un capitalisme débridé.

Plus pertinent est, en revanche, le reproche qui est fait à la LCR de camper sur " une posture uniquement défensive ". Les six interlocuteurs argumentent ainsi ce qu’il faut comprendre comme leur principale critique au projet : " le concept phare du NPA, l'"anticapitalisme", ne contient-il pas cette limite dans son intitulé même ? Se définir "pour" et non "contre", porter un projet et non un cahier de revendications, nous semblent des conditions incontournables pour convaincre et faire avancer nos objectifs. Car nous avons à concourir sérieusement dans le cadre démocratique, ne serait-ce que pour le transformer. On nous rétorquera que la rue, la grève, la contestation sont les moteurs des ruptures. C'est vrai. On en a aussi vu les limites, en 1968 ou en 1995. Faire l'impasse sur la traduction des contestations dans le champ politique attise les conservatismes. L'enjeu est de construire un autre rapport de force interne à la gauche et de combattre la division du travail : "au PS la gestion et à nous la contestation". Enfin, vous prônez l'indépendance vis-à-vis du PS : cela nous convient, à la condition de ne pas fermer le débat sur les conditions et les formes de cette indépendance. "

En 2007, Clémentine Autain avait condensé cette question dans une formule abrupte. La LCR refusait de " mettre les mains dans le cambouis ". Avant-gardisme et pureté maintenus, peut-être ? ! C’est à la fois vraie, pour l’immédiat, et faux à long terme. Pour la LCR, en effet, la " gauche de gauche " a vécu, après 2005, dans l’illusion d’une alternative antilibérale. A moins, et ce fut tout le débat autour de la candidature commune en 2007, de laisser la porte entr’ouverte à une alliance avec le PS sur des principes flous. Mais comment croire qu’il aurait été possible de contraindre un PS hégémonique à une alternative politique antilibérale ?

Naïveté des antilibéraux ou calculs politiciens ? Un peu des deux. Quoiqu’il en soit la LCR en refusant de s’inscrire finalement dans le processus de la candidature commune ne faisait qu’affirmer son droit à penser autrement. Selon elle l’alternative était impossible tant que le rapport de force entre les " deux gauches " ne serait pas inversé en faveur de la " gauche de gauche ". Et pour qu’il en fut ainsi, il fallait construire un autre parti, résolument antilibéral, c’est à dire anti-capitaliste : le NPA. C’est pourquoi le projet de la LCR ne se pensait pas et ne se pense toujours pas, d’emblée, comme une alternative mais d’abord comme le creuset d’une résistance en construction. Ce qui n’exclue pas, de s’afficher comme une alternative en devenir.

Que les notions de " résistance ", de " cahier de revendications ", de parti pour la convergence des luttes, apparaissent pour l’heure prioritaires dans le NPA n’est donc pas un hasard. Pour autant cela ne signifie pas que la LCR a renoncé à tout projet de changement de société. On ne peut à la fois lui reprocher de penser encore au " Grand Soir " et de ne faire en pratique que du syndicalisme révolutionnaire. C’est même précisément le sens profond du projet de NPA : construire à terme avec des mouvements de tous horizons, et pas seulement avec les héritiers de Trotski ou de Lénine, le socialisme du XXIème siècle.

Pour conclure, cette phrase qui illustre bien le changement de ton qu’augure ce texte (après le lettre de Jennar et son dialogue avec Daniel Bensaïd) : " En dépit de ces préoccupations qui rendent de très nombreux militants actuels ou potentiels frileux à votre égard, qu'est-ce qui nous séduit ? Une proposition nouvelle (enfin), nous l'avons dit. Un enthousiasme partagé, notamment dans les catégories populaires, pour les prises de parole d'Olivier Besancenot qui donnent un coup d'air frais à des débats politiques poussiéreux et ronronnants. Une clarté de positionnement : à gauche, pas un peu, pas en tortillant ni en s'excusant, mais franchement. "

Certes demeurent encore bien des réticences, mais la glace est brisée : " Dans ce que vous donnez à voir, il existe des contradictions, des ambiguïtés. Une clarification entre une option visant à cultiver le petit pré carré de l'extrême gauche et une autre à même de jouer grand angle permettrait d'emmener le plus d'énergies possible. Tel est le sens de ce message. C'est un débat politique constructif que nous voulons ouvrir publiquement avec vous. "

Autre signe d'ouverture : le texte des Cual (Collectifs unitaires pour une alternative au libéralisme) publié dans Rouge.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu