Avertir le modérateur

11/02/2007

TOUT reste à faire

Ségolène Royal a TOUT misé sur le social et le sociétal et laissé en creux la question économique.

La question sociale et sociétale, traitée à fond (plus d’un quart d’heure uniquement sur les jeunes des banlieues), avec des mesures concrètes et qui ne peuvent que parler aux gens (augmentation de 5% des petites retraites, soins gratuits pour les moins de 16 ans, développement des centres éducatifs renforcés, présence d'un deuxième adulte dans les classes…), et plaire à son électorat, c’était le moins qu’elle pouvait faire si elle ne voulait pas perdre définitivement ses chances de participer à la bataille du second tour.

Sur ce terrain là elle a indéniablement frappé un GRAND COUP, allant même jusqu’à promettre une augmentation du SMIG à 1.500 euros brut le plus tôt possible. On est certes encore loin des 1.500 euros net immédiats de Besancenot mais c’est mieux que les 1.500 euros brut de Fabius et du projet du PS en fin de législature. Elle n’a pas oublié non plus les syndicats et les enseignants. En plaçant l’éducation au centre de son dispositif, elle a voulu reprendre en main un électorat que l’on sentait flottant, gagné partiellement par la tentation Bayrou.

Mais au delà des mesures préconisées, il faut retenir cette idée centrale, que n’avait jamais eu les socialistes jusque là, celle d’associer, d’attacher, d’intéresser, tout un électorat à un programme - ces 100 propositions bien ciblées - par une consultation en grand préalable. On a beaucoup moqué cette " démocratie participative " ; on a même pensé qu’elle avait pour ainsi dire laissé à Sarkozy le soin de tirer le premier alors qu’elle " consultait ". C’était en réalité une invitation nécessaire à la participation active du plus grand nombre à la mobilisation pour que ces mesures ne restent pas un veux pieux, pour que ce " pacte " ne soit pas qu’une promesse électorale. C’est une innovation à mettre à son crédit et qu’elle préconise même comme méthode de gouvernance en reprenant l’idée des " jury de citoyens ". Cohérence donc entre les mesures et la méthode. En procédant ainsi, Ségolène Royal s’avère être une fine politique, dépassant même la méthode mitterrandienne toute en duplicité. Avec elle, point de fausse promesse de " rupture avec le capitalisme ". On sait au moins à quoi s’en tenir.

Reste la question centrale de l’économie. La faiblesse de son programme est là. Habile en commençant son discours par la dette – là où on ne l’attendait pas - , en faisant porter toute la faute à la droite au pouvoir, en préconisant un dégraissage des services centraux de l’Etat (lesquels ?), elle laisse en revanche en friche toute la question de la relance économique, des délocalisations, de la désindustrialisation. Certes elle y répond partiellement par la création d’emplois jeunes new look, par l’accent mis sur la recherche et l’innovation avec un effort budgétaire important, par des investissements dans le domaine de l’environnement, par la construction massive de logements sociaux, mais pour l’essentiel, c’est à l’Europe qu’elle laisse le soin de faire ce que l’Etat français ne peut ou ne veut plus faire.

Elle n’a pas totalement tort. Tout le monde sait que c’est à l’échelle européenne qu’il faut repenser la question économique. Tout le monde sait également que l’on ne réglera pas au fond la question des retraites sans création massive d’emplois, que ce n’est pas une réforme fiscale – même en faisant payer les riches un peu plus – qui y suffira. Mais si l’Europe doit devenir l’outil de ce redressement, encore faudra-t-il le faire en contraignant des gouvernements gagnés depuis trop longtemps déjà aux solutions libérales et qui pensent autrement. Comment la France du " non " au TCE, même avec Royal à sa tête, pourrait-elle finir par faire admettre au reste de l’Europe, au Royaume Uni, à l’Allemagne, à l’Italie, à l’Espagne… que la voie française est la bonne ?

On comprend le silence de Ségolène Royal dans ce domaine. Elle a atteint là les limites de ce qu’il lui était possible. Aller plus loin, penser une autre Europe, une Europe sociale, aurait été presque une déclaration de guerre à l’Europe libérale. Pour cela peut-être faudra-t-il attendre, attendre surtout que la victoire de la gauche - s’il y a victoire-, ne soit pas une victoire par raccroc, au cordeau, mais franche et massive. L’élan et là ; la dynamique est enclenchée mais TOUT reste à faire.

Commentaires

Sur la question européenne elle a tout de même dit qu'on ne peut remettre en cause les politiques libérales qu'avec un vrai rapport de force social à l'échelle de l'Union.

Écrit par : Aity | 11/02/2007

Et le monsieur en rouge qui descendra par la cheminée dans 11 mois, vous l'appelez comment, les enfants?

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 11/02/2007

Fontenelle,

tu devrais avoir honte. J'ai entendu hier la même allusion qui venait d'un quelconque ministre. Venant de ta part, tu devrais dire au contraire qu'elle n'en fait pas assez (critique genre Besancenot).
Ce à quoi j'ajoute que c'est un "pacte social" sans considération de l'état et du devenir de l'économie. Comme quoi, toutes les politiques de droite comme de gauche, laisse la question économique aller où bon lui semble. J'avais cru comprendre pourtant que pour Royal "l'entreprise citoyenne", ça n'existait pas !

Écrit par : Ajamais | 12/02/2007

@Aity

Je n'avais pas entendu. Elle a raison, il y a un rapport de force à établir. Mais à combien le chiffre-t-elle ? Il faut non seulement vaincre Sarkozy mais le faire du façon clair et tranchante.

Écrit par : Ajamais | 12/02/2007

Quand je lis Fontenelle, je me dis que le seul candidat qui lui agreerait serait Hugo Chavez ;-)!

Écrit par : observateur_alien | 12/02/2007

Si tu ne crois pas toi-même à la victoire, alors… :-)

Et si l'analyse n'était pas politicienne mais justement issue de la consultation.
Si ces propositions sont le voeux des francais, alors elle devrait être élue. C'est logique, non ?
:-)

Écrit par : filaplomb | 15/02/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu