Avertir le modérateur

04/06/2007

Contre une France bleue, votez rouge !

C’est cuit, tout cuit, recuit. Dans 15 jours, trois semaines, les législatives vont donner au président nouvellement élu un parlement sans opposition. Entendre, aujourd’hui un Bayrou ou un Hollande dénoncer, modérément, cet outrage à la démocratie, s’est se moquer du monde. Que n’ont-ils fait quand ils étaient au pouvoir pour sinon rétablir la proportionnelle intégrale du moins en instiller une dose ? Il est vrai qu’ils ont eux-mêmes profité largement de ce système inique et qu’ils comptent bien la prochaine fois l’utiliser de nouveau à leur seul profit. Mais quand ?

Pris à leur propre piège, les centristes d’opposition et les socialistes n’ont plus qu’à attendre patiemment la prochaine présidentielle. Pitoyable " opposition " qui fait si peu de cas de son électorat. Le plus grave, c’est qu’ils en ont pris leur parti. Alors à quoi bon aller voter pour ces partis qui ne s’intéressent à leurs électeurs que tous les cinq ans et qui ne leur proposent rien d’autre entre temps lorsqu’ils ne parviennent pas au pouvoir.

Ainsi 10, 20 ou 30 députés socialistes, communistes ou Verts de plus n’auront aucune incidence sur ce parlement, simple chambre d’enregistrement des décisions prises à l’Elysée. Autrement plus décisif serait un déplacement significatif des voix de gauche sur les candidats de la gauche radicale : LCR, LO ou gauche alternative. Ce serait un avertissement, une sorte d’alerte pour la droite qui compte bien profiter largement de l’avantage que lui offre ce mode de suffrage ; une invitation à la lutte, surtout, pour des millions de salariés qui ne peuvent attendre qu’une autre majorité, plus favorables à leurs intérêts, soit élue.

Evidemment, nous savons que ces élections, plus encore que la présidentielle, ne sont pas favorables à l’expression des " petits partis ". Pratiquement aucune chance de se faire entendre - les invitations dans les médias se font au compte goutte - et encore moins d’obtenir des députés. Mais le " vote utile " pour des candidats de gauche réduits à l’impuissance pour cinq ans ne servira à rien. Alors si vous souhaitez donner un avertissement à cette droite qui croit que, désormais, tout lui est permis, ne votez ni rose, ni orange, les couleurs de la démission, votez rouge !

Commentaires

Franchement, je suis en accord presque total avec ton propos.
Je ne voterai pas au premier tour à priori parce que je serai en déplacement mais au second tour ma voix ira le plus à gauche possible. Si les candidats restant sont de droite, je passerais mon tour...

Bon continuation pour ton blog..

Écrit par : kessy007 | 04/06/2007

Puisque l'opposition est morte, à quand la création d'un "shadow cabinet" ?

Le cabinet fantôme est un gouvernement virtuel (donc dénué de pouvoirs réels) formé par le principal parti de l'opposition. Les membres du cabinet fantôme sont appelés “porte-paroles” ou “critiques” et dédoublent chaque poste ministériel du gouvernement. Par exemple, le porte-parole de l'opposition pour la Justice devrait être le symétrique de Rachida Dati et le critique du ministre de l’Immigration serait le doublon négatif de Brice Hortefeux. Ainsi, le rôle principal du cabinet fantôme est de critiquer le gouvernement et d'offrir une alternative, ce qui permet d'avoir un gouvernement pré-constitué en cas de victoire électorale.

Cette façon de fonctionner offre également une forme de sécurité aux électeurs : ils peuvent aisément imaginer la forme du “gouvernement de rechange” si le parti d'opposition est élu. Précisons que dans la pratique, il n’est pas rare que les membres du cabinet fantôme ne soient finalement pas tous nommés ministres, ou qu'ils soient nommés à un ministère autre que celui pour lequel ils étaient porte-paroles lorsque le parti prend le pouvoir. Les jeux ne sont donc pas faits 5 ans à l’avance, que les cœurs pusillanimes se rassurent.

Même si la France ne fonctionne pas sous le système de Westminster, s’inspirer d’une construction formelle de l’opposition semble une nécessité vu les impairs de nos pairs pendant la période électorale de 2007. Ceci permettrait qu’un pôle de leaders identifiés, experts sur un certain nombre de dossiers, mène la barque face au rouleau-compresseur de la majorité présidentielle. Afin d’avoir enfin un cap, plutôt que de faire retentir de vaines cornes de brume dans le brouillard des dispersions.

Écrit par : Triple R™ | 04/06/2007

@ Triple R

Cette stratégie aura pour mérite de clarifier l'opposition et de créer une équipe cohérente sur les questions et réformes qui seront mises en place. Ainsi, il n'y aura pas plusieurs sons de trompette pour une question. Sur l'immigration, il n'y aura qu'une seule voix qui parlera, de même pour la sécurité, l'économie etc.... Cela remettra de la cohérence dans le discours du PS. Si possible pour l'écologie, il serait bon de prendre un vert etc...

Triple R, tu joues aux echecs ?? ça c'est une reflexion de joueur d'echec...!!

Écrit par : kessy007 | 04/06/2007

@Triple R™

Franchement, tu les vois les socialistes concocter un cabinet fantôme. Ils vont mettre 5 ans à se chamailler pour savoir qui sera candidat en 2012. Sacré programme ! Ils se moquent de leurs électeurs.

Écrit par : Ajamais | 04/06/2007

@Triple R
L'idée d'un cabinet fantôme est bonne, mais avec, la guerre des chefs qui se profile au PS, c'est pas près d'arriver...

Écrit par : Setni BARO | 04/06/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu