Avertir le modérateur

09/02/2008

Des élections pour des prunes

On (les sondages) dit que les socialistes vont sortir vainqueurs de ces municipales de mars. Cette " victoire ", Sarkozy leur offre sur un plateau. Et comme à leur habitude, ils n’en feront rien. Tel est l’état politique du pays. Pouvoir d’achat en berne, mécontentement grandissant dans les " couches populaires ", impopularité du " style " présidentiel… et la gauche persiste à ne prétendre à rien et surtout pas à organiser la défiance et à prendre la tête des mécontents.

Nous avons ici, à quelques encablures de La Rochelle, un parfait exemple de cette gauche bidon dans la plénitude de son insuffisance : Niort, que Ségolène Royal tenta de conquérir en 1995. S’y affrontent trois listes de gauche, toutes trois issues du même courant, socialiste. Pas de programme, un désintérêt manifeste pour la question sociale, mais une incroyable propension à se regarder le nombril. Et ça fait plus de vingt ans que ça dure. Niort à une richesse : ses mutuelles, ce qui assure un bon matelas d’électeurs bien dociles pour un parti qui n’a pas d’autre raison d’exister que de gérer ce patrimoine. Les socialistes niortais ne sont pas méchants, tout juste bêtes. Alors ils s’y vautrent dans la bêtise et s’y complaisent.

A La Rochelle ce n’est guère mieux. Le socialisme municipal ici c’est Bono. Elu dès le premier tour aux dernières municipales. Aucune opposition. Que pourrait-elle faire de plus la droite ? Rien. Pas de mutuelles mais le tourisme que l’on décline à toutes les sauces. Les " classes populaires " sont remisées dans les banlieues (Mireuil, La Palice, Villeneuve les Salines). Le cœur de la ville où la spéculation immobilière enfle, devient une réserve pour touristes aisés ou cadres à la retraite. Là aussi pas de programme sinon une bonne et saine gestion d’une économie qui génère emplois précaires, saisonniers, déqualifiés, payés comme il se doit au tarif minimum. L’un des principaux colistiers de Bono, Jean-François Fountaine, est également vice-président du conseil régional. C’est un patron. Dans son entreprise, le taux des intérimaires est largement au-dessus de ce que l’industrie emploie nationalement : ça tourne autour de 30 %, voir plus.

Avec des socialistes comme ça, Sarkozy peut perdre toutes les élections intermédiaires.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu