Avertir le modérateur

12/12/2006

L’extrême-gauche et le PCF font le jeu de Royal

L’intérêt de Ségolène Royal et du PS c’est d’avoir à gauche le minimum de concurrents crédibles susceptibles de lui ravir des voix. Les accords passés avec les radicaux, puis avec les amis de Jean-Pierre ont déjà permis d’éliminer deux candidats. Reste Dominique Voynet, Arlette Laguiller, Olivier Besancenot et Marie-Georges Buffet. Réunis, ces quatre candidats représentent potentiellement entre 10 à 20 %. Pour les Verts, la cause est entendue. Discrédités aux yeux du grand public, il ne leur reste qu’une seule issue : passer une alliance avec le PS dès le 1er tour. Pour Laguillier, Besancenot et Buffet, en revanche, tout n’est pas encore joué.

Buffet est mal partie

Comment pourra-t-elle obtenir dans une semaine ou un mois ce qu’elle n’a pu arracher ce deuxième week-end de décembre ? Comme il ne s’agit pas d’une question de " casting " ou " d’ego " entre elles et les collectifs antilibéraux mais bien de fond – quels rapports avec le PS ? position au second tour ? négociations en vue des législatives ? – qui pourrait être la ou le candidat de compromis ? A moins que les collectifs s’entendent pour n’opposer à Buffet qu’une ou qu’un seul candidat. Autre possibilité le retour de Bové. Mais le PCF en voudra-il ?

Le jeu de la LCR

La LCR l’a clairement annoncé depuis plusieurs mois. Ou les collectifs et le PCF acceptent ses conditions (pas de participation à un gouvernement PS ; pas de négociations pour d’éventuelles candidatures uniques aux législatives), auquel cas la LCR intègrera les collectifs ; ou Besancenot se présente sous sa propre bannière. Le pari de la LCR c’est qu’il n’y aura pas d’entente entre les collectifs et le PCF ou qu’il ne s’agira que d’un compromis pourri sur lequel la LCR tirera à boulets rouges. Mais la LCR n’a toujours pas ses 500 signatures, et elle prend en outre le risque qu’une candidature unique finisse par s’imposer, sans elle.

LO en embuscade

Le petit jeu du PCF et de la LCR va-t-il profiter à Arlette Laguiller ? C’est peut-être ce que l’on croit à LO., mais les électeurs risquent surtout de ne pas s’y retrouver. A moins d’être un expert ou un militant convaincu, ce qui se passe actuellement à la gauche de la gauche est parfaitement incompréhensible. La déperdition de l’électorat antilibéral risque d’être terrible. Toute cette affaire risque de ne profiter à personne, sinon à Ségolène Royal.

Gauche antilibérale : l’occasion manquée

Dans les conditions actuelles, l’hypothèse d’un PCF à 2 %, d’une LO à 3 % et d’une LCR à 4 %, soit un total inférieur à 10 %, est la plus probable. Royal pourra leur dire merci. Merci d’avoir aussi bien justifié le vote utile, merci d’avoir été aussi obstiné dans le crétinisme électoral. A 2 %, il est probable que le PCF ne s’en remettra pas ; qu’il connaîtra le même sort que le PC italien ou espagnol. Et la LCR qui aura attendu quasiment pendant quarante ans ce moment n’en profitera pas. La LCR se retrouvera avec un statut identique à celui de LO, mais Olivier acceptera-t-il de jouer longtemps le remake d' "Arlette et les travailleurs" ?

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu