Avertir le modérateur

12/03/2008

Un PC pas encore assez à droite et une LCR décidément trop à gauche !

L’électorat Modem est donc devenu l’enjeu du deuxième tour. Malgré des scores souvent modestes (à Marseille, le MoDem ne pèse guère plus que, électoralement parlant, que la gauche radicale) la droite et la gauche, à quelques exceptions notables comme à Paris, s’arrachent les services de la formation de François Bayrou.

Pour la droite, rien de plus normal : la droite va à la droite. Pour la gauche, en revanche, il semble bien que nous soyons là à un tournant historique. Il y avait déjà eu en mai 2007 la proposition faite par Ségolène Royal à François Bayrou d’un « ticket » au second tour de la présidentielle. Depuis quelques semaines l’ex-futur candidate multipliait de nouveau les appels du pied pour des accords de second tour, « partout », avec les centristes, évoquant même le principe d’un accord au sommet.

Or, si un tel accord n’a pas eu lieu, en revanche on assiste dans de nombreuses villes (Dijon et Grenoble dès le 1er tour, Anières, Marseille, Lille, Brive, Chartres, Melun, Sèvre, Poissy… au second tour ) à des fusions locales des listes d’union de la gauche et du MoDem, même (disons franchement que l’on assiste là à la levée d’un tabou) lorsque la gauche n’a nul besoin de l’apport des voix centristes pour l’emporter. Le cas de Lille est à ce titre remarquable. La grande prêtresse des 35 heures accueillant sur sa liste des gens qui ont toujours pourfendu cette mesure, ne manque pas de saveur. On voit donc bien aussi que le refus Bertrand Delanoë de s'allier avec le MoDem à Paris est moins une question de principe qu’une façon de se démarquer de sa rivale au PS.

Dans cette course au fromage municipal, le pompon revient néanmoins aux communistes d’Aubagne. La fusion des listes du PCF et du MoDem est une première historique. N’oublions pas qu’il y a encore quelques mois, ce parti se revendiquait de l’antilibéralisme et prétendait imposer Marie-Georges Buffet comme candidate unique de la gauche de la gauche à la présidentielle (en l'occurrence, le maire d'Aubagne avait apporté son soutien à... José Bové, me signale un lecteur, ponctuant la remarque d'un : "Faut suivre !" En effet !). Mais las ! Pour Bayrou on dépasse là les limites de la bienséance. Travailler avec la gauche plurielle sous la férule du PS, aucun problème. Avec le seul PC : jamais ! En clair, le PCF n’est pas encore assez à droite pour le Béarnais ! Patience, ça viendra.

Toutes ces petites et grandes trahisons sont à rapprocher de la décision nationale prise par le PS de refuser toute fusion technique (fusion de liste sans accord sur le programme politique) avec les listes présentées ou soutenues par la LCR comme à Toulouse, Amiens, Nancy, Clermont, Brest… On aura compris. Comme l’a déclaré Martine Aubry, ce sont les valeurs communes (humanisme, la république, etc) au PS et au MoDem qui justifient les fusions, valeurs que manifestement le PS ne partage pas avec la LCR, mais apparemment avec Lutte ouvrière accueillie par les socialistes sur plusieurs listes d'union de la gauche comme à Clermont-Ferrand. La LCR n’en attendait pas tant. L'indépendance a un prix. Les trahisons aussi.

12:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

S'il y a une idée qui sous-tende les valeurs de gens qui votent à gauche ou au centre, c'est bien le dépassement de l'individu pour tous les siens, pour toute sa communauté.

A ce point de vue-là, l'exprême gauche, tout comme un libéralisme doué d'une éthique, d'une conscience universelle, sont dans la même logique qui tend vers une fraternité, vers une forme d'égalité.

Pour la liberté, les communistes pourraient rétorquer à la droite qu'il n'y a pas de liberté à subir la misère générée par un capitalisme prédateur. Et ils ont raison. Néanmoins le PC français devrait plus clairement se démarquer de l'aliénation de la liberté individuelle à laquelle on avait assisté à l'Est. Le PC français est avant tout un parti de lutte ouvrière, un parti de combat contre la droite. Je ne crois pas qu'il ait sérieusement envisagé avoir un jour le pouvoir, à lui seul. Le PC et la LCR gagneraient à clarifier ce point et les rendraient plus fréquentables pour beaucoup de Français à qui il font peur, tant le souvenir des dictatures rouges est resté tragique et inacceptable.

En ne se voyant pas au pouvoir, le PC est assez réaliste et sait parfaitement qu'une parcelle de pouvoir ne pourrait être envisagée, - comme d'ailleurs pour le PS, les verts ou le MODEM - , qu'au sein d'une alliance plus vaste, regroupant le centre et la gauche.

http://nowearefree.blogspot.com

Écrit par : Aela | 12/03/2008

Ecrit par : Aela | 12.03.2008

Si le PS et le Modem dépassaient tant que cela les individus, il n'existerait pas de Ségo, François H et B, de Delanoë et de transfuges de ces partis qui se rallient à l'UMP et au gouvernement, tous ces individus qui se soucient plus de leur carrière que des idées (ou pas) qu'ils défendent.

Écrit par : nef | 12/03/2008

A Aubagne, la liste présente une large ouverture: elle est composée de communistes, socialistes, radicaux, MDC, Verts... et maintenant de MoDem. Et pour votre gouverne, le maire, aux présidentielles, avait soutenu Bové et non Buffet. Faut suivre...

Écrit par : mehu | 12/03/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu