Avertir le modérateur

01/11/2007

Un gouvernement « couillu »

Récit : " Au premier jour de la trêve hivernale des expulsions, le bras de fer entre les mal-logés et les pouvoirs publics s'est encore durci, jeudi 1er novembre, avec la quatrième évacuation en moins d'un mois du campement parisien de la rue de la Banque, devenu le symbole de la lutte que les associations mènent pour faire reconnaître un droit au logement effectif. Lors de l'opération qui s'est déroulée jeudi matin, trois femmes ont été légèrement blessées et conduites à l'hôpital de l'Hôtel-Dieu, victimes, selon la police, d'une "bousculade". Les blessures ont eu lieu lors de "la bousculade mais les victimes n'ont pas été poussées" par les policiers et gendarmes mobiles, a-t-on assuré de même source. Ces femmes, dont certaines étaient accompagnées d'enfants en bas âge, venaient de passer la nuit sur le trottoir, à l'endroit même où la police avait évacué la veille leur campement de tentes dressées depuis un mois sous les fenêtres du "ministère de la crise du logement", un immeuble squatté du 2e arrondissement de la capitale. " Christine Boutin, à cette occasion, s'est dite " déterminée à ne pas tolérer que des campements s'installent dans Paris. "

Ainsi, faute de pouvoir faire régner l’ordre en Corse, dans les cités grenobloises, à la SNCF ou chez les hôtesses et les stewards d’Air France, le gouvernement s’en prend donc à des femmes africaines sans défense. Il y avait déjà la chasse aux sans papier, il y aura désormais les bastonnades pour les sans logis. On reconnaît bien là ce gouvernement fort en gueule, dur avec les faibles, mais faible avec les forts. Déjà on s’en alarme dans certains médias. C’est donc ça ce gouvernement qui nous avait promis une remise au travail d’une France d’assistés et dont on voit bien qu’il s’empêtre dans des conflits multiples et variés sans que l’on entrevoit une porte de sortie. " Si c’est ainsi, qu’on en finisse ; s’il doit y avoir un clash qu’il vienne et s’en tarder ! "

Je n’invente rien. Sur RTL nous avons pu entendre aujourd’hui plusieurs journalistes du Figaro ouvrir leur cœur. Ces bons apôtres n’en peuvent plus et on les comprend. Ils ont pris Sarkozy au mot. Ils ont voté et appelé à voter pour celui qui allait faire le " sale boulot " et que voient-ils ? La grève et le spectre d’un nouveau 1995 poindre. Ils se rassurent, comme font toujours les pleutres – ces conflits sont impopulaires –, mais on sent bien qu’ils n’y croient presque plus. " Le service minimum ? ". " On nous a bien eu ! " Pour l’instant ils n’osent pas encore imaginer le pire. C’est un journaliste américain qui le fait pour eux. En substance : " S’il laisse filer cette occasion unique d’un affrontement central, c’est en fini pour Sarkozy ! " Ces journalistes là rêvent d’un autre monde où tout est possible : " D'après les ONG, 60 millions d'enfants travailleraient illégalement en Inde. Selon les Nations unies, leur travail représenterait 20 % du produit intérieur brut local. " En Inde, les policiers sont armés de bâtons. Ça ne vous rappelle rien ?

Commentaires

Tu parles de ORLM avec Rioufol, Slama and co..? Incroyable.

Ce matin, le flamboyant Lellouche renvoyait la balle (et la responsabilité) dans le camp de la mairie de Paris. Forcément.

Écrit par : performatif | 02/11/2007

J'ai entendu Boutin parler de "meute" à propos de ces femmes ! Le gouvernement est coincé sur la question du logement car il y a en effet, comme le dit Boutin, des employés de mairie qui vivent dans leur voiture. C'est la concurrence entre les pauvres dans un contexte de pénurie organisée de logement social.

Et ça, ce gouvernement ne peut le régler, sauf à trahir son propre camp.

Je me demande ce que veulent dire les journalistes de droite quand ils parlent "d'affrontement central". J'imagine qu'ils ont en tête qq chose à la Tatcher. Mais ce qu'ils ne voient pas c'est qu'ici il peut tourner à la guerre civile : les banlieues pauvres sont toujours aussi larguées qu'il y a 2 ans, aucune des belles promesses n'a été tenue et Amara amuse la galerie.

Leur "affrontement central" pourrait aussi bien de déboucher sur une convergence des luttes.

Mais cela ne règle pas pour autant l'absence de débouché politique à gauche : là est la principale force de la droite me semble-t-il.

Écrit par : juliette dze | 02/11/2007

@juliette dze
Je ne crois pas que l'on ira à l'affrontement. Sarozy est trop malin pour tenter ce coup, mais c'est son bleuf qui désormais passe mal. Quant au débouché politique, vous avez raison qu'il n'y en a pas mais ces premières escarmouches sont un encouragement pour des secteurs de la société qui étaient jusque là résignés. Cela ira-t-il jusqu'à des convergences ? C'est ce qu'il faut souhaiter. C'est la phase nécessaire de reconstruction des forces du mouvement social autour d'un programme d'urgence en particulier sur le pouvoir d'achat. Il n'y aura pas de débouché politique sans cette reconstruction qui se fera nécessairement plus à gauche que certains "stratèges" de la gauche le pensaient.

Écrit par : Ajamais | 02/11/2007

Puissiez-vous avoir raison...

Écrit par : juliette dze | 03/11/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu