Avertir le modérateur

31/10/2007

Une lente érosion

"La confiance accordée au président de la république pour "résoudre les problèmes qui se posent à la France" passe de 57%, en octobre, à 53% en novembre, soit une baisse de quatre points, selon le baromètre TNS-Sofres pour le Figaro*. Sur deux mois, Nicolas Sarkozy a donc vu sa cote de confiance baisser de 11 points. Elle était de 64% en septembre. Selon le sondage, 42% des français ne lui font pas confiance, soit dix points de plus qu'en septembre. Le premier ministre, quant à lui, bénéficiait d'une cote de confiance de 52% le mois dernier, il décroche de huit points, à 44 %. 47% des Français ne lui font pas confiance, contre 42% en octobre."

Grève des transports publics, grève à Air France, des tribunaux qui regimbent, des fonctionnaires qui s’apprêtent à une action d’ensemble, un chômage en baisse selon l’ANPE - mais seuls comptent les chiffres de l’INSEE qui ne sont pas encore publiés - , mais surtout " les inscriptions consécutives à un licenciement économique (qui) ont progressé de 4,1 %, tandis que celles consécutives à un licenciement pour un autre motif ont augmenté de 6 %. "

Et toujours ce même sondage qui dit que " cette baisse de confiance intervient dans un contexte de pessimisme de l'opinion, au regard de la situation politique et sociale. La lutte contre le chômage reste la tâche jugée prioritaire, pour 34 % des Français, mais la lutte contre la hausse des prix gagne du terrain : 28 % des Français la considèrent comme primordiale, soit une hausse de quatre points. Concernant ces dossiers, justement, les sondés ne croient pas en l'efficacité du gouvernement : 85% pensent qu'il n'est pas efficace contre la hausse des prix et 73% qu'il ne l'est pas contre le chômage. "

On a cru ce gouvernement fort, ce pouvoir de combat, et l’on ne voit que vaine agitation, sans résultats probants. L’appel fait par six fédérations de cheminots, d’électriciens et de gazier à une grève reconductible le 13 novembre est le signe que la tendance est peut-être en train de s’inverser. Ce gouvernement ne fait plus réellement peur ; ses faiblesses sont trop criantes.

Nous l’avons dit ici à plusieurs reprises, la force de Sarkozy n’est qu’un trompe l’œil. Elle fait illusion parce qu’en face il n’y a rien : aucun programme alternatif, aucune personnalité crédible pour disputer à la droite un leadership déjà bien entamé. Comme si la " gauche " s’apprêtait déjà à jouer petit bras aux prochaines élections ; comme si elle n'espérait finalement qu’une seule chose : que ce pouvoir dure le temps qu’elle se reconstruise.

* Baromètre TNS-Sofres effectué pour le Figaro Magazine été réalisé les 24 et 25 octobre auprès d'un échantillon de 1.000 personnes représentatif de la population de 18 ans et plus, à leur domicile.

Commentaires

Salut Ajamais.

"Que ce pouvoir dure le temps qu’elle se reconstruise."
Dure et fasse le sale boulot...

Le programme de Sarkozy était une offre de produits. Beaucoup ont trouvé leur "bonheur" dans ce vide-grenier (économie, immigration, sécurité, rupture...). Mais les produits déçoivent. C'est très segmenté et beaucoup sont déçus par le petit bout qui leur été alloué. J'ai l'impression que ce n'est pas la politique générale qui est mal reçue mais l'intérêt particulier qui flanche (juste retour de la campagne et de ses émissions de télévision proposant petites solutions à des petits problèmes).

Écrit par : performatif | 01/11/2007

sarkozy baisse...
le chômage aussi, paraît-il...
Le salaire du président augmente...
Sa taille reste la même aux states...

Écrit par : skalpa | 02/11/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu