Avertir le modérateur

16/03/2008

La leçon de Clermont

Le PS avait prononcé son oukase. Interdiction de fusionner avec les listes de la LCR, ou soutenue par elle, au deuxième tour des municipales, contrairement à une " tradition " inaugurée précisément à Clermont-Ferrand en 1995. Il est vrai que ces fusions étaient contractées sans engagement de la part de la LCR, et en particulier surtout pas celle de voter les budgets. Ce type de fusion, dite " technique ", avait été mise en place en 1995 à Clermont-Ferrand alors que la gauche, affaiblie, risquait de perdre la ville.

Cette fois-ci, dès avant le 1er tour, Serge Godard, le maire de Clermont-Ferrand, avait en quelque sorte pris les devants. Ayant accepté l’offre de Lutte ouvrière d’intégrer la liste de la gauche plurielle, il n’y avait mis qu’une seule condition : que LO s’engage à voter les budgets. Ce qui fut fait.

Mais la liste soutenue par la LCR, les AlterEkolo et les Collectifs antilibéraux avait réussi un tel score (5.437 voix, soit 13,81 % des exprimés) qu’il était difficile de l’ignorer. Les discussions furent engagées avec le PS. On crut un moment que l’accord était proche. Cependant au dernier moment les socialistes rompirent.

Il ne restait plus qu’une seule solution à la liste " A gauche 100%… ", conduite par Alain Laffond, se maintenir et faire la démonstration au PS et à ses amis, et accessoirement à Lutte ouvrière, que le refus du social-libéralisme et des compromissions à gauche pouvaient être compris par les électeurs. En obtenant 15,34 % des exprimés (4 élus), améliorant ainsi de plus de trois points son score du premier tour, Alain Laffond et ses colistiers ont fait la démonstration qu’ils avaient été entendus.

Nous verrons ce qu’il en sera également dans les autres villes où des listes soutenues par la LCR ont été maintenues : Foix, Ventabren, La Couronne, Louviers, Saint-Nazaire, Cavaillon, Prades-le-lez, Quimperlé, Palaiseau, Noisy-le-Grand. D’ores et déjà, nous savons que pour la plupart, elles ne se sont pas effondrées et que ces listes ont eu des élus comme à Saint-Nazaire ou à Foix. A contrario, à Marseille, la défaite de la gauche qui avait préféré fusionner avec le MoDem plutôt qu’avec les listes soutenues par la LCR est une autre leçon de chose. Globalement, victoire donc des socialistes, certes mais surtout défaite de la tactique d’alliance privilégiée avec le MoDem. La " rénovation " du PS et de son projet ne sera pas un lit de roses.

" La gauche de gauche " résiste (17/03/08)

Dans les 11 villes où les listes présentées ou soutenues par la LCR s’étaient maintenues, faute d’avoir pu fusionner avec la gauche plurielle du fait de l’oukase du PS, elles ont maintenu globalement, voire amélioré, leur score du 1er tour. Alain Laffond, à Clermont-Ferrand est le symbole de cette " résistance " au " vote utile ". Malgré une abstention plus forte qu’au 1er tour (quelque 3.000 votants en moins) qui se traduit par une perte de plus de 500 voix pour le maire PS sortant, la liste " 100% à gauche " améliore son score : 190 voix en plus, soit 15,37 % (1,5 point en plus) et 4 élus (1 poste en plus). Tendance identique à Saint-Nazaire : 1.321 voix en plus soit 17,69 % ; à Cavaillon : 4 point en plus (14,31 %). A Quimperlé, l’obstination du PS lui fait d’ailleurs perdre la mairie qui était largement gagnable, le total PS-LCR faisant au 2ème tour 53,09.

Commentaires

Bravo à Alain Laffond !!!

Écrit par : benoît Teste | 16/03/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu