Avertir le modérateur

04/04/2007

L’homme tranquille et les cités de la peur

Ils se sentent envahis par les Maghrébins et les Noirs, et le diront dans les urnes, avec fracas, le 22 avril. Dans le quartier de la gare de Creil, ces "petits Blancs" – retraités, employés, ouvriers – montrent dans la rue les jeunes des "cités" au volant de voitures de sport, évoquent les "kebabs" qui se multiplient dans la ville, parlent des émeutes de 2005, des insultes antifrançaises, de l'insécurité… Cinq ans après avoir voté pour Jean-Marie Le Pen, la plupart sont prêts à recommencer, parce que "rien n'a changé". "

C’est ainsi que commence le reportage de Luc Bronner dans Le Monde d’aujourd’hui.. Le journaliste poursuit : " Dans cette ville où le candidat du Front national avait obtenu 23,7% des voix en 2002, le terreau sur lequel M. Le Pen a prospéré est resté le même. "Il y a trop d'immigrés et la sécurité ne s'est pas améliorée, quoi qu'en disent les statistiques. La démocratie commence par la liberté, le droit de ne pas raser les murs et de ne pas se faire traiter de raciste", explique, en exigeant un strict anonymat, un fonctionnaire de l'éducation nationale à la retraite. Il votera, comme en 2002, pour Jean-Marie Le Pen "sans hésitation". "

La suite est de la même eau. Un simple constat, pas d’analyse, pas de commentaire, une " réalité " brute décrite unilatéralement du seul point de vue de ces " petites gens " qui " disent avoir l'impression de devoir baisser la tête ou modifier leur propre comportement face aux "immigrés". " On les plaindraient presque. Ils appartiennent très certainement à cette France " qui travaille " face à l'autre France, celle "de la fraude, de la délinquance et de l'assistanat ", selon la formule de Nicolas Sarkozy : " Ne plus retirer d'argent au distributeur automatique lorsque la nuit tombe à cause de la délinquance venue des "cités". Eviter les rues jugées dangereuses. Ne pas klaxonner une voiture conduite par des "jeunes de banlieue" par crainte d'être agressé. Il faudrait aussi pouvoir mesurer l'impact électoral des "bandes" qui traînent dans les transports en commun. Combien de voyageurs qui modifient leur itinéraire dans les couloirs ou qui changent de wagon pour éviter de croiser des "racailles "?"

Que dire après ça, sinon qu’il a bien raison Jean-Marie Le Pen d’en faire le minimum puisqu’on lui sert la soupe à domicile. Luc Bronner en convient : " Jean-Marie Le Pen n'a pas besoin de parler ou d'apparaître dans les médias. Ceux qui sont susceptibles de voter pour lui ne suivent pas sa campagne : sans l'écouter, ils ont retenu depuis longtemps son message sur la défense des Français et le rejet de la classe politique actuelle. Un ressentiment qui frappe plus durement la gauche, accusée de privilégier les immigrés sans papiers et de se désintéresser de leurs difficultés de "pauvres Français"."

L’honnêteté aurait peut-être été que l’on aille voir aussi en face. Comment ces " petits blancs " sont-ils perçus par ces… Mais par ces quoi au juste ? Qui sont-ils " ces " noirs ", ces " Maghrébins " sans visages ? Des jeunes ? N’ont-ils pas de parents ? Et si oui, qui sont-ils ? Des étrangers, des Français ? Travaillent-ils ? Comment vivent-ils ? Combien sont-ils ? C’est toute l’ambiguïté d’une telle description qui n’apporte aucun démentis aux propos qu’elle rapporte, comme si tout était vrai, vérifié, justifié, coulé dans le bronze. Le journaliste dit d’ailleurs à un moment dans son article : " Le vote de ces électeurs n'est pas idéologique. " Que veut-il dire par-là ? Que ces électeurs n’adhèreraient pas à l’idéologie " lepéniste " ? Soit, mais alors ? Le titre de l’article amorce une réponse : " Peur, sentiment d'humiliation : le terreau du vote Le Pen. " Et rien dans cet article pour nous en dissuader.

Commentaires

Je viens de lire l'article du Monde, et me retrouve ici grâce à un lien en commentaire. Je ne le regrette pas, votre article souligne très justement le manque d'équilibre, de propos complémentaires, d'éclairages par la voix et le sentiment de ceux dont on parle, ces "quoi au juste", d'"honnêteté" dont a fait preuve le journaliste du Monde en écrivant son article, qui enfoncerait celui qui ne serait pas conscient de ce manque dans un profond malaise.
Il y a ceux qui parlent, "le terreau de Lepen" et ceux dont on se plaint ou sur qui on fantasme et qui sont relégués au rang de fantômes, d'ombres menaçantes, une fois de plus.
C'est comme si l'article lui-même mimait la différence de traitement, et ne faisait qu' enterriner l'impossibilité de lien social entre ces personnes, puisqu'il n'articule même pas au sein du même texte leurs existences et leurs aspirations simultanées.

Écrit par : j-jour | 06/04/2007

Ajamais, est-ce que tu peux confirmer tes propos contenu dans ton message ci-dessous posté chez monsieur Guy Birenbaum ?
Le sondage JDD est souvent réalisé la veille de la parution càd samedi (demain). Ou est-ce vraiment pour foutre la trouille ? Une fausse rumeur ? Merci par avance de ta réponse. Moi ta rumeur me fait peur. ça serait un vrai coup de massue à deux semaines du premier tour.

----------

Rumeur pour rumeur, j’en ai une, mais ça c’est du sérieux. Il s’agit d’un sondage qui va paraître incessamment. Bayrou serait en très forte hausse ; il aurait dépassé Royal de 2 points et talonnerait Sarkozy. En revanche Le Pen serait en baisse. Explication des sondeurs, l’électorat Le Pen qui pense que son candidat n’arrivera pas au second tour se reporte désormais sur Sarkozy. En revanche, effrayé par le tour qu’à pris la campagne et au vue des dernières déclarations de NS, l’électorat modéré de Sarkozy, qui pense que celui-ci peut se faire battre par Royal au second tour, préfère jouer Bayrou qui correspond plus à ses options et qui lui a toutes les chances de battre Royal. Etonnant ! Non ?
D’où je tiens ça. D’une vieille copine qui travaille dans un journal qui paraît le dimanche. Mais attention, elle-même n’a pas encore eu le sondage en main. Ce ne sont que des échos provenant de l’institut qui n’a pas totalement terminé son enquête.

Ecrit par : Ajamais | vendredi, 06 avril 2007 21:50

Écrit par : Julien | 06/04/2007

Est-ce que Ajamais peut réponse à mon commentaire ci-dessu (21:50) ? Merci, j'attends.

Écrit par : Julien | 06/04/2007

Une blague évidemment. Mais attention, Bayrou remonte effectivement dans tous les sondages tandis que Royal est à la baisse. Pour Le Pen c'est contradictoire, à la hausse dans un sondage, à la baisse dans un autre. Idem pour Sarkozy. Enfin, comme l'illustre la Une de Libé aujourd'hui, Besancenot est le seul qui émerge à la gauche du PS, mais la progression n'est pas fulgurante : entre 4,5 et 5 % des intentions.

Écrit par : Ajamais | 07/04/2007

Merci Ajmais. Dans cette période de tension, il suffit de peu pour faire peur. Madame Royal encaisse une petite baisse. Il faut qu'elle se ressaisisse.
Bayrou semble retrouver un peu de souffle (avec toujours autant de démagogique ?). Il risque à nouveau de focaliser sur lui les médias. Mais il me semble que la presse ait envie du match Sarko/Ségo.

Ce week-end de pâques risque d'être decisif pour la suite. En tout cas à partir de la semaine prochaine, ça va être chaud. Madame Royal doit jouer jusqu'au dernier moment de la dernière seconde de la fin de la campagne officielle.
Au stade d'aujourd'hui, personne de monsieurs Sarkozy, Bayrou, Le Pen et madame Royal n'est assuré d'être au second tour. La tension risque donc de monter d'ici la semaine prochaine. C'est à celui qui aura les nerfs de tenir jusqu'au bout qui sortir du plus haut. Monsieur Sarkozy doit donc se calmer.

Merci encore Ajamais. Je traîne encore par ici, si tu as un commentaire à ajouter...

Écrit par : Julien | 07/04/2007

Royal vient de faire une connerie avec son contrat jeune. D'autre part son pacte d'apparaît pas suffisamment comme une réponse globale crédible face à l'offensive sarkolepèniste. J'en arrive presque à ne pas lui en vouloir tant la pression de la droite et de l'extrême-droite est forte. En revanche je ne m'explique pas trop cette remontée subite de Bayrou. Qu'a-t-il fait ? Rien. Alors est-ce que ce sont des anciens sarkozistes qui vont aujourd'hui se réfugier chez lui ? Pourquoi pas.

Écrit par : Ajamais | 07/04/2007

Il serait un peu rapide de conclure à une remontée de Bayrou qui en général navique entre 18 et 21 %. Oui, il ne baisse plus baisser et semble se maintenir dans la fourchette, c'es peut-être là seule et principale enseignement. Ce qui me laisse penser que à partir de la semaine prochaine, cette campagne va prendre un autre tournant qui ira jusqu'à la fin de la campagne. ça se jouera dans la tête. ça sera une guerre des nerfs.

Le problème de madame Royal dans cette campagne c’est la communication. Avec la surenchère habituelle de la gauche du PS. Qui sème la confusion quant au fameux contrat « CPC » en le comparant au CPE. Ce qui n’a absolument rien à voir. Il suffit de lire !

Par ailleurs, madame Royal continue à se la jouer amatrice à deux semaines du premier tour. Elle risque d’y laisser sa peau… D’autant plus qu’aujourd’hui, personne de nos quatre candidats en tête ne peut affirmer être certain d’être au second tour.
Pareil pour le débat sur la Marseillaise ou on a retenu que le bruit de fond des médias. Elle remet une couche avec son « contrat première chance » sans donner tout de suite toutes les modalités. Quelle connerie !
C’est comme si madame Royal pensait qu’on ne peut lancer su le place politique « une idée » achevée, bien ficelle. Et qu’il faut toujours commencer avec le « brut » et l’aménager et l’adapter en fonction des réactions qu’elle suscite. Une bêtise ! Cet amateurisme de la communication risque lui coûter très cher si elle y persiste d’ici les élections.

Elle doit ajuster pas sa campagne qui semble monotone ces jours-ci et arrêter un peu son côté iconoclaste (et ses petites réunions publiques dans des villages) à deux semaines du premier tour. Ce n’est plus le moment de rentrer encore dans les détails de son «Pacte Présidentielle». Qu’elle remette ses tenues austères (noire ou bleu) et se mette à parler des valeurs et grandes orientations (aux électeurs de gauche, bien sûr !) qu’on attend d’un(e) président(e). Car il est maintenant presque certain qu’il n’y aura aucun thème dominant dans cette campagne et c’est tant mieux ! Une présidentielle c’est un ensemble.

Pourquoi ne pense-t-elle jamais dans son « Ségotour » à décocher des déclarations fortes susceptibles à alimenter l’actualité ? Qu’est-ce que font ses plumes ? Bordel !

Elle doit penser d’ici le premier tour à faire un diner avec les 13 éléphants du Pacte présidentielle histoire de montrer une image unie du parti derrière elle. Mobiliser les caciques du PS pour qu’ils soient réactifs à porter le fer contre l’UMP et l’UDF via les communiques AFP et autres quand elle se fait tancer. Voilà ! Que son équipe de campagne soit à ce point aveugle augure mal de sa capacité à être vraiment bonne communicante. Pourtant la com. compte plus que le fond dans une présidentielle. Pauvre Royal !

Écrit par : Julien | 07/04/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu