Avertir le modérateur

11/06/2007

Proportionnelle !

Ils en parlent, mais ils ne le front pas ou alors à doses homéopathiques. La logique de la 5ème république mais également de toutes les grandes " démocraties " dans le monde c’est la confiscation de tous les pouvoirs par une classe et une caste de politiciens professionnels. Le PS est le premier responsable de cette situation et il en récolte aujourd’hui les fruits amers. Quand Jospin préconise et obtient que le mandat présidentiel soit ramené à cinq ans et que le calendrier soit inversé non seulement il renforce le caractère présidentiel de la constitution, mais en maintenant le mode de scrutin pour les législatives tel qu’il était auparavant, il prive les électeurs de tous moyens d’opposer au président élu un minimum de contre-pouvoir. Le PS l’a voulu ainsi et la droite ne peut que l’en remercier.

Pour le PS il n’y a pas beaucoup de solutions. Ou il persiste et tente de trouver de nouveaux alliés – en l’occurrence ce centre fantomatique -, telle est, semble-t-il la voie choisie par Ségolène Royal ; ou il prend en charge une réelle mobilisation pour une modification de ce mode l’élection. Je n’y crois guère. L’autre solution c’est celle de Hollande : unifier toutes les " gauches " (moins la gauche radicale) dans un grand parti qui irait du PS aux communistes en passant par les radicaux, les verts et certains centristes. Tel pourrait être l’enjeu du prochain congrès du PS.

Dans de telles conditions, c’est à la gauche radicale de mener ce combat. Mais cette gauche là rechigne à de telles batailles. Son " antiparlementarisme " congénital l’aveugle. Elle croit encore que la rue seule peut modifier les rapports de force. Elle n’a pas appris grand chose des quarante dernières années de vie politique. Pas plus mai 1968 que le " mouvement social " des années 90 n’ont trouvé de débouchés politiques. Le vote protestataire qui a servi pendant vingt ans d’exutoire à cette confiscation de la démocratie par les élites n’a pas plus servi la cause de tous ceux qui ont cru qu’ils allaient ainsi pouvoir se faire entendre.

Certes on peut toujours rêver comme un Bayrou à ce que le bipartisme échoue ou lasse les électeurs, du moins ceux qui n'y trouvent pas leur intérêt. On peut aussi comme Besancenot espérer un sursaut dans la rue, par la lutte ouvrière, le combat syndical. Mais on peut tout aussi prévoir que faute de trouver à leurs aspirations des relais politiques, ils finissent par s’y habituer et tournent définitivement le dos au suffrage universel. C’est ce qui se passe régulièrement aux Etats-Unis et bien d’autres " démocraties " dans le monde ont pris ce chemin. La conquête du suffrage universel a été une conquête longue et difficile des classes laborieuses. Devrons nous y renoncer ? Jamais !

Commentaires

Entièrement d'accord.

A part ça, que penses tu de l'appel "Avenir à gauche?"

Écrit par : valdo lydeker | 11/06/2007

De socialistes étatistes et d'anciens staliniens que peut-on attendre ? Du bavardage !

Écrit par : Ajamais | 11/06/2007

D'accord avec vous mais à condition que les batailles électorales et le parlementarisme ne se substituent pas aux luttes sociales en les dénaturant et les instrumentalisant. De ce point de vue le slogan "Elections pièges à cons" ne fait que décrire -hélas- une réalité historique vraie. Dans l'absolu rien n'oppose parlementarisme et luttes sociales, mais dans la vraie vie comme dit l'autre ... Mais est-ce bien le problème du moment ?

Écrit par : Kassime | 11/06/2007

@Kassime

Evidemment. Mais les luttes doivent avoir un relais politique, un vrai. Le PS et le PC ne jouent plus ce rôle. Les avez vous entendu protester durant ces dernières années contre ce mode de scrutin qui les arrange jsuqu'à un certain point ? Le PC aura des élus dans cette élection, plus que le MoDem qui fait un meilleur score, c'est assez risible. Le PC n'aurait pas d'élus vraisemblablement sans l'apport de voix du PS. Bravo l'indépendance.

Écrit par : Ajamais | 11/06/2007

ce ne serait que ça, Avenir à gauche? J'y lis aussi lenom de Patrick Champagne, sociologue proche de Bourdieu...

Écrit par : valdo lydeker | 11/06/2007

Unifier toutes les gauches... c'est le miroir aux alouettes... il y une trop grande différence sur l'approche de l'économie... déjà au PS, il n'y a pas de cohérence et cela c'est traduit dans les urnes

Écrit par : marc | 11/06/2007

A côté de celles-ci, Nicolas Sarkozy voudrait faire figurer une autre femme, de gauche, certains évoquant le nom de Christaine Taubira, la radicale, mais très engagée dans cette lutte mémoriale sur l'esclavage qu'a stigmatisée l'ex-patron de l'UMP lorsqu'il était en campagne présidentielle.

lu dans: Et si Sarko enterrait la gauche
Par Nicolas Domenach, directeur adjoint de la rédaction de Marianne.
http://marianne2007.info/Et-si-Sarko-enterrait-la-gauche_a1525.html

Écrit par : Kreelin | 14/06/2007

au passage le seul point d'accord politique entre Royal et Hollande c'est biens ur cette fédération ou coalition des gauche du centre au communites! donc je ne vois pas en quoi ils se contredisent et pour arllier les centre gauche une discussion avec le modem meme pour en démontrer l'impasse s'impose forcément!

Écrit par : Kreelin | 20/06/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu