Avertir le modérateur

17/11/2007

La faute du gouvernement

La convergence avec les fonctionnaires aura lieu. Le 20, les cheminots seront toujours en grève. Mais après ? Le pari de Sarkozy était que la grève devait assez impopulaire pour que très vite l’isolement se fasse ressentir. Rien de tout cela n’a marché complètement. La grève n’est pas populaire mais elle bénéficie néanmoins du soutien d’environ 45% des Français, ce qui n’est pas rien. Par ailleurs on estime que 30 % environ des salariés de la SNCF reste en grève, ce qui est encore beaucoup, autant que dans les conflits précédents. Enfin le front syndical tient encore malgré la défection attendue de la CFDT qui est un syndicat marginal à la SNCF.

La CGT était la clé de la résolution de ce conflit mais le gouvernement n’a pas su jouer cette carte. Thibault a lâché du lest en début de semaine. Il ne pouvait pas aller plus loin. Sa propre base et SUD le marquent à la culotte. Verra-t-on dans trois ou quatre jours le leader syndical appeler à la reprise du travail ? Il faudrait pour cela que le mouvement s’effondre. Mais ça ne règlerait rien sur le fond. A EDF et GDF, la grève est terminée et les négociations ont commencé mais sans la CGT. Quelle valeur aurait une négociation à la SNCF, et un accord final, sans la CGT, SUD et FO ?

Reste que le mouvement peut perdurer au-delà du 20. Minoritaire, certes, mais toujours en mesure de bloquer une bonne partie du trafic. Combien sont-ils au juste ces cheminots pour qui l’unique objectif est le retrait du projet de réforme ? 10, 20, 30 % ? Le gouvernement n’a aucune mémoire des conflits sociaux à la SNCF. La grève n’a nul besoin d’être majoritaire pour continuer. L’erreur du gouvernement c’est d’avoir voulu le conflit alors qu’il aurait dû " acheter " la paix sociale bien avant. Aujourd’hui c’est trop tard. Le mal est fait. Il n’y aura pas d’accord et quand, en 2008, on reparlera des retraites, tout sera à refaire.

Commentaires

acheter la paix sociale ? ca veut dire quoi pour vous ? et qui la paiera cette paix ? encore nous ? Ras le bol, vivement la fin du monopole de la sncf

Écrit par : jeanpol | 17/11/2007

Je parle du point de vue du gouvernement. S'il voulait SA réforme il fallait qu'il la paie, comme il a payé pour pêcheurs et les médecins. Les "riches" ont bien eu leur cadeau fiscal pourquoi pas les cheminots. Quant à NOUS, c'est qui NOUS ? Le NOUS n'existe que dans vos fantasmes. Nous ne sommes pas égaux et vous le savez bien.

Écrit par : Ajamais | 17/11/2007

sur le site FGTE vous trouverez l'indication d'un préavis de grève conservatoire pour le 20 DECEMBRE. ce qui veut dire que la CFDT veut des actions "carrées" suivie de négociations et si le résultat des négociations n'est pas correct une journée de grève aura lieu le 20 DECEMBRE.

Maintenant un peu d'histoire :
les régimes spéciaux sont nés avant 1936 dans des métiers où les patrons furent des précurseurs sociaux. Il n'y a donc rien d'étonnant à ce que cette culture d'entreprise soit encore de nos jours très prégnante, et du coté salariés, et du coté patronal d'ailleurs, car aucun des DG de la SNCF, de GDF ou EDF etc ... n'est obtus.

Par ailleurs aujourd'hui dans ces mêmes métiers il y a objectivement des fonctions dont la pénibilité est avérée par un taux de mortalité précoce.

Il va sans dire que les salariés tant du public que du privé attendaient avec impatience qu'un accord sur la pénibilité sorte car égalité de traitement n'est pas équité quand il y a 7 années d'espérance de vie en moins pour un ouvrier du public comme du privé par rapport à un cadre moins exposé dans le privé comme dans le public.

Cette négociation sur la pénibilité a été à plusieurs reprises ajournée par le patronat alors qu'elle était la suite attendue de la négociation de 2003 sur les retraites.

Le fond du problème c'est cette question d'un temps équitable de retraite pour tous donc un départ anticipé pour les fonctions les plus exposées du privé comme du public.


Enfin , rappelons une évidence : économiquement ce n'est pas la suppression des régimes spéciaux qui rééquilibrera le système général des retraites car ils représentent 5% du total donc pas grand chose.

Le déclenchement dès cette année de la suppression des régimes spéciaux est absolument sans intérêt financier.

En fait cette grève aurait pu être évitée par le gouvernement qui n'a pas répondu aux questions pourtant claires des syndicats après le 18 Octobre alors que même la CGT par la voix de son secrétaire général se montrait conciliante. Fait rarissime ...

On se croirait dans une geste racinienne " à vaincre sans péril on triomphe sans gloire" .
Il faut croire que NS a besoin de ce mouvement social qu'il a lancé lui-même en allant attiser les braises chez les cheminots pour ensuite se plaindre que le feu ait pris ...

Il n'est pas objectif d'incriminer les seuls salariés quant au blocage de la situation : depuis 2003 la négociation sur la pénibilité est bloquée Mr Fillon qui en était à l'initiative pouvait tout de même faire avancer les choses en 4 ans ce me semble ...

Écrit par : carnac | 19/11/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu